Un impressionnant panorama de Strasbourg attribué à Frédéric Piton (1800-1871)

Ce 15 avril, Journée mondiale de l’art promulguée par l’UNESCO, nous donne l’occasion d’un coup de projecteur sur une nouvelle acquisition en iconographie.

Les collections patrimoniales de la Bnu viennent en effet de s’enrichir d’un impressionnant panorama de Strasbourg, au format conséquent de 65 x 147,5 cm.

Panorama de Strasbourg – Vue d’ensemble

L’œuvre, un dessin au crayon et à la mine de plomb avec des touches d’aquarelle et de lavis, est anonyme et ne porte pas de date.

Nous sommes dans la première moitié du 19e siècle. Le télégraphe Chappe est visible sur la plateforme de la cathédrale, où le sémaphore a été installé de 1798 à 1852. D’autres indices permettent d’affiner l’analyse et de proposer un nom d’artiste.

La cathédrale et le télégraphe Chappe

Le format panoramique connaît à Strasbourg un certain effet de mode vers 1840. Frédéric Piton (1800-1871) réalise à cette époque un grand panorama identique, à la gouache et l’aquarelle, conservé au Musée Historique de Strasbourg. Une interprétation gravée par Charles Kreutzberger (1829-1904) est reproduite dans l’ouvrage classique de Piton : Strasbourg, illustré, Panorama pittoresque et historique et statistique de Strasbourg et environs, publié en 1855. Notre dessin pourrait être une première esquisse de ce panorama. Dans cette hypothèse, le dessin n’est pas inachevé : à gauche, la partie laissée ici en blanc se retrouve entièrement gouaché en noir dans la version finale, afin de réorienter le regard vers le centre de la ville, dominée par la cathédrale.

Composé de 8 feuilles assemblées, le dessin embrasse la cité strasbourgeoise selon un axe sud-nord. La perspective est vigoureuse, certains bâtiments subissent une distorsion comme s’ils étaient vus à travers un objectif fisheye, selon une technique désormais bien connue des photographes ou des cinéastes. Installé sur la plateforme de la tour-porte de l’Hôpital civil, utilisée au début du 19e siècle comme observatoire astronomique, l’artiste donne une description précise de la ville. Les ruelles sont animées, les passants finement croqués.

Des rues animées

Le dessin panoramique nous est parvenu dans un cadre avec un passe-partout œil de bœuf qui ne sont pas d’origine. Une intervention de l’atelier de restauration sera nécessaire : l’œuvre a besoin d’un traitement et d’une dépose de l’encadrement avec son fond en carton et bois aggloméré, peut-être à l’origine du jaunissement du papier.


Gwénaël Citérin

Responsable scientifique Arts et Iconographie - Bibliothèque nationale et universitaire

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search