A voir ou revoir : conférences autour de l’édition ouverte (OAWeek 2021)

Du 21 au 26 novembre dernier, toute la communauté universitaire s’est mobilisée pour offrir une nouvelle fois cette année un panel de conférences et d’ateliers pour se former aux différents domaines de la Science ouverte.

Retrouvez sur la plateforme OSCAHR les captations qui ont pu être faites des conférences et les présentations des ateliers.

La Bnu quant à elle a accueilli le 23 novembre une conférence dédiée aux questions d’édition ouverte. La conférence a été diffusée en direct en streaming, elle est toujours disponible sur la chaîne YouTube de la Bnu : Open Access Week 2021 – YouTube

Retrouvez ici le programme des interventions, qui ont vu se succéder Edouard Mehl, professeur de philosophie moderne et directeur éditorial des PUS et Isabelle Laboulais, professeure d’histoire moderne et Référente scientifique de l’Ouvroir, dans une première partie dédiée à l’actualité de l’édition ouverte. La seconde partie de la matinée a été consacrée à replacer l’édition ouverte dans un contexte d’humanités numériques. Dans un premier temps, une intervention à deux voix de Madeleine Hubert, Lab Manager de la Bnu et Cassandra Pereira, doctorante en histoire médiévale à l’Université de Strasbourg a permis de retracer la collaboration unité de recherche/bibliothèque autour de la mise en ligne du Dictionnaire historique des institutions d’Alsace grâce à une solution Médiawiki. Guillaume Porte, ingénieur d’étude au laboratoire ARCHE de l’Université de Strasbourg a présenté pour finir les méthodes et outils à employer pour l’édition électronique de sources.

Le programme de la matinée a volontairement joué avec la dimension très polysémique des termes d'”édition électronique ouverte”, de la publication scientifique en accès ouvert à l’édition de sources sous un format numérique. Diffuser une publication en accès ouvert équivaut à toucher un public plus large, c’est une préoccupation commune à tous les intervenants qui souhaitent diversifier un public sans cela strictement universitaire. Les quatre interventions ont mis en perspective tous les enjeux liés à cette terminologie, dans leur dimension scientifique, technique, de diffusion, d’infrastructure, et aussi de dimension métier. L’inévitable question des moyens, humains et financiers, a bien sûr été évoquée.

Sur les enjeux scientifiques, “l’ère numérique ne doit pas laisser penser qu’on peut faire de l’édition sans éditeurs” a rappelé Isabelle Laboulais qui a replacé les enjeux de l’édition ouverte dans le contexte historique des publications scientifiques. Edouard Mehl s’est exprimé de façon similaire en rappelant à quel point les collections des Presses universitaire de Strasbourg, aujourd’hui en accès ouvert sur OpenEdition Books, sont avant tout adossés à des projets scientifiques de laboratoires ou bien dans une approche portant une forte dimension interdisciplinaire. Il est revenu sur les projets éditoriaux de collections qui font rayonner largement la recherche strasbourgeoise, passée et présente.

La science ouverte représente tant une opportunité de diffusion de la science que de renouvellement des modalités de la communication scientifique avec les potentialités offertes par le numérique. Pour Isabelle Laboulais, c’est aussi une façon de bousculer un peu les pratiques, avec toutes les précautions qui s’imposent, notamment avec le développement des épi-revues qui questionnent la place de l’éditeur dans le processus. Son rôle doit être valorisé, cette dimension peut s’appuyer sur les possibilités offertes par l’open peer review (évaluation ouverte par les pairs).

Les enjeux techniques sont tout aussi nombreux. Nous rencontrons un défi de structuration de l’accompagnement vers la science ouverte : comment amener les acteurs à se saisir de toutes les potentialités du numérique. L’exemple du Médiawiki les illustrent parfaitement : facilité de gestion des renvois entre les articles, flexibilité de l’outil, enrichissements des contenus avec différents médias, on obtient une version augmentée de la publication initialement imprimée. Cela rejoint aussi les questions d’interopérabilité des contenus structurés, grâce à des formats réutilisables dans divers contextes et pour différents usages.

Enfin, une telle ambition nécessite de réunir les moyens adéquats. Il s’agit en particulier de se doter des compétences multiples à mobiliser pour se lancer dans la voie de l’édition ouverte : trouver une infrastructure adaptée, avoir des équipes professionnalisées sur l’édition, capables de gérer d’épineuses questions juridiques relatives à la propriété intellectuelle notamment. C’est une des ambitions portée par le tout récent service de l’Ouvroir de la MISHA.

Une autre dimension de la science ouverte est portée par les bibliothèques numériques. Le site universitaire alsacien a été précurseur sur les questions de licence ouverte avec l’adoption de la licence Etalab pour les documents diffusés par le portail Numistral, la bibliothèque numérique patrimoniale du site. L’atelier qui a suivi l’après-midi s’est attaché à montrer comment collecter et exploiter ces contenus libres au moyen de la technologie IIIF. Ce type de formation est proposé plusieurs fois au cours de l’année par la Bnu, suivez notre programme pour ne pas manquer le prochain rendez-vous !


Elise Girold

Conservatrice des bibliothèques Directrice adjointe du Pôle Partage, diffusion et réseaux Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.