Bodycapital : premier projet de recherche du DataLab de la Bnu

Le projet BodyCapital (Capital corporel, individus, sociétés de marché et politiques corporelles dans une Europe audio-visuelle du 20e siècle)

Le projet de recherche financé par un European Research Council Advanced Grant,« Capital Corporel. Individus, sociétés de marché et politiques corporelles dans une Europe audio-visuelle du 20e siècle » (BodyCapital), dirigé par Christian Bonah (Université de Strasbourg) et Anja Laukötter (MPIHD, Berlin), se propose d’examiner ce concept de capital corporel et son histoire en mettant l’accent sur l’histoire des documents audiovisuels de masse (films, TV, Internet) ainsi que d’inédits (documents audiovisuels amateurs, familiaux et privés) au cours du 20e siècle en Europe et au-delà. BodyCapital prend comme point de départ la proposition selon laquelle les documents audiovisuels ne seront pas envisagés simplement comme un miroir ou comme exprimant ce qu’ils observent ; ils seront considérés comme une force performative interactive et spécifique des sociétés de médias de masse. Ces documents sont considérés comme essentiels et originaux, premièrement parce que leur distribution est extrêmement large, deuxièmement parce qu’ils transcendent les groupes professionnels et sociaux, troisièmement à cause de leur caractère utilitaire, et quatrièmement parce qu’ils font écho aux principes de l’économie de marché en ce qui concerne la promotion/communication.

En cela, le programme de recherche suggère que les documents audiovisuels véhiculent des significations heuristiques et analytiques. Les chercheurs souhaitent comprendre le rôle que les médias de masse audiovisuels modernes ont joué dans ce qui peut être décrit comme le passage d’un paradigme de santé publique bio-politique national au début du 19e siècle à des formes de sociétés à la fin du 20e siècle où une vie meilleure et plus saine est de plus en plus définie par des forces et un fondamentalisme de marché. Ici, le début du 19e siècle est caractérisé par des corps collectifs, une société de main d’œuvre et de travail et un intérêt des états à pouvoir mobiliser de grandes cohortes d’ouvriers, soldats et sujets coloniaux valides. Le 20e siècle, lui, est caractérisé par des individus, un capital corporel inscrit dans une société de consommation, et des incitations de marché – menant à ce qu’on pourrait définir comme des corps «commodifiés».

L’objectif est d’étudier ces évolutions à travers le prisme des documents audiovisuels dans l’histoire de trois pays européens qui tiennent une place centrale dans la production économique et audiovisuelle tout en se distinguant les uns des autres par leur culture audiovisuelle et leur degré d’adhésion aux politiques de marché néolibérales au cours du 20e siècle : la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. En outre, dans ces travaux les évolutions observées aux États-Unis, au Canada et en Russie/URSS seront incluses ainsi que les influences exercées par ces pays comme références complémentaires et contrepoints à nos analyses. Dans ce cadre historique et géographique, le projet s’attache à quatre axes principaux en ce qui concerne l’intérêt pour la santé au 20e siècle :

– histoire des aliments/nutrition

– histoire du mouvement/exercice physique/sport

– histoire de la sexualité/reproduction/naissance

– histoire de la dépendance/addiction/surconsommation

À propos des archives audiovisuelles sur Internet

Après un travail sur le film et la télévision, une troisième étape du programme s’est engagée en avril 2019 : la recherche, l’exploration systématique des archives audiovisuelles sur Internet. BodyCapital considère la naissance d’Internet comme le moment où le cinéma et la télévision sont rejoints par un nouveau mode de communication de masse. Le Web offre un nouvel espace pour des contenus démocratisés et de nouvelles formes d’expression et de sociabilité. Au premier plan de l’Internet se trouvent le vaste potentiel du multimédia et la logique de l’Internet. Les pratiques de réseautage du grand public. Internet a ainsi ouvert un nouveau champ de diffusion au sein des structures connues (institutions, entreprises, médias traditionnels) et en réponse à celles-ci, tout en reconfigurant les relations entre les médias et leurs publics. En ce sens, Internet a établi un mode d’interactivité, par exemple en inspirant des initiatives individuelles et en créant des sites personnels.

Un projet en collaboration

Le projet d’exploration et d’exploitation des archives de l’Internet est mené en collaboration avec trois partenaires :

→ la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (Bnu) ;

→ la Bibliothèque nationale de France (BnF) ;

→ l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) ;

À l’occasion de l’événement Springschool (01-04/04/2019), organisé par l’ERC BodyCapital, un travail préparatoire a été entamé autour de la collecte et de l’archivage des sites Web. Pour cela des sites en lien avec la santé/les maladies, d’industries pharmaceutiques, d’association, de blogs personnels ont été sélectionnés. Une attention particulière a été portée à la présence de vidéos et autres éléments audiovisuels (format, accessibilité, lecture, mention(s), etc.).

En s’appuyant sur l’expertise de la BnF et de l’Ina avec le dépôt légal du Web français l’ERC Bodycapital chercher à constituer un corpus à la fois exhaustif et cohérent de documents audiovisuels du Web autour de la thématique de recherche de l’alimentation.

À terme, l’objectif est de parvenir à développer une histoire de l’alimentation et de la nutrition au début du XXIe siècle et à travers les audiovisuels du Web nécessite une approche croisée entre les archives du Web collectées par la BnF et l’Ina.

Le rôle du DataLab de la Bnu

La Bnu est une bibliothèque de dépôt légal imprimeur, à ce titre elle est partenaire avec la Bnf et l’INA. Elle dispose d’accès aux archives de l’internet collectés dans le cadre du dépôt légal numérique.

La Bnu offre ainsi un soutien technique en collaboration avec le service de support informatique et un soutien dans la gestion des données avec les chercheurs :  Christian Bonah (Unistra), Solene Lellinger (Université de Paris), Caroline Sala (Unistra) et Liao Zuling (Unistra).

Ce projet permet au sein de la Bnu d’impliquer des services informatiques dont les connaissances sont actuellement indispensables et des services numériques permettant d’exploiter le contenu. Il s’agit du premier projet de ce type mené à la Bnu. Il constitue de fait pour le DataLab un POC : Proof of Concept destiné à permettre de généraliser ou de faciliter l’exploitation des données d’internet à l’avenir.

Le DataLab de la Bnu développe l’ambition de construire et de rendre accessible ce type de données produites par les archives de l’internet en proposant en plus des postes de consultations, des postes d’exploitation ainsi qu’un service d’accompagnement à sa familiarisation.

Dans ce cadre, l’équipe informatique apporte leur expertise sur l’infrastructure et la sécurité des serveurs. Ce dialogue est co-construit avec BnF et l’équipe afin de garantir un poste de travail paramétré et composé des logiciels adéquats. Les données envoyées par la BnF rassemble la collecte et le moissonnage de site web prédéfinis. En volume, cela représente 60 Go de fichiers ARC/WARC à stocker sur un ordinateur qui doit être en mesure de de traiter cette masse et de conserver les données de la recherche. L’outil libre SolrWayBack a été installé, avec l’aide précieuse de la BnF, pour permettre d’interroger et de visualiser le corpus des données collectées.

Et après ?

Ce premier essai permet d’amorcer et d’être vigilant sur différents aspects concernant :

– les techniques de traitement des données d’internet au niveau de leur nettoyage (préparation), de leur interopérabilité avec d’autres outils

– le partage de ces jeux de données dans le cadre d’un financement européen, sous quelles formes ?

– la documentation des étapes d’un point de vue gestion de l’information en incluant également des métadonnées techniques (version des logiciels, macro des nettoyages systématiques, etc.).

Ce projet émergeant d’exploitation des données issus des archives de l’Internet rejoint également les problématiques du réseau ResPaDon : réseau pour développer et diversifier les usages des archives du web. Ce réseau est porté par l’Université de Lille avec le soutien financier de Collex-Persée réunit la BnF – Sciences Po (DRIS et medialab) – le Grand équipement documentaire (Campus Condorcet) et l’ULR GERiiCO (Groupe d’études et de recherche Interdisciplinaire en Information et Communication).

co-rédigé avec Caroline Sala et Madeleine Hubert


Jérôme Schweitzer

Directeur du pôle Partage, diffusion et réseaux

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 27/09/2021

    […] Christian Bonah (Université de Strasbourg) – Créer des archives web avec la BnF et l’INA dans le cadre d’un projet de recherche : l’exemple de Bodycapital […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search