Swehta Grahmata : la première Bible lettone

L’ouvrage de la fin du XVIIe siècle que nous présentons ici fait partie du patrimoine national de la Lettonie : il s’agit de la première traduction intégrale de la Bible en langue lettone. Elle fut réalisée par le pasteur luthérien allemand Johann Ernst Glück (1654-1705) en 1689. Cette première Bible en letton fut éditée à Riga grâce à l’aide financière et organisationnelle de la couronne suédoise.

Parti s’installer en Livonie suédoise en 1673, Glück se souvenait de ses débuts dans cette contrée en ces termes :
« La première chose qui me frappa – bien que jeune, je désirais servir l’honneur de Dieu – en arrivant dans ce pays est le fait que l’Église de Lettonie n’avait pas la Bible et que, pour cette raison, les offices religieux dans cette langue étaient de piètre qualité. Cela m’incita à étudier minutieusement et à maîtriser complètement cette langue, en en faisant la promesse à Dieu ».

Il faut bien noter que cette décision très ambitieuse fut prise par le pasteur alors qu’il ne maîtrisait pas encore le letton et qu’il n’y avait pas en Lettonie à cette époque de norme unique pour la langue écrite. Le letton et ses dialectes étaient parlés par le peuple, tandis que l’allemand était la langue de la noblesse, essentiellement d’origine allemande.

Glück décida de s’appuyer dans ses travaux non seulement sur la traduction allemande de Luther, mais aussi et surtout sur les textes originaux en hébreu et en grec ancien qu’il alla étudier à Hambourg. Il put également consulter et utiliser certains extraits de la Bible qui avaient déjà été traduits en letton à son époque. Mais ces apports ne constituèrent toutefois qu’une petite partie de son ouvrage titanesque (2500 pages). La langue lettone de l’époque manquait de termes pour désigner certaines notions et expressions bibliques. Dans sa traduction, Glück utilisa quelques vocables allemands et alla même jusqu’à créer des néologismes dont beaucoup sont encore largement utilisés aujourd’hui en Lettonie. Quoi qu’il en soit, tous les spécialistes s’accordent sur le fait que la traduction de Glück est de très bonne qualité.

Pour réaliser son projet, le pasteur s’adressa au représentant du roi Charles XI de Suède, le surintendant de la Livonie Johann Fischer, qui avait déjà institué à Riga une imprimerie royale. Celui-ci obtint l’autorisation du roi ainsi que le financement du projet. Glück termina la traduction du Nouveau Testament en 1685 et celle de l’Ancien Testament quatre ans plus tard. Le roi ordonna de tirer 1 500 copies de la Bible lettone pour que toutes églises et les écoles se trouvant sur le territoire où la population parlait le letton puissent avoir une copie des Saintes Écritures. Le travail typographique fut confié à l’imprimeur en chef Johann Georg Wilcken, dont le nom figure sur la page de titre de l’ouvrage.

L’œuvre de Glück contribua largement à l’unification de l’orthographe, ainsi qu’au développement de la langue écrite lettone qui connut à cette époque un essor considérable, permettant par la suite l’apparition d’une littérature profane. Elle permit enfin aux habitants du pays de lire la parole de Dieu dans leur langue.

Par ailleurs, le pasteur Glück fonda en Livonie les premières écoles publiques où l’enseignement se fit en letton. Sa maison à Alūksne est aujourd’hui un musée.

Pour conclure, nous ne pouvons omettre de mentionner un fait historique étonnant : le pasteur adopta (selon d’autres sources, employa comme domestique) une orpheline nommée Marthe Skavronskaïa, qui allait devenir plus tard l’impératrice Catherine Ière de Russie.

L’exemplaire de la première édition de la Bible lettone de Glück est le plus ancien document en letton que possède la Bnu. Il arriva à la bibliothèque en 1941, pendant l’occupation allemande, et apparut dans le catalogue l’année suivante. Cet ouvrage qui, d’après l’historien Gustavs Strenga, fait incontestablement partie du code culturel des Lettons, constitue aussi un joyau de la collection de la bibliothèque en rapport avec l’Europe médiane.

Ta Swehta Grahmata Jeb Deewa Swehtais Wahrds, Kas Preeksch un pehz ta Kunga Jesus Kristus swehtas Peedsimschanas no teem swehteem Deewa-Zilwekeem, Praweescheem, Ewangelisteem jeb Preezas-Mahzitajeem un Apustuleem usrakstihts, Tahm latweeschahm Deewa Draudsibahm par labbu istaisita. – Riga, Gedruckt bey Johann Georg Wilcken, königl. Buchdrucker, 1689

Cote BNU : E.174.828

Par Alexandre Smirnov


Alexandre Smirnov

Chargé de collection Europe médiane et orientale

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search