Le recueil des signes

Philippe Jaccottet, mort le 24 février dernier, était l’un des plus grands poètes de langue française et un immense traducteur.

C’est dans la revue L’Ephémère que Philippe Jaccottet lit pour la première fois un texte du poète japonais Bashô. José-Flore Tappy, à qui est dédié le dernier recueil de Philippe Jaccottet, raconte dans sa préface à l’édition des Œuvres de Jaccottet dans la Pléiade, l’élément déclencheur qu’a été ce texte pour le jeune écrivain puisqu’il l’aidera à préciser ce que, pour lui, doit être la poésie.[1] La Sente étroite du Bout-du-Monde est le récit d’un pèlerinage de Bashô sur les lieux sacrés de ses ancêtres, voyage solitaire entrecoupé de rencontres, inscrit dans le souvenir des anciens et de la tradition mais aussi libre et imprévu. Pour Jaccottet, ce voyage est une image de la poésie.

La poésie de Jaccottet s’efforce de saisir l’infime, la fulgurance, l’image juste :
En effet cela je dois le garder vivant comme un oiseau dans la paume de la main […][2]

Le dernier recueil de Philippe Jaccottet La Clarté Notre-Dame est un témoignage de cette recherche qui fut celle de toute sa vie. Ce texte bouleversant de justesse et de sincérité est aussi une méditation sur la beauté et la poésie. Le poète s’efforce de fixer, de décrire au plus juste la beauté des images qui le traversent lors d’une promenade par exemple, d’en extraire les scories ou les ajouts et de ramener cet instant de grâce, cette intuition de la beauté à sa forme la plus simple, la plus vraie. Ces intuitions sont comme les rêves, à la fois forts mais évanescents, ils s’éloignent lorsqu’on cherche à les fixer :

Le recueil des signes qui est presque toute ma poésie […] tous ces signes dont la singularité est d’être toujours infimes, fragiles, à peine saisissables, évasifs mais non douteux, très intenses au contraire; en fin de compte, ce que j’aurai reçu de plus précieux dans ma vie , sans l’avoir cherché ni même espéré […][3]

Au moment de ce retour sur son parcours de poète mais aussi de lecteur et de traducteur de Robert Musil, Hölderlin, Rilke, Thomas Mann, Luis de Gongora, Ungaretti, Mandelstam ou encore Platon, Philippe Jaccottet délivre un vibrant hommage à Hölderlin qui reste pour lui le poète par excellence et qu’il cite ici dans une traduction de Gustave Roud.

Reprendre Hölderlin qui a été pour moi certainement la rencontre la plus importante de ma vie de lecteur de poésie.

Patmos, le plus bel hymne qu’il ait écrit et achevé

Nah ist
Und schwer zu fassen der Gott

Tout proche
Et difficile à saisir, le Dieu

Wo aber Gefahr ist
Wächst das Rettende auch.

Mais là où il y a le danger, croît
Aussi ce qui sauve.

So gib unschuldig Wasser
O Fittige gib uns…

Donne-nous une eau innocence
Oh, donne-nous des ailes […]

Lors de l’exposition consacrée à Hölderlin en 2008 à la Bnu, Hölderlin, Présences du poète, Philippe Jaccottet m’avait écrit une lettre pour témoigner de sa joie de voir ce grand poète célébré à Strasbourg et de retrouver dans le catalogue les traductions de son ami et maître, le poète suisse Gustave Roud. A l’âge de dix-sept ans, la poésie de Gustave Roud avait été, pour Jaccottet, la porte d’entrée dans le monde de l’écriture. Gustave Roud avait ensuite accompagné le jeune homme dans ses hésitations et sa difficulté à se trouver une voix, un style.[4] Les deux hommes partageaient également l’amour de la langue allemande dont ils ont été de grands traducteurs. Pour Gustave Roud, ce furent surtout les Romantiques allemands, Hölderlin, Brentano, Eichendorff mais aussi Rilke, Trakl ou encore Nietzsche.

L’exposition et le catalogue[5] consacraient une grande place à la réception de Hölderlin en France et à ces grands passeurs que sont les traducteurs. Si Gustave Roud a été l’un des plus importants, la contribution singulière et forte d’André du Bouchet avait fait l’objet d’un article spécifique dans le catalogue[6] et ce n’est pas une mince source de fierté que Philippe Jaccottet ait affirmé l’avoir trouvé juste. Il s’agissait alors d’analyser la traduction d’André du Bouchet et sa méthode. En effet, pour traduire, André du Bouchet choisissait d’isoler tout d’abord un groupe de mots privilégié, une image, et, autour de cet ilot central, du Bouchet agrégeait, ajoutait ensuite le reste du vers. Le résultat de cette méthode de traduction est un texte qui est, également en français, résolument poétique et un ordre de mots, autre, peut-être à première vue étrange et déconcertant, mais riche d’une multitude de nouvelles possibilités.

Dans l’hymne de Hölderlin, Patmos, Jaccottet trouve les éléments constitutifs de la poésie :
Voilà, réunis en si peu de mots les deux messagers de la poésie, les oiseaux et l’eau vive[7]

Comme maintenant si tard dans ma vie cela me devenait clair et profond […] c’est à peine si je ne me sentirais pas tenté de demander à mon tour à la fois une « eau innocente » et des ailes pour une traversée impensable et pourtant…[8]

Tout Jaccottet est dans ces quelques lignes, dans lesquelles il esquisse un départ, un retrait sur la pointe des pieds, léger à la mesure de ces ailes qu’il aimerait revêtir, pointant, dans un dernier sourire l’impossible pensée de sa propre fin et pourtant …


[1] Philippe Jaccottet, Œuvres, ed. par José-Flore Tappy, Paris, Gallimard, 2014.

[2] Philippe Jaccottet, La Clarté Notre-Dame, Paris, Gallimard, 2021, p.11.

[3] Ibid, p. 23.

[4] Voir ici Jaccottet Gustave Roud, Correspondance 1942-1976, ed. par José-Flore Tappy, Paris, Gallimard, 2002.

[5] Aude Therstappen, Ute Oelmann (ed.), Hölderlin. Présences du poète, Paris, Somogy, 2010.

[6] Aude Therstappen « En lisant, en écrivant : André du Bouchet et Friedrich Hölderlin », in : Hölderlin. Présences du poète, p. 138-146.

[7] Ibid, p.43.

[8] Ibid, p.44.


Aude Therstappen

Directrice adjointe du pôle Services et collections

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search