Dissidences d’Europe de l’Est en exil en France (1945-1991) : collecte d’archives, de documents, de souvenirs

Plus de trente ans après la disparition du Rideau de fer, un programme de référencement et de valorisation de documents relatifs aux dissidents de l’Europe de l’Est en France est lancée à l’échelle nationale. En Alsace, la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg porte ce projet intitulé DISSINVENT (DISSidences de l’Est en exil : INVentaire, histoires, pratiques documentaires) et initié par la Contemporaine, bibliothèque, archives, musée des mondes contemporains (Université Paris Nanterre) et le laboratoire ICT (Identités, cultures, territoires, EA 337) de l’Université de Paris dans le cadre de Collex-Persée. Ce programme rassemble de nombreux partenaires comme la Bulac, la Bnu, le Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERC UMR CNRS-EHESS 8083), l’Institut des sciences sociales du politique (ISP UMPR 7220 Nanterre), l’Institut d’études slaves (Paris), le Centre de recherche Europe-Asie (CREE – EA 4513 INALCO) et l’Eur’ORBEM (UMR 8224 Sorbonne Université).

Pendant la longue période de la Guerre froide, intellectuels, savants et artistes, militants politiques et syndicaux, exilés de l’Union soviétique et des pays socialistes européens – l’Europe dite « de l’Est » – ont produit un important patrimoine documentaire qui s’est inscrit dans un système clandestin de circulation d’écrits (le samizdat). Ces écrits concernent tant leurs activités de création, de publication et de recherche que leurs engagements politiques dans ce que l’on peut nommer très largement les « dissidences ». Ces hommes et ces femmes ont également été les acteurs de la collecte patrimoniale publique et privée, de son traitement et de sa valorisation, comme collectionneurs, donateurs ou en devenant eux-mêmes des professionnels de la documentation. Ils ont parfois écrit leur propre histoire, et ont été fréquemment sollicités depuis les années 1990 pour des témoignages audiovisuels.  La France a été un lieu d’accueil central pour cette émigration intellectuelle et politique, marquée par des circulations inter-européennes, avec la Russie et avec l’Amérique du Nord. Pourtant ce riche corpus documentaire des dissidences de l’Est n’a encore fait l’objet d’aucun programme de recherche en France.

L’objectif est donc d’inventorier, de rendre visibles nationalement et internationalement les importantes collections françaises produites par les dissidences de l’Est entre 1945 et 1991 et de les valoriser tout en développant une réflexion sur la particularité de ces corpus, leur histoire et leur description en différentes langues, en mettant en réseau les chercheurs et les professionnels de la documentation. Les objectifs sont organisés en 2 axes :

  1. identification des collections publiques et privées situées en France, créés par les dissidents et exilés venus d’URSS et des pays d’Europe centrale et de l’Est socialistes ; amélioration du signalement et de l’indexation ; échange d’expérience avec les institutions documentaires étrangères ; dissémination durable.
  2. réflexion interdisciplinaire sur l’histoire comparée des circulations de collections diasporiques, la notion de patrimoine documentaire clandestin/militant/exilé ; conseils aux chercheurs sur le dépôt et les usages de ces corpus. Dirigé par La Contemporaine et le laboratoire ICT Université de Paris, le projet inscrit les collections présentes en France dans une dynamique internationale de la recherche qui met l’accent sur le renforcement de la collaboration entre les chercheurs et les établissements patrimoniaux, travaillant en commun sur le document, numérique ou non, en ligne ou non. Il souhaite contribuer au futur réseau national de cartographie CollEx par des notices et l’identification de collections labellisables. L’objectif est aussi de renforcer la présence française dans les projets européens visant à inventorier et numériser la mémoire de la dissidence.

Dans ce cadre, la Bnu lance un appel à toutes personnes qui seraient en possession de documents ou qui auraient des informations à fournir sur l’existence d’archives privées ou publiques issues de dissidents exilés venus de l’ex bloc de l’Est installés en Alsace. Ces archives peuvent être conservées par des particuliers mais aussi des associations ou des communautés de ressortissants. Elles peuvent être constituées de journaux personnels ou de correspondances, de publications scientifiques ou culturelles à tirage limité, de tracts et affiches, de récits, de photographies, d’objets… Cette initiative concerne tous les supports (écrit, audiovisuel, radiophonique, photographique, etc.).

Un premier don remarquable a été proposé à la Bnu par Philippe Lewandowski, ancien membre du comité strasbourgeois de soutien à Solidarność. Il se compose de manuscrits sur tissus, de publications clandestines de dissidents polonais, de collections complètes de périodiques de soutien publiés en France, de photos, de tracts, d’affiches.

Archives de Philippe Lewandowski

Les modalités de la collecte sont précisées sur le site de la Bnu. Toute personne souhaitant collaborer ou apporter son témoignage à cette initiative de préservation de la mémoire européenne est invitée à prendre contact avec Dimitry Kudryashov, responsable scientifique des collections d’Europe médiane et orientale ou Jérôme Schweitzer, directeur du pôle “Partage, diffusion et réseaux”.

 

800px-Logo_Université_Paris-Nanterre.svg 1200px-Logo_La_contemporaine UniversiteParis_logo_vertical_couleur_CMJN
logo bnu logo-cercec ISP_logo_pyramidal-e1569856252825
institut d etudes slaves-b213664400db42449f8155662e119729_kr200x200 unnamed cropped-LOGO-CREE-5

Catherine Soulé-Sandic

Cheffe du département Arts, Langues, Littératures et Aires culturelles - Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search