Face au nazisme – billet #2

Malgré un calendrier perturbé par le contexte sanitaire, la préparation de l’exposition Face au nazisme se poursuit et prend corps.

Après la définition des principaux objectifs dont celui de partager avec tous les derniers résultats des recherches historiques sur ces questions, il s’agit d’affiner le parcours et les principales problématiques abordées (saluons d’ailleurs la publication des travaux récents de Geoffrey Koenig) . C’est une étape cruciale du projet d’autant plus que ce dernier prendra place dans un contexte historique et mémoriel qui sera marqué :

  • la publication des résultats de la commission historique consacrée à la Reichsuniverstät de Strasbourg ;
  • une exposition consacrée à la vie quotidienne à Strasbourg durant l’Occupation prévue aux Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg au premier semestre 2021 ;
  • de possibles pistes partenariales avec le Centre européen du résistant déporté, l’université de Strasbourg ou avec la bibliothèque du Wurtemberg à Stuttgart ;
  • les commémorations du 80e anniversaire du décret sur l’incorporation de force en août 2022.

Les investigations dans les diverses institutions de la région sont par conséquent lancées pour repérer les documents les plus pertinents et les plus marquants qui permettront de donner corps à une matière historique qu’il ne sera pas toujours aisé de rendre tangible dans le cadre d’un projet d’exposition.

Ces recherchent mettent en lumière le rôle joué par la Bibliothèque nationale et universitaire pendant et après l’Occupation. À partir de juin 1940, elle devient l’Universitäts- und Landesbiblitothek zu Strassburg, en charge notamment du dépôt légal pour le Gau d’où l’entrée dans les collections d’une grande partie de la littérature validée par le régime du IIIe Reich et qui fut produite dans la région. C’est le cas en particulier du catalogue des éditions Hüneburg (Hüneburg-Verlag).

Après guerre, la bibliothèque servit, avec d’autres, de lieu de stockage des livres issus du processus de « dénazification », les tampons présents dans les différents ouvrages témoignent encore de ces mouvements de collections. Section de la Hitlerjugend de Strasbourg, don d’ouvrages à la Wehrmacht, séminaires universitaires, sections locales du NSDAP, etc. Autant de documents versés pour servir de sources historiques et conserver une trace de l’histoire de l’Occupation et la funeste entreprise idéologique développée par les nazis.

Ce travail préliminaire se poursuivra dans les collections des autres institutions de la région : archives, musées, bibliothèques. Il s’accompagne également de la constitution en cours d’un conseil scientifique chargé de valider les orientations prises par le projet mais aussi d’un groupe-projet interne à la Bnu qui accompagnera les deux commissaires (Catherine Maurer Unistra et Jérôme Schweitzer Bnu).


Jérôme Schweitzer

Directeur du pôle Partage, diffusion et réseaux

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search