Bibliothèques / musées : actes du colloque de Rome en 2016

Nous avons déjà évoqué sur Lieu de recherche le colloque international qui a eu lieu les 16 et 17 novembre 2016 à Rome, à la Biblioteca nazionale centrale, et qui était intitulé « Le biblioteche anche come musei: dal Rinascimento ad oggi » (voir le billet du 11 décembre 2019). Les actes en ont été publiés dans la collection de la BNCR, les Quaderni della Biblioteca nazionale centrale di Roma en 2019, en même temps qu’ils l’étaient, la même année, dans la publication brésilienne Livro – preuve, s’il en est, que les rapports entre bibliothèques et musées constituent une thématique qui touche bien au-delà des modèles classiques européens. Le colloque, et les actes qui l’ont suivi, sont de fait l’occasion d’un tour d’Europe des études de cas, où l’on voyage en Italie, Roumanie, Hongrie, Espagne, France (avec l’exemple de la Bnu), avant d’aller, donc, jusqu’au Brésil. Pour la BNCR, ce colloque était aussi l’occasion de valoriser la présentation des nouveaux espaces « muséaux » que la bibliothèque consacre, depuis 2015, aux grandes figures de la littérature italienne du 20e siècle dont elle est dépositaire des fonds d’archives, de livres et d’objets. Sous le titre « Spazi900 » ce sont ainsi des auteurs aussi importants que Pasolini, Deledda, Svevo, Calvino, d’Annunzio, Pirandello, Morante et bien d’autres encore qui sont donnés à voir dans des espaces où l’œuvre est mise en contexte avec les documents ou objets conservés dans les fonds, constituant autant de « chambres d’écrivains » ou musées littéraires.

Dans ce cadre, une présentation avait été faite, lors du colloque, de l’évolution muséale de la Bnu, des premiers « essais » universitaires de la période allemande (avec les musées antiques ou le cabinet Gobineau) aux « réserves visitables » qui  y ont été installées en 2014 et au futur projet de musée, en passant par l’évolution de la politique d’exposition. On n’eut garde d’oublier la dimension muséale que prennent, avec le temps ou les projets de rénovation, les bâtiments eux-mêmes, souvent aujourd’hui lieux de visite en soi, indépendamment des artefacts qu’ils peuvent conserver.

L’article concernant la Bnu a été publié sous le titre : « Hybridité, FabLab, troisième lieu… muséal ? Strasbourg à la recherche d’une identité complexe », in Le Biblioteche anche come Musei : dal Rinascimento ad oggi / coordinamento scientifico di Andrea De Pasquale. – Rome : Biblioteca nazionale centrale di Roma, 2019 (Quaderni della Biblioteca nazionale centrale di Roma, 23, 2019)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search