La collection Frankhauser de dessins et de lithographies de Jacques Gachot

Les fonds iconographiques de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg viennent de s’enrichir d’un ensemble de près de 200 dessins et lithographies de Jacques Gachot. Cette collection avait été rassemblée par Georges Frankhauser (1888-1968), collectionneur et ami de nombreux artistes alsaciens comme Luc Hueber, Georges Daniel Krebs, Charles Schenckbecher, Albert Koerttgé, Louis-Philippe Kamm, René Allenbach, Henri Solween ou Jacques Gachot. Ses liens d’amitié avec ces artistes lui avaient permis de constituer une collection d’une centaine de leurs œuvres.

D’origine populaire, Georges Frankhauser avait fait des études d’architecture à Strasbourg avant la Première Guerre mondiale. À la suite de son mariage avec Hilda Harder, il avait repris la direction du garage automobile de son beau-père, alors situé aux Ponts Couverts, et cette activité professionnelle prospère lui avait permis de commander des œuvres à ses amis artistes. Viscéralement attaché à sa ville natale, il a également été le fondateur de l’association Les amis du vieux Strasbourg et l’instigateur de la terrasse panoramique du barrage Vauban. Aujourd’hui, le passage public de ce barrage qui relie les deux rives de l’Ill porte son nom.

Couverture de Alt-Strassburg : für seine Erhaltung und Verschönerung de Georges Frankhauser (1938), illustré par Jacques Gachot. Photos : Jean-Pierre Rosenkranz.

La Bnu conserve dans ses collections cette brochure de Georges Frankhauser, dans laquelle il milite déjà pour la sauvegarde et l’embellissement du vieux Strasbourg (cotes : M.40.841 ou M.41.131).

 

Jacques Gachot (1885-1954) fait partie des artistes alsaciens les plus célèbres de sa génération. Né à Strasbourg en 1885, il se forma à l’École des Arts décoratifs de la ville avant de prolonger son apprentissage à l’Académie des Beaux-Arts de Düsseldorf, l’Académie Julian à Paris et plusieurs voyages d’études en Italie, en Suisse et en Espagne notamment. De retour à Strasbourg en 1913, il s’y installa et y présenta ses premières expositions. Il adhéra après-guerre au Groupe de Mai, qui avait l’ambition de rénover la vie culturelle alsacienne et dont la section peinture fut active jusqu’en 1936. Sous l’influence de l’œuvre et des théories de Cézanne, la peinture de Gachot, essentiellement à l’huile, évolua vers plus de rigueur dans la composition et une approche plus nuancée de la couleur. Par ailleurs, il réalisa de nombreux dessins : sa collaboration avec les Dernières Nouvelles d’Alsace lui permit d’exprimer son talent de portraitiste et il fut également l’auteur de lithographies représentant Strasbourg et ses environs. Marqué par son époque, il représenta aussi les deux guerres qu’il traversa, témoignant des souffrances et des dégâts qui frappèrent sa région.

Pour plus de précisions sur son parcours et son travail, on pourra par exemple se reporter à l’ouvrage dirigé par François Lotz, Artistes-peintres alsaciens de jadis et de naguère (1880-1982) et à un site internet qui lui est dédié.

La collection rassemblée par Georges Frankhauser donne un aperçu varié des différentes facettes de l’œuvre dessiné de Gachot.

Sans entrer dans le détail de cette collection, mentionnons d’abord les séries de portraits, au format intangible de 23 x 17 cm :

  • une série d’une cinquantaine de croquis de personnalités liées à la création du Conseil de l’Europe en 1949, signés à la fois par Gachot et, pour certains, par ses modèles. Les conditions exactes de réalisation de cette série restent à éclaircir.
  • une série d’une soixantaine de croquis, également au crayon, de personnalités, le plus souvent alsaciennes, par exemple du monde politique (Jacques Peirotes, Charles Frey notamment), du monde artistique (avec deux autoportraits de Gachot, des portraits de peintres qu’il connaissait – Georges Daniel Krebs ou Louis-Philippe Kamm par exemple -, des auteurs dramatiques liés au théâtre alsacien comme Adolphe Horsch, des musiciens), des notables, etc. Certains de ces portraits restent encore à identifier.
  • quatre portraits militaires avec Charles de Gaulle, Philippe Leclerc de Hauteclocque, Jean de Lattre de Tassigny, Bernard Montgomery.

Aux portraits s’ajoutent d’autres séries, en particulier de paysages :

  • dix dessins originaux de ponts strasbourgeois détruits, titrés Zerstörte Brücken, réalisés en 1940, qui représentent les ravages matériels de la guerre. Ces dessins originaux précèdent vraisemblablement la série lithographique du même nom.
  • six dessins des Ponts Couverts (1938), sans doute pour illustrer la brochure de Georges Frankhauser sur le vieux Strasbourg.

Cette collection regroupe également un ensemble plus disparate de dessins, aux formats variés, réalisés à différentes périodes de la carrière de Gachot : par exemple des dessins de guerre, quelques danseurs, quelques nus, un chef d’orchestre, un boxeur, des animaux, etc.

Enfin, Georges Frankhauser avait également regroupé plusieurs séries lithographiques strasbourgeoises de Gachot, par exemple un ensemble d’une dizaine de paysages de destructions urbaines, évoquant les affrontements de 1944-1945 et prolongeant la série des ponts détruits. Pour conclure cet aperçu, mentionnons la série Corrida de Muerte qui aborde le thème de la tauromachie.

Cette très belle collection complète ainsi les fonds de la Bibliothèque nationale et universitaire et du Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg sur cet artiste alsacien.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search