Une nouvelle acquisition aux multiples facettes

Gautier de Châtillon et Léon l’Archiprêtre traitent de la vie d’Alexandre le Grand

 

La reliure

Un des deux ouvrages patrimoniaux les plus chers achetés par la Bnu entre la fin de 2020 et le début de 2021 (grâce à une subvention de la Région Grand Est / / FRRAB[1]) est un livre double composé de deux imprimés reliés ensemble, donc ce qui s’appelle dans le langage des bibliothécaires un recueil factice, des XVe et XVIe siècles. C’est donc à la fois un incunable et un imprimé alsacien du XVIe, reliés sous une même reliure à la Renaissance, selon le souhait de son propriétaire lyonnais par un atelier de reliure lyonnais connu des spécialistes.

Ces deux livres ont un même sujet : la vie d’Alexandre le Grand. Le recueil contient par ordre d’apparition le poème assez connu mais très peu lu de nos jours : l’Alexandréide, de Gautier de Châtillon (1135 ? – 1201), imprimé par le Strasbourgeois René Beck en 1513 in-4°. Gautier de Châtillon est aussi parfois appelé Gautier de Lille. Le second livre est d’un autre auteur : Léon le Diacre ou Léon l’Archiprêtre (930 ? – 992 ?), et c’est aussi une vie d’Alexandre le Grand, mais plus ancienne. Ce second livre a été publié dans un lieu inconnu, probablement à Grenoble, et terminé le 15 novembre 1490, au format in-4°. Les deux œuvres de ce recueil factice ont été réunies par un possesseur qui, pour une raison ou pour une autre, a voulu les voir reliés ensemble. Cette pratique était courante jusqu’à la fin de la Renaissance.

Une page sans lettrines ni lettres d’attente de l’incunable

C’est donc un enrichissement double, voire triple pour la Bnu : en premier lieu un imprimé de notre début du XVIe s. auquel a participé outre l’imprimeur aussi un de nos grands humanistes : Jean Adelphus, qui signe la lettre liminaire par laquelle il conseille à Jakob Schenck, de Worms, la lecture de ce texte. Recueillir autant que faire se peut les éditions strasbourgeoises et alsaciennes du XVe siècle est un des axes de la politique documentaire patrimoniale de la Bnu depuis sa création. D’autre part, un incunable de plus entre dans notre fonds et celui-ci pose encore des questions quant à son attribution. Son lieu d’impression et le nom de son imprimeur ne sont pas encore connus avec certitude. Il est par ailleurs bon de voir s’accroître la collection d’incunables par un document non-alsacien, ce qui est tout à fait conforme à l’esprit dans lequel elle a été créée par ses initiateurs après 1871.

Le troisième apport est celui d’une reliure d’origine, artistement faite, non pas splendide en elle-même mais riche d’un style particulier : celui d’un atelier de relieurs documenté et connu des spécialistes, l’atelier lyonnais dit « Au compas ». Le catalogue de libraire d’anciens dans lequel nous l’avons repéré était d’ailleurs entièrement consacré à des ouvrages aux reliures de grande valeur. Elle n’a jamais été restaurée et montre quelques faiblesses dues à son grand âge, mais elle est vieille d’un demi millénaire ! C’est une reliure sur ais de bois, à six nerfs, décorée de filets « à froid » et de motifs en demi-cercles reliant des traits verticaux terminés par des fleurs de lis. Une bordure d’entrelacs encadre ce motif complexe. C’est donc une reliure qui a un style particulier et non la banale production d’une profession volontiers répétitive dans ses réalisations.

 : FR674821001_001_K2359_a

Le dos à six nerfs

L’exemplaire a appartenu à une personne bien documentée qui a fait mettre son blason sur les deux plats : d’azur aux trois molettes d’or (on ne voit ni l’azur ni l’or mais les trois molettes y sont passées à la couleur rouge) : Benoît Lecourt. C’était un juriste lyonnais du XVIe siècle (né au XVe siècle et mort en 1559) et il aimait les livres, particulièrement ceux d’histoire ancienne, de littérature classique et courtoise. C’est justement la thématique de ces deux livres ! Il est connu pour avoir fait relier ses livres par cet atelier Au compas, souvent regroupés en recueils. Il a aussi annoté certains passages, et surtout noté le prix d’achat du livre et le prix de sa reliure sur le premier contreplat : 13 sols et 7 deniers les deux livres et 8 sols la reliure.

L’encadrement du titre

Il faut nommer encore un personnage que cet achat documente : l’auteur de l’encadrement du titre est Hans Baldung Grien ; un bois d’une très grande beauté, qui rassemble toute une faune sauvage et domestique sous de grands arbres : du lion à l’écureuil, en passant par le bœuf, le lièvre et le cerf, sans oublier les oiseaux diurnes et nocturnes. Une vitalité certaine habite ces petites figures et les arbres eux-mêmes ont une forte présence. Cette gravure sur bois est aussi parfois attribuée à J. Wechtlin. La manière d’imprimer ce bois, dite en camaïeu à l’encre rouge, est à cette époque une innovation technique. Ce bois est fréquent dans les éditions de Beck au début du XVIe siècle mais il est rarement traité en camaïeu. René Beck (actif de 1511 à 1522), l’imprimeur du premier livre, est le gendre du célèbre Jean Prüss, un des principaux typographes du XVe siècle strasbourgeois. Il reprend son atelier situé dans la demeure appelée « zum Thiergarten ». Le bois de titre est donc parlant : c’est effectivement un jardin des animaux, enclos par une petite clôture qui est représenté. Cet encadrement contient parfois la marque typographique proprement dite de René Beck, qui vient exactement s’y emboîter.

Page l’imprimeur se nomme

Que nous dit le titre latin de cette œuvre ? C’est la Vie d’Alexandre le grand, roi de Macédoine, par Gautier « l’évêque des îles » (en fait de Lille), écrite avec une grande élégance sous la forme d’un poème héroïque. Un détail : l’auteur ne fut jamais évêque mais seulement chanoine et docteur de Sorbonne. Peut-être une bévue d’Adelphus, l’éditeur du texte. Ce poème a en effet la réputation d’être le meilleur poème latin du Moyen Âge (les critiques s’accordent sur ce point) et il remplaça parfois Virgile et Cicéron pour l’apprentissage du latin. À ce sujet on voit deux annotations ressemblant à ce que peut faire un apprenant au début du livre.

L’incunable n’a pas tous ces charmes bibliophiliques. Il est tel que les incunables sortaient des presses des typographes : dénué de tout décor et même de toute rubrique ; pas une seule lettre ornée, pas même une lettre d’attente. C’est tout juste s’il y a un colophon qui indique la date d’achèvement du travail. Mais il a une page de titre, et c’est déjà beaucoup pour un incunable. À la fin du colophon, on remarque une signature manuscrite « Michelet », avec un paraphe qui doit la dater de l’époque de l’impression du livre. Son auteur, Léon le Diacre, était actif à la cour ducale de Naples au Xe siècle et a transmis en latin la matière d’Alexandre à l’Occident. Avant lui, Alexandre était déjà, et même de son vivant, un être de légende(s). Callisthène, Clitarque, Aristobule, Cassandre, Diodore, Plutarque, Quinte-Curce, Arrien avaient écrit sa geste. On l’écrivait aussi chez les Syriaques, chez les Arméniens, puis chez les Persans et jusqu’aux Indes.

Colophon de l’incunable

La geste d’Alexandre permettait un certain accès aux lointains, à l’exotisme, au fantastique, aux confins du monde connu, vers l’Orient. L’Occident l’a adopté comme un de ses réservoirs à mythes dès le Moyen Âge et n’a cessé que récemment d’en être fasciné, depuis que le vaste monde s’est ouvert aux voyageurs et à notre besoin d’aller jusqu’aux limites de notre imagination. Tout cela nous amène à nos richesses en la matière et à nos précurseurs bibliothécaires et orientalistes, et à nos projets d’expositions ou de musée. Ce livre, ce double livre, est réellement une pièce humaniste de grande valeur, qui cadrera à merveille dans nos fonds. Son prix d’achat était de 36 000 € auprès du libraire parisien Paul Jammes.

Encore une dernière chose : l’illustre bibliographe Charles Ritter a signalé le livre de Gautier de Châtillon dans le catalogue des livres imprimés en Alsace que nous n’avons pas, mais en se trompant dans son fichier. Il l’attribue à Caoursin, qui n’a rien à voir là-dedans. Châtillon, c’est Castellione en latin, et Caoursin est alphabétiquement relativement proche. Cet achat permettra aussi de corriger cette petite erreur dans le répertoire des imprimés alsaciens du XVIe siècle.

Daniel Bornemann avec la collaboration de Madeleine Zeller


[1] Fonds régional de restauration et d’acquisition des bibliothèques.


K.2.359,1-2
Alexandri Magni Regis macedonum vita. Per Gualtherum Episcopum Insulanum heroico carmine elegantissime scripta
In-4°
Strasbourg, Renatus Beck, 1513
Relié avec
Historia Alexandri magni regis macedonie de preliis. Léon le Diacre
In-4°
[S. l.], [s. n.], 16 novembre 1490

Sur cet ouvrage de Gautier de Châtillon, voir :
https://www.persee.fr/doc/bude_0004-5527_1967_num_1_1_2962
Sur son possesseur : Benoît Court : un juriste humaniste et ses livres / Lannier, Hélène, 2018
Référence de l’incunable :
https://www.gesamtkatalogderwiegendrucke.de/docs/GW00878.htm


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search