Conseil scientifique de la BNU : bilan de la mandature 2018-2020 par sa présidente, Isabel Iribarren

Le nouveau décret de septembre 2020 entérinant la nouvelle organisation de la BNU vient rappeler la mission centrale de la bibliothèque en tant qu’un instrument au service des chercheurs, tant du point de vue documentaire que des collaborations possibles. Aujourd’hui, la politique scientifique de la BNU vise à s’appuyer sur divers partenariats extérieurs, à commencer par le site alsacien, mais aussi en lien avec des établissements étrangers et en s’appuyant sur les possibilités et le réseau offerts par le dispositif CollEx-PERSEE (porté, rappelons-le, par la Bnu), dont l’objectif est justement le rapprochement entre les bibliothèques et la recherche aux échelles régionale, nationale ou européenne. Pour la BNU, cela concerne principalement quatre domaines ou thématiques prioritaires : Antiquité, Europe (avec l’Europe médiane), aire culturelle germanique, sciences religieuses, auxquels s’ajoutent les fonds de chercheurs ou de personnalités.

Dans ce cadre, le Conseil scientifique, créé en 2012 et achevant aujourd’hui sa troisième mandature, joue un rôle fondamental, principalement dans la définition du projet scientifique de la BNU, y compris sur son volet documentaire, et dans la discussion sur les actions et projets scientifiques à conduire ou soutenir. Certes, la BNU identifie ses priorités, mais le CS est là non seulement pour prendre acte de la politique scientifique, mais pour être force de proposition et veiller à la mise en œuvre des actions et projets scientifiques.

Afin d’honorer ces missions, une des premières actions de cette mandature a été l’adoption d’une charte de la politique scientifique (précisant ses orientations, ses principes, ses engagements) à laquelle s’adosse le projet scientifique de la BNU, accompagnée d’une charte des dons, ces derniers étant un moyen d’acquisition important du fait d’opportunités diverses (voir les textes des deux chartes ci-dessous). L’accueil des fonds devant être suivi d’un traitement, des tableaux qui répertorient les actions scientifiques en cours, ainsi que les fonds en attente / en instance / en cours de traitement, ont constitué l’ossature de nos discussions durant le CS. Ce dernier a été dès lors appelé à valider des critères de priorisation : implication d’une équipe de recherche ; cohérence avec la valorisation des fonds de la BNU (dans la mesure où celle-ci n’est pas un simple prestataire de service) ; opportunités de financements extérieurs ; cohérence avec les objectifs de la politique scientifique de la BNU…

Parmi les fonds priorisés se trouve le fonds Boulet-Devraigne, dans la thématique Aire culturelle germanique, sur la réception de Richard Wagner en France, et dont le travail de traitement s’est achevé à l’été 2020. Dans le domaine Antiquité, la priorisation du fonds Drioton a permis d’amorcer le traitement (projet de signalement, catalogage et numérisation) du reliquat de ce fonds photographique, de tirés-à-part et de documents divers sur l’Égypte. Le travail se poursuit, même si la recherche de partenaires, notamment auprès de l’École du Louvre, a été infructueuse. Également dans la thématique Antiquité, mais touchant aussi les domaines d’excellence Europe et aire culturelle germanique, la priorisation du projet Michaelis, porté par l’UMR Archimède et associant plusieurs laboratoires strasbourgeois et au-delà, a mis en marche la valorisation patrimoniale d’un fonds d’archéologie classique qui s’appuie sur l’infrastructure de Persée, permettant le développement d’une « Perséide » pour la numérisation du fonds. Le catalogage rétrospectif de la partie de la bibliothèque conservée à la BNU doit s’achever en 2021, en partie grâce à une subvention de l’ABES obtenue durant deux années consécutives.

Or si la priorisation signifie que la BNU fait porter ses efforts principaux sur ces fonds, ce n’est pas au détriment des autres fonds. On s’attardera sur les exemples les plus saillants :

Dans le domaine des fonds de personnalités, le traitement de la bibliothèque sinologique de Jean-Pierre Diény a débuté en 2019 dans l’objectif de soutenir les enseignements de chinois à l’Unistra. Parmi d’autres fonds de personnalités, non priorisés, mais dont le catalogage continue, citons le fonds Perchellet d’ouvrages de théâtre des 18e-19e siècles. Le catalogage du fonds est entrepris pour une inscription possible dans un projet CollEx d’humanités numériques, qui associerait à la BNU l’Université Paris 3, le laboratoire IRET et la Théâtrothèque Gaston Baty. Dans une thématique voisine, et venant nourrir les fonds musicaux de la BNU, la proposition de legs de Mathias Lehn a été acceptée à l’unanimité par le CS : il s’agit d’un fonds de plus de 13 000 pièces composé de programmes de théâtres, d’orchestres et de festivals du monde entier, rassemblant souvent une documentation inédite.

En sciences religieuses, le fonds Maritain, comprenant la bibliothèque du philosophe, ses œuvres d’art, ses archives manuscrites et sa correspondance, a été l’objet d’un travail de numérisation (notamment de la correspondance de Jacques et Raïssa Maritain entre 1900 et 1973) et d’un catalogage des archives éditoriales. Le traitement est en cours grâce à une subvention de l’ABES.

Dans le domaine Europe, il a été question du catalogage de la collection d’affiches européennes et de la numérisation d’une partie de celle-ci. L’ensemble a été numérisé en 2018 (près de 2 000 affiches), et il s’agit maintenant d’assurer un accès sur place à ces collections sous droit.

Pour les alsatiques, le projet concernant la collection tapuscrite des émissions de Radio Strasbourg a été ajouté au programme de l’action scientifique. Il s’agit de la valorisation scientifique d’un fonds d’environ un millier de tapuscrits d’émissions diffusées en alsacien sur Radio Strasboug entre les années 1950 et les années 1970. Des partenariats sont pourtant toujours recherchés.

Également dans le domaine des alsatiques, il a été question des avancées du projet de mise en ligne du Dictionnaire historique des institutions de l’Alsace du Moyen-Âge à 1815, mené depuis l’automne 2007 par un groupe d’historiens sous l’égide de l’Institut d’histoire d’Alsace de l’Unistra, de l’équipe d’accueil ARCHE et de la Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace. En 2017, la BNU a été sollicitée pour apporter son concours à un projet de diffusion en ligne de ce dictionnaire. Une base mediawiki a pu être développée, et elle est hébergée par la bibliothèque. Des liens ont été créés entre les notices du dictionnaire en ligne et les sources numérisées dans Numistral. Forte de sa nouvelle version, présentée au CS, cette bibliothèque numérique patrimoniale est dorénavant commune aux établissements du site alsacien.

Dans la thématique aire culturelle germanique, un point fort a été la revalorisation et la promotion du fonds Witte sur Dante comme instrument de recherche. Ce projet était soutenu par un partenariat de dimension internationale comprenant l’Unistra (notamment la Faculté des Lettres et la Faculté de Philosophie), le Goethe Institut, l’Institut Universitaire de France, l’Istituto Italiano di Cultura, et les sociétés dantesques allemande, italienne et française. Les actions et les modes de valorisation ont été multiples : une journée d’études tenue les 11 et 12 octobre 2018 à la BNU, la publication des actes de la journée dans le Dante-Jahrbuch de 2020 et la publication d’un numéro de La Revue de la BNU (n° 23, printemps 2021) sur les thématiques soulevées par le colloque (présentation des œuvres, fortune iconographique, figure du poète…). À plus long terme, les pistes ouvertes lors des journées d’étude permettront de promouvoir de nouveaux projets de recherche.

Parmi les projets qui ont été portés à l’attention du CS, dont certains ont été candidats dans le cadre des appels à projets CollEx-Persée, se trouve la plateforme des études nordiques, portée par Thomas Mohnike (Université de Strasbourg), dont l’objectif est de valoriser la recherche menée en France dans le domaine des études scandinaves par la réalisation d’une bibliographie des études nordiques. La collaboration avec la BNU a été décisive, puisque non seulement la bibliothèque fournit des ressources documentaires, mais elle a aussi permis la création d’un réseau sur les études nordiques, formalisé par une convention constitutive du réseau CollEx Études nordiques comprenant les bibliothèques spécialisées et l’APEN (Association pour les études nordiques). Parmi les actions menées dans ce cadre, ont eu lieu à Strasbourg une journée d’études en 2018 et le congrès de l’APEN en 2019. Le travail sur la plateforme est en cours et la finalisation est prévue fin 2020, si la situation sanitaire le permet. Dans les activités de ce réseau s’inscrit également le projet Mythèmes du Nord, base de fouille de données sur un corpus d’ouvrages imprimés anciens libres de droit autour des thématiques du Nord et de la Scandinavie. La demande de financement dans le cadre de l’appel à projets 2019-2020 lancé par le GIS Collex-Persée n’a pas été retenue, mais le projet se poursuit tout de même, car il prend place dans le cadre plus général des actions liées aux études nordiques à la BNU et bénéficie d’un réseau déjà constitué.

Dans le domaine Europe médiane, plusieurs projets ont été discutés au sein du CS, dont l’organisation de journées annuelles à la BNU rassemblant le réseau constitué autour du GDR « Europe médiane » ; la constitution d’un réseau scientifique au niveau des responsables Relations internationales du site Alsace ; le projet d’exposition, qui en découle, sur les « Neustädte » de Strasbourg et de Poznan, visant à valoriser les fonds germaniques et alsatiques de 1870 à 1918. À ce titre, le site alsacien a accueilli en avril 2019 une délégation de Poznań, suivi d’un déplacement des partenaires BNU-Unistra à Poznań en septembre de la même année.

La BNU concourt également à diverses entreprises scientifiques qui ont fait l’objet de plusieurs discussions au sein du CS. Le projet SAVOIRS (« Lieux de savoirs numériques »), suite numérique des Lieux de savoir portés par Christian Jacob, propose une cartographie des savoirs et la mise en place de parcours de lecture sur un ensemble de textes, selon le sujet et le mode d’accès choisis. L’association avec la BNU a été menée de concert avec Jean-François Bert (Université de Lausanne), très impliqué dans le projet et par ailleurs président du comité scientifique de La Revue de la BNU. Le CS a approuvé les lignes directrices de cette collaboration, ainsi que la présence de la BNU au sein du comité de pilotage de SAVOIRS. Mais l’implication de la BNU va au-delà d’un simple travail sur des articles concernant le patrimoine écrit et graphique, car elle est prête à servir d’établissement test auprès de publics ciblés et à accueillir des journées d’études.

Le CS a également donné son approbation au projet de convention constituant le GIS Corpus. Sorte de laboratoire de site pour les humanités numériques, ce projet a été porté depuis 2017 par un groupe de travail impliquant la BNU et l’Université de Strasbourg. Structurant pour la BNU, le GIS Corpus a pour fonctions principales de recenser et de promouvoir des projets en SHS liés aux humanités numériques, de fédérer les forces de la BNU et de l’Unistra pour œuvrer à la valorisation de fonds conservés dans les bibliothèques du site, et de repérer les initiatives de l’Unistra dans le domaine des humanités numériques pour renforcer l’appui à la recherche. Doté depuis 2019 de son propre CS, présidé par Edouard Mehl, le GIS Corpus a réalisé un recensement des projets de recherche en SHS sur le site (Unistra), le but étant de proposer un label destiné à promouvoir les projets de recherche qui seront retenus.

Le CS a également participé à la discussion relative à la création du carnet de recherche Lieu de recherche (Hypothèses), mis en place et rendu public depuis la fin 2018. Complément à d’autres organes de communication de la bibliothèque, le carnet Hypothèses propose un outil de communication rapide et au plus proche de l’actualité des programmes et projets utilisant les ressources et les services de la BNU. Il se présente aussi comme un lieu de rencontre avec les chercheurs, auxquels est consacrée une rubrique.

Depuis 2010, l’établissement publie La Revue de la BNU, retour critique et raisonné de l’activité scientifique et culturelle de la bibliothèque, mettant en valeur le patrimoine écrit et graphique sous l’angle de questions scientifiques, culturelles et sociales qui dépassent largement le cadre des bibliothèques ou de la culture du livre. À ce sujet, le CS a été invité à se prononcer sur la réponse de la BNU à l’appel à projet du Fonds national pour la science ouverte visant la mise en ligne de La Revue de la BNU sur OpenEdition Journals. Cet appel ponctuel a suscité une réflexion de fond sur les évolutions de la politique éditoriale de la BNU pour se conformer aux objectifs de la science ouverte. À cet égard, le CS a approuvé une note sur le dépôt en archives ouvertes des personnels scientifiques de la BNU, les incitant à déposer leurs travaux dans l’archive ouverte UnivOak développée par l’Université de Strasbourg.

Enfin, s’insérant dans la logique du nouveau contrat du site tourné vers l’innovation et l’accueil à un public plus large, le projet de DataLab, entamé en 2019, a aussi été l’objet de discussions au sein du CS. Fortement encouragé par ses membres, le Lab se veut un lieu fournissant les outils nécessaires pour accompagner des projets de chercheurs qui souhaitent exploiter, sous une forme ou une autre, le patrimoine numérique.

Perspectives et évolution du CS :

Depuis le nouveau décret du 23 septembre 2020, qui vient sceller la transformation de la BNU, le CS devient une partie intégrante de la gouvernance de la bibliothèque à côté du CA, dont il constitue un appui dans la définition de l’action scientifique. Dans ce cadre, le CS doit s’assumer plus que jamais comme une force de proposition et susciter le débat non seulement pour les questions touchant à la politique scientifique, mais aussi, depuis que ses fonctions ont été élargies, à la politique culturelle et éditoriale de la BNU, selon les trois axes que cette dernière s’est donné pour mission dans son projet de transformation : le déploiement de services à la recherche, le développement de la culture numérique par la création d’un Lab et l’ouverture à la cité pour assurer l’accès au plus grand nombre.

Concernant la politique culturelle :

La BNU élargit ses missions à l’action culturelle, et compte par là s’intégrer pleinement dans la politique culturelle de la ville. Le CS devra par conséquent se prononcer davantage, et de manière prospective, dans la définition de la politique culturelle de la BNU. Au-delà d’une simple ratification d’un programme préexistant, le CS pourrait venir enrichir, avec des propositions concrètes, le programme d’expositions, de conférences, de rencontres… Il fera ainsi ressortir de façon plus claire les fils qui relient les choix scientifiques de l’établissement avec son action culturelle, mettant en valeur auprès d’un public élargi ses options patrimoniales.

Le numérique :

Dans un temps où la « science ouverte » s’impose et s’accompagne d’un déferlement des « humanités numériques », la définition de la politique éditoriale de la BNU est un point qui aura vocation à être discuté par le CS. La fonction de ce dernier sera de soutenir, de susciter et de développer la politique de l’établissement à ce sujet, avec le discernement et le recul critique qu’exige le recours massif aux nouvelles technologies. Il est certes attendu d’une institution culturelle qu’elle s’adapte aux évolutions les plus récentes en matière de media du savoir, mais il convient également qu’elle reste lucide vis-à-vis des effets de mode et que son adaptation ne se fasse pas au détriment de sa vocation principale, qui est de préserver un patrimoine documentaire, passé et à venir – on y reviendra.

Partenariats et collaborations possibles :

Le CS doit assurer le rôle de relais et d’information auprès des chercheurs strasbourgeois et au-delà, l’un des objectifs principaux de la politique scientifique de la BNU étant de nouer des partenariats scientifiques sur le site, mais aussi à l’échelle européenne. Dans cette perspective, il revient au CS de faire connaître aux Unités de recherche (UR) les fonds priorisés, de sensibiliser les chercheurs à la richesse qu’ils renferment et à leur potentiel comme objets de recherche, afin de repérer des partenariats possibles avec la BNU. À cet effet, il serait souhaitable de mettre en place un contact régulier au sein des UR – surtout, mais pas exclusivement, au sein des équipes dont les axes de recherche correspondent aux pôles d’excellence de la BNU (sciences religieuses, sciences de l’Antiquité, Europe, aire culturelle germanique) – pour présenter les fonds priorisés lorsqu’ils touchent aux intérêts de recherche des membres de l’UR. Le cas échéant, ils devraient bénéficier explicitement du soutien des directeurs d’UR.

Dans le même ordre d’idées, il serait utile que les propositions de la Commission de la recherche de l’Unistra, à chaque renouvellement de CS, cherchent à se conformer le plus possible aux lignes directrices de la politique scientifique de la BNU. Si toute forme d’influence de la BNU sur les décisions de l’Unistra est bien sûr exclue, ce serait néanmoins souhaitable que les choix de cette dernière soient éclairés et qu’ils se fassent en concertation avec la bibliothèque.

Le CS devra aussi profiter du terrain très fécond des ITI (Instituts thématiques interdisciplinaires), dont certains ont établi des partenariats avec la BNU dès la phase préliminaire du montage : notamment les projets HiSAAR (Histoire, Sociologie, Archéologie et Anthropologie des Religions), labellisé pour une période de 8 ans ; LETHICA (Ethique, Littérature et Arts), bénéficiant aussi d’une enveloppe pour 8 ans ; ou GRIAMI, en musicologie, pour 4 ans. Suites des LabEx et généreusement dotés pour les SHS, les ITI commencent à définir leurs actions scientifiques pour un démarrage effectif en janvier 2021. Le CS devrait s’assurer que les modalités précises du partenariat avec la BNU soient définies dès à présent.

Collections et services aux chercheurs :

J’en viens ici, pour finir, sur un point qui me paraît fondamental : car au-delà de la nécessaire valorisation des collections patrimoniales, de la médiatisation, de l’adaptation aux nouveaux usages, pour les chercheurs que nous sommes, ce sont les collections, l’offre documentaire de la bibliothèque, qui constituent le cœur de son activité et du service à la recherche.  Il me semble que la conservation des collections et l’acquisition de nouveaux fonds, conformément à la politique documentaire de l’établissement, reste une priorité. C’est ce capital documentaire qui constitue la base de l’identité de la bibliothèque, ce qu’elle a pour mission de transmettre et ce qui assure la permanence et la continuité de son service public, contre une culture ambiante très orientée vers le court terme et la rentabilité.

Tout en honorant les missions que la BNU s’est proposées dans son projet de transformation, le CS doit contribuer surtout à la définition des axes prioritaires de sa politique patrimoniale (y compris les nouvelles acquisitions qui ajoutent à son intérêt patrimonial), veillant à la pertinence des choix opérés au regard de la communauté que dessert directement la bibliothèque, mais aussi en vue de la préservation globale d’un patrimoine d’intérêt national qui a vocation à s’enrichir et à être transmis. La politique culturelle et de valorisation en découle, car la définition de la politique documentaire de la bibliothèque est indissociable de sa mission de sensibilisation et de son ouverture à l’extérieur, dans le sens à la fois des partenariats et du grand public.

Isabel Iribarren

20 novembre 2020

Charte de la politique scientifique de la BNU : Charte de la politique scientifique BNU 

Charte des dons : Charte des dons


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search