La Revue de la BNU n° 21

La parution de ce numéro de printemps marque aussi les dix ans de La Revue de la BNU. Dix ans d’une aventure éditoriale que ses fondateurs ont voulue aussi exigeante qu’ouverte, à l’image de l’établissement et des collections qu’il abrite, qui sont autant une ouverture sur le monde qu’une invite à dialoguer avec celles et ceux qui, au-delà des bibliothèques, construisent la culture d’aujourd’hui.

En quelques mots

Les inondations de Florence, les guerres et leurs ravages, mais aussi les manuscrits découverts sur les bords de la mer Morte ou ces documents qui réapparaissent soudain parce qu’au lieu de les jeter, on les a utilisés pour tout autre chose… Parler de destruction, c’est (quasiment) toujours parler de sauvetage ; et qui dit sauvetage dit, au bout du compte, restitution. Car l’histoire des catastrophes est, presque toujours, aussi celle de la façon dont on les surmonte… quand avec les outils d’aujourd’hui, on arrive à reconstituer, réellement ou virtuellement, ce qu’on pensait à jamais disparu : un parchemin noirci, une page brûlée, une bibliothèque dispersée.

La sortie de ce numéro en pleine crise sanitaire est au départ le fruit du hasard ; gageons toutefois que les leçons qu’il fait ressortir, où l’on voit que les vertus pédagogiques de la catastrophe agissent comme un aiguillon et permettent, au bout du compte, d’en prévenir des dizaines d’autres, sauront aussi parler au lecteur d’aujourd’hui.

Un numéro d’actualité, qui vous plonge dans l’histoire de la résilience de notre patrimoine culturel !

https://www.bnu.fr/fr/nos-publications/la-revue-de-la-bnu-ndeg21

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search