Les personnels scientifiques de la BNU : Christophe Didier

 

Comment vous présenteriez-vous en quelques mots ?

Conservateur à la BNU depuis 1993, j’ai été amené à côtoyer nombre de collègues, dans l’établissement et au dehors, et à découvrir plus d’une facette des collections – y compris en les mettant en regard de celles d’établissements similaires avec lesquels j’ai eu l’opportunité de travailler (hors de France en Allemagne surtout, mais aussi en Hongrie, en Lettonie, en Roumanie ou en Pologne). Si je devais résumer les grands axes de mes activités en près de trente ans à la BNU, je dirais : travail sur les fonds d’art et de littérature, anciens et récents ; ouverture des fonds de toute nature vers le public, avec une importante activité de commissariats d’expositions de 1998 à 2015 ; dialogue de la bibliothèque avec des chercheurs, des institutions et des établissements avec lesquels nous partageons des questionnements culturels et scientifiques similaires : je mentionnerai ici la création, dont je suis à l’origine, de La Revue de la BNU en 2010 – une belle aventure qui se poursuit toujours aujourd’hui ; et puis aussi, évidemment, la rédaction en chef du blog Lieu de recherche, lancé en 2019. Et, last but not least, un constant dialogue avec nos partenaires étrangers, allemands en premier lieu.

 

Quelles sont les principales actions scientifiques et culturelles dans lesquelles vous avez été impliqué ?

Mes premières implications dans des actions scientifiques et culturelles (hors du domaine documentaire à strictement parler) ont été le commissariat d’expositions. Du peintre Camille Claus (la première que j’ai réalisée, en 1998) aux métamorphoses de la bibliothèque, en passant par les orages de papier de la Première Guerre mondiale, les écrivains Schiller, Zweig, Remarque ou Zola, la maison d’édition Arfuyen ou encore l’affiche de cinéma des années trente, le spectre a été large !
Avec les années, l’imbrication des politiques scientifique et culturelle a conduit à un dialogue fructueux et resserré avec nos collègues universitaires ; il s’est concrétisé par exemple avec la création d’une instance commune de travail pour la valorisation scientifique (et numérique) de nos fonds, le GIS Corpus (voir le dernier billet), mais aussi avec la mise en place de cycles de présentation de l’activité de recherche auprès d’un plus grand public (« Savoirs en partage ») ou encore la préparation conjointe de colloques ou journées d’études. Le but est toujours le même : faire ressortir les fonds, anciens et moins anciens, de la BNU pleinement à la lumière (parmi les dernières journées d’études, citons celles sur l’Art nouveau, sur Dante, sur les liens entre savoir et pouvoir…).
Et puis, de temps en temps, un événement exceptionnel mobilise les énergies : ce fut le cas, par exemple, avec l’anniversaire des cinq cents ans de la mort de Gutenberg en 2018, avec toute une série d’événements et de publications qui ont essaimé bien au-delà du monde universitaire (lors de la journée de lancement, un tram « habillé aux couleurs » de Gutenberg a circulé devant la bibliothèque) ; cela avait déjà été le cas avec la réouverture du bâtiment rénové et l’exposition « Métamorphoses »…
Enfin, je suis depuis dix ans régulièrement sur la brèche (mais une brèche fructueuse…) avec la parution semestrielle des numéros de La Revue de la BNU qui, eux aussi, mobilisent un nombre non négligeable de collègues en interne (membres du comité de rédaction, chargé d’édition, auteurs, relecteurs ou traducteurs d’articles…) et nous font régulièrement entrer en contact avec un réseau international de contributeurs qui en retour, feront mieux connaître La Revue et la bibliothèque qui l’édite au-delà de l’Alsace et même de la France. Cette évocation, à la fois rétrospective et prospective, dit bien le tourbillon permanent où l’on a souvent l’impression d’être plongé – mais dans une bibliothèque, la contemplation silencieuse des rayonnages, lors de recherches de livres aux heures tardives de la journée où l’on ne rencontre plus grand monde, a tôt fait de nous remettre les idées en place.

 

Quels sont vos principaux projets à venir ?

Ils sont nombreux pour La Revue de la BNU, avec des numéros en préparation qui devraient donner lieu à de belles collaborations, comme celui sur Dante prévu au printemps, ou celui sur les maisons d’écrivains à l’automne. Mais nous fêterons aussi en 2021 les dix ans (pardon, les onze, puisque la pandémie a eu raison de la date initialement prévue de novembre 2020) de la revue, avec une journée qui devrait permettre d’aborder l’avenir de nos publications scientifiques et culturelles de la façon la plus variée. Et puis, La Revue est depuis 2019 progressivement intégrée, en version numérique, sur OpenEdition Journals ; nous espérons bien terminer cette intégration en 2021, en rendant tous les numéros parus disponibles par ce biais… mais d’ores et déjà, les chiffres de consultation sont plus qu’encourageants.
Pour ce qui est des expositions, j’aimerais bien faire aboutir un projet prometteur, porté par notre collègue de l’Université de Strasbourg Alexandre Kostka, qui travaille actuellement avec une équipe internationale de chercheurs sur une comparaison des « villes de marches » Strasbourg et Poznań et leur relation à l’héritage allemand qui a marqué leur physionomie, leur urbanise et leur culture au sens le plus large. Intégrer ce projet à la valorisation de la Neustadt que nous impose son classement au patrimoine mondial me semble naturel pour la BNU, qui en est un des monuments-phares.
Pour ce qui est de la politique culturelle, j’espère que nous pourrons continuer l’aventure du cycle « Écrire l’Europe » où la BNU accompagne l’université (et où nous prévoyons de recevoir à l’automne prochain le prix Nobel de littérature Olga Tokarczuk), sans oublier la coopération internationale autour d’un autre cycle, « À propos », ou encore celle avec l’Espace européen Gutenberg qui pourrait trouver son aboutissement avec une possible candidature de Strasbourg au label « Capitale mondiale du livre » pour 2023.
Quant aux projets (scientifiques et culturels) de valorisation des fonds, nous devrions bientôt remettre à l’ordre du jour un autre chantier qui me tient à cœur : celui de l’accueil à la BNU de fonds de compositeurs du second 20e siècle, qui commencera, dès 2021, par l’arrivée des archives de Paul Méfano, décédé cet automne.

 

Un coup de cœur dans les fonds ?

Il y en aurait tant… Je prendrai un exemple emblématique de toutes ces découvertes inattendues qui font l’intérêt principal du métier de bibliothécaire. Peu après mon arrivée à la BNU, responsable du secteur des arts et plein d’énergie pour développer mes nouvelles missions, j’avais entrepris de faire traiter de vieux (et poussiéreux) fonds de dons en instance. Et comme on pouvait s’en douter, plus d’une surprise m’y attendait : ainsi l’édition originale de Die Passion eines Menschen de Frans Masereel (Kurt Wolff, 1921, éd. numérotée), dont je ne connaissais guère alors que le nom. Depuis, j’ai lu bien d’autres « bandes dessinées » de Masereel (on me pardonnera l’anachronisme), je m’en suis même acheté à titre personnel, mais le souvenir de cette découverte fortuite reste très présent à ma mémoire comme le symbole de cette dimension essentielle des grandes bibliothèques : si l’on n’y trouve pas toujours ce que l’on cherche, ce qu’on y trouve pourra se révéler parfois plus déterminant que ce que l’on y cherchait au départ.

 

Pour une présentation complète des travaux de Christophe Didier, voir ici : Publications

Propos recueillis par Térence Van BUI, le 14 décembre 2020.


Térence Bui

Administrateur technique

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anne-Marie Kleine-Didier dit :

    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre présentation et j’ai surtout toujours beaucoup de plaisir et d’intérêt à lire la Revue de la BNU particulièrement les inédits et les articles consacrés à la littérature et aux arts. J’ai aussi fait le déplacement pour visiter les importantes expositions de la BNU. Je reviens toujours avec joie et émotion aux vénérables bâtiments de la BNU si bien rénovée et à la ville de Strasbourg.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search