Le départ du dépôt d’objets anatoliens du Louvre

Après 3 ans de présentation dans les Réserves de la Bnu, les objets anatoliens déposés par le Louvre sont repartis vers les magasins du musée à Liévin.

Fruit une collaboration réunissant le Louvre, l’université de Strasbourg et la Bnu, ce dépôt a permis de mettre à disposition des étudiants d’archéologie de l’antiquité orientale mais aussi du plus grand nombre, un ensemble d’objets illustrant la riche histoire de l’Anatolie de l’âge du bronze ancien (vers 2500 av. J.C.) à l’âge du fer (vers 700-500 av. J. C.).

Le projet est né à l’issue de l’exposition Ana Ziqquratim – Sur la piste de Babel qui avait réuni les mêmes partenaires et d’autres en 2016. Son ambition est de proposer un échantillon de pièces archéologiques pouvant servir de support pour les cours proposés par l’université, outre cette dimension pédagogique l’idée motrice du projet consiste également à mettre en relation les riches collections archéologiques présentes à la Bnu, à l’université de Strasbourg et bien sûr au Louvre. En effet, les institutions strasbourgeoises conservent des trésors regroupant ostraka, papyri et autres stèles ou cratères. Les fonds sont particulièrement riches concernant les civilisations antiques des Proche- et Moyen-Orients. Ce premier dépôt marque le début d’un partenariat ambitieux entre les trois institutions qui se poursuivra en 2020 par un dépôt d’objets phénico-puniques et d’objets du département d’art de l’Islam du Louvre à l’horizon 2021.

À terme, ce partenariat visa à aboutir à la création d’un véritable musée de l’Orient proposant non seulement de découvrir le riche patrimoine présent à Strasbourg, les dépôts du Louvre mais aussi de partager avec tous les derniers résultats des recherches historiques et archéologiques dans ces domaines tout en mettant ces résultats en relation avec la construction de l’imaginaire de l’Orient en Occident.

Photo JPR

Présentation du fonds par Vincent Blanchard, conservateur au département des Antiquités Orientales du Louvre.

L’Anatolie est un pont naturel entre l’Europe et l’Asie. Anatolie vient du mot grec Anatolè (« lever du Soleil », d’où « le Levant, l’Orient »). C’est le nom sous lequel les Byzantins désignaient la partie de leur empire constituée par la péninsule occidentale de l’Asie délimitée au nord par la mer Noire (Pont-Euxin), à l’ouest par la mer de Marmara (Propontide) et la mer Égée, et au sud par la Méditerranée orientale.

La péninsule anatolienne

Cette péninsule, soudée à l’Asie par les chaînes du Caucase, d’Arménie et d’Iran, est séparée de l’Europe par les détroits des Dardanelles (l’Hellespont des Grecs anciens) et du Bosphore. Le nom d’Anatolie (Anadolu) a été repris depuis 1923 par les Turcs pour désigner la partie asiatique de leur État y compris l’Arménie et le Kurdistan (la partie européenne recouvrant le sud-est de l’ancienne Thrace). Il est utilisé par les archéologues qui étudient les premières civilisations de cette région et c’est cette acceptation que nous utilisons ici.

Dans un sens plus restreint, l’Anatolie est la partie intérieure de cette péninsule, formée par un haut plateau dont l’altitude est partout supérieure à 800 m et où se dessinent des cuvettes (Afyon, Kayseri), parfois occupées par des lacs salés (Tuz Gölü) ; cette région, steppique dans son ensemble, a été le berceau du peuple turc qui y a fixé sa capitale, Ankara.

Photo Emmanuel Marine

Le plateau anatolien est ceinturé d’importants systèmes montagneux : au nord, le long de la mer Noire, l’arc Pontique aux versants érodés par les fleuves tributaires de la mer Noire ; à l’Ouest, quelques chaînons montagneux perpendiculaires au rivage descendent jusque dans la mer Égée, où ils s’effilent en de nombreuses îles ; au Sud, les chaînes du Taurus et de l’Anti-Taurus s’étirent jusqu’aux montagnes d’Iran, où elles rejoignent l’arc Pontique, constituant un bastion de hautes terres continentales et froides dominées par le cône volcanique de l’Ararat, point culminant de la Turquie (5 165 m).

Le climat de ce haut plateau intérieur est continental : les étés y sont chauds et secs, les hivers rigoureux et les précipitations médiocres et irrégulières. À l’est, en raison de l’altitude, les précipitations plus abondantes permettent la croissance de forêts. Cette Turquie orientale est peuplée par des populations kurdes.

L’Anatolie est avant tout une terre céréalière, tandis que dans les bassins l’irrigation progresse. Longtemps massivement rurale, elle s’urbanise rapidement de nos jours.

La collection du Louvre : trois moments de l’histoire anatolienne

La collection anatolienne du département des Antiquités orientales du musée du Louvre est riche de plus de 5000 objets. Un choix a été fait parmi cette collection afin d’illustrer trois moments de l’histoire anatolienne résumée très succinctement ci-dessus :

  • L’âge du bronze ancien entre les villages et les premières cités anatoliennes (vers 2500 av. J.-C.)
  • L’âge du bronze moyen : Kanesh, la ville d’origine des hittites (vers 2000 – 1700 av. J.-C.)
  • L’âge du fer : le royaume phrygien et les grecs (vers 700 – 500 av. J.-C.)
  • L’âge du bronze ancien entre les villages et les premières cités anatoliennes (vers 2500 av. J.-C.)

Deux sites majeurs de l’âge du bronze ancien anatolien ont été mis à l’honneur :

  • Le cimetière de Yortan
  • Le site d’ Hisarlık (l’antique ville de Troie)

Le cimetière de Yortan (en Anatolie occidentale) a été fouillé en 1900 et 1901 par Paul Godin, ingénieur français et Victor Chapot de l’école d’Athènes. Les sépultures de cette immense nécropole sont des grandes jarres régulièrement alignées, généralement disposées l’ouverture à l’est. Le mort y était déposé à l’intérieur et les jarres étaient parfois réutilisées pour d’autres défunts. Le mobilier funéraire, dont les vases présentés ici, était disposé avec les corps dans les jarres ou autour de celles-ci. La céramique monochrome, noire ou ocre, était souvent faite d’un corps globulaire avec un haut col et un bec verseur tourné vers le haut. Cette forme caractéristique se retrouve sur des sites archéologiques de la même période de l’est de l’Anatolie à la Grèce continentale. L’Anatolie était en effet connectée avec les cultures du monde égéen.

Les vases présentés évoquent les cérémonies qui devaient avoir lieu lors de l’inhumation des défunts et lors des rassemblements de la communauté dans le cimetière pour rendre hommage aux ancêtres.

Le site d’Hisarlık a été fouillé par l’allemand Heinrich Schliemann qui, à la fin du XIXème siècle, suivant les indications d’Homère dans l’Iliade, découvre le site antique de Troie. Il y découvre de nombreux objets qu’il pense datés de l’époque hypothétique de la guerre de Troie (vers 1200 av. J.-C.) mais qui sont en réalité daté de l’âge du bronze ancien, moment où la ville de Troie se développe et atteint son apogée. Un témoin clé de cette période est le vase rouge allongé à deux anses présenté dans la vitrine que Schliemann appelle Depas amphikypellon, du nom d’un vase de forme similaire décrit dans l’Iliade. Ce vase est en réalité un élément typique de la culture palatiale du monde égéen et du monde anatolien du bronze ancien. On a retrouvé des depas aussi bien en Grèce continentale, à Troie ou encore à Alaca Höyük dans l’est de l’Anatolie. Ce gobelet allongé est probablement associé avec la consommation du vin qui se répand au Proche-Orient ancien à cette période. Les deux anses facilitent le fait de passer le gobelet d’un convive à l’autre lors des banquets qui servaient à sceller les amitiés entre souverains.

Localisation des principaux sites de l’Anatolie hittite ; CC BY-SA 3.0 Source Wikimedia commons
  • L’âge du bronze moyen : Kanesh, la ville d’origine des hittites (vers 2000 – 1700 av. J.-C.)

Kanesh était la ville dont les hittites se disaient originaires. Ils sont arrivés en Anatolie au IIIème millénaire et vers 2000 av. J.-C. Kanesh était la plus importante ville hittite, bien avant la fondation de leur royaume vers 1650 av. J.-C. centré sur la ville de Hattusha.

Kanesh était également l’un des plus importants centres de production de céramique de tout le Proche Orient ancien. A cette époque la céramique anatolienne était à son apogée notamment concernant la richesse et la variété des formes et des décors. Les potiers de Kanesh de l’époque des colonies marchandes utilisaient le tour rapide. La majorité des céramiques imitaient la vaisselle en métal, utilisée en Anatolie depuis la fin du Bronze ancien. Alors que certaines formes disparaissent après les premières phases, les autres perdurent et un groupe important est toujours utilisé pendant l’Ancien Royaume hittite.

On a retrouvé de nombreux exemples variés de céramique dans les maisons et dans le palais. Quelques vases n’étaient pas destinés à la vie quotidienne. Ils étaient utilisés pour la vie religieuse. Ils sont typiques de Kanesh et on ne les retrouve nulle part ailleurs au Proche-Orient ancien. La plupart des céramiques sont décorées de représentations animales, comme le montrent les fragments présentés dans la vitrine. La plupart des vases ont des becs et des anses en forme d’animaux : surtout des têtes de taureaux ou de béliers. Certains ont une forme entièrement animale : lions, bouquetins, aigles taureaux, etc.

Ce sont des rythons, des vases qui servaient à verser des libations au cours de cérémonies qui se déroulaient à l’intérieur des maisons ou au palais. Le goulot qui s’ouvre sur le dos du lion fragmentaire présenté dans la vitrine permettait de remplir le récipient de liquide qui s’écoulait par les deux trous percés dans les naseaux de la tête de l’animal.

Cette même technique fut utilisée plus tard à l’époque de l’Ancien Royaume hittite. L’origine des objets de culte en terre cuite de l’Ancien Royaume est à rechercher à Kültepe. La vitrine montre également des fragments de figurines de taureau, dont le rôle dans les religions proche-orientales est si important. Les cornes du taureau sont associées au divin. Ce sont également deux taureaux, Hurri et Sherri, qui tirent le char du Dieu de l’Orage quand celui-ci traverse le ciel.

  • L’âge du fer : le royaume phrygien et les grecs (vers 700 – 500 av. J.-C.)
Photo Emmanuel Marine

Les objets de l’âge du fer évoquent l’une des cultures majeures de l’antiquité anatolienne, les Phrygiens. Ce peuple indo-européen serait arrivé en Anatolie en passant par la Thrace vers 1200 av. J.-C. au moment où s’effondre l’empire hittite. Le royaume phrygien domine l’Asie Mineure jusqu’aux invasions cimmériennes de la fin du VIIIe siècle av. J.-C. et début du VIIe siècle et sa capitale était Gordion. L’un des rois phrygiens les plus célèbres était le fameux roi Midas, qui a inspiré la légende grecque du roi fou d’or. La céramique phrygienne est caractérisée par de beaux décors géométriques sombres sur un fond clair comme le montre les exemples présentés ici. Le rhyton en forme de tête de taureau présenté au milieu de la vitrine est d’une forme caractéristique de la céramique phrygienne mais il a été découvert dans une ville grecque de la côte nord de l’Anatolie, la ville antique d’Amosis (actuelle Samsun). Cela montre bien la grande influence de la culture phrygienne sur la culture grecque archaïque.

Bonus : le bonnet phrygien : dans le monde gréco-romain on représentait beaucoup de peuples orientaux, dont les phrygiens, avec ce bonnet bien connu, les grecs l’appelaient « bonnet phrygien » car tous les peuples orientaux étaient pour eux des « phrygiens ». Il a été adopté à la révolution française car il évoquait les esclaves romains affranchis.


Jérôme Schweitzer

Directeur du pôle Partage, diffusion et réseaux

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search