Comment la bibliothèque d’archéologie classique d’Adolf Michaelis est restée à Strasbourg

Alix Peyrard, chargée d’études et de recherche à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), nous livre les résultats de ses recherches sur l’histoire de la bibliothèque du fondateur de l’institut d’Archéologie classique de l’Université de Strasbourg, l’archéologue Adolf Michaelis (1835-1910). On y découvre l’intérêt qu’a suscité cette collection, considérée en 1908 comme « incomparable », auprès du couturier et collectionneur Jacques Doucet (1853-1929) qui venait de fonder la même année, à Paris, la Bibliothèque d’art et d’archéologie, aujourd’ hui partie intégrante de la bibliothèque de l’INHA.              

L’histoire de la Bibliothèque d’art et d’archéologie Jacques Doucet fait d’ailleurs l’objet d’un programme de recherche à l’INHA :



Adolf Michaelis (1835-1910)

La tentative d’achat de la Bibliothèque d’Adolf Michaelis par la Bibliothèque d’art et d’archéologie.

Par Alix Peyrard

Chargée d’études et de recherche à l’INHA

Télécharger l’article en format pdf

Dans le numéro de décembre 1924 de la Gazette des beaux-arts, André Joubin (1866-1944) directeur de la Bibliothèque d’art et d’archéologie (1918-1937), évoquant son expérience personnelle, rappelait la situation des étudiants et des spécialistes, confrontés au manque de bibliothèques, à la fin du XIXe siècle.

« Les étudiants de ma génération, qui préparaient aux environs de 1889, le concours de l’École d’Athènes, se rappellent l’indigence des Bibliothèques de ce temps qui mettaient à leur disposition quelques douzaines de volumes et une pincée de photographies. Les bibliothèques spécialisées n’existaient point alors et les bibliothèques générales, qui doivent donner satisfaction à tout le monde, sont impropres aux recherches approfondies[i] ».

C’est pour répondre à cette « pénurie » et aux besoins des savants, que le couturier et collectionneur Jacques Doucet (1853-1929) constitue en 1908 une bibliothèque qui vise à collationner tous les ouvrages relatifs à l’art et à l’archéologie. Initialement constitué d’un noyau de « quelques livres[ii]  », le fonds de la Bibliothèque d’art et d’archéologie s’est rapidement accru pour atteindre près de « cent mille imprimés, cinq cents volumes manuscrits, quinze cents dossiers de documents originaux, cent cinquante mille photographies, dix mille estampes, deux mille recueils de gravures et un millier de dessins[iii] ». René-Jean (1879-1951), premier bibliothécaire de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, installée rue Spontini, engagé en septembre 1908 par Jacques Doucet[iv], voit plusieurs raisons à cet accroissement : les moyens financiers déployés par le couturier et la « collaboration bénévole et dévouée » des savants. C’est la raison pour laquelle il parle « d’une bibliothèque formée pour les savants » mais qui est aussi une œuvre collective des savants. En effet, la recherche des ouvrages qui pouvaient constituer cette bibliothèque n’a jamais été « livrée au hasard des catalogues[v] ». Dès ses débuts, son fondateur voulut s’attacher les services et conseils des plus grands noms de l’histoire de l’art ou de la science archéologique. Les propositions d’achats faites par François Thureau-Dangin (1872-1944) pour l’art assyrien, Clément-Janin (1862-1947) pour la gravure contemporaine, Émile Bertaux (1869-1917) pour l’art espagnol ou encore Paul Perdrizet (1870-1938) pour l’archéologie classique ont permis de garnir les trente pièces des cinq appartements de la rue Spontini.

La riche correspondance entre René-Jean et Paul Perdrizet, qui ont participé ensemble au récolement des tableaux de la collection Campana de 1906 à 1907, conservée à la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), permet de retracer les débuts de la Bibliothèque d’art et d’archéologie et de rendre compte des négociations que les deux hommes ont rapidement entreprises avec Adolf Michaelis (1835-1910) pour acquérir sa bibliothèque privée.

Dès l’été 1908, l’archéologue nancéen Paul Perdrizet conseille à son ami René-Jean, tout juste recruté comme bibliothécaire par Jacques Doucet, d’entrer en contact avec l’archéologue allemand Adolf Michaelis. Détenteur de la chaire d’archéologie classique de la Kaiser-Wilhelms-Universität de Strasbourg depuis 1872, Michaelis vient en effet de prendre sa retraite et n’aurait « aucune objection à négocier la cession (après décès) de sa bibliothèque », ce que confirment les propos de son collègue Bruno Keil, titulaire de la chaire de philologie, rapportés par Perdrizet dans un courrier[vi]. Si Perdrizet se fait pressant auprès de René-Jean, c’est qu’il juge « la bibliothèque Michaelis […] incomparable » ; elle contient selon lui, « pour l’histoire de l’archéologie et de l’art, du XVIe s. à nos jours, des ouvrages de toute première rareté, dont la valeur intrinsèque est encore augmentée par le fait qu’ils forment série[vii].

Connaissant le peu d’entrain de Jacques Doucet pour l’achat de « Bibliothèques toutes faites par d’autres[viii] », Paul Perdrizet expose avec force, dans son courrier du 18 septembre 1908, l’intérêt d’une telle acquisition pour une bibliothèque encore à ses débuts :

« Comprenez-moi bien : il ne s’agit pas de livres sur l’art des XVIe, XVIIe, XVIIIe s., mais de livres publiés aux XVIe, XVIIe, & c., sur l’art ancien, sur les fouilles & monuments d’Italie, spécialement sur les statues antiques trouvées à Rome. Je considérerais comme un malheur que cette collection, si précieuse, nous échappât. Par nous, j’entends les travailleurs de chez nous. Et si l’on vous dit que les livres publiés aux XVIe, XVIIe s. sur les antiquités et les statues anciennes sont aujourd’hui sans valeur, on se trompe lourdement. Évidemment, le moindre étudiant archéologue d’aujourd’hui est plus fort que les antiquaires du XVIe et du XVIIe s. Mais les livres de ceux-ci gardent encore et garderont toujours une valeur comme témoignages historiques des variations du goût, comme documents pour « l’histoire de l’histoire de l’art », et comme sources de renseignements concernant la provenance des monuments, les circonstances des découvertes. Essayez d’étudier n’importe quel antique des musées de Rome sans recourir aux vieux antiquaires[ix] ! »

Lettre de Paul Perdrizet à René-Jean, 18 septembre 1908, Nancy.
Paris, Bibliothèque de l’INHA, Autographes 144, 2, 595.

 

 

 

 

 

 

Si cette bibliothèque est aussi remarquable aux yeux de Paul Perdrizet, c’est parce qu’Adolf Michaelis est un archéologue allemand de grande réputation et qu’il est un exemple de l’Altertumswissenschaft admiré et copié dans l’Europe entière, en France en particulier. Le voyage de Maxime Collignon (1849-1917), professeur de lettres à Bordeaux, membre de l’École française d’Athènes, chargé par le ministère de l’Instruction publique en 1882 de rendre compte de l’enseignement pratiqué dans les Universités de l’empire allemand, est emblématique de l’intérêt envers ces méthodes[x]. Né à Kiel dans une région germanophone du Danemark, l’archéologue et philologue Adolf Michaelis y fut d’abord Privat-Dozent (en 1861) avant d’être nommé professeur à l’Université de Greifswald (en 1862), puis à l’Université de Tübingen (en 1865) et de rejoindre la nouvelle chaire d’archéologie classique de Strasbourg, en 1872. Dans cette Université vitrine du nouveau Reichsland d’Alsace-Lorraine, il fonde le musée des moulages – qui porte actuellement son nom – et le Lehrapparat (apparat pédagogique) correspondant. Selon les préceptes de l’Altertumswissenschaft en vigueur dans l’espace germanique, chaque chaire d’archéologie se doit d’être accompagnée d’une gypsothèque mais aussi d’une riche bibliothèque et d’une photothèque, outils nécessaires à la pédagogie et aux travaux de recherches. Les professeurs peuvent ainsi s’appuyer sur des exemples pratiques visibles au sein du musée.

Adolf Michaelis a commencé les achats pour sa collection de moulages dès 1872. En tant que membre du jury pour le concours architectural de la nouvelle université, il impose un cahier des charges très rigoureux pour l’exposition de ces premiers moulages, révélateur de ses intentions didactiques. Michaelis n’est pas un archéologue de terrain, mais il se passionne pour la muséographie et l’exposition des collections notamment italiennes[xi] mais aussi britanniques[xii]. Il a donc souhaité que le nouvel édifice dispose de longues salles et de surfaces murales suffisantes pour exposer des moulages et des reliefs de grande taille. Soucieux de les mettre en valeur, il réclame à l’architecte Otto Warth (1845-1918) une lumière importante mais « apaisante » au sein du bâtiment[xiii]. Outre les frises du Parthénon, on compte dans la collection de la gypsothèque de Strasbourg des moulages des frises d’Olympie et d’Égine, le Marsyas de Myron, l’Apollon du Belvédère ou encore des moulages d’oeuvres découvertes plus récemment[xiv], ce qui montre le désir de Michaelis de se tenir informé des fouilles en cours et d’en faire part à ses étudiants. Ces moulages ne donnent pas seulement à voir mais participent pleinement à l’avancée de la recherche en archéologie[xv].

Sollicitant régulièrement les musées et ateliers européens pour garnir son musée, Michaelis entre en contact avec Salomon Reinach (1858-1932), conservateur du musée d’Archéologie nationale à Saint-Germain-en-Laye, professeur à l’École du Louvre et conseiller auprès de René-Jean et de Jacques Doucet. C’est sans doute cette proximité et les visites que firent les deux savants dans leur musée respectif qui expliquent la remarque de Paul Perdrizet concernant la bibliothèque de Michaelis :

« J’attache une importance extrême à l’achat de la bibliothèque Michaelis. […] Mais il faut songer à autre chose. À l’effet à produire sur les archéologues, qui croient tous, sur la foi de S. Reinach, que cette bibliothèque est extraordinaire. Quand on saura que vous l’avez achetée, personne n’osera plus douter que vous ne soyez admirablement outillés pour l’antique[xvi]. »

Outil essentiel du Lehrapparat de l’archéologue allemand, la bibliothèque d’Adolf Michaelis contient aussi de nombreux livres en grec ancien et latin provenant de celle de son oncle Otto Jahn (1813-1869), professeur d’archéologie et de philologie à l’Université de Leipzig, dont il avait hérité à son décès. Jacques Doucet finalement convaincu de l’intérêt de l’achat de la bibliothèque Michaelis, Paul Perdrizet s’interroge sur les modalités de la négociation avec le savant allemand et s’en ouvre à René-Jean :

« Je suis très embarrassé pour vous conseiller sur la marche à suivre maintenant. La question me semble être celle-ci : faut-il écrire à Michaelis avant d’aller à Strasbourg ? et, si vous lui écrivez de Paris, devez-vous simplement lui demander un rendez-vous ? Ou lui exposer l’objet de votre visite ? Ou bien faut-il vous rendre à Strasbourg, & lui écrire ou lui téléphoner de Strasbourg même ? ou faut-il aller chez lui sans l’avoir prévenu ? – Et faut-il que je vous accompagne ? – Une foule de solutions sont à examiner. J’y ai pensé toute la journée. Le meilleur serait, je crois, d’aller à Strasbourg, vous & moi, et de demander à Michaelis, une fois à Strasbourg, l’autorisation de nous présenter chez lui[xvii] »

 

Lettre de Paul Perdrizet à René-Jean, Nancy, 1908. Paris, Bibliothèque de l’INHA, Autographes 144, 2, 593

 

 

 

Selon Perdrizet, ces différentes démarches doivent être accompagnées d’une lettre d’introduction. Il exhorte d’ailleurs René-Jean à ne pas se rendre à Strasbourg sans la lettre que Georges Perrot (1832-1914) a rédigée à l’attention de Michaelis : « Ne partez pas pour Strasbourg sans une introduction de Perrot pour Michaelis. Perrot est un brave homme, qui n’a pas les mesquineries des petits pontifes[xviii]. » Cette confiance s’explique, sans doute, par le soutien accordé à Perdrizet tout au long de sa carrière par Perrot.

À l’automne 1908, René-Jean et Paul Perdrizet se rendent donc ensemble auprès de Michaelis à Strasbourg et profitent de ce déplacement « pour étudier les catalogues[xix] » en les comparant à celui publié en 1902 par August Mau (1840-1909) qui constitue pour l’archéologue nancéen la référence principale en archéologie[xx] :

« Prenez celui de la bibliothèque de l’Institut archéologique all[eman]d de Rome par Mau (Rome, Loescher, 2 vol. 8o) & marquez-y ce que vous avez déjà. Peut-être l’ouvrage vous sera-t-il commode, pour faire le relevé des richesses de la bibl [iothèque] Michaelis : cela vous dispensera d’écrire les titres des livres. Achetez donc Mau, & faites le interfolier. Pour l’antiquité, je considère que ce livre excellent est le point de départ d’une bonne bibliographie[xxi] »

 

Lettre de Paul Perdrizet à René-Jean du 5 octobre 1908, Nancy. Paris, Bibliothèque de l’INHA, Autographes 144, 2, 596.










Ainsi, Perdrizet et René-Jean semblent ainsi avoir pris toutes les précautions pour évoquer l’achat de cette bibliothèque avec Michaelis et pour en apprécier l’intérêt. Pourtant la correspondance entre les deux hommes se fait aussi l’écho des craintes de Perdrizet qui redoute peut-être un refus du savant allemand. Le courrier du 26 octobre 1908 montre ses appréhensions à cet égard :

« Je suis sans nouvelle de Michaelis. Je lui écrirai peut-être demain, pour lui envoyer une publication. Je profiterai de l’occasion pour effacer autant que faire se pourra, l’impression pénible que notre visite a pu lui causer[xxii]. ».

Quelques jours plus tard une nouvelle lettre de Perdrizet à René-Jean vient effacer les craintes du bibliothécaire et de son conseiller :

« Je reçois de Michaelis la lettre suivante, en réponse à la mienne & à l’envoi de ma thèse. Vous aurez plaisir à savoir que cet homme vénérable n’est pas froissé de la démarche que nous avons tentée auprès de lui[xxiii]. »

Néanmoins, les négociations n’aboutissent pas en 1908. Elles reprennent avec les trois fils de Michaelis – le lieutenant Eduard Michaelis, le pasteur Otto Michaelis (1875-1949), et le docteur Rudolf Michaelis (1876-1971) – après la disparition du savant, le 12 août 1910. De part et d’autre du Rhin la situation n’est plus la même. En deux ans, la Bibliothèque d’art et d’archéologie s’est enrichie et certains ouvrages en possession de Michaelis sont aussi présents rue Spontini. À Strasbourg, les fils du savant tentent d’obtenir un prix confortable et se lancent dans une surenchère que condamne Perdrizet auprès de René-Jean :

« Avec les procédés qu’il emploie, je crains fort que le lieutenant Michaelis ne trouve d’autres acheteurs que des libraires. Je crains que l’économie qu’on aurait pu faire en traitant directement avec lui pour un achat global ne soit consumée, & au-delà, par un voyage à Strasbourg, surtout si je dois vous y accompagner[xxiv]. »

Les trois fils Michaelis font une grande publicité de cette future vente espérant obtenir une somme aussi importante que celle acquise par les héritiers d’Adolf Furtwängler (1853-1907)[xxv]. L’offre de Jacques Doucet, de 20 000 marks[xxvi], plus élevée que les autres propositions reçues par les fils Michaelis, permet à Perdrizet d’être confiant. La réception du protocole de vente semble confirmer la réussite prochaine du projet d’acquisition et l’archéologue français se plaît à imaginer le retentissement d’un tel achat :

« Vous me tiendrez au courant de l’effet produit, je suppose que vous irez demain matin chez Reinach, d’où la nouvelle sera colportée dans tous les coins de la grande potinière parisienne. Demain soir, une foule de gens, qui ne savaient pas ce matin qui était Michaelis, donneront leur avis gravement, un avis favorable, d’autant plus favorable qu’ils n’y entendent rien[xxvii]. »

Pourtant, contre toute attente, l’acquisition ne se fait pas. L’Université de Strasbourg fait valoir in extremis son droit de préemption, aidée par une subvention de la baronne Stichaner, originaire de Landau. C’est ce que confirme Eduard Michaelis dans le courrier qu’il adresse en français le 9 décembre 1910 à René-Jean :

« Je vous ai à faire – à vous et à M. Doucet lui-même – une communication, dons vous vous attristerez un peu peut être. Des deux offres la vôtre était dépassante l’autre de beaucoup. Mais une dame, dont le nom ne sera publié que plus tard, a payé le même prix pour l’Institut d’archéologie de Strasbourg. Cela nous a surpris nous-mêmes. Quand je vous ai écrit, personne n’avait prononcé le nom de cette dame moi je ne la connais pas jusqu’aujourd’hui. Il n’y a que dix jours environ, que nous avons entendu parler de 20 000 marks, auxquels on espérait. Il m’est impossible de dire, que je regrette un arrangement, qui conserve le tout de la vie scientifique de mon père au lieu même de son activité[xxviii]. »

 

Lettre d’Eduard Michaelis à René-Jean du 9 décembre 1910, Forbach en Lorraine.
Paris, Bibliothèque de l’INHA. A, Autographes 143, 3, 423.

 

 

Les fonds Michaelis de la Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg conservent aujourd’hui un ex-Libris de la Bibliothèque réalisé après cet achat par la famille Stichaner. Daté de décembre 1910 et portant l’indication « Stiftung von Stichaner », cet ex-Libris s’inspire des armes de la famille comme le montre la présence du dragon, armé d’une flèche, encadré par deux colonnes doriques.

Ex-Libris de la Fondation Stichaner-Bibliothèque Michaelis, décembre 1910. Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (Bnu), Fonds Adolf Michaelis, Ms 5358.

Malgré cet échec, René-Jean maintient ses échanges avec les fils Michaelis. Mais il ne s’agit plus à présent d’acquérir que quelques ouvrages qui manquent à la Bibliothèque, en évitant tout doublon au sein de l’institution :

« La liste que vous avez l’amabilité de nous communiquer était restée ici. Je viens de la consulter et vous trouverez ci-joint l’indication des ouvrages que nous serions contents d’acquérir. Pour répondre au désir que vous exprimez, j’ai indiqué des prix, en francs. Cela a été la partie la plus délicate de ma tâche car c’est la première fois que l’on nous demande de faire des offres pour des livres offerts. D’ordinaire, les libraires nous indiquent leurs prix que nous acceptons toujours. Ne vous étonnez donc pas si mes estimations sont parfois inexactes. Je ne pense pas cependant dans l’ensemble, m’être écarté beaucoup d’une valeur moyenne. Le total formerait une somme d’environ 650 francs. Si cela était possible, je voudrais, étant donné que notre catalogue n’est pas entièrement à jour, me réserver le droit de retourner dans la huitaine qui suivra leur réception, ceux des livres que, par hasard, nous avons eu en double[xxix]. ».

Pour l’achat de ces ouvrages comme pour celui des revues dont ne disposerait pas la Bibliothèque, René-Jean, comme il le mentionne dans son courrier aux fils Michaelis, fait appel à ses conseillers principaux, Paul Perdrizet et Salomon Reinach :

« Quant aux brochures de M. de Kékulé, nous achèterions volontiers celles qui nous feraient défaut si nous pouvions avoir la liste de ce qu’il y a. Je me ferais aider dans le choix par M. Perdrizet ou par M. Reinach[xxx]. »

L’échec de l’achat de la bibliothèque Michaelis, ressenti comme « rudement vexant » par Perdrizet[xxxi], n’eut pas des conséquences dramatiques pour la Bibliothèque d’art et d’archéologie. De 1908 à 1911, les acquisitions auprès des libraires français et étrangers ont été nombreuses. L’achat d’une bibliothèque entière n’est plus considéré comme prioritaire. Ainsi, lorsqu’il acquiert la bibliothèque de Friedrich Kekulé von Stradonitz, en 1913, la Bibliothèque d’art et d’archéologie ne garde que les ouvrages dont elle ne dispose pas, et vend les ouvrages de philologie à d’autres institutions.


[i] André Joubin, « La Fondation de Rothschild », La Gazette des Beaux-Arts, 1924, p. 318

[ii] René-Jean, « La formation de la section extrême-orientale à la Bibliothèque d’art et d’archéologie », Actes du XIe Congrès d’histoire de l’art organisé par la Société de l’histoire de l’art français, Paris, 26 septembre – 5 octobre 1921, Paris, 1923.

[iii] François Chapon, C’était Jacques Doucet, La Flèche, Fayard, 2006, p. 133. D’après les estimations données par André Joubin dans « la Bibliothèque d’art et d’archéologie de l’Université de Paris », Paris, Actes du Congrès d’Histoire de l’art, 1921.

[iv] Il avait été sous-bibliothécaire à l’Union centrale des Arts décoratifs de 1904 à 1908.

[v] Voir note 2.

[vi] Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art (ci-après INHA), Autographes 144, 2, 595. Sur Perdrizet, voir, en attendant la publication de sa correspondance avec René-Jean par Samuel Provost, l’important travail disponible en ligne réalisé sous sa direction : http://perdrizet.hiscant.univ-lorraine.fr/.

[vii] Bibliothèque de l’INHA, Autographes 144, 2, 595.

[viii] Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Naf 13124, fol. 9.

[ix] Bibliothèque de l’INHA, Autographes 144, 2, 595

[x] Maxime Collignon, « L’enseignement de l’archéologie classique et les collections de moulages dans les universités allemandes », Revue internationale de l’enseignement, vol. 3, 1882, p. 256-270.

[xi] Salomon Reinach, « Nécrologie d’Adolf Michaelis », Revue Archéologique, 4e série, tome XVI, 1910, p. 149.

[xii] Entre 1875 et 1882, il composa, après de nombreux voyages d’étude en Angleterre, l’ouvrage Ancient Marbles in Great Britain, publié à Cambridge.

[xiii] Anatole Boule, Restitution du musée idéal d’Adolf Michaelis, Mémoire de master sous la direction de Jean-Yves Marc, Université de Strasbourg, 2016.

[xiv] Le moulage de l’Aurige de Delphes, découvert en 1894, lors des fouilles françaises, ou celui de la Victoire de Samothrace, découverte en 1863, sont présents dans la collection.

[xv] En s’inspirant d’un relief d’athénien, dont la gypsothèque de Strasbourg possède un moulage, Adolf Michaelis a proposé de reconstituer le groupe formé par les deux statues individuelles d’Harmodios et Aristogiton conservées au musée archéologique de Naples, en les plaçant dos à dos. Afin de mieux comprendre comment le groupe devait s’articuler, Michaelis a créé un socle commun aux deux statues. Par ailleurs, il corrige une restauration jugée erronée de la tête d’Aristogiton, et lui attribue une barbe, comme sur le relief d’Athènes. Soline Morinière, « La Gypsothèque de Strasbourg : Quand les statues parlent d’elles-mêmes », Archimède, n° 2, 2015, p. 84.

[xvi] Bibliothèque de l’INHA, Autographes 144, 3, 686.

[xvii] Bibliothèque de l’INHA, Autographes 144, 2, 593. 7

[xviii]Bibliothèque de l’INHA, Autographes 144, 2, 596.

[xix] Bibliothèque de l’INHA, Autographes 144, 2, 596

[xx] August Mau, Katalog der Bibliothek des Kaiserlich Deutschen Archaeologischen Instituts in Rom, Rome, Loescher, 1902, 2 vol

[xxi] Bibliothèque de l’INHA, Autographes 144, 2, 596

[xxii] Bibliothèque de l’INHA, Autographes 144, 2, 598.

[xxiii] Bibliothèque de l’INHA, Autographes 144, 2, 599.

[xxiv] Bibliothèque de l’INHA, Autographes 144, 3, 692.

[xxv] Le collectionneur et banquier J. Loeb acquiert la bibliothèque de ce dernier pour 30 000 marks avant d’en faire don pour partie à l’Université de Harvard

[xxvi] Une somme deux fois plus élevée que les recommandations de Perdrizet, qui a pris contact avec de nombreux savants munichois pour cette estimation de la bibliothèque Michaelis.

[xxvii] Bibliothèque de l’INHA, Autographes 144, 3, 704

[xxviii] Bibliothèque de l’INHA, Autographes 143, 3, 423.

[xxix] Strasbourg, Bnu, fonds Adolf Michaelis, Ms. 5358, 219-221.

[xxx] Strasbourg, Bnu, fonds Adolf Michaelis, Ms. 5358, 219-221.

[xxxi] Bibliothèque de l’INHA, Autographes 144, 3, 705


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search