D’or et de luxe : un ensemble de cartes d’Abraham Ortelius (1570-1573)

Sans doute l’énoncé des faits et de leurs causes prête-t-il à discussion dans sa trop légendaire simplicité : pour son commerce maritime, le marchand d’Anvers Aegidius Hooftman avait besoin qu’on lui fournît autant de cartes que possible dans un format plus maniable et plus sûr que le rouleau, qu’il jugeait inadapté. Abraham Ortelius, auquel la demande fut soumise, y répondit par un livre de 38 cartes couvrant l’ensemble de l’Europe. Ce recueil unique a aujourd’hui disparu, mais Ortelius développa l’idée par la publication en 1570 de ce que l’Histoire a retenu comme le premier atlas.1

L’édition originale du Theatrum orbis terrarum2 comprend 53 folios pour 70 cartes, dans leur quasi-totalité des pays d’Europe. Quatre cartes seulement se partagent le monde extra-européen. Sans fondamentalement corriger ce déséquilibre, de nouvelles cartes furent publiées dès 1573 en différentes séries de suppléments (Additamenta), et intégrées au Theatrum au fil des rééditions. La dernière édition latine revue par Ortelius en 1595, ainsi augmentée, comprend 147 cartes. Dès sa parution, malgré son prix élevé (le livre est réputé le plus cher de son siècle), le Theatrum connut un immense succès, jusqu’aux dernières parutions posthumes de 1612. La BNU en conserve plusieurs exemplaires dans les fonds de la Réserve et dans ses collections d’atlas.

En quoi Ortelius innovait-il ? Des volumes de cartes reliées à la demande de l’acheteur existaient en Italie depuis le milieu du 16e siècle. Par nature, le nombre limité de cartes rassemblées variait d’un volume à l’autre. Loin de ces compilations, Ortelius conçut son atlas comme une entité organique, alliance de la cartographie et de la typographie. Il ne dessinait pas lui-même ses cartes, mais il sut s’entourer des meilleurs graveurs des Pays-Bas. Les cartes sont réalisées par divers cartographes dans un format uniforme, moyennant des variations d’échelles de l’une à l’autre, et classées systématiquement. Pour la première fois, un commentaire, en latin puis traduit en différentes langues vernaculaires, était imprimé au verso de chaque folio, qui faisait la synthèse des connaissances sur la région représentée. La composition typographique fut successivement confiée aux imprimeurs Coppens van Diest, père et fils, puis à Gilles van den Rade et enfin à l’ami Christophe Plantin, dès qu’il fut disponible, à partir de 1575. Le texte revêt une grande importance dans l’ouvrage : dédicaces, poèmes, catalogues des auteurs consultés… Les sources sont scrupuleusement citées : 87 auteurs figurent dans la première édition du Theatrum. Ces références, dont la liste est enrichie à chaque nouvelle édition, constituent une source de première importance pour la connaissance de la cartographie au 16e siècle. Grand humaniste, autodidacte maîtrisant la culture classique, Ortelius figure parmi les pionniers de la cartographie historique. Dès 1579, sous le titre de Parergon, il travailla à des cartes du monde antique, qu’il intégra aux éditions successives du Theatrum au fur et à mesure de leur réalisation. Cette création particulière fut rassemblée en 1624 dans un volume posthume.

Parmi les cartes d’Ortelius conservées dans les fonds cartographiques de la BNU, un lot d’une remarquable unité retient l’attention. Ces six cartes ont été extraites de la première édition du Theatrum de 1570 et de l’Additamentum de 1573, très certainement des tirages de tête, au vu du raffinement de la réalisation. Elles représentent les îles britanniques pour trois d’entre elles, la Grèce (plusieurs noms de villes sont soulignés, séquelles de l’utilisation de la carte) les Pays-Bas et l’Illyrie (royaume des côtes de la rive orientale de l’Adriatique). Une main anonyme (le vendeur, le personnel de la bibliothèque lors de l’achat ou du catalogage ?) a porté à l’encre la date de publication sur chaque feuille, mention dont la pagination au verso confirme la vraisemblance. En effet, chaque nouvelle édition corrige l’ordre des cartes et leur pagination, ce qui permet de les dater en l’absence de toute autre source d’information.

Descriptio Germaniae inferioris, [1570]

Illyricum, [1570]

 

La mise en couleurs en est d’une égale délicatesse de tons, œuvre d’un coloriste subtil. Des rehauts d’or créent des effets de trompe-l’œil sur l’orfèvrerie des motifs décoratifs : animaux sculptés des cartouches de titre ou équerres donnant l’échelle de la carte. Dernière marque de luxe, toutes les villes sont signalées par une goutte dorée. Si la fortune du premier propriétaire ne fait aucun doute, les recherches dans les inventaires de la bibliothèque n’ont pas permis de l’identifier.

Scotiæ Tabula, [1573]

Avec les cartes d’Ortelius, c’est une part trop méconnue des richesses cartographiques et du patrimoine humaniste de la BNU qui ressurgit, véritable invitation à la découverte.3

  1. Atlas était un astronome mythique, roi de Mauritanie, parfois confondu avec le Titan condamné à porter le monde sur ses épaules. Attribuer son nom à un recueil de cartes n’est pas une invention  d’Ortelius. En 1595, parurent à titre posthume les deux volumes de l’Atlas sive cosmographicae meditationes de fabrica mundi et fabricati figura de son ami et, en l’occurrence, concurrent Gérard Mercator (1512-1594). Ce dernier pensait à son grand-œuvre depuis 1569 et a sans doute contribué, au moins dans l’idée, au projet d’Ortelius. L’ambition de Mercator était d’une autre ampleur cosmographique. Mais la publication partielle de son œuvre en a faussé la compréhension : l’ironique fortune du titre forgé par Mercator a voulu qu’il soit entendu très vite dans sa seule dimension géographique pour désigner les ouvrages dans la lignée du Theatrum. []
  2. Voir aussi à ce sujet l’article de Christian Jacob dans La Revue de la BNU, n° 6, 2012 []
  3. Les cartes d’Ortelius numérisées par la BNU sont consultables ici sur Numistral. []

Gwénaël Citérin

Responsable scientifique Arts et Iconographie - Bibliothèque nationale et universitaire

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search