La Revue de la Bnu n° 24

Avec ce numéro, partez à la découverte de maisons d’écrivains dans toute l’Europe, de Lorca à Séféris en passant par Stendhal et Goethe. Lieux des fantaisies de leurs auteurs, elles nous parlent aussi de leurs mots… P. Bergounioux et J.-M. Maulpoix accompagnent la lecture et nous disent ce que représentent, pour eux, ces « maisons de l’écriture ».

Présentation

La maison de l’écrivain est partie directement prenante du mystère de l’écriture ; que ce soit ou non une illusion, qu’elle ait été reconstruite après coup ou préservée jusque dans ses moindres détails, elle finit par incarner non seulement un auteur, mais aussi ses œuvres ; comment expliquer, sinon, le succès touristique de Hauteville House, des Charmettes ou de Malagar ?

Nous vous faisons ainsi visiter cet automne, à notre manière, ces « maisons de l’écriture » avec lesquelles nous revendiquons, nous autres bibliothèques, une étroite parenté. Alors que la Bibliothèque nationale de France célèbre, elle, par une grande exposition le bicentenaire de la naissance de Charles Baudelaire, ce mélancolique écrivant souffrir de « la grande Maladie de l’horreur du Domicile » où le lieu d’attache est par définition un lieu perdu, nous vous convions pour notre part à un tour d’Europe de quelques résidences d’écrivains qui, au-delà d’un caractère parfois muséifié, parfois artificiel, n’en gardent pas moins un pouvoir de fascination certain, en tant qu’incarnation (illusoire, mais qu’importe ?) de l’acte d’écriture et de la naissance de l’œuvre d’art.

En quelques mots

Les maisons d’écrivains, lieux parfois mythiques, parfois entourés de mystère, et aujourd’hui arguments touristiques forts des régions : Rimbaud à Charleville, Rousseau aux Charmettes, Stendhal à Grenoble, Mauriac à Malagar… Qui n’a fait halte, en voyage ou sur son lieu de vacances, dans ces maisons d’artistes où l’on espère toujours saisir le mystère de la création, ou du moins quelques traces de la genèse d’œuvres qui nous ont fait rêver : l’appartement parisien de Proust comme la maison de Goethe à Weimar ont leurs pèlerins, pieusement recueillis devant le bureau du maître, sa plume ou son encrier…

La Revue de la BNU vous invite à un voyage au sein de ces lieux si particuliers. Le voyage est en Europe et conduira, à travers pays et époques, de l’Espagne de Lorca à la Grèce de Séféris, en passant par l’Italie de Pétrarque et de Malaparte, la France de Stendhal et de Hugo ou encore l’Allemagne de Goethe et de Schiller – Hugo et Goethe, deux écrivains qui ont en commun d’avoir aujourd’hui encore, près de deux siècles après leur mort, plusieurs maisons.

Au cours de ce tour d’Europe, nous prendrons aussi le temps d’un arrêt pour interroger… des écrivains d’aujourd’hui. Pierre Bergounioux et Jean-Michel Maulpoix nous diront, dans deux contributions inédites, l’importance que revêt pour eux la maison de l’écrivain, la maison d’un homme (ou d’une femme) qui est aussi, finalement, la maison de ses mots.

Pour plus d’informations.

 


Térence Bui

Administrateur technique

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.