Klaus Wagenbach : La liberté de l’éditeur

Pourquoi éditer comme ça? De l’envie de livres et leur avenir.

Depuis la fondation en 1964 de sa maison d’édition, Klaus Wagenbach avait choisi de mettre son érudition, ses convictions politiques et son exigence de qualité au service des livres qui lui ressemblent. Pour lui : « Nos livres doivent être beaux, à la fois par estime pour le lecteur et l’auteur et aussi comme un signal contre la mentalité du tout-jetable. » Le jeune homme né en 1930 fit d’abord son apprentissage en 1949 et 1950 au sein de la prestigieuse maison d’édition S. Fischer. Fasciné par Kafka depuis sa première lecture du Procès à l’âge de 16 ans, il soutient une thèse sur l’écrivain pragois et rédigera plusieurs livres sur Kafka parmi lesquels on peut citer Kafkas Prag, Franz Kafka. Années de jeunesse et Franz Kafka, Bilder aus seinem Leben qui est le catalogue de son impressionnante collection de photos, commencée dès 1950, autour de Kafka sa famille, son enfance, sa scolarité, ses voyages et amitiés, la ville de Prague et la société d’assurance dans laquelle Kafka avait travaillé.

Deux livres de Klaus Wagenbach ont été traduits en français en français : Lettres à Ottla, éditées conjointement avec Hartmut Binder et traduit par Marthe Robert, et Franz Kafka. Années de jeunesse.  (1883-1912), traduit par Elisabeth Gaspar. Les Années de jeunesse sont le résultat de  six années de recherche entreprises alors que Klaus Wagenbach était lecteur auprès de S.Fischer et collaborait à l’édition des Oeuvres complètes de Kafka. De manière générale, les deux ouvrages sont motivés par l’intuituion que l’enfance de Kafka avait été un élément déterminant de son écriture et que, par conséquent, mieux l’éclairer, multiplier les témoignages écrits ou oraux et les sources iconographiques, permettait de renforcer la compréhension de ses textes. La biographie de Klaus Wagenbach retrace l’enfance et la jeunesse de Kafka, son cercle familial, les milieux juifs pragois et la période du lycée, autant d’années charnières avant que son ami et confident, Max Brod, n’éclaire la vie de Kafka à partir de ses 25 ans.

L’éditeur Klaus Wagenbach revendiquait la maxime de Kurt Wolff, en faveur d’un travail d’édition exigeant et de qualité :

« On publie soit des livres dont on pense que les gens doivent les lire, soit des livres dont on pense que les gens veulent les lire. Les éditeurs de la deuxième catégorie, c’est-à-dire les éditeurs qui servent le goût du public, ne comptent pas pour nous – n’est-ce pas ? »[1]

Ainsi, depuis plus de 50 ans, Klaus Wagenbach publie les livres qui le convainquent et le réjouissent à la fois, avec un soin et un amour des beaux livres devenu de plus en plus rare. Sa collection la plus emblématique, SALTO, est immédiatement reconnaissable à sa couverture rouge vermillon. Les livres sont brochés et les cahiers cousus et non pas seulement collés, ce qui est aujourd’hui devenu une règle quasi exclusive que l’on ne peut que déplorer. Les bibliophiles sauront reconnaître les livres cousus au fait qu’ils ne produisent pas ce craquement funeste à l’ouverture, annonciateur de pages bientôt décollées et volantes. Cet incident ne saurait évidemment se produire avec les livres de Klaus Wagenbach, qui témoignent d’un amour évident pour l‘objet-livre, à la couverture en tissu, et dont les caractères estampés produisent, lorsqu’on les touche, cet effet de creux et de relief. Ces livres sont faits pour durer.

 

 

 

 

 

 

 

 

De 1964 à 1966, à ses débuts, les premiers livres qu’a choisi d’éditer Klaus Wagenbach témoignent de ses admirations et de ses coups de cœur : de Kurt Wolff à Ingeborg Bachmann sans oublier Johannes Bobrowski, Hedwig Rohde et Erich Fried. Plus tard s’ajoutèrent les auteurs italiens avec en particulier Natalia Ginzburg et une amitié forte avec l’éditeur légendaire Giangiacomo Feltrinelli, les écrivains français avec Aimé Césaire, espagnols avec Miguel Delibes et les anglais avec Virginia Woolf.

« Nous voulons faire découvrir des auteurs inconnus, rappeler des classiques de la modernité et ouvrir, pour des esprits indépendants, un nouvel espace de réflexion. Nous publions de la littérature, de l’histoire, de l’histoire de l’art et de la culture, de la politique dans les langues qui nous sont familières : italien, espagnol, anglais, français et bien sûr allemand. Et nos livres doivent être beaux, autant par estime pour le lecteur et l’auteur que comme un signal fort contre la mentalité du tout jetable. »[2]

     

La personnalité forte et attachante de Klaus Wagenbach est indissociable de son action. Il se caractérise lui-même ainsi :

« Enfant de la guerre, plus ancienne veuve de Kafka, anarchiste et cavaliere, cycliste, Berlinois et amoureux de l’Italie, fabricant de livres, lecteur, découvreur d’auteurs, fondateur de maison d’édition, penseur politique indépendant, lecteur passionné et raconter enthousiaste d’histoires, amateur d’art, ami et appui, buveur de vin rouge. »[3]

Engagé, Klaus Wagenbach l’a aussi été politiquement et la publication, en 1974, d’un manifeste de la RAF lui a valu un procès et une condamnation. En s’installant à Berlin, un choix qui n’allait pas de soi dans les années 70 où la plupart des éditeurs se trouvaient à Francfort ou Munich, Klaus Wagenbach souhaitait éditer des auteurs de l’ouest et de l’est de l’Allemagne, devenant par là le premier éditeur de l’ensemble de l’Allemagne. C’est ainsi que Klaus Wagenbach a été le premier éditeur de Wolf Biermann, publiant ses textes une première fois en 1968 (Mit Marx und Engelszungen) puis en 1981 (Die Drahtharfe). Après son refus de le supprimer de son catalogue, les autorités est-allemandes retirèrent à Klaus Wagenbach l’autorisation de publier des auteurs est-allemands.

L’attachement profond à l’Histoire et à sa connaissance, ainsi qu’un certain penchant pour l’anarchie et une pointe d’hédonisme sont trois éléments caractéristiques de Klaus Wagenbach, et qui auront sensiblement marqué son action et les orientations de sa maison d’édition.  Ses successeurs lui rendent aujourd’hui le plus bel hommage en s’engageant à poursuivre son travail, avec, à l’esprit, sa devise : «  on ne gagne jamais rien à se morfondre ». Vous trouverez ici une sélection des ouvrages de et édités par Klaus Wagenbach à la Bnu :
https://biblio.bnu.fr/opac/query/wagenbach%20verlag?context=catalogo


[1] « Man verlegt entweder Bücher, von denen man meint, die Leute sollen sie lesen, oder Bücher, von denen man meint, die Leute wollen sie lesen. Verleger der zweiten Kategorie, das heißt Verleger, die dem Publikumsgeschmack dienerisch nachlaufen, zählen für uns nicht – nicht wahr ? », Wolff Kurt, Autoren, Bücher, Abenteuer. Betrachtungen und Erinnerungen eines Verlegers, Berlin, Wagenbach, 2004, p.14.

[2] Voir : https://www.wagenbach.de/der-verlag.html

[3] Ibid.

Bibliographie

Œuvres de Klaus Wagenbach :

Franz Kafka. Années de jeunesse (1883-1912), Paris, Mercure de France 1958.

Franz Kafka, Lettres à Ottla, ed. par Hartmut Binder et Klaus Wagenbach, Paris, Gallimard 1978.

Franz Kafka. Eine Biographie seiner Jugend 1883–1912. Francke, Bern 1958. Édition augmentée : Wagenbach, Berlin 2006.

Franz Kafka, in Selbstzeugnissen und Bilddokumenten. Rowohlt, Hamburg 1964, (35e ed., 2001).

Eintritt frei. Beiträge zur öffentlichen Meinung. Luchterhand, Darmstadt 1982.

Franz Kafka. Bilder aus seinem Leben. Wagenbach, Berlin 1983; edition revue et augmentée, Berlin 1995.

Kafkas Prag. Ein Reiselesebuch. Wagenbach, Berlin 1993.

« Der Verlag Klaus Wagenbach. Wie ich hineinkam und wie er zwischen 1965 und 1980 aussah”. In: Rita Galli (ed.): Ausgerechnet Bücher. Einunddreißig verlegerische Selbstporträts. Ch. Links Verlag, Berlin 1998.

Die Freiheit des Verlegers – Erinnerungen, Festreden, Seitenhiebe. Wagenbach, Berlin 2010.

Autres références :

Michael Krüger : « Ein unverbesserlicher Optimist. Zum sechzigsten Geburtstag des Verlegers und Kafka-Forschers Klaus Wagenbach. » In: Frankfurter Allgemeine Zeitung, 11 juin 1990.

Inge Feltrinelli : « Wir tanzten auf allen Festen. Listig und frei: Zum 80. Geburtstag des Verlegers Klaus Wagenbach. » In: Die Zeit, n° 28/2010.

Wolff Kurt, Autoren, Bücher, Abenteuer. Betrachtungen und Erinnerungen eines Verlegers, Berlin, Wagenbach, 2004.

Crédits images :

Toutes les images sont librement disponibles et réutilisables pour des contenus non commerciaux sur le site de la maison d’édition Klaus Wagenbach

https://www.wagenbach.de/



Citer ce billet
Aude Therstappen (2022, 3 janvier). Klaus Wagenbach : La liberté de l’éditeur. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m494

Aude Therstappen

Directrice adjointe du pôle Services et collections

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search