Redécouverte et valorisation d’une archive de chercheur : le fonds Wilhelm Deecke dans le volume XV 1, 1 des Inscriptiones Graecae

Les Inscriptiones Graecae (abrégées en IG) forment depuis leur lancement en 1902 par l’Académie des sciences de Berlin-Brandenbourg un recueil monumental ayant pour but de rassembler toutes les inscriptions antiques en grec ancien découvertes en Europe. Les volumes publiés régulièrement selon un ordre géographique constituent les corpus de référence pour l’épigraphie et, de fait, pour l’histoire et l’archéologie des régions concernées.

Le volume XV, 1,1 publié sous la direction d’Artemis Karnava et Massimo Perna avec le concours de Markus Egetmeyer est consacré aux inscriptions syllabiques d’Amathonte, de Curium et de Marium à Chypre. Il rassemble les notices et transcriptions d’inscriptions figurant sur des documents épigraphiques originaux conservés dans de multiples institutions à travers le monde mais également d’inscriptions dont seules subsistent des traces sous la forme d’une reproduction : estampage ou photographie. C’est le cas de la centaine de références, sur les 410 que compte le volume, élaborées sur la base de ce type de matériaux secondaires et figurant dans les archives du philologue Wilhelm Deecke conservées à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

Acquises en 1897 et restées depuis inexploitées, ces archives ont été redécouvertes et mises en lumière récemment à l’occasion de la préparation de ce volume des IG par l’un de ses maîtres d’œuvre, la professeure Artemis Karnava de l’université de Réthymnon (Crète).

Wilhelm Deecke (1831-1897) était un philologue allemand originaire de Lübeck spécialiste d’épigraphie étrusque, chypriote et lycienne. Il a passé la majeure partie de sa vie professionnelle à Strasbourg où il s’est impliqué dans l’étude des inscriptions chypriotes à partir des années 1870. En collaboration avec un jeune chercheur, Justus Siegismund (1851-1876), il contribua au déchiffrement de l’écriture syllabique chypriote en 1874. Les archives de travail de Deecke conservées à la Bnu de Strasbourg contiennent, entre autres documents d’intérêt pour les experts de l’épigraphie italique et anatolienne, des estampages d’inscriptions chypriotes et des photographies de découvertes archéologiques qui lui ont  pour la plupart été envoyées par Max Ohnefalsch-Richter. Ce matériel se rapporte aux fouilles de ce dernier à Geri-Phoenikiais (1883, une fouille commandée par le British Museum, où sont également conservées les découvertes), Agia Paraskevi à Nicosie (1884-1885) et Marium (1885-1886).

Voir aussi le billet : https://bnu.hypotheses.org/699 

Claude Lorentz

 

SONY DSC

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search