Paroles de chercheur : Jean-Paul Haettel

Immersion dans les grands fonds

J.-P. Haettel / Ponts couverts, Strasbourg, France

  1. En quelques mots, pourriez-vous vous présenter ?

Jean-Paul HAETTEL, 72 ans, retraité, ancien Chargé d’études au Laboratoire des Ponts et Chaussées de Strasbourg ; électronicien de formation (spécialité initiée au Lycée technique de Strasbourg en 1964).

Outre mes fonctions au Centre d’études techniques de l’Equipement dans le domaine de l’acoustique des bâtiments et de la route, je m’occupais des parties immergées des ouvrages d’art. A la suite de l’effondrement du grand pont de Tours en 1978, le ministère nous a chargés d’intervenir dans les futures visites de grands ponts français, afin de rédiger les procédures de contrôles des appuis et autres parties d’ouvrages situés en environnement aquatique (concrètement : sous l’eau).

Lors de ces missions de vérifications, de suivis in situ, nous avons été amenés à « visiter » à Strasbourg les fondations du barrage Vauban. Cette inspection et d’autres effectuées au droit des ponts de Strasbourg a été l’élément déclencheur de mes futures recherches. Pour finaliser les rapports de visite des ouvrages d’art et pour retracer l’historique de leurs constructions et reconstructions, il m’avait été nécessaire de consulter des archives, lorsqu’il y en avait. Le fait de rassembler les documents et de les présenter dans un livre m’a inspiré et passionné. Ce livre, c’est Strasbourg et ses ponts, paru en 1990 ; puis a suivi Vauban aux frontières de l’Est en 1997 et encore Le canal de la Bruche, de Vauban à nos jours, paru en 2012.

  1. Quelle est votre fréquentation des bibliothèques et des archives ?

J’ai commencé à fréquenter la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, la section des Alsatiques, alors située dans le bâtiment de la rue Joffre, dans les années 1980, et de même les archives municipales et départementales à raison d’une fois par semaine. Faire des recherches concernant l’histoire des ponts de Strasbourg était l’objet de ma démarche, en consultant des livres, issus des bibliothèques, traitant de mon sujet (n’oublions pas celle du Crédit mutuel ou la Bibliothèque municipale et sa salle du patrimoine). Les plans et les comptes rendus de visites des ponts avaient été conservés dans les archives strasbourgeoises ; la quantité des dossiers qui traitent de ces ouvrages est considérable !

Les plans de la Grande Escluse de Strasbourg (BNU, Ms.1.796) m’avaient permis d’affiner notre procès-verbal de contrôle du barrage Vauban et de rédiger Vauban aux frontières de l’Est. Lors de mes déplacements au Laboratoire central des Ponts et Chaussées, à Paris, je fouillais dans les dossiers des archives du Service historique de la Défense, à Vincennes (on y trouve l’historique du canal de la Bruche).

  1. Pour vous, la Bnu est-elle un lieu particulier ou un centre de ressources parmi tant d’autres ?

Actuellement, et depuis quelques années, j’ai la chance de pouvoir consulter l’impressionnant fonds de Turckheim déposé à la Bnu. Avec l’accord du docteur Robert de Turckheim et l’aide précieuse de Daniel Bornemann, je me suis « affilié » à la famille de Règemorteune famille qui compta plus d’un éminent ingénieur ! Grâce aux nombreux documents que j’ai pu lire, transcrire, classer, je peux maintenant les « suivre » individuellement année après année.

Concernant les Règemorte, le dépôt effectué par les de Turckheim à la Bnu est primordial (les documents concernant les Règemorte sont en quantité appréciable, mais ne sont tout de même pas l’essentiel du fonds). L’inventaire des papiers de Règemorte m’a permis d’aller vers d’autres lieux de conservation, tels que la Bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris, la Bibliothèque de Nancy et celle de l’Université de Poitiers, et d’y trouver des pièces en rapport avec le vécu des ingénieurs du roy, ces fameux Règemorte. Mes recherches m’ont mis heureusement en relation avec un thésard, Grégoire Binois. Celui-ci prépare une thèse à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, intitulée Connaissances géographiques et expériences militaires au XVIIIe siècle, sous la direction d’Hervé Drévillon.

  1. Quel but profond poursuivez-vous avec vos recherches ?

Au début, lorsque mes études se concentraient sur la connaissance technique des parties immergées d’ouvrages d’art, la principale source d’information se trouvait dans les ouvrages traitant de leur construction ; les informations sur les fondations étaient cependant lacunaires. Or l’élaboration des futures procédures de contrôle de ces parties dépendait de ces connaissances.

Pris au jeu des recherches, il y eut toujours de nouveaux horizons à découvrir… En participant à des groupes de travail qui souhaitaient rédiger des monographies sur des villages, je me suis aussi intéressé à la vie des seigneurs de Kolbsheim et à celles des personnalités de Hangenbieten (parutions aux éditions Coprur).

Mon dernier objectif – un inventaire de décès en a été le déclic – portait sur le vécu et la mort tragique, lors du siège de Tournai en 1745, d’un ingénieur du roy, Antoine de Règemorte. Entrer encore une fois dans la vie et dans l’histoire des membres de cette famille a été passionnant.

Vue en plan du pont de Blois, datée du 18 juin 1718, par Jean-Baptiste de Règemorte (mise en place des batardeaux permettant l’excavation aux emplacements des futures fondations). Assemblage de deux P. N. du Ms.Turckheim.O42, f.31 (photos J.-P. HAETTEL)

  1. Les écritures anciennes sont-elles l’objet d’une passion pour vous ?

Le déchiffrage des lettres, des documents est une activité que j’apprécie. Les transcrire me facilite leur compréhension, et les cours de paléographie (suivis aux Archives départementales) m’ont beaucoup servi. Les mémoires ou relations rédigés par « mes ingénieurs » me font voyager dans les lieux, les pays où ils étaient en missions. Leurs écrits, souvent inédits, nous mènent sur les champs de batailles qui se déroulèrent sous Louis XIV et Louis XV ; lorsque des cartes y sont jointes, on voyage vraiment avec eux !

  1. Où et comment mettez-vous en valeur vos travaux ?

J’aime rédiger des articles. Mais je ne suis pas littéraire ! Mon langage est trop technique selon certains lecteurs. Néanmoins, après des corrections, quelques articles ont paru dans des bulletins municipaux, des annuaires de sociétés d’histoire, et même dans la Revue d’Alsace : ainsi « Le « cavalierstour » en Suisse, en Savoie, en Italie et en France de François Jacques Wurmser de Vendenheim et Sundhouse (1680-1682) », in Revue d’Alsace, n° 140, 2014, p. 97-127.
Je remets mes manuscrits aux bibliothèques et aux archives de Strasbourg.

  1. Quels services souhaiteriez-vous voir s’améliorer à la Bnu ?

Puisqu’on me pose la question : inscription gratuite à la Bnu pour les retraités non universitaires !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search