AAP Résidences de chercheurs CollEx-Persée : trois dossiers présentés par la Bnu

La Bibliothèque nationale et universitaire (Bnu) a présenté trois projets d’envergure suite à l’appel à projet « Résidences » lancé par Collex-Persée.

Cet appel à projet vise à allier expertise scientifique et expertise professionnelle en permettant à des enseignants-chercheurs de travailler en étroite collaboration avec des professionnels de la documentation autour de la valorisation de fonds détenus dans nos bibliothèques respectives (publication, programme de numérisation, amélioration du signalement, etc.). Sans pouvoir préjuger de la suite qui sera donnée à ces projets, il nous parait important de les présenter à ce stade car ils sont révélateurs de l’activité scientifique de notre établissement et des liens que les équipes ont lié avec les enseignants-chercheurs.

Le premier de ces projets consiste en la mise en valeur scientifique et documentaire du fonds des 210 manuscrits arabes de la bibliothèque, encore trop méconnu de la communauté universitaire. Sa particularité est d’être un fonds pluridisciplinaire qui porte à la fois sur des questions religieuses, politiques, juridiques, médicales et littéraires.

Constituée durant la période allemande de l’Alsace-Moselle (1870-1918) et destinée à appuyer un enseignement des langues orientales à l’université, cette riche collection a été enrichie sous la supervision d’enseignants et de bibliothécaires qui permirent à la bibliothèque d’acquérir ces ouvrages sur les marchés de l’antiquariat.

S’est ainsi constituée une collection représentative de la diversité des manuscrits du monde oriental, du point de vue des provenances, des sujets, des époques (du 10e au 19s.), des religions et des écritures. Elle contient quelques trésors incontestables comme la traduction de la géographie de Ptolémée par Al-Khwarizmi, avec les plus anciennes représentations cartographiques connues dans le monde arabo-musulman, ou la très complète copie des Mille et une Nuits, ou encore les rares chants des bédouins du désert.

Numistral / Bnu, MS.4.247

Ce fond a été plusieurs fois mis en valeur mais de façon peu satisfaisante, ce qui rend impossibles les requêtes indexées sur nombre de titres ou de notions écrites en langue arabe, et nuit à la visibilité de cette collection qui mérite un traitement de meilleure qualité.

Le projet pourrait se dérouler sur neuf mois, à compter de septembre 2021, et aboutirait à un meilleur signalement du fonds et à sa valorisation, notamment  via des publications. Il serait porté par la chercheuse Géraldine Jenvrin avec la professeure Véronique Pitchon (UMR 7044 Archimède), et soutenu par un référent IST de la Bnu, Daniel Bornemann, conservateur en charge du patrimoine manuscrit des réserves.

Géraldine Jenvrin est docteure en histoire médiévale, spécialité civilisation arabe, et détient une solide formation en philologie arabe. Dans le cadre de ce projet, son objectif est double : réaliser d’une part un nouveau catalogue du fonds et une liste de manuscrits à numériser, en collaboration avec l’équipe de la bibliothèque ; élaborer d’autre part une table des matières numérique détaillée ainsi qu’un glossaire du manuscrit médical d’al-Hamawi, en collaboration avec Véronique Pitchon.

Notons qu’un important projet d’exposition consacré à la recherche orientaliste dans l’espace du Rhin supérieur est actuellement en cours d’élaboration à la Bnu pour 2021. Les travaux de Géraldine Genvrin pourraient y être exploités.

Le projet du professeur Alexandre Kostka (EA SAGE, UMR 7363) porte sur La collection de cartes postales de la Bnu, entre source d’urbanisme empirique et construction d’une ville imaginée. Le Reichsland dans une perspective comparée. Elle aura comme référent IST Gwenaël Citerin, bibliothécaire et responsable scientifique Arts et iconographie à la Bnu. Ce projet considère le support de la carte postale comme un élément constitutif d’une narration sociale, où chaque scripteur contribue à façonner une trame empruntée collectivement.

En effet, celle-ci n’est pas seulement un simple reflet du réel, mais aussi un moyen pour les acteurs urbains de se situer dans un ensemble, de choisir leur angle d’approche dans l’univers bâti dans lequel ils sont plongés, surtout lorsque cet habitat est soumis à un fort remodelage, comme ce fut le cas à Strasbourg pendant la période du Reichsland. La carte postale strasbourgeoise participe aussi de choix esthético-politiques qui se caractérisent par une certaine retenue vis-à-vis d’une modernité qui inquiète.

Numistral / Bnu

Au carrefour de la sociologie, de l’iconologie et des études urbaines, il s’agit donc d’un projet transdisciplinaire qui s’inscrit dans une recherche sur la construction de l’identité multiculturelle de l’Alsace, dans une perspective comparatiste.

Un autre facteur de plus-value est de consolider le fonds de cartes postales de la Bnu, par le don d’une importante collection en provenance d’un collectionneur privé allemand, associé au travail de recherche, et par le croisement avec le fonds conservé au Cabinet des Estampes des Musées de Strasbourg. D’autres améliorations sont à prévoir comme l’enrichissement des métadonnées descriptives de nos notices, ce qui améliorera leur signalement, mais aussi une réelle mise en valeur de nos collections de cartes postales à travers les expositions prévues dans le cadre du projet de recherche sur les « Neustädte » de Strasbourg et de Poznan, conduit dans le cadre des partenariats internationaux communs entre l’Unistra et la Bnu.

Le troisième projet de recherche a pour finalité la valorisation scientifique du fonds de l’architecte et archéologue bavarois Carl Haller von Hallerstein (1774-1817), conservé à la Bnu de Strasbourg et peu exploité jusque-là. Il a pour titre Étudier et dessiner la Grèce au début du XIXè siècle : le fonds Carl Haller von Hallerstein. Le fonds proposé à l’investigation n’a jamais fait l’objet d’une étude exhaustive ; il est composé de la majeure partie des archives de Haller von Hallerstein qui a voyagé et séjourné en Grèce de septembre 1810 à novembre 1817, année de sa mort prématurée en Thessalie. L’architecte n’a pas eu la possibilité d’exploiter ses notes et croquis qui n’ont été que partiellement repris par ses compagnons de route. Ce fond comporte un nombre important de dessins au crayon, d’aquarelles, des carnets de notes et de croquis, des plans et relevés, des correspondances avec sa famille et d’autres savants de l’époque, son journal de voyage. Il se distingue par son caractère plurilingue.

Numistral / Bnu, MS.2.724

Le projet est présenté par la professeure Daniela Lefevre-Novaro (UMR 7044 Archimède) et soutenu par Claude Lorentz, conservateur à la Bnu en charge des archives scientifiques et référent IST. Le projet propose une investigation systématique d’un fonds qui constitue une source majeure pour l’étude des débuts de l’archéologie classique, en tant que discipline scientifique, et du philhellénisme dans ses dimensions artistiques et culturelles.

Une double approche de nature interdisciplinaire est proposée. La première concerne l’épistémologie de l’archéologie et se propose d’étudier la redécouverte des sanctuaires de la Grèce antique à l’aube du XIXe siècle par C. Haller von Hallerstein, dans le contexte des recherches contemporaines et des réseaux de voyageurs-archéologues de l’époque. Cette étude permettrait de mettre en lumière les découvertes et les avancées méthodologiques initiées par C. Haller von Hallerstein, préfigurant l’archéologie scientifique du XIXe siècle.
La seconde approche propose l’étude de la collection des nombreux dessins originaux et aquarelles de paysages grecs, majoritairement inédits, avec une approche d’histoire de l’art, d’histoire culturelle mais aussi ethnographique sur la période qui précède immédiatement la Guerre d’indépendance (1821).

Les trois projets déposés reposent sur une  complémentarité entre la démarche d’investigation scientifique du chercheur résident et la connaissance fine des fonds, ainsi que les compétences métier du référent IST, en particulier pour l’établissement des métadonnées descriptives des fonds et l’ensemble des aspects liés à leur valorisation. Ils pourront aussi se décliner en actions coordonnées de recherche et formation pour les mastérisants et les doctorants.

La sélection des lauréats aura lieu lors de la première réunion du Conseil scientifique du GIS, le 18 mars 2021.

Christophe Cassiau-Haurie


CHRISTOPHE CASSIAU-HAURIE

Chargé de mission Politique de site / coopération régionale. Référent Collex - Persée. BNU

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search