Face au nazisme – billet #4 – les bibliothèques spoliées

 

Ce billet est consacré à l’une des thématiques qui sera abordée dans le cadre de l’exposition Face au nazisme : la spoliation des biens culturels durant la période 1933-1945.

Pour le régime nazi à partir de 1933, la spoliation est l’un des éléments d’une politique beaucoup plus large d’expropriation de biens qui s’étend bien au-delà des seuls objets culturels. En termes de politique d’Etat, l’objectif est la confiscation des biens permettant la vie des populations ciblées : Juifs et catégories persécutées par l’idéologie nazie. Cela se traduit par le boycott des commerces juifs et par une volonté de marginalisation économique de ces populations. À cette violence économique succède la violence physique, en particulier à partir de la Nuit de cristal en 1938.

[affiche de propagande 1940-1941] Oeffentliche Versammlung
über das Thema :
Weltkampf gegen die Judenherrschaft
https://numistral.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10209636h

Après 1939 et le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, les nazis décident l’application de ces mêmes principes aux zones occupées ou passées sous l’influence du IIIe Reich.

De fait, durant la période 1940-1945, avec des degrés divers de brutalité, c’est une véritable politique de spoliation et de pillage des biens des populations qualifiées d' »indésirables » qui s’applique en Europe sous l’influence nazie et en particulier en France. En Alsace-Moselle, annexée de fait, rapidement ce sont les mêmes lois que celles appliquées en Allemagne qui s’imposent.

Cette spoliation massive s’étend aux collections de livres ; en Alsace en particulier, la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, devenue l’Universitäts- und Landesbibliothek zu Strassburg à partir de 1940, devient un lieu où affluent les ouvrages confisqués.

Une étude pionnière des spoliations de livres a été entreprise en France par Martine Poulain qui a publié en 2008 Livres pillés, lectures surveillées : les bibliothèques françaises sous l’Occupation (éd. Gallimard). Pour l’Alsace, Catherine Maurer a entrepris des études sur cette question, notamment sur la Bnu.

L’Universitäts- und Landesbibliothek Strassburg (ULB) durant la guerre

Dans l’Allemagne nazie, une administration spécifique, l’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg (ERR) est chargée d’organiser le pillage systématique des collections artistiques en Europe. Ce sont ses services qui attribuent, entre autres, à l’ULB documents et biens spoliés.

(extraits de l’article détaillé publié par Thomas Schuler (Bnu) sur Wikipedia).

À partir de l’été 1940, l’ULB remplace la Bnu à Strasbourg. L’administration nazie exige et obtient le retour des quelques deux millions de documents qui avaient été évacués vers Clermont-Ferrand et sa région après le déclenchement du conflit en septembre 1939.

Le 26 février 1941, alors qu’il est encore directeur temporaire de l’ULB et délégué aux bibliothèques scientifiques en Alsace, Albert Schmitt-Claden ordonne aux institutions de procéder au tri et à l’épuration de leurs fonds. Elles doivent retirer de leurs rayonnages les ouvrages jugés contraires à l’idéologie nazie, les écrits non scientifiques publiés en langue française ainsi que les œuvres et les recherches d’auteurs juifs ou communistes [1].

Après la nomination de Karl Julius Hartmann à la direction de l’établissement, Albert Schmitt-Claden continue d’y exercer une influence : il souhaite constituer une bibliothèque-musée consacrée à Johann Wolfgang von Goethe à côté de l’ULB sous la dénomination de « Maison de Goethe » (Goethehaus ou Goethe-Haus) [2]. Bien qu’inabouti, ce projet conduit Schmitt-Claden à établir en 1941 une liste des livres qui l’intéressent, issus de spoliations de collections privées, dont 1 700 ouvrages alsatiques [3]. En effet, les achats et les dons ne constituent pas le seul moyen d’acquérir des ouvrages pour les services de l’ULB : au cœur de la politique documentaire de l’institution se trouvent aussi des spoliations en provenance d’appartements vidés ou d’institutions placées sous séquestre par les autorités allemandes et dont les propriétaires, considérés comme « ennemis du Reich », ont été dépossédés de leurs biens avant de disparaître dans les camps de concentration et d’extermination nazis.

Article paru le 7 mars 1943 dans les Strassburger Neueste Nachrichten au sujet du « retour des biens culturels alsaciens depuis le Sud de la France ».
https://digital.blb-karlsruhe.de/blbz/periodical/pageview/2907116

De nombreux livres confisqués sont parvenus à l’ULB ou y ont transité : ainsi, 60 000 ouvrages sont encore entassés dans les sous-sols à la fin novembre 1944 [4]. La plus grande spoliation dont a bénéficié l’ULB est un immeuble avoisinant, situé au n°4 de la rue Auguste-Lamey : propriété d’une famille juive dépossédée, le bâtiment devient une annexe de la bibliothèque et l’un des étages sert d’appartement de fonction au directeur.

Le rôle de la commission de restitution après guerre

Après la libération de Strasbourg en novembre 1944, près de 60 000 livres pillés sont découverts dans les caves de l’ULB, et environ 80 000 documents similaires sont découverts dans les locaux des Archives départementales ou au fort Desaix [5].

Piles de livres dans le Offenbach Archival depot
(Allemagne, 1946). Mémorial de la Shoah

Pour organiser la restitution des biens spoliés, une Commission de récupération artistique (CRA) est créée le 24 novembre 1944 à Paris sous la tutelle du ministère de l’Éducation. Le 1er juin 1945, celle-ci se dote également d’une sous-commission des livres dont les activités sont supervisées par une bibliothécaire de la Sorbonne, Jenny Delsaux. L’identification des propriétaires est réalisée sur la base des déclarations de vol ou par l’observation d’ex-libris dans les documents. Le travail d’enquête se fait en relations avec l’Office des biens et intérêts privés (OBIP) qui relève du ministère des Affaires étrangères pour gérer les biens retrouvés dans toute l’Europe [6].

En Alsace, l’antenne strasbourgeoise de cette sous-commission s’installe dans les locaux de la Bnu sous la supervision d’Édith Bernardin, bibliothécaire de l’établissement : 37 000 volumes sont traités en 1947 [7]. En février 1948, plus de 200 000 livres ont été examinés par l’OBIP de Strasbourg avec 125 857 volumes restitués à leurs propriétaires d’avant-guerre et 56 300 attribués à des ayants droit, dont des associations juives, lorsque les anciens propriétaires n’ont pas survécu aux années de guerre [8]. Les 1 700 ouvrages alsatiques sélectionnés par Albert Schmitt-Claden en vue de doter la « Maison de Goethe » sont intégralement restitués à leur ancien possesseur [9].

Alors que les opérations de restitution sont encore en cours dans le pays, un décret du 30 septembre 1949 prévoit la suppression de la CRA au 31 décembre 1950 [10]. La sous-commission des livres est amenée à passer sous l’autorité de l’OBIP national. Un arrêté du 12 octobre 1949 créé la Commission de choix pour examiner les livres rares et les manuscrits issus de fonds privés dont les propriétaires n’ont pas pu être identifiés : les ouvrages sélectionnés sont attribués à des bibliothèques publiques [11].

En 1950, la Bnu reçoit de la sous-commission des livres 511 ouvrages non restitués dans sept caisses comprenant 86, 73, 128, 61, 39, 59 et 65 volumes. Les minutes du conseil d’administration de la BNU en 1951 indiquent qu’un grand nombre de ces livres ont été alors intégrés dans les fonds de l’établissement sans plus de précision. Ces documents proviennent d’horizons indéterminés et n’ont pas forcément été spoliés en Alsace durant l’annexion [12].

Un long travail de repérage et de signalement à la Bnu

Un travail de repérage dans les registres d’inventaire a été entrepris à la Bnu entre 2014 et 2015 par Pierre Metzger (Bnu), Xavier de Saint-Chamas et Laurie Aoustet. 4 253 titres spoliés ont ainsi été repérés dans les collections de la bibliothèque. Les livres spoliés se retrouvent dans quasiment toutes les disciplines. Cependant, on remarque une prédominance forte des alsatiques (série M), représentant au final un tiers des spoliés (1 409 documents très exactement), ainsi que des ouvrages d’histoire de l’art (série BH), qui représentent un peu plus du quart de la liste, avec 1 080 documents repérés.

Parmi tous les ouvrages spoliés, on peut distinguer différentes situations :

1) Les ouvrages entrés dans les collections après la guerre, entre 1947 et 1964. Ils représentent l’essentiel de la liste des spoliés. Il peut s’agir des ouvrages que la Bnu était chargée de restituer aux propriétaires spoliés après-guerre, puisque l’institution hébergeait le service de restitution de livres de l’OBIP, et qui n’ont pas pu être rendus pour une raison ou pour une autre. Mais il peut aussi s’agir d’ouvrages attribués comme réparation des spoliations subies par la Bnu. La liste des institutions spoliées établie par Martine Poulain signale notamment que la Bnu s’est vu attribuer en 1950 « 6 caisses (86 + 73 + 128 +61 + 39 + 59 vol.) + 1 caisse(65 vol.) ».

2) Des ouvrages spoliés entrés à la Bnu de manière irrégulière pendant la guerre : certains ouvrages inscrits dans les registres entre 1941 et 1944 sont accompagnés de la mention « ouvrage appartenant à un spolié, rendu à son propriétaire » ou « livre spolié restitué ». Cette mention a bien sûr été rajoutée après-guerre, ce qui implique qu’il y a eu un travail sur les collections entrées pendant la guerre pour retrouver leur provenance.

3) Toute une série d’ouvrages entrés pendant la guerre, essentiellement en 1943 et 1944. La grande majorité d’entre eux n’apparaissent pas dans le catalogue général et/ou sont signalés comme manquants dans les registres. Bien souvent, ils sont également absents des rayonnages en magasins et signalés par des fantômes comme manquants, perdus, ou même spoliés. Deux explications possibles : ce sont des ouvrages entrés irrégulièrement, comme ceux du point 2) et ils ont donc été rendus à leurs propriétaires. Ou bien ce sont des ouvrages acquis par l’administration allemande pour la bibliothèque et qui ont été emportés par les Allemands au moment de la défaite. Dans ce dernier cas, ce serait alors la bibliothèque qui aurait été victime de spoliations.

La recherche de provenance

Dès 1943, les Alliés prennent une série de décisions et d’ordonnances visant à rendre caduc l’ensemble des spoliations. En France, ces décisions se traduisent dans la loi et par la création de la commission de restitution active jusqu’au début des années 1950. Néanmoins, seuls les objets et biens ayant faits l’objet d’une demande de restitution ou dont les ayant-droits ont pu être identifiés durant cette période, ont pu être restitués. Des milliers d’objets demeurent dans les collections publiques sans possibilité immédiate d’être retournés à leurs légitimes propriétaires.

La prise de conscience de cette situation se fait progressivement à partir de 1995 et du discours de Jacques Chirac sur la responsabilité de l’Etat français dans la participation aux crimes commis durant la Seconde Guerre mondiale. En 1998, la France adopte les principes de la Conférence de Washington sur les œuvres d’art volées par les nazis :

  1. Les œuvres d’art qui ont été confisquées par les nazis et n’ont pas fait l’objet d’une restitution ultérieure devraient être recensées.
  2. Les fichiers et archives pertinents devraient être ouverts et accessibles aux chercheurs, conformément aux directives du Conseil international des archives.
  3. Du personnel et des moyens devraient être mis à disposition pour faciliter le recensement de toutes les œuvres d’art ayant été confisquées par les nazis et n’ayant pas été restituées ultérieurement.
  4. Lorsque l’on veut établir qu’une œuvre d’art a été confisquée et n’a pas été restituée ultérieurement, il faudrait tenir compte des lacunes ou des ambiguïtés inévitables concernant sa provenance, du fait de l’époque et des circonstances dans lesquelles s’inscrit l’Holocauste.
  5. Il ne faudrait ménager aucun effort pour faire connaître les œuvres d’art qui ont été reconnues confisquées par les nazis et qui n’ont pas été ultérieurement restituées afin de retrouver leurs propriétaires d’avant-guerre ou leurs ayants-droit.
  6. Il conviendrait de s’employer à constituer un registre centralisant toutes ces informations.
  7. Les propriétaires d’avant-guerre ou leurs ayants-droit devraient être encouragés à se faire connaître et à faire valoir leurs droits sur les œuvres d’art qui leur ont été confisquées par les nazis et qui ne leur ont pas été restituées ultérieurement.
  8. Si l’on peut identifier les personnes qui, avant-guerre, possédaient des œuvres d’art ayant été reconnues confisquées par les nazis et ne leur ayant pas été restituées ultérieurement ou si l’on peut identifier leurs ayants-droit, il faudrait prendre des mesures dans les meilleurs délais pour trouver une solution juste et équitable, sachant qu’il peut y avoir plusieurs variantes en fonction des faits et des circonstances propres à un cas donné.
  9. Si l’on ne peut identifier ni les personnes qui, avant-guerre, possédaient des œuvres d’art ayant été reconnues confisquées par les nazis, ni leurs ayants-droit, il conviendrait de prendre des mesures dans les meilleurs délais pour parvenir à une solution juste et équitable.
  10. Il y aurait lieu d’équilibrer la composition des commissions ou autres organes créés dans le but de recenser les œuvres d’art ayant été confisquées par les nazis et de faciliter le règlement des questions relatives au droit de propriété.
  11. Les nations sont invitées à mettre en place des processus nationaux pour appliquer ces principes, notamment dans la mesure où il s’agit de nouveaux mécanismes de résolution des différends permettant de régler des problèmes de droit de propriété.
G. Klimt, « Rosiers sous les arbres » (Inv. RF 1980-195), conservé au musée d’Orsay [procédure de restitution en cours]

Après les conclusions de la Mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France en 1999, la Commission pour l’indemnisation des victimes de spoliations intervenues du fait des législations antisémites en vigueur pendant l’Occupation (CIVS) est créée en France. Depuis cette date, plus de 30 000 dossiers ont pu être examinés par cette commission. Ce travail a encore été amplifié en 2019 par la création de la Mission de recherche et de restitution des biens culturels spoliés entre 1933 et 1945 du ministère de la Culture. Placée sous la direction de David Zivie, cette Mission est chargée de coordonner l’ensemble des actions permettant d’identifier les œuvres spoliées et leurs propriétaires, de mieux comprendre leur parcours, de les présenter au public et de les restituer. Elle doit devenir un lieu central dans le paysage culturel et scientifique, en lien avec ses partenaires naturels – ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, musées, bibliothèques, centres d’archives, qu’ils soient nationaux ou territoriaux, institutions de recherche – en France et à l’étranger.

L’action de cette mission s’est traduite dans l’actualité récente par le lancement d’une procédure de restitution d’une œuvre de Gustav Klimt conservée au Musée d’Orsay qui s’est avérée avoir été spoliée.

Durant cette même période, des chercheurs en histoire de l’art et en histoire se sont également emparés de ces questions. Il serait difficile d’être exhaustif, mais citons les travaux de Claude Lorentz (Bnu), Les restitutions allemandes au lendemain de la Seconde Guerre mondiale : 1943-1954, une thèse qui s’appuie principalement sur les archives conservées par le ministère des Affaires étrangères, les travaux d’Emmanuelle Polack consacrés au marché de l’art à Paris durant l’Occupation ou encore les recherches en cours d’Ophélie Jouan : Juger les spoliateurs et récupérer les biens culturels spoliés en France (1944-1957) et de Margaux Dumas sur Le mobilier d’art spolié par les nazis et sa restitution (1940-1957).

La suite dans les bibliothèques ?

La recherche sur la spoliation des biens culturels est plus connue en France pour les démarches effectuées dans les fonds des musées ; elle s’étend cependant également aux bibliothèques. Dans le prolongement des travaux initiés par Martine Poulain, des recherches sont en cours dans les bibliothèques françaises. L’Institut national du patrimoine et l’École nationale des sciences de l’information et des bibliothèques proposent régulièrement des formations destinées aux personnels des diverses institutions culturelles concernées par ces thématiques.

En France, un travail d’identification et de signalement a été mené récemment à la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art à Paris (INHA). D’autres projets ont eu lieu dans d’autres établissements [13]. À l’INHA, ce vaste chantier a abouti à l’identification de 1 224 documents. Il s’agit d’un véritable travail d’enquête mené dans les registres, les archives et les magasins des bibliothèques. Il passe par plusieurs étapes comme :

Registre d’inventaire de la BCMN de 1951, avec les achats aux Domaines signalés
dans la case de la provenance. Paris, bibliothèque de l’INHA, archives de la bibliothèque.
  • La consultation de la liste des commissions de choix aux archives ;
  • la saisie des références ;
  • la recherche dans le catalogue ;
  • la consultation en magasin ;
  • la recherche du numéro d’inventaire ;
  • La correspondance entre ce numéro et le registre d’inventaire ;
  • le repérage de la la mention de provenance : récupération ou autre. Cette mention peut parfois être discrète, car dans le cours de leurs activités, les bibliothécaires pouvaient ne noter que la mention « R » par exemple.

Ce travail réalisé par la bibliothèque de l’INHA est décrit sur leur site internet. Il se traduit par un signalement systématique dans une note de provenance signalée dans le catalogue de la bibliothèque et par la mention de la présence de ce fonds dans le Catalogue collectif de France.

À la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, une partie du travail d’identification a déjà été mené. Il reste encore à l’approfondir et à mettre en place les procédures permettant de signaler et de faire connaître ces collections. Une réflexion est en cours dans le cadre de la préparation de l’exposition Face au nazisme ; c’est un vaste chantier qui se développera sur plusieurs années afin de parvenir à partager le maximum d’information concernant cette page tragique de l’histoire de l’institution.

Dans cette démarche, les travaux entrepris par les bibliothèques allemandes depuis une dizaine d’années constituent un exemple intéressant et inspirant. Elles bénéficient du soutien du Deutsches Zentrum Kulturgutverluste. Parmi les projets en cours, citons les recherches entreprises par la Sächsische Landes- und Universitätsbibliothek de Dresde qui s’accompagnent de procédures de restitution.

 


Pour aller plus loin

Livres spoliés : un enjeu majeur de recherche pour les bibliothèques allemandes et françaises [en ligne].

Séminaire « Patrimoine spolié pendant la période du nazisme (1933-1945) » à l’INHA [en ligne].

Chercheurs de mémoire, en quête des œuvres spoliées, un reportage dans le magazine Interception de la rédaction de France Inter

Le Catalogue Goering, une collection d’art et de sang sur arte.tv

Les nazis et l’argent : au cœur du IIIe Reich sur arte.tv


[1] Catherine Maurer, « Spoliations et restitutions à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg : un chantier encore ouvert (1940-immédiate après-guerre) [archive] », dans Où sont les bibliothèques spoliées par les nazis ? Tentatives d’identification et de restitution, un chantier en cours : Paris, 23 et 24 mars 2017, Villeurbanne, École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, 2019, p. 1-7.

[2] Tessa Friederike Rosebrock, « VI. Activités culturelles pendant l’Occupation [archive] », dans Kurt Martin et le musée des Beaux-Arts de Strasbourg : Politique des musées et des expositions sous le IIIe Reich et dans l’immédiat après-guerre, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019, p. 147-188.

[3] Catherine Maurer, « Spoliations et restitutions,.. » op. cit.

[4] Daniel Bornemann, « Les livres au gré des tempêtes de l’Histoire : les collections de la BNU entre 1938 et 1946 [archive] », dans De Strasbourg à Göttingen : retour sur une histoire oubliée, Strasbourg, Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg, 2013, p. 26-41

[5] Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées : les bibliothèques françaises sous l’Occupation, Paris, Gallimard, 2008, 587 p. et Jean-Marc Dreyfus, « Confiscation des biens juifs, germanisation et nazification en Alsace annexée, 1940-1945 », Colloque de la Société d’histoire des israélites d’Alsace et de Lorraine, Strasbourg, Société d’histoire des israélites d’Alsace et de Lorraine, no 24,‎ 2002, p. 135-140.

[6] Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées op. cit.

[7] Jenny Delsaux, La sous-commission des livres à la récupération artistique : 1944-1950, Paris, [éditeur inconnu], 1976, 63 p.

[8] Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées op. cit.

[9] Catherine Maurer, « Spoliations et restitutions,.. » op. cit.

[10] Jenny Delsaux, La sous-commission des livres,… op. cit.

[11] Jenny Delsaux, La sous-commission des livres,… op. cit.

[12] Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées op. cit.

[13] Par exemple : à la BULAC ou à la Bibliothèque Forney (Ville de Paris)


Jérôme Schweitzer

Directeur du pôle Partage, diffusion et réseaux

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search