« Les bibliothèques et l’économie des connaissances » : publication des actes du colloque de Sárospatak (Hongrie, avril 2019)

Nous avons eu l’occasion de présenter, sur ce blog (voir le billet du 3 avril), le colloque qui s’est tenu à Sárospatak (Hongrie) en avril 2019 . Les actes en sortent un an tout juste après, et forment le huitième volume de la collection L’Europe en réseaux / Vernetztes Europa, dirigée sous l’égide de l’EPHE, de l’EHESS, du Centre des hautes études de Leipzig, de la Bibliothèque nationale Széchényi et de la bibliothèque de l’Académie hongroise des sciences.

Actes multilingues, avec une proportion non négligeable d’articles écrits en français, ils offrent un tour d’Europe (de l’Espagne à la Transylvanie, en parcourant largement pays francophones et Europe centrale, sans oublier l’Italie) de l’histoire des collections de livres et des transformations thématiques qui peuvent les toucher : modifications des contenus telles qu’elles peuvent se voir dans l’étude des catalogues, modifications des habitudes de collectionner aussi. La composition des bibliothèques, publiques comme privées, l’évolution des systèmes de classement et de rangement (incluant le mobilier), mais aussi l’évolution de certaines notions littéraires telles qu’elles peuvent être perçues à travers celle des catalogues qui les décrivent, tels sont quelques-uns des fils conducteurs qui nous font voyager à travers ces réseaux européens de la connaissance.

Dans ce contexte, la présentation du fonds Perchellet de la BNU (constitué de pièces de théâtre populaire de la fin du 18e et du début du 19e siècle) prend tout son sens. Représentant d’un genre (le théâtre « des boulevards ») peu présent, aujourd’hui encore, dans les bibliothèques, il témoigne de l’irruption du goût bourgeois d’abord, populaire ensuite, dans les milieux les plus divers. Il témoigne également des aléas de la collecte des genres littéraires mineurs et de productions à usage immédiat dont on n’envisage pas de prime abord la conservation – mais qui sont, deux siècles après, des témoins d’autant plus précieux des évolutions culturelles et sociales dont ils contribuent à dire l’histoire. Le texte de la communication sur le fonds Perchellet, de même que la table des matières du volume, évidemment disponible à la BNU, peuvent être lus grâce au lien ci-dessous.

Article Didier Sarospatak


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.