Un séminaire de master en histoire de l’art sur les carnets de croquis

par Catherine Soulé-Sandic et Gwénaël Citérin

Au cours du premier semestre de l’année universitaire 2020/2021, la Bibliothèque nationale et universitaire a accueilli les étudiants du master du master d’histoire de l’art dans le cadre du séminaire « Carnets de croquis, carnets de modèles, sources pour l’histoire de l’art ? » sous la direction de Denise Borlée et Hervé Doucet.

Ouvrir le carnet d’un artiste, c’est entrer dans un laboratoire. Des ébauches, des descriptions ou des notes côtoient la trace d’œuvres admirées ou de choses vues qui serviront de modèles. Toutes les techniques peuvent être employées : textes, dessins, photographies, documents divers collés sur la page… Dans le désordre apparent de ce musée intime, révélateur de son bagage culturel et imaginaire, l’artiste viendra puiser pour nourrir son œuvre. Pour autant, cette dernière n’est pas nécessairement une simple mise au net des pages du carnet. C’est l’ensemble des modes de transposition possibles de l’une à l’autre qu’il s’agit d’examiner.

Le programme de recherche reposait sur l’étude d’un corpus de six carnets de croquis issus des collections strasbourgeoises. Leur conception était analysée, ainsi que l’usage qui a pu en être fait par les artistes eux-mêmes et les liens éventuels avec l’œuvre achevée. Cinq documents proviennent du fonds de la Bnu : ils sont signés par le miniaturiste Josué Dollfus (1796-1887), l’architecte Karl Haller von Hallerstein (1774-1817), les peintres Robert Heitz (1895-1984) et Camille Claus (1920-2005) ainsi que l’architecte Robert Will (1910-1998). Le dernier carnet étudié est conservé aux Archives municipales de Strasbourg : celui de l’architecte Edouard Schimpf (1877-1916)[1].

L’excellence des travaux produits par les étudiants lors du séminaire mérite qu’on les sorte de l’anonymat d’une salle de cours.  Nous en publions ici la synthèse :

Le programme de recherche se poursuit cette nouvelle année universitaire, dans le cadre du même séminaire. L’étude des carnets est approfondie, élargie à d’autres sources. Nous aurons l’occasion d’y revenir.

Ces travaux seront valorisés à travers une exposition, « Bagages d’artistes : carnets de notes, carnets de références, musées de papier ». Une sélection des carnets de croquis analysés sera présentée à la Bnu en salle d’exposition du 23 mars au 30 avril 2022, en marge du colloque international « Carnets de notes, carnets de références, musées de papier : regards croisés sur la culture visuelle des artistes et le processus de création du Moyen Âge à nos jours »  qui se tiendra du 23 au 25 mars prochains dans l’auditorium de la Bnu.

 

[1] Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg, réf. 231 Z 20 – Quatre carnets de croquis et d’aquarelles par Edouard SCHIMPF. – 1896/1910


Catherine Soulé-Sandic

Cheffe du département Arts, Langues, Littératures et Aires culturelles - Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.