Paroles de chercheur : Hervé Doucet

En quelques mots, pourriez-vous vous présenter ?[1]

Maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’Université de Strasbourg depuis 2008, je suis spécialisé en histoire de l’architecture de la période 1880-1930. En parallèle de mon activité d’enseignant et de chercheur, j’ai depuis toujours le souci de transmettre mes connaissances – et ma passion – sur l’architecture au public le plus large. Je suis très attaché à l’idée que la recherche ne doit pas être enfermée dans une tour d’ivoire ; le savoir élaboré à l’université doit être profitable à tous. Dans cet objectif, j’ai eu l’occasion d’assurer le commissariat de plusieurs expositions sur l’architecture[2]. Permettre au grand public de comprendre son environnement quotidien, et donc de porter sur lui un regard neuf, est une mission que je crois essentielle .

Quelle est votre fréquentation des bibliothèques et quelle place occupe la documentation dans vos recherches ?

Dans le cadre de mon activité d’enseignant comme dans celle de chercheur, je suis évidemment amené à fréquenter les bibliothèques de manière assidue. A Strasbourg, nous avons la chance d’avoir la Bnu et ses collections extraordinaires que nombre de collègues de province nous envient. Je fréquente aussi beaucoup la bibliothèque des arts qui a pour avantage d’être à proximité immédiate de mon bureau au Palais universitaire. A Paris, lorsque j’étais étudiant à l’Ecole du Louvre, j’ai beaucoup fréquenté la bibliothèque Forney, puis, pendant ma thèse, la Grande Bibliothèque (qui ne s’appelait pas encore François Mitterrand). La lumière qui provient du jardin central contribue à donner aux salles de lecture une ambiance propice à l’étude. Aujourd’hui, lorsqu’il m’arrive d’aller à Paris, j’aime travailler à la bibliothèque de la Cité de l’architecture et du patrimoine (la vue sur la Tour Eiffel y est imprenable, difficile de ne pas se laisser distraire), et, bien entendu, à la bibliothèque de l’INHA, dans l’extraordinaire salle Labrouste du site historique de la BnF.

Pour un historien d’art, la documentation est essentielle. Certes, pour nous, l’œuvre – peinte, sculptée ou bâtie – demeure le « premier » document, le document essentiel, sur lequel nous travaillons ; mais pour comprendre l’œuvre, la restituer dans son époque (dans son contexte politique, social, technologique…), dans l’œuvre de l’artiste, dans l’histoire générale de l’art… rassembler une documentation abondante est nécessaire. Aujourd’hui, de nombreux documents ont été numérisés : cela facilite grandement notre travail.

Quels liens entretenez-vous avec la Bnu ?

Mes liens avec la Bnu sont nombreux. Après avoir participé au catalogue dirigé par Christophe Didier qui accompagnait l’exposition Métamorphoses. Un bâtiment, des collections qui a marqué la réouverture de la bibliothèque en 2015, je suis, depuis 2018, membre du comité scientifique de La Revue de la Bnu.

J’ai mené, avec Catherine Soulé-Sandic, cheffe du département Art, Langues, Littératures et aires culturelles à la Bnu, Julien Gueslin (aujourd’hui à la tête de la Contemporaine, site des Invalides) et l’historienne Suzanne Plasseraud, un grand projet sur l’Art nouveau à Strasbourg et Riga – la Bibliothèque nationale de Lettonie étant partenaire de la Bnu. Ce projet a débouché sur l’organisation d’un colloque international (8-9 novembre 2018) dont les actes ont été publiés dans La Revue de la BNU. Dans un volet pédagogique, nous avons également souhaité associer à ce projet les étudiants du Master d’Histoire de l’art. Pendant deux années, ils ont travaillé sur les collections Art nouveau de la Bnu et ont réalisé une exposition qui s’est tenue en marge du colloque.

Avec ma collègue Denise Borlée, maître de conférences en histoire de l’art du Moyen Age, nous avons initié cette année un projet de recherche sur les carnets de modèles et les carnets de références des artistes. De nombreuses institutions strasbourgeoises en possèdent d’intéressants exemplaires (les Archives municipales et de l’Eurométropole, le Cabinet des estampes et des dessins, la Bnu…) qui n’ont pas encore été étudiés et qui méritent d’être valorisés. Un groupe d’étudiants de Master a entrepris d’étudier quelques-uns des carnets conservés à la BNU avec l’aide de Catherine Soulé-Sandic et Gwenaël Citérin. Un colloque est déjà prévu en 2022. Une exposition pourrait également voir le jour…

Avez-vous dans les collections de la Bnu repéré un document particulièrement remarquable que vous souhaiteriez partager ?

Pour être honnête, ce n’est pas moi qui ai découvert ce document. C’est Jeremy Howard, Professeur à l’Université de Saint Andrews (Edimbourg), qui me l’a fait découvrir lors de l’intervention qu’il a donnée dans le cadre du colloque « L’Art nouveau aux confins d’Empire : Strasbourg et Riga ». Il s’agit de l’ouvrage de Samuel Saenger John Ruskin. Sein leben und Lebenswerk (John Ruskin, Sa vie et son œuvre), publié à Strasbourg par J.H.Ed. Heitz (Heitz & Mündel) en 1900. Par-delà ses qualités propres, cet ouvrage, dont la couverture et le frontispice ont été dessinés par Henry van de Velde, a permis à Jeremy Howard de démontrer brillamment l’importance des réseaux et des échanges entre les artistes de l’avant-garde au tournant des XIXe et XXe siècles. En effet, l’ouvrage, qui porte sur un artiste anglais, a été écrit par un Allemand installé un temps à Riga, illustré en partie par un artiste belge qui n’allait pas tarder à s’installer en Allemagne, et publié à Strasbourg. Cet ouvrage me semble important à plusieurs titres. Précieux quant à son esthétique, Il témoigne du rôle essentiel que la documentation conservée dans les bibliothèques joue dans l’élaboration de l’histoire de l’art : grâce à cet ouvrage, Jeremy Howard a pu établir un lien concret – ténu, il est vrai – entre Strasbourg et Riga.

Quelle est votre actualité scientifique ?

Le thème de la transmission est actuellement au cœur de ma réflexion. Il est central dans la recherche en cours sur les carnets de modèles/carnets de références dans la mesure où il s’agit de documents qui permettent de véhiculer des modèles dont les artistes vont tirer leur inspiration. La Transmission est également au centre de mes recherches personnelles sur l’histoire de l’enseignement de l’architecture et des arts décoratifs en Lorraine au tournant des XIXe et XXe siècles.

 

Quels services aux chercheurs souhaiteriez-vous voir se développer dans les bibliothèques ?

J’ai l’impression que les bibliothèques et les bibliothécaires rendent déjà beaucoup de services aux chercheurs. Il m’arrive fréquemment de demander de l’aide quand je ne parviens pas à mettre la main sur un document… Le prêt entre bibliothèques est bien développé. Il est regrettable que certaines (rares) institutions ne permettent toujours pas à leurs documents de voyager par ce biais.

[1] Pour une présentation complète des travaux d’Hervé Doucet, on consultera le site de l’EA Arche de l’Unistra.

[2] La dernière, Otto Wagner. Maître de l’Art nouveau viennois a eu lieu à la Cité de l’architecture et du patrimoine du 13 novembre 2019 au 16 mars 2020.


Catherine Soulé-Sandic

Cheffe du département Arts, Langues, Littératures et Aires culturelles - Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search