SAMOURAÏ Guerriers et esthètes

SAMOURAÏ
Guerriers et esthètes

La pacification et la fermeture des frontières du Japon à partir du shogunat Tokugawa (1603-1867) transforme cependant l’utilité et les repères de cette caste guerrière qui dominait le Japon depuis le 12e siècle. Le guerrier se fait garde du corps, voire fonctionnaire ou appariteur, plus utile à l’apparat qu’à tirer réellement le sabre. Dès lors, les arts auxquels le samouraï s’adonnait occasionnellement par le passé, prennent une part croissante dans la formation du guerrier et la recherche esthétique modifie les codes d’un armement dont les principaux guides étaient jusque-là l’efficacité mortifère, l’ergonomie ou la protection. Dans la représentation populaire, le samouraï est associé à l’idéal guerrier, poussant fidélité et abnégation jusqu’à l’extrême. On lui associe aussi l’art du sabre, fondement de sa place dans la société féodale japonaise tout autant que symbole du code moral auquel il se soumet et qui formera sous une forme très idéalisée le terreau du bushidô.

C’est dans ce contexte que l’art de la tsuba se développe, entre la période Muromachi et l’immédiat post-Edo (15e-19e siècle), faisant de ce qui est au départ une simple garde de sabre protégeant la main du guerrier, un véritable ornement relevant de l’orfèvrerie autant que de la forge et renvoyant, par son décor, à tous les thèmes traditionnels des arts japonais (les dieux et légendes, le Mont Fuji, l’omniprésence de la nature) autant qu’aux thèmes guerriers (la mort, les batailles, l’armement). Chaque samouraï pouvait posséder plusieurs tsuba et les faire monter sur le sabre en fonction des circonstances. De là une production considérable et extrêmement variée de ces pièces d’orfèvrerie, donnant naissance à plusieurs styles et écoles aujourd’hui référencés et connus. De là, encore, au Japon même mais aussi en Occident à partir de la réouverture du pays à l’ère Meiji, la constitution de collections de tsuba de plusieurs centaines voire milliers de pièces, collections qui, en Occident, ont été, au tournant des 19e et 20e siècles, l’un des traits du japonisme.

Les relations étroites à l’époque d’Edo entre le guerrier et les arts ont fait l’objet de nombreuses études et expositions. L’originalité de l’exposition qui se tiendra à la Bnu du 17 avril au 1er août 2021 est d’illustrer cette évolution par l’exposition d’une collection de tsuba, objets peu exposés en France. La collection exposée est une collection privée en cours de donation à la Bnu. Les correspondances de ces pièces exceptionnelles avec l’art de l’estampe, celui de la forge ou des laques illustreront l’insertion progressive du samouraï dans une société raffinée, esthète et lettrée dans ses multiples formes. Armure, sabres, netsuke, tanto, coupes à saké, brule-parfum ou masques mettront cet art peu connu en relation avec son environnement culturel pour mieux le comprendre et, d’une certaine manière, permettre à chacun de préciser quelque peu la réalité de cette figure chargée de mythes et d’extrapolations qu’est le samouraï.

Commissariat

Patrick LIEBERMANN
Delphine MULARD (Université de Strasbourg)
Emmanuel MARINE (Bnu)

Dates                      17 avril – 17 juillet 2021 (reportée à 2022)
Lieu                         Bnu, salle d’exposition (1er étage) – entrée libre


Térence Bui

Administrateur technique

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Weber Christelle dit :

    Bonjour
    Je souhaiterais savoir si l’exposition annoncée sur le thème des samouraïs qui devait se tenir du 17 avril au 17 juillet est effectivement visible en ce moment à la BNU de Strasbourg.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search