Ms.4.359 Restauration d’un rouleau coranique de 8,50 m de long

 

L’exposition « L’Orient inattendu » qui a ouvert ses portes à la Bnu en Septembre 2021 a été l’occasion pour l’atelier de conservation-restauration de restaurer des manuscrits exceptionnels tant du point de vue esthétique et technique qu’historique. Parmi ces objets orientaux précieux conservés pour la plupart au sein des  réserves de la Bnu, le manuscrit Ms.4.359 retient l’attention par sa taille : ce petit rouleau qui tient dans une main mesure une fois déplié plus de 8,50 m de long sur 7 cm de large.

Il est d’autant plus intéressant qu’il ne s’agit pas d’un talisman magique mais bel et bien d’un Coran dans son entier où la parole divine du prophète prend la forme d’une calligraphie miniature appelée “ghubâr,” ce qui signifie poussière. Souvent le format du rouleau est dédié à des amulettes à porter sur soi où se mêlent parole divine et texte magique. Ici, le texte rédigé en langue arabe à l’encre noire, rouge et blanche développe les sourates du Coran sur 8,50m, particularité peu courante.

 

Daté du XVIIIe siècle, le manuscrit débute par un petit frontispice doré et peint accueillant des roses et un décor végétal. Le texte court ensuite, cerné par des filets d’encadrement, disposé en 3 colonnes et une série de cartouches. La colonne centrale, plus large, laisse apparaître subtilement par un effet de rehaut une écriture plus grande formée à partir des écritures miniatures. Le support en papier oriental a la caractéristique d’être poli en surface et couvert d’un apprêt amidonné lui conférant sa brillance. Pour atteindre cette longueur, il a fallu mettre bout à bout par collage plusieurs bandes de papier.

 

Par sa longueur, la qualité de sa calligraphie et son contenu, ce rouleau coranique relève d’un grand intérêt patrimonial au sein des collections de la Bnu. Ce sont ces particularités et le projet d’exposition qui ont motivé sa restauration.

 

 

CONSTAT DE L’ETAT MATÉRIEL

Les taches d’encres et auréoles, déchirures périphériques et petites lacunes, gondolements et ondulations ainsi que les tensions et plis cassés ne permettaient pas à l’objet d’être exposé en l’état. D’autant plus que la consultation d’un tel Coran nécessite de tirer sur une extrémité pour déployer la suite. Le premier mètre, partie la plus sollicitée, était le plus altéré.

Les dégradations de surface correspondaient à des traces d’usage tandis que celles d’ordre structurel étaient majoritairement dues aux tensions provoquées par les collages (jonctions bout à bout des bandes de papier ; présence de bandes de consolidation et de doublages anciens) et à un stockage peu adapté (le diamètre de serrage du rouleau était trop réduit et le manuscrit contraint dans sa boîte).

La manipulation était devenue dangereuse du fait de sa longueur et de ses diverses altérations. Le manuscrit étant montré régulièrement, une intervention de conservation curative/restauration devenait urgente pour le stabiliser et permettre sa consultation sans risque.

TRAITEMENT DE CONSERVATION-RESTAURATION

Le traitement de conservation-restauration a consisté en la consolidation du support et sa mise en valeur en vue de l’exposition. Cela a été l’opportunité de le dérouler en son entier.

Une mise à plat ponctuelle des zones présentant des tensions a été réalisée par une très légère humidification à l’aide d’un mélange d’eau et d’éthanol afin de limiter l’apport d’humidité. De par leur encollage, ces papier sont en effet très réactifs. Une atténuation des plis cassés s’est faite selon la même procédure. Ces zones ont ensuite été mises sous pression entre des buvards et des aimants.

Ms.4.359 en cours de restauration : pose de bandes de renfort en papier japonais pré-teinté (consolidation des déchirures périphériques) ©MRo

L’étape la plus chronophage a été la consolidation des déchirures périphériques par la pose de bandelettes de papiers japonais (20g/m²) pré-teinté à la peinture acrylique et collées à l’amidon de blé dilué. S’en est suivi le comblement des petites lacunes . Un doublage local, notamment aux deux extrémités du rouleau (zones de prise en main) et le long des bords où le support est plus fin et plus fragile, a été effectué avec des bandelettes de papier japonais (3,5g/m²) pré-teinté et pré-encollé à la Klucel G® (adhésif soluble dans l’éthanol et dilué à 2%) afin de limiter l’effet mouillant et éviter les gondolements du papier.

Enfin, pour faciliter la manipulation sans avoir à toucher directement l’oeuvre, les extrémités ont été prolongées avec un papier japonais de grammage similaire au papier d’oeuvre (40g/m²) pré-teinté à la peinture acrylique et retouché aux crayons aquarellables.

CONCLUSION

Aujourd’hui le rouleau a été libéré de ses contraintes : librement enroulé sur lui même, il a retrouvé de l’aisance et de la souplesse. La restauration a également permis la mise en valeur de l’objet. Il est actuellement présenté auprès d’autres objets islamiques à la Bnu, en attendant la confection d’un conditionnement adapté à son format. Il est prévu qu’il soit enroulé autour d’une âme cylindrique, une interface en papier japonais limitant les frottements de la partie manuscrite sur l’envers et ainsi limitant le transfert. Le tout sera placé dans un conditionnement en carte neutre avant de ré-intégrer les réserves des fonds précieux après exposition.


Morgane Royo

Restauratrice du patrimoine spécialité Livres et arts graphiques.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search