Havemann : « Seule ma vérité compte ». Un livre interdit à la Bnu

La malédiction de l’Enfant perdu

Le livre de Florian Havemann porte le titre Havemann  qui, sans autre précision, désigne clairement le membre le plus célèbre de sa famille, son père, Robert Havemann. Il s’agit donc ici d’un livre de témoignage, de recherche de soi mais aussi d’un réquisitoire, dans lequel Florian Haveman interroge, sur plus de mille pages, en cercles successifs, obstinés, lancinants et insupportables parfois, la légende paternelle.

Robert Havemann fut l’un des plus célèbres intellectuels et dissidents de la RDA. Le jeune étudiant en chimie à Berlin et Munich entre 1922 et 1933 avait rejoint le parti communiste allemand en 1932 et fondé, avec un ami, un groupe de résistance au nazisme. Condamné à mort en 1943, sa peine fut commuée en raison de sa formation et il fut ensuite interné dans une maison de redressement. D’abord informateur de la Stasi, il s’éloigna ensuite du parti après la divulgation des crimes de Staline. Radié du parti et démis de ses fonctions en 1963, Robert Havemann était poursuivi et mis sur écoute et ses livres interdits mais il était aussi, dans les années 1970, une icône de l’engagement intellectuel et de la résistance. Prônant des idées réformistes et un idéal démocratique, Robert Havemann était devenu un modèle pour les intellectuels de gauche. Florian Havemann, deuxième fils de la famille Havemann fut arrêté, à seize ans, pour avoir peint avec son ami l’écrivain Thomas Brasch, un drapeau tchécoslovaque et l’avoir accroché à la fenêtre de l’appartement familial en protestation contre la répression du Printemps de Prague. Il fut emprisonné et condamné en octobre 1968, à l’instar de l’ensemble du groupe « Ost-68 » dont il était le plus jeune membre, à trois mois de prison. Cependant, tandis que les autres voyaient leur peine commuée en sursis après un mois, Florian Havemann demeura enfermé quatre mois avant de recevoir l’ordre d’aller travailler comme électricien dans un atelier des chemins de fer nationaux.  En 1971, Florian Havemann s’enfuit de RDA avec son amie, tous deux cachés dans un camion-citerne vide.

Une chanson de Wolf Biermann, la Ballade de l’Enfant perdu met en scène la fuite de Florian Havemann, à l’ouest. Très connue, cette ballade douce-amère semble avoir imposé son sceau sur l’existence du jeune homme de 19 ans et l’avoir durablement installé dans la position d’incompris. Wolf Biermann y juxtapose le thème de la fuite et celui de la mort et critique cette décision, sous-entendant que cette fuite était faite « aux frais » de ceux qui restaient. Trainant cette chanson comme une épitaphe, Florian Havemann s’installa durablement dans la contestation, brisant tous les tabous. Après sa fuite de la RDA, il écrivit, sur son père, en 1978, un essai qui fit scandale pour le journal  Der Spiegel. Il s’efforce d’y démythifier la figure de l’intellectuel en accusant Robert Havemann d’égomanie et de dilettantisme. Sa présence en tant que n°2 sur la liste du parti communiste pour les élections au parlement de Saxe fut également considérée comme une nouvelle manière de briser un tabou.

Un livre-du-père / Ein Vaterbuch

Florian Havemann qualifie son livre Havemann de « romans basé sur des faits » et y retrace l’histoire de sa famille, de son grand-père, de son père et la sienne. Dès sa parution en novembre 2007, le livre fit scandale, en particulier en raison des accusations portées contre Wolf Biermann.  Après plusieurs plaintes de protagonistes cités dans le roman sous leur véritable nom, l’éditeur Suhrkamp retira le livre de la vente le 21 décembre 2007. Dans la seconde édition abrégée de septembre 2008, les noms de nombreuses personnes parmi lesquelles Angela Merkel et son mari Joachim Sauer, la chanteuse Eva-Maria Hagen et la propre sœur de Florian, Sybille Havemann n’apparaissaient plus. Dans l’intervalle, une version en pdf avait circulé sur internet, dans laquelle ces noms avaient été noircis. Dans son livre, Florian Havemann anticipe la prochaine lecture par Wolf Biermann des passages qui le concernent :

« Natürlich wird er das lesen, was ich über ihn zu schreiben habe […]. Und wenn ich jetzt hier sage und auch schreibe, daß ich diesen Mann geliebt habe, ja, immer noch liebe, dann wird er auch das als etwas ganz Perfides abtun.”

“Naturellement, il va lire ce que j’ai écrit sur lui […]. Et si je dis ici et aussi j’écris que j’ai aimé cet homme, oui, que je l’aime encore, alors il va aussi le prendre comme quelque chose de tout particulièrement perfide. »

L’ambiguïté fondamentale de Florian Havemann se retrouve dans cette phrase qui porte en elle le ressort interne du livre. Cette affirmation constitue en effet à la fois une déclaration touchante et en même temps une accusation portée envers l’autre dont elle implique la propre stylisation en éternel incompris. Ce livre se veut donc provocation et scandale mais il est aussi l’illustration d’une recherche de sa propre place et manifeste uen certaine forme de courage. Florian Havemann dessine ici la figure d’un double exil allemand, dans lequel le réfugié d’Allemagne de l’Est ne trouvera finalement pas vraiment sa place à l’ouest.

La Bnu possède la première édition, rare, de ce livre interdit.

Aude Therstappen


Orientations bibliographiques :

Havemann, Florian, Havemann, 1ere éd., Francfort sur le Main, Suhrkamp, 2007.

Borowicz Dominika, Vater-Spuren-Suche, Auseinandersetzung mit der Vätergeneration in deutschsprachigen autobiographischen Texten von 1975 bis 2006, Göttingen, V&R, 2014, p. 314

Kreknin Innokentij, Poetiken ses Selbst, Berlin, De Gruyter, 2014, p.253

https://www.faz.net/aktuell/feuilleton/buecher/realroman-havemann-neuauflage-irgendwann-1513835.html

https://www.kas.de/de/einzeltitel/-/content/identitaet-und-leben-in-der-diktatur

https://web.archive.org/web/20110719115510/http://www.zeitfug.de/

 


Aude Therstappen

Directrice adjointe du pôle Services et collections

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search