Les papyrus magiques coptes de la Bnu # 1. Histoire d’une reconstitution par une chercheuse hongroise

Rédigé avec la collaboration de Krisztina Hevesi

Parmi les 5 200  papyrus[1] que contient la Bnu, la collection des papyrus coptes – près de 700 cotes – suscite l’intérêt des chercheurs bien au-delà de nos frontières. C’est le cas d’un corpus de textes magiques coptes qu’étudie une jeune chercheuse hongroise, Krisztina Hevesi, depuis 2013, lorsqu’elle commença son master en égyptologie à Strasbourg, consacré à un ensemble de fragments de la Bnu : les cotes P. Stras. K 204 et P. Stras. K 205 (ou Pap.K.204 et Pap.K.205)[2].

Ces textes ont été rédigés par les Coptes, autrement dit les Égyptiens – « aiguptioi » en grec – après la christianisation de l’Égypte. Il s’agit de prières rituelles prononcées pour obtenir telle ou telle faveur – succès dans une entreprise ou en amour par exemple – mélangeant des éléments de médecine, de religion et de magie. Puisant indistinctement dans la Bible, la littérature gnostique ou les sources anciennes, ils peuvent contenir une invocation, une partie narrative et des formulations rituelles et magiques.

Crédit photo : Madeleine Zeller 
Sur l’ordinateur de Krisztina Hevesi, l’assemblage virtuel des fragments effectué à distance à partir des photos réalisées précédemment : ici deux fragments du P. Stras. K 204 et un fragment du P. Stras. K 205 (les deux cotes comportent chacun une quinzaine de fragments). L’ensemble P. Stras. K 204 – P. Stras. 205 pourrait dater du 8e siècle (datation incertaine comme pour beaucoup de papyrus).

Les papyrus sont conservés à l’état de fragments, assemblés et mis sous verre le plus souvent au moment de leur acquisition au tournant du 20e siècle. Un chercheur averti peut dès lors étudier les fragments pour les éditer mais aussi, le cas échéant, pour les assembler d’une autre façon.

C’est ce qu’a fait Krisztina Hevesi : lors d’une séance de travail précédente, elle avait sélectionné et fait photographier notamment les cotes P. Stras. K 204 et P. Stras. K 205, sujets de son master ; puis elle a comparé patiemment ces deux ensembles de fragments aux textes magiques coptes connus qui, hormis les différences dialectales, sont relativement standardisés ; ce travail minutieux lui a permis de déplacer les pièces du puzzle sur son écran et d’éditer le texte ainsi reconstitué entre 2013 et 2018, avant de revenir à la Bnu faire assembler les morceaux physiquement.

Les photos montrent l’opération d’une précision chirurgicale qui s’est faite au carré du patrimoine : Krisztina Hevesi indique à notre restauratrice Marie-Hélène Boini comment replacer les fragments, non sans faire encore quelques ajustements par rapport à sa reconstitution de 2013-2018, le tout en concertation avec Gisela Bélot, responsable de la collection de papyrus. Une douzaine d’assemblages similaires ont été effectués par l’atelier de restauration, pour l’ensemble P. Stras. K 204 – P. Stras. K 205 également (qui comprend une trentaine de fragments) ou pour d’autres papyrus du corpus.

Crédit photo : Madeleine Zeller
L’opération chirurgicale à la Bnu : Marie-Hélène Boini (de l’atelier de restauration de la Bnu) déplace des fragments selon l’indication de Krisztina Hevesi. Dans certains cas, sa venue sur place lui a permis d’affiner ses premières hypothèses en ajustant encore certains fragments.

Depuis, l’atelier de restauration a refermé les plaques de verre et les a scellées avec de la toile tout autour pour ces nouveaux assemblages, prêts à être photographiés par l’atelier de photographie. Il reste, pour Krisztina Hevesi, à poursuivre l’étude des manuscrits magiques coptes conservés à Strasbourg (Bnu), Berlin (Ägyptisches Museum und Papyrussammlung) et Heidelberg (Papyrussammlung des Instituts für Papyrologie) auxquels elle consacre sa thèse de doctorat à la Freie Universität de Berlin, sous le titre Continuity and Discontinuity of Native Egyptian Traditions in Coptic Magical Texts[3]. La collection de la Bnu compte une trentaine de cotes à ce jour, mais ce corpus pourrait encore s’étendre au fil des travaux de la chercheuse.

Après sa soutenance de thèse, Krisztina Hevesi compte publier, outre sa thèse, les douze ou quinze manuscrits inédits de la Bnu qu’elle a repérés. Parmi ses autres activités scientifiques qu’il serait difficile d’énumérer ici, on notera en particulier sa participation à la base de données « Coptic magical papyri », hébergée par l’université de Wurzbourg, consacrée aux collections de plusieurs dizaines d’institutions en Europe et dans le monde. Grâce à sa coopération, les collections de la Bnu y sont signalées au fur et à mesure de ses recherches.

Sans avoir eu une voie toute tracée, Krisztina Hevesi a toujours suivi son rêve : « j’ai décidé de devenir égyptologue à l’âge de neuf ans », comme elle l’expliquera dans un entretien à paraître dans Lieu de Recherche. On peut souhaiter la même persévérance à tous les égyptologues et autres chercheurs en devenir, que nous espérons nombreux pour continuer d’étudier et de publier les collections papyrologiques de la Bnu et d’ailleurs.

[1] Comme beaucoup de collections papyrologiques, celle de la Bnu contient des documents sur papyrus, mais également sur parchemin ou sur papier. Une même cote réunit en général un ensemble de fragments, issus d’un même document (le plus souvent) ou non. La collection de la Bnu n’est pas signalée dans le catalogue de la Bnu mais est incluse par parties dans plusieurs bases collaboratives internationales.

[2] Papyrus K 204 and K 205. An Unpublished Coptic Magical Collection from the Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.  Mémoire commencé à l’Université de Strasbourg en 2013 et soutenu à l’Université Eötvös Loránd de Budapest en 2016.

[3] Sous la direction de Prof. Dr. Tonio Sebastian Richter (Freie Universität Berlin) et de Prof. Dr. Joachim Friedrich Quack (Université de Heidelberg). Pour connaître l’argument de la thèses :
https://www.berliner-antike-kolleg.org/bergsas/promovierende/aphil_histas/kriztina_hevesi/index.html

Crédit photo : Madeleine Zeller
Krisztina Hevesi examinant d’autres papyrus coptes magiques de la Bnu à l’aide de son microscope électronique branché à son ordinateur. Celui-ci permet d’analyser chaque papyrus dans sa matérialité – encre(s) utilisée(s), orientation de la fibre de la plante, etc. – et de vérifier que les nouveaux assemblages des fragments sont corrects.

Pour aller plus loin

Base de données

Coptic magical papyri, hébergée par l’université de Wurzbourg

Pour afficher la liste des références de la Bnu :
http://www.coptic-magic.phil.uni-wuerzburg.de/index.php/manuscripts-search/
puis taper « Strasbourg » dans la fenêtre de saisie, ou saisir directement
http://www.coptic-magic.phil.uni-wuerzburg.de/?sfid=11222&_sf_s=strasbourg&_sfm_date_copy_earliest=-400+1940

Publications

Krisztina Hevesi, « P.Stras. K 204 and K 205. An Unpublished Coptic Magical Collection from the Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg”, in Sarah Kiyanrad, Christoffer Theis et Laura Willer (éd.) Bild und Schrift auf ‘magischen’ Artefakten, Berlin, De Gruyter, 2018, p. 49-118 (avec une section « Addenda et corrigenda  », p. 42-54). En ligne via Jstor ou DOAB [LIB 956 KIYA]

Krisztina Hevesi, « A few remarks on the persistence of native Egyptian historiolae Coptic magical texts », in Current Research in Egyptology 2018 : proceedings of the Nineteenth Annual Symposium, Czech Institute of Egyptology, Faculty of Arts, Charles University, Prague, 25-28 june 2018 / edited by Marie Peterková Hlouchová, Dana Bĕlohoubková, Jiří Honzl… [et al.], Oxford, Archaeopress Access Archaeology, 2019, p. 42-54.

Coptica Argentoratensia. Textes et documents de la troisième université d’été de papyrologie copte, Strasbourg, 18-25 juillet 2010 (P. Stras. Copt.) / réunis par Anne Boud’hors, Alain Delattre, Catherine Louis… [et al.], Paris, Éditions de Boccard, 2014, p. 109-141 et pl. 22–29 pour les éditions des textes magiques. [Espace patrimoine PAPYRUS – 4-037606]

Études coptes IX. Onzième journée d’études, Strasbourg, 12-14 juin 2003 / éditées par Anne Boud’hors, Jean Gascou et Denyse Vaillancourt, Paris, Éditions de Boccard, 2014 [Espace patrimoine PAPYRUS – C.161.304]

Pour consulter la collection papyrologique de la Bnu

L’accès à ce fonds se fait sur rendez-vous avec un conservateur. Vous pouvez adresser un mail à Mme Gisela Bélot (gisela.belot@bnu.fr) ou à quid@bnu.fr.

Les publications sur les papyrus de la Bnu se trouvent, pour la plupart, dans le carré du patrimoine de la Bnu (Espace patrimoine, niveau 5).


Madeleine Zeller

Chargée de missions Patrimoine et Alsatiques

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 30/01/2021

    […] Les papyrus magiques coptes de la Bnu # 1. Histoire d’une reconstitution par une chercheuse hongro…, par Madeleine Zeller et Krisztina Hevesi, sur le carnet de la BNU. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search