Paroles de chercheur : Isabel Iribarren


En quelques mots, pourriez-vous vous présenter ?

I. Iribarren

Arrivée à Strasbourg en 2006 depuis l’Angleterre où j’ai fait mes études, je suis professeur d’Histoire de l’Église et de la philosophie médiévales à la Faculté de théologie catholique. Mes recherches portent sur histoire intellectuelle des 13e-15e siècles, plus précisément les pratiques et la circulation des savoirs en Occident latin, les controverses doctrinales en milieu universitaire, et l’histoire de la spiritualité et de la théologie, avec un intérêt privilégié pour l’œuvre de Jean Gerson. Ayant bénéficié d’une double formation, en histoire et en philosophie, je crois à la richesse que peut offrir une pratique interdisciplinaire bien maîtrisée. Dès mon arrivée à Strasbourg, j’ai donc tenu à établir des liens avec les historiens médiévistes, ce qui a conduit en 2011 à la création du Master d’études médiévales interdisciplinaires, qui compte aujourd’hui (j’en suis fière !) une bonne trentaine d’étudiants, dont une bonne partie provenant d’académies autres que Strasbourg et d’autres pays européens.

 

Quelle est votre fréquentation des bibliothèques et quelle place occupe la documentation dans vos recherches ?

Bibliothèque du Saulchoir

Mon approche associe étroitement l’histoire des textes à l’histoire des doctrines et des méthodes de travail intellectuel au Moyen-Âge latin. La documentation est donc d’une importance capitale pour mes recherches, car elle fournit à la fois ses indices, ses objets et le paysage culturel dans lequel ils s’inscrivent. J’ai une prédilection spéciale pour la salle du patrimoine de la Bnu, dont la collection des catalogues de bibliothèques m’est très utile et où je trouve le calme propice au travail souvent ardu de recherche des témoins manuscrits. Pendant mes courts séjours parisiens, surtout avant la pandémie, j’aime fréquenter la bibliothèque du Saulchoir, empreinte d’une riche tradition dominicaine – une mine pour le médiéviste ! Je suis sensible à son atmosphère toute particulière, qui rappelle davantage le lieu de retraite d’un des Esseintes qu’un établissement public.

 

Quels liens entretenez-vous avec la Bnu ?

Hormis bien sûr mes liens en tant qu’usager, mes premiers contacts avec la Bnu remontent à 2009, à l’occasion de l’exposition Ens infinitum. A l’école de saint François d’Assise, dont le but était de valoriser le dépôt des bibliothèques des maisons franciscaines de la Province franco-belge. Aux côtés de Claude Coulot et de Franck Storne, commissaires de l’exposition et directeurs du catalogue auquel j’ai aussi contribué, j’ai eu la chance de pouvoir participer avec le regretté Francis Rapp aux discussions liées au montage de l’exposition. Plus récemment, mes relations avec la Bnu sont devenues plus étroites, suite à mon élection en 2018 comme présidente du Conseil scientifique pour un mandat de trois ans, qui arrive maintenant à son terme. D’abord très intimidée par la haute qualité d’une assemblée qui réunissait, bien au-delà du milieu universitaire restreint, des personnalités du monde scientifique et culturel français et étranger, au fil des réunions j’ai su m’intégrer aux débats avec un énorme plaisir et intérêt. Je l’ai considéré comme une chance inouïe de pouvoir présider aux discussions concernant la politique scientifique de la Bnu et la définition de ses choix patrimoniaux, consciente du rôle fondamental que joue le CS comme relais auprès des chercheurs dans la création des partenariats scientifiques sur le site strasbourgeois et à l’échelle européenne. Cette immersion de trois ans dans les coulisses de la Bnu m’a aussi permis de mesurer la richesse de ses collections patrimoniales et le sérieux de son investissement dans le service aux chercheurs.

 

Quelle est votre actualité scientifique ?

Les sept ans de travail consacrés à la traduction commentée du poème épique Josephina de Jean Gerson m’ont ouvert quantité de pistes de recherche sur l’œuvre importante de ce théologien du 15e siècle, dont les facettes multiples et l’activité politique et intellectuelle ne cessent de me fasciner. Dans le cadre des activités de recherche d’une équipe internationale de chercheurs travaillant au projet d’édition des Opera selecta de Gerson, je m’attaque actuellement à l’édition critique d’un petit traité gersonien, De laude scriptorum, dont la réception massive dans le Rhin supérieur à l’aube de l’imprimerie en fait un cas d’étude sur le passage de la culture écrite à la culture imprimée. Je compte présenter les premiers résultats de ce travail dans un colloque que j’organise à Strasbourg les 5-7 mai 2021 sur Gerson rhénan. Réception et transmission de l’œuvre de Jean Gerson dans le Rhin supérieur aux 15e et 16e siècles. Cette rencontre réunira les spécialistes en la matière, tout en s’agrégeant le concours des bibliothèques partenaires de la région rhénane, dont bien sûr la Bnu. Comme il s’agit de valoriser les fonds gersoniens préservés dans ces bibliothèques, le contact avec le patrimoine matériel est incontournable et explique le caractère itinérant du colloque : les participants se déplaceront de Strasbourg à Bâle, puis à Colmar et enfin à Sélestat. En effet, une réévaluation de la tradition manuscrite et imprimée des 15e et 16e siècles met en évidence le rayonnement spectaculaire de l’œuvre de Gerson dans le Rhin supérieur, un engouement qu’il faudra élucider dans un contexte culturel marqué par l’essor de nouveaux moyens de communication.

 

Avez-vous dans les collections de la Bnu repéré un document particulièrement remarquable que vous souhaiteriez partager ?

Dans mes recherches sur la réception de Gerson dans la région rhénane, j’ai été amenée à étudier le Rosetum exercitiorum spiritualium et sacrarum meditationum de Jean de Mombaer (ou Mauburnus) de Bruxelles (c. 1450-1501), chanoine régulier de la congrégation des Frères de la vie commune de Windesheim et l’un des principaux promoteurs de la « devotio moderna » en France à la fin du 15e siècle. L’engouement des humanistes français, notamment Lefèvre d’Estaples, pour Gerson était connu, mais l’arrivée des frères de Windesheim accrut cette tendance, assurant le triomphe posthume de Gerson sur Jean de Ruysbroeck, un autre représentant de la mystique rhéno-flamande, dont il avait tant combattu les écrits de son vivant. Jean de Mombaer est donc pour beaucoup dans la position incontestée qu’occupe Gerson dans la devotio moderna. Le Rosetum en est un témoignage éloquent : Mombaer s’y inspire de Gerson pour offrir un ouvrage de méditation et de mystique pratique destiné à un public non cloîtré. Un des résultats des incursions de Mombaer en France fut l’édition définitive du Rosetum en 1510, après la mort de son auteur, par les soins de Josse Bade à Paris. Mais avant cette édition, l’ouvrage a énormément circulé dans le Rhin supérieur : l’edition princeps, imprimée au couvent néerlandais de Zwolle, remonte à 1494, suivie de près par une édition bâloise parue en 1504. À ma connaissance, la Bnu est la seule bibliothèque en France à posséder les trois exemplaires, sorte de témoignage des péripéties du sort posthume de Gerson.

 

Quels services aux chercheurs souhaiteriez-vous voir se développer dans les bibliothèques ?

Il n’y a pas de meilleur service qu’une bibliothèque puisse offrir au chercheur que la conservation et l’enrichissement, par l’acquisition de nouveaux fonds, de son offre documentaire. Ce sont les collections qui constituent le patrimoine matériel de la bibliothèque et finalement ce qui assure la permanence de son service au public, en lui facilitant l’accès à ses fonds. De nos jours, l’adaptation aux nouveaux usages numériques prend énormément de place dans la réflexion sur la politique scientifique des bibliothèques et sur l’évolution de son service aux chercheurs. Si le numérique est une aubaine pour tout chercheur et un outil précieux qu’il ne faut pas congédier allègrement, il faut veiller à ce qu’il ne gagne pas une place immodérée au détriment de la mission prioritaire de la bibliothèque, qui reste, il me semble, la conservation de son patrimoine documentaire.

Propos recueillis par Christophe Didier

Programme du colloque Gerson rhénan : Gerson rhénan_argumentaire et programme

Voir aussi le billet : Conseil scientifique de la BNU : bilan de la mandature 2018-2020


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search