Des nouvelles du projet « Savoirs »

« Bibliothèque intelligente » numérique vouée à l’histoire et à l’anthropologie des savoirs, ce projet a déjà fait l’objet d’un billet sur ce blog, décrivant notamment l’implication, dès le départ, de la Bnu (laquelle est membre des institutions partenaires). La plateforme, dont la plus-value intellectuelle se base sur une navigation rendue possible grâce à un système d’indexation et de « taggage » (noms propres, lieux, concepts, périodes historiques…), entre aujourd’hui dans sa phase finale de réalisation, avant une sortie publique prévue pour le mois de juin. Un site web en décrit d’ores et déjà les principes de base, les attendus et les fonctionnalités essentielles.

La « bibliothèque » initiale comporte plus de 200 textes, dont plus de 40 sont issus de La Revue de la BNU. Mais un des principes essentiels de l’évolution de Savoirs est celui de l’enrichissement permanent de la bibliothèque, grâce à l’intégration de nouveaux textes soit issus de revues ou d’ouvrages existants, soit directement créés en vue d’une intégration sur la plateforme (incluant évidemment des textes nativement numériques). Les prochains mois verront ainsi l’intégration de trois nouvelles revues (Anabases, Revue d’anthropologie des connaissances et L’Homme), soit environ 90 nouveaux articles, et des actes, nativement numériques, de deux colloques récents : « Matières à raisonner », sous la direction de Françoise Briegel (Université de Genève), et « Fiches et fichiers. L’archive Foucault à l’ère du numérique », sous la direction de Michel Senellart et de Laurent Dartigues (ENS Lyon), soit 21 nouveaux textes.

La Bnu s’implique activement dans cet enrichissement de la bibliothèque. Si l’intégration des textes des trois revues, qui sont déjà sur OpenEdition Journals, se fait de façon quasi-automatique, il n’en va pas de même de ceux des actes de colloque, qui vont être soumis dans un premier temps à un travail de vérification et de relecture pour les mettre aux normes éditoriales de Savoirs, avant d’être convertis au format XML-TEI avec la chaîne éditoriale Métopes (développée par l’université de Caen), étape préalable à leur mise en ligne et leur « interrogabilité ». Celle-ci, pour ce qui est des deux actes de colloque, devrait s’étager de juillet à octobre. En 2020, l’équipe de la Bnu concernée avait déjà « métopisé » cinq textes issus de La Revue de la BNU. Nous comptons bien poursuivre ce travail d’enrichissement en 2022, en continuant l’intégration de textes issus de numéros récents de la revue et en commençant celle de textes provenant d’autres publications de la bibliothèque (catalogue de l’exposition Métamorphoses).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search