L’art phénicien du levant et de méditerranée

La Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg a reçu le 3 décembre dernier cinquante-sept pièces en dépôt provenant du département des Antiquités orientales du Musée du Louvre (DAO). Ce dépôt, complété par une douzaine de pièces de la bibliothèque, est présenté dans la réserve n°1 et forme un parcours thématique sur l’art phénico-punique.

Le dépôt phénico-punique
Acte II d’un partenariat avec l’Université et le Musée du Louvre

Ce dépôt est la conséquence du renouvellement de la convention de partenariat entre l’Université de Strasbourg (Unistra), le Musée du Louvre et la Bibliothèque nationale et universitaire pour 2021-2023. Il remplace le premier dépôt (2017-2020) qui portait sur les civilisations anatoliennes. Le nouveau dépôt, à l’initiative de Marielle Pic, directrice du DAO, a été préparé et sélectionné par Hélène Le Meaux, conservatrice en charge de la collection phénico-punique et judéenne au DAO, en lien avec Philippe Quenet, directeur de l’Institut d’archéologie du Proche-Orient ancien à l’Unistra.

Ce dépôt d’étude a pour finalité d’être montré au grand public d’une part ; et de servir de support de formation aux étudiants inscrits dans le cadre d’un cours à l’Université, dispensé par Stevens Bernardin (Musée et École du Louvre) à compter de janvier 2021 d’autre part. Ce cours est à destination des étudiants en archéologie orientale, mais est également ouvert aux étudiants d’autres disciplines, le monde et l’art phénico-punique ayant nombre de contacts et de parallèles avec les sphères égyptienne, grecque, romaine, étrusque, et même jusqu’à l’art contemporain.

La présentation propose quant à elle 70 pièces en cinq vitrines : la première (n°1-32) consacrée à la Phénicie ; la seconde (n°33-51) aux sites phéniciens de Chypre ; les deux suivantes à Carthage et à l’aire sacrée dénommée Tophet de Salammbô (n°52-67) ; la dernière à quelques témoins des études phéniciennes initiées par Ernest Renan (67-70).

La Phénicie
Concept moderne, réalités anciennes 

La Phénicie n’est pas nommée ainsi par les autochtones. Elle a été désignée sous ce terme par les conquérants ou les adversaires de ce territoire côtier qui va, dans son extension maximale, de Lattaquié au nord à Gaza au sud. Il s’agit d’une constellation de cités formant de petits états indépendants le long de l’actuelle côte syro-libanaise, partageant une langue, une écriture, une culture, des intérêts économiques, mais sans unité politique. L’histoire des Phéniciens s’étend sur une période de près de neuf siècles comprise entre le début de l’âge du Fer au 12e siècle av. J.-C. et le siège de Tyr par Alexandre Le Grand en 332 avant notre ère. Les principales cités phéniciennes situées sur la côte orientale de la Méditerranée, Arwad, Sumur, Byblos, Beyrouth, Sidon et Tyr, sont les héritières des villes cananéennes de l’Âge du Bronze. On ne peut appréhender les Phéniciens sans tenir compte de la situation politique de leur région et sans avoir à l’esprit leur extraordinaire expansion en Méditerranée, au-delà des colonnes d’Héraclès (détroit de Gibraltar).

Le dépôt présente plusieurs types d’objets provenant des fouilles réalisées au Liban, en Syrie et en Israël, d’Amrit au nord (antique Marathos, sur la côte en face de l’ïle d’Arwad) à Ez zib au sud (entre Acre et Tyr). Amphores, bas-relief, vases à parfum et œnochoé (cruche à vin), masques, statuettes, amulettes, objets votifs montrent la diversité de l’art dans ces cités commerçantes et les multiples influences nées des échanges avec les autres sphères culturelles, comme une statuette d’homme en costume perse AO 1838 (la Phénicie a été sous domination de l’empire perse achéménide de 539 à 333 av. J.-C.), ou les nombreuses amulettes ou statuettes de divinités égyptiennes (œil oudjat, ptah-patèque, osiris) retrouvées sur les sites phéniciens.

Des monnaies de la collection de la Bnu complètent le dépôt, chacune reprenant l’iconographie typique de chacune des grandes cités phéniciennes, comme la tête de Melqart sur un tétradrachme de Tyr du 4e siècle av. J.-C., Melquart (assimilé à Héraclès au contact avec l’hellénisme) étant le dieu tutélaire de la cité et son principal temple. Le monnayage phénicien apparaît dès la fin du 6e siècle et constitue l’un des premiers et des plus prolifiques monnayages antiques.

Chypre

L’île de Chypre a vu s’implanter de nombreux comptoirs phéniciens dès les débuts de l’expansion des cités du Levant, la principale ‘fondation’ étant Kition (actuelle Larnaca), sur un site où les Grecs sont présents depuis déjà plusieurs siècles. Chypre avait une importance stratégique dans les échanges au sein de la Méditerranée orientale, notamment entre l’Égypte et l’Asie Mineure, la Crète et la Grèce.

Les très belles amphores peintes présentées dans cette vitrine relatent les différents styles et datations d’une céramique très riche et diversifiée : chypriote, chypro-géométrique, etc. Vase zoomorphe, statuettes féminines, cavalier en terre cuite modelée, bijoux, font là encore ressortir la singularité de l’art phénicien, avec des thèmes et des formes propres d’une part, et des influences manifestes d’autre part, notamment grecques dans la série de statuaire (tête de korê MNC 950).

Carthage

Deux vitrines sont consacrées à la grande colonie tyrienne de Carthage, l’une étant plus particulièrement consacrée à l’évocation du tophet dit de Salammbô, quartier à la fois funéraire et sanctuaire dont l’interprétation, à la suite du roman de Flaubert, a fait l’objet de nombreuses controverses. Dans le courant du 7e siècle avant J.-C., Carthage prit une relative indépendance vis-à-vis des cités du Levant, développa sa propre sphère d’influence sur des installations phéniciennes en Méditerranée centrale et occidentale et se heurta à la fois aux colonies grecques de Sicile et de Grande Grèce, aux tribus d’Afrique du Nord, puis à l’expansion romaine, jusqu’à sa destruction en 146 av. J.-C. Carthage est ainsi connue dans l’historiographie antique surtout par ses guerres (guerres gréco-puniques, guerres puniques, guerre des mercenaires, etc), ses généraux, ses armées, mais assez peu dans le détail pour ce qui est de sa culture et même de son organisation politique. Le matériel archéologique du site de Carthage est pourtant extrêmement riche.

La vitrine du tophet évoque un monde funéraire : urnes et stèles votives avec leurs signes de Tanit vouant le défunt à la divinité principale de Carthage, que l’on a retrouvées par centaines dans cette zone, avec un très fort taux de sépultures de très jeunes enfants. Au moment de la découverte de ce cimetière / sanctuaire, le tophet a été compris comme une preuve de sacrifices d’enfants, tels que relatés dans le roman de Flaubert. Cette interprétation est très largement remise en cause aujourd’hui.

L’art phénicien et le festival Arsmondo Liban

Cette présentation du dépôt est accessible en visites commentées sur rendez-vous (inscriptions sur le site bnu.fr). Elle sera plus particulièrement mise en valeur du 15 mars au 12 avril 2021 à la faveur du Festival Arsmondo Liban initié par l’Opéra national du Rhin. Pendant ce festival, de nombreuses visites seront proposées et plusieurs conférences organisées à l’auditorium de la Bnu : une présentation du dépôt et de la collection phénico-punique du Louvre par Hélène Le Meaux le 16 mars 2021 à 18h, et une conférence sur l’état du patrimoine archéologique à Beyrouth après les catastrophes de l’été 2020 et sur l’actualité des fouilles en cours, par Sarkis El-Khoury et Tania Zaven, respectivement Directeur général et Directrice générale adjointe des Antiquités du Liban, le 1er avril à 17h.

Emmanuel Marine
[Photographies des vitrines en cours d’installation]


Térence Bui

Administrateur technique

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search