Un printemps en Lorraine ? Alfred Pellon et la complexité du sentiment identitaire

www.numistral.fr / Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg

Source : www.numistral.fr / Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg

Une femme à sa fenêtre – mais est-ce vraiment une fenêtre, ou le cadre d’un paysage immortalisé par le peintre dont la figure féminine songeuse serait en quelque sorte le double idéalisé ? Derrière la jeune femme en costume lorrain aux fleurs et aux couleurs claires, un arbre en fleurs et la silhouette du vieux Metz, prairies de la Seille au premier plan, avec ses monuments (porte des Allemands, cathédrale, églises Sainte-Ségolène, de garnison et Saint-Vincent) tous bien reconnaissables devant le mont Saint-Quentin que le fond du tableau fait apparaître comme arrosé d’une pluie d’or. Vue printanière, solaire même où, si l’on ne peut précisément parler d’une esthétique formelle Art nouveau, l’inspiration de l’esprit Jugendstil (Metz est alors allemande) – à commencer par l’idéalisation d’un personnage féminin – est toutefois patente. On ne connaît pas les circonstances de la réalisation de cette affiche, non plus que sa date exacte ; il est probable qu’il faille la ranger dans cette production « touristique » commanditée par les villes ou les régions et dont l’époque autour de 1900 nous a livré tant d’exemples (ne pensons qu’aux affiches de promotion des chemins de fer). L’artiste par contre est bien connu, et l’évocation de sa carrière peut livrer quelques éléments capables de mieux faire comprendre et apprécier la scène qu’il nous met sous les yeux.

 

Alfred Pellon (1874-1947), fils d’un tailleur de pierres, né à Metz et formé dans cette ville, puis à l’Académie royale de Munich où il côtoie d’autres Alsaciens-Lorrains comme Schnug, Spindler, Beecke et Rinckenbach, est un des principaux représentants de la tendance qui souhaite, autour de 1900, réveiller les arts dans le Reichsland Elsass-Lothringen et les ouvrir à la modernité. Pour ce faire, il crée avec Beecke, en 1902, le Künstlerbund Lothringen (Association des artistes lorrains) et surtout, la même année, participe à la fondation de la revue Jung Lothringen (La Lorraine moderne). En 1905, toujours à l’initiative de Pellon qui en devient président, c’est le Künstlergruppe Lothringen (Groupe des artistes lorrains) qui est fondé, avec pour objectifs de montrer qu’en face de l’art lorrain « français » de l’École de Nancy, il existe un art lorrain « allemand » à Metz, avec des artistes formés en Allemagne. C’est qu’à l’intérieur même du Reichsland, Metz doit s’affirmer aussi face à la prédominance de Strasbourg, capitale régionale. En 1907, Pellon intègre une nouvelle société créée à l’initiative du « Bezirkspräsident » (président de district) de la Lorraine, le comte von Zeppelin-Aschhausen, le Lothringischer Kunst- und Kunstgewerbeverein (Société lorraine des arts et des arts décoratifs), à laquelle appartient aussi l’archiviste départemental et futur directeur de la KULB (l’ancêtre de la BNU), Georg Wolfram. La Société organise en 1907 (et tous les ans par la suite) une grande exposition artistique à l’hôtel Terminus de Metz, qui rassemble locaux, français et étrangers (à côté de Metz et de Strasbourg, Nancy, Paris, Karlsuhe, Darmstadt ou encore Munich). Parallèlement à ces activités, Pellon enseigne aussi dans une école professionnelle de Metz jusqu’en 1918, et travaille à l’Opéra-théâtre comme décorateur et conseiller artistique. Il a aussi réalisé un grand nombre de cartes postales et illustré des ouvrages ; la Revue alsacienne illustrée a régulièrement, à partir de 1910, rendu compte de ses activités, d’illustrateur notamment.

 

Source  :  Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, M.34.169

C’est tout cet arrière-plan de renouveau local de l’art, inspiré par des sources qui doivent provenir elles aussi du terroir, que l’on peut voir dans l’affiche Metz. Tant le Künstlergruppe Lothringen que le Lothringischer Kunst- und Kunstgewerbeverein devaient contribuer au rayonnement des artistes locaux au-delà des frontières du Reichsland. Pellon, qui y fut très actif, a par la suite écrit l’histoire de cette période et assure qu’à partir de 1909, la vie artistique de Metz connut un décollement certain et qu’en particulier, la fondation du Lothringischer Kunst- und Kunstgewerbeverein fut suivie  de nombreuses expositions où s’exprima, selon lui, un art vraiment « local et populaire ». L’écrivain Hermann Wendel a même parlé d’une « bohème messine » des années autour de 1900, où se croisaient Beecke, Rinckenbach, Wendel, Flake, Yvan Goll ou encore l’illustratrice Lika Marowska… tous ces noms que l’on associe aujourd’hui à la « Renaissance alsacienne » dont René Schickele a été l’un des porte-drapeaux.

 

Source  :  Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, M.34.169

Une partie de ce petit monde vit une fin amère avec l’année 1918. Pellon, né comme son nom l’indique dans une famille francophone, mais qui s’était parfaitement assimilé dans une Lorraine allemande, est expulsé en 1919 et part d’abord à Offenburg avant de s’établir à Berlin en 1921, puis à Baden-Baden à partir de 1934. Il poursuit dans la capitale allemande une activité artistique protéiforme (illustration, théâtre, cinéma…), mais reste marqué à jamais par sa « petite patrie », comme l’indiquent certains titres (Motive aus Lothringen, en 1920, Unter Mirabellenbäumen, en 1942) ou encore son récit autobiographique Gozell Garin, Chronik eines Lothringer Vaganten (1942). C’est un représentant typique de cette « double-culture » qui a marqué tant d’intellectuels du Reichsland et dont l’archétype a été théorisé par René Schickele. Rédigeant l’article consacré à la peinture et à la sculpture dans l’ouvrage de référence Das Reichsland Elsass-Lothringen 1871-1918, il constate que pendant les quelques décennies de présence allemande, ces arts ont été richement fécondés par l’apport germanique. Il constate aussi qu’avec la guerre s’en sont suivis, pour les artistes, fuite et déracinement. Il convient bien sûr de faire la part des choses, et notamment d’avoir bien en tête cette nostalgie qui lui fait sans doute un peu surestimer après coup le « renouveau » des arts à Metz autour de 1900. La « bohème messine » n’est pas l’École de Nancy… Il n’empêche qu’en feuilletant la revue Jung Lothringen, on ne saurait lui donner tout à fait tort : la revue revendique clairement l’influence du Jugendstil munichois et se distingue, par la qualité de ses illustrations, des parutions contemporaines du Reichsland. Avec d’autres titres comme Simplicius ou Bruder Lustig, elle fait partie de ces revues qui portent un projet inédit en Alsace-Lorraine : accepter pleinement un héritage culturel allemand qui vient nourrir une affirmation identitaire originale. Aussi ne peut-on que souscrire à la réflexion que fait F.-Y. Le Moigne lorsque, dressant un portait de Pellon dans son Histoire de Metz, il en fait un symbole du « second déracinement » vécu par les Lorrains en 1918, après celui de 1870.

 

Le regard pensif et quelque peu sévère de la jeune Lorraine sur notre affiche, qui contraste avec l’éclat printanier des couleurs, peut certes se rattacher à une tradition, qu’un Maurice Barrès avait popularisée au début du siècle, en particulier avec Colette Baudoche, celle du Lorrain réfléchi, austère et quelque peu introspectif ; mais ne peut-on y voir aussi un reflet de cette histoire complexe du pays de frontière, tiraillé entre influences culturelles diverses, entre tradition et modernité, avec aussi, qui sait, la prescience des tourments à venir, en ce beau mais trompeur printemps des années 1910 ?

 

Christophe Didier

 


 

Date d’édition : autour de 1910
Lieu de conservation : BNU
Type de document : affiche (90×88 cm)
Cote : NIM 18003

 

Découvrir : le document peut aussi être consulté dans une meilleure définition (avec un texte de présentation plus succinct) sur Numistral.

 

Orientations bibliographiques :

  • Pignon-Feller, Christiane. – Metz 1848-1918 : les métamorphoses d’une ville. – Paris : Éditions du patrimoine, 2013
  • Pellon, Alfred. – « Malerei und Platik im deutschen Lothringen von 1871-1918 », in Wissenschaft, Kunst und Literatur in Elsass-Lothringen 1871-1918 / hrsg. von Georg Wolfram. – Frankfurt-a.-M. : Selbstverlag des Elsass-Lothringen-Instituts, 1934
  • Deutsche biographische Enzyklopädie. 2., überarb. und erw. Ausgabe / hrsg. von Rudolf Vierhaus. – München : Saur, 2007
  • Allgemeines Künsterlexikon online
  • Didier, Christophe et Elloy, Jean-Louis. – « Un éveil difficile : esprit nouveau et revues culturelles dans le Reichsland Elsass-Lothringen », in Jugendstil am Oberrhein: Kunst und Leben ohne Grenzen. – Karlsruhe : Braun, 2009 [en ligne sur UnivOak]
  • Legendre, Jean-Pierre. – « Alfred Pellon (1874-1947), un artiste libre dans une époque troublée », in Les carnets de Medamothi, 2014

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search