Ressources en ligne pour la recherche sur l’histoire du livre imprimé (15e-18e siècles)

Barbarossa de Johannes Adelphus, 1535 – Bnu, R.10.077

Le domaine du patrimoine est vaste, aussi vaste que la culture mondiale. Autrement dit, il est difficile de trouver un point de départ pour une mise en valeur de ressources disponibles en ligne dans ce « domaine ». Il est proposé ici une liste d’accès à des bases documentaires permettant, pour ce qui est du livre ancien, d’effectuer des recherches, même à distance, portant assez loin dans la matérialité du livre.

Limitons-nous à des outils permettant quelques recherches dans le périmètre du livre imprimé avant 1800. Dans une certaine mesure, le patrimoine alsacien est présent dans tous ces outils, car l’activité alsacienne en lien avec le livre était omniprésente. Ces outils ne sont pas spécifiquement consacrés à l’Alsace, bien loin de là. Tout au contraire même : ils sont pour la plupart tournés vers l’universel, l’histoire du livre imprimé dans son ensemble (pour le monde « occidental » du moins). Mais l’Alsace peut prétendre à son rang dans l’universalité de l’histoire du livre, et quelle grande collection négligerait ses imprimés alsaciens de la Renaissance ?

S’il est question ici de l’Alsace et de sa production imprimée, c’est seulement parce que la Bnu est un haut lieu de la conservation de celle-ci. Le jeu de piste peut commencer par des termes locaux, Strasbourg, Schurer, Prüss, Mentelin, Grüninger… aucune des bases que nous allons évoquer ne restera entièrement muette à cet égard. Mais les outils pointés ci-dessous n’ont pas de limitation régionale ni même nationale. Ils rendent compte de l’universalité de la production imprimée, chacun à travers un angle particulier de cette production.

Des outils essentiels au sujet de l’Alsace sont présentés dans l’article de Jérôme Schweitzer, « Mener des recherches sur l’histoire d’Alsace« . On se permet d’y renvoyer sans répéter son contenu.

Pour commencer, on signalera Biblissima qui propose un portail francophone interopérable de recherche dans de grandes collections, manuscrites et imprimées. Des outils sont également proposés.

 

Les incunables

La recherche sur les incunables est basée sur des références à des outils (instruments de recherche) élaborés par les bibliographes qui se sont succédé, soit à

Buch der Croniken und Geschichten d’Hartmann Schedel, 1493, Bnu, K.3.248

la tête de collections importantes, soit comme érudits en histoire du livre. Certaines bases ont totalisé ces connaissances et les maintiennent à jour. Elles renvoient parfois vers des exemplaires numérisés, qu’il est possible de visualiser à distance. Voici quelques exemples :

La base ISTC : Incunabula short title catalog (British library)

La base GW : Gesamtkatalog der Wiegendrucke

On trouve sur Internet de nombreux répertoires d’incunables numérisés : par exemple le « Pellechet« , catalogue des incunables des bibliothèques publiques de France (fin du 19e s.).

Archives.org, Gallica contiennent des versions numérisées, assez fastidieuses à utiliser, du répertoire de Hain (Repertorium bibliographicum in quo libri omnes ab arte typographica inventa usque ad annum MD, typis expressi ordine alphabetico vel simpliciter enumerantur vel adcuratius recensentur), qui date du début du 19e s.

Une vue d’ensemble sur la problématique des catalogues d’incunables par régions françaises est disponible sur le site des Bibliothèques virtuelles humanistes.

Pour le domaine allemand, la base INKA de Tübingen est précieuse. A partir de cette base, on peut accéder en quelques clics à un exemplaire numérisé par la Bayerische Staatsbibliothek de Munich. Celle-ci n’est pas spécialisée sur les incunables mais sur tous les livres anciens (15e, 16e siècles, etc.) du monde germanique. A partir de son catalogue en ligne (opac), on peut lire un grand nombre d’incunables.

Mais bien d’autres outils existent : sur les marques d’imprimeurs, le matériel typographique, les imprimeurs. Pour le domaine français, la base BaTyR est une référence. Le patrimoine alsacien en est cependant absent.

On comprendra que, en dehors de quelques outils collectifs centraux, la recherche se fait de manière dispersée selon les domaines géographiques, linguistiques, et selon les bibliothèques.

La Bnu n’a pour le moment mis en ligne qu’une très petite partie de sa collection : celle des incunables imprimés par Eggestein. On pourra en visualiser certains éléments (pages de titre, index, colophons, autres détails remarquables) sur Numistral.

Le format des feuilles de papier qui ont servi à l’impression des incunables a fait l’objet d’une base, the Needham Calculator 1.0, permettant des calculs.

Les lieux d’impression sont visualisables par The Atlas of Early Printing.

Le répertoire des types (Typenrepertorium) est accessible par le TW – Typenrepertorium der Wiegendrucke de la Staatsbibliothek de Berlin.

D’une manière générale, on trouvera beaucoup d’aide utile sur le site du CERL (Consortium of European Research Libraries) et sa base Material Evidence in Incunabula.

 

Imprimés du 16e siècle

Der richterlich Clagspiegel, Sebastian Brant, 1521, Bnu, R.10.233

De même que pour les incunables, c’est avant tout sur de grandes entreprises collectives que doit se baser une recherche sur les imprimés du 16e siècle, notamment sur la production alsacienne. Ces livres ont été diffusés à travers toute l’Europe, et même au-delà, et de précieux exemplaires peuvent se trouver dans des bibliothèques étrangères. La Bnu cependant collecte particulièrement ces ouvrages qui forment le cœur de la collection de ses réserves précieuses. Cette collecte se poursuit actuellement et chaque année quelques ouvrages rares rentrent dans ses fonds. La Bnu peut donc prétendre être une des collections les plus riches et les plus fouillées d’imprimés alsaciens du 16e siècle. Cependant toute quantification est difficile et certaines collections allemandes, et mieux encore certaines initiatives allemandes visant à les numériser, sont des outils incontournables.

La numérisation d’exemplaires appartenant à la Bnu a débuté et se poursuit actuellement. On les trouvera sur Numistral où une « collection » spéciale leur est consacrée. Notons cependant que pour des questions de coût, nous avons essayé d’éviter au moins dans un premier temps tout doublonnage avec des entreprises plus avancées et mieux dotées, comme celle de la Bayerische Staatsbibliothek de Munich.

Sur Numistral, ces livres sont regroupés dans la collection « ouvrages du 16e siècle« . Ce sont pour le moment 280 livres du 16e siècle alsacien qui y sont visibles en ligne.

La base complémentaire est celle du la BSB (Munich), aussi nommée VD16 pour la partie bibliographique. En effet la base VD16 est bibliographique, et est complétée par la base de livres numérisés de la BSB. L’une renvoie à l’autre.

L’Italie fut aussi, au 16e siècle, un lieu d’édition à la production considérable. Des auteurs comme Sébastien Brant y ont été édités. On trouve pour l’Italie la base Edit 16.

Chaque pays produit ses outils, souvent communs pour les livres des 15e et 16e siècles.

Pour la Suisse, GLN 15-16.

En France, les outils sont dispersés, mais on trouve sur cette page des bibliothèques universitaires d’Aix-Marseille des liens pertinents : elle renvoie notamment aux grands outils français et à d’autres qui sont malheureusement indisponibles en ligne comme le French vernacular books: Books published in the French language before 1601 (disponible à la Bnu).

 

Imprimés du 17e siècle

Le 17e siècle a été pour l’Alsace une époque de grands changements, comme on le sait. Une grande partie de ce siècle a cependant vu se poursuivre la prospérité des entreprises d’imprimeurs alsaciens.

Histoire de l’imprimerie et de la librairie, Jean de la Caille, Paris, 1689, BnF

Allemagne : VD17, Digitalisierung und Bereitstellung der im deutschen Sprachraum erschienenen Drucke des 17. Jahrhunderts

France : il est sous-entendu que Gallica est une ressource incontournable pour trouver des éditions des 17e et 18e siècles numérisées.

Suisse : e-rara, le portail pour les imprimés numérisés des institutions suisses.

Allemagne : Wolfenbütteler digitale Bibliothek

Autriche : en particulier la rubrique ÖNB Digital du site

Belgique : KBR-Belgica

Pays-Bas : KB-National Library of the Netherlands

 

Autres outils

Les filigranes 
Das Wasserzeichen
Watermarks in Incunabula printed in the Low Countries (WILC)
Wasserzeichenkartei Piccard
Wasserzeichen des Mittelalters
Le célèbre dictionnaire de Briquet a été numérisé en mode interactif
Ornements typographiques
L’ordre dispersé préside également aux outils concernant les ornements typographiques.
Un exemple pour le 18e  siècle, la base Môriane.

Bassompierre

 

Reliures

Observer les reliures n’est pas seulement un plaisir de l’œil et de l’intelligence (oublions pour le moment le sens du toucher), mais aussi une possibilité d’avancer dans l’étude d’exemplaires énigmatiques ou dont l’histoire des possesseurs successifs nous échappe. Quelques grandes bases de reliures remarquables existent :

Reliure à décor imprimé (motif floral). Paris, BnF, RLR, RES ATLAS-J-1

Base des reliures numérisées de la Bibliothèque nationale de France
Einbanddatenbank (Staatbibliothek de Berlin)
Legature d’arte a Brera (Biblioteca Nazionale Braidense di Milano)
Caractères typographiques
BaTyR : Base de Typographie de la Renaissance

 

Provenances

Ex Libris H. Rasp, Charles Muller graveur, Bnu

On pourra prendre connaissance de diverses réalisations grâce à l’article « Références pour le livre ancien (8) Ex-libris » sur le blog Biblioweb, ainsi que sur BiblioPat – Ressources pour le patrimoine écrit ou sur Thélème (Identification des provenances des livres imprimés anciens (XVe-XVIIIe siècles) : ressources imprimées et en ligne), et encore le CERL qui propose des outils de recherche.

 

Ces indications ne sont que des pistes, et forcément il manquera ici ou là des mentions importantes. Cependant les portails que proposent Biblissima, le CERL, les Bibliothèques virtuelles humanistes permettent de multiples rebonds et des découvertes nombreuses.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.