Les collections russes de la Bibliothèque nationale et universitaire

Les fonds russes de la Bnu se distinguent par leur richesse et leur cohérence. Cette richesse exceptionnelle s’explique par l’histoire intellectuelle de Strasbourg et sa position sur les routes menant de l’Est à l’Ouest et du Nord au Sud de l’Europe, qui lui font entretenir, depuis plus de trois siècles, des contacts privilégiés avec le monde slave en général et avec la Russie en particulier. Ces contacts sont ceux qui ont rassemblé, dès l’époque des Lumières, étudiants de l’empire russe et professeurs strasbourgeois, savants de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg et scientifiques locaux, voyageurs russes et leurs hôtes alsaciens. Ces échanges nombreux ont laissé des traces écrites déposées dans les collections de la Bnu. Ces dernières sont par la suite enrichies, à partir de 1919, par les efforts des professeurs du Département d’études slaves de l’Université de Strasbourg. Voir en particulier la Revue russe n°35, 2011, « L’Alsace et la Russie ». Le numéro de la revue regroupe les contributions à la Journée d’études sur l’Alsace et la Russie organisée par l’Université de Strasbourg en 2008 ; https://www.persee.fr/issue/russe_1161-0557_2011_num_35_1. Voir aussi : Nikolaï Karamzine à Strasbourg : un écrivain-voyageur russe dans l’Alsace révolutionnaire (1789) / Rodolphe Baudin. – Strasbourg : Presses universitaires de Strasbourg, 2019. [En ligne] : https://biblio.bnu.fr/opac/resource/nikolai-karamzine-a-strasbourg-un-ecrivainvoyageur-russe-dans-lalsace-revolutionnaire-1789/BUS5278493

 

Fonds patrimonial russe

Catalogue de l’exposition « Trésors russes des bibliothèques strasbourgeoises »

Les fonds russes ont été constitués dès 1871, lors de la création de la nouvelle bibliothèque universitaire de Strasbourg. L’appel aux dons lancé à cette époque aux particuliers et aux établissements du monde entier a apporté les premiers exemplaires du futur fonds russe. On connaît ceux en provenance des bibliothèques de Göttingen et de Königsberg. D’autres ont été envoyés de Russie : entre 1871 et 1912, plusieurs dons sont arrivés directement de diverses régions de l’empire (environ 400 ouvrages) : envois de Dorpat (surtout sur la botanique et la zoologie), de Moscou (médecine, histoire naturelle, écoles d’ingénieurs), de Tiflis (astronomie) ou de Finlande (botanique et géologie). La Bnu conserve également sa grande correspondance avec l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, qui envoya pendant quelques décennies ses publications savantes, non seulement en russe, mais souvent aussi en français, latin et allemand.

Si l’on examine plus particulièrement les collections patrimoniales russes de littérature, on peut noter, pour la période 1730-1825, qui correspond aux débuts de la littérature russe moderne, la présence d’éditions d’époque des textes de Mikhaïl Lomonosov, Gavriil Deržavin, Catherine II, Nikolaj Karamzin ou encore Ivan Krylov (3 titres). A signaler, également, le périodique Russische Bibliothek, zur Kenntniss des gegenwärtigen Zustandes der Literatur in Russland publié par H.L.C. Bacmeister (Saint-Pétersbourg, Riga et Leipzig : J. F. Hartknoch).

Pour la période 1825-1917, il convient tout d’abord de citer les écrivains ayant joué un rôle fondateur pour la littérature russe : Alexandre Pouchkine (dont une édition russe en 7 volumes des œuvres, parue à Moscou en 1882), Mikhaïl Lermontov et Nicolas Gogol. Les grands noms du roman russe sont représentés par Lev Tolstoï, Fiodor Dostoïevski, Ivan Tourgueniev.

Voir les éditions russes  du 18e siècle de la Bnu

 

Rossica : publications étrangères sur la Russie

Portrait gravé d’Ivan IV.

Soulignons aussi des éditions occidentales consacrées à la Russie. Ces ouvrages sont apparus en Europe en même temps que l’intérêt pour ce pays lointain, alors appelé Moscovie, et dont l’essor avait commencé au 16e siècle. Les ouvrages des voyageurs Herberstein puis Olearius en témoignent largement : Notes sur les affaires moscovites [Rerum moscoviticarum commentarii]. – Bâle : per Ioannem Oporinum, 1551 (Bnu – D.15.171) et Description très prisée des nouveaux voyages orientaux [Offt begehrte Beschreibung Der Newen Orientalischen Reise]. – Schleßwig : ZurGlocken, 1647 (Bnu – D.24.678). Des centaines de documents anciens de la Bnu témoignent l’histoire de la Russie, ses tsars, ses coutumes, ses guerres, comme par exemple la première biographie d’Ivan le Terrible (1530-1584) publiée par Paul Oderborn : Vie de Ivan Vassilievitch, grand duc de Moscovie [Joannis Basilidis, magni Moscoviae ducis, vita]. – Wittenberg : Joannis Cratonis, 1585 (Bnu – D.137.755).

Médailles

Johan Balthazar Gazz, Monument à Pierre Ier le Grand, 1782.
Bnu, Dépôt de la Ville de Strasbourg – XII-20-C01

Les collections russes ne se limitent pas aux livres. La Bnu possède ainsi une extraordinaire collection de médailles russes des 18e et 19e siècles. Offertes en 1904 à la Ville de Strasbourg par la veuve du numismate alsacien Maurice Himly et déposée en 1911 à la Bibliothèque nationale et universitaire, les 155 médailles constituant cette collection représentent un ensemble tout à fait exceptionnel. Fabriquées en métal blanc traité de manière à imiter l’argent, elles couvrent l’histoire dynastique, militaire, institutionnelle, économique et culturelle de la Russie tout au long de son « long dix-huitième siècle ».

Cartes

Enfin, la Bnu a constitué une belle collection de plusieurs de dizaines de cartes de la Russie (et des plans de ses villes), des 16e au 20e siècles, dont une célèbre Tabula Russiae : ex autographo, quod delineandum curavit Foedor filius Tzaris Boris du début de 17e siècle, une très rare et belle Nova tabula geographica imperii Russici in gubernia divisi de 1787, parfaitement détaillée, un Atlas géographique de l’empire de Russie, du Royaume de Pologne et du Grand Guché de Finlande de 1827 par Vasilii Pedischeff avec ses 52 cartes coloriées, ou encore le gigantesque Plan détaillé de la ville capitale de Saint-Pétersbourg (Подробный план столичного города Петербурга) en 24 feuilles.

 

Actualités

La Seconde Guerre mondiale a mis le russe au rang de langue d’importance mondiale et a favorisé son introduction dans l’enseignement secondaire. Celle-ci, grâce à la création de l’agrégation, s’est rapidement répercutée dans le supérieur par la création de nombreuses chaires. Mais la chute du communisme, le démantèlement de l’U.R.S.S et la fondation de l’Union européenne ont affaibli les études russes. D’un autre côté, l’ouverture démocratique des pays de l’Europe de l’Est a permis aux bibliothèques françaises d’élargir leurs fonds par des documents en langues originales, l’édition de livres dans les pays concernés ayant beaucoup évolué.

Depuis les années 1990, la Bnu pratique une politique documentaire régulière de développement de ses fonds russes.

La Bnu assure l’achat régulier de romans, nouvelles, poésies et pièces de théâtre contemporain en langue originale et en traduction française. Cette politique documentaire permet de proposer aux lecteurs non seulement des œuvres d’écrivains classiques, mais aussi tous les genres de la littérature contemporaine : romans policiers, fantastiques, érotiques, de science-fiction, heroic fantasy, etc.

Une des particularités du travail des bibliothécaires de la Bnu consiste en une étroite collaboration avec le corps professoral de l’Université de Strasbourg, notamment en matière de suggestions d’achats. Grâce à des contacts réguliers, les fonds consacrés aux études russes relèvent de champs disciplinaires très variés : la littérature, la linguistique, les arts, l’économie, les sciences politiques, l’histoire, la géographie, etc.

Les fonds russes offrent en outre au public universitaire des ouvrages de référence, des ouvrages de linguistique spécialisée, des études critiques, des bibliographies, des encyclopédies, des actes de colloques et des manuels de langue.

Depuis 2007, la BNU a pris la décision de renouveler toutes les encyclopédies et les dictionnaires qui se trouvaient dans les salles de lectures, ce qui a permis aux fonds slaves d’acquérir le Grand dictionnaire de la langue russe [Большой академический словарь русского языка] en 30 volumes, la Nouvelle encyclopédie de Russie [Большая Российская энциклопедия] en 30 volumes et l’Encyclopédie orthodoxe [Православная энциклопедия].

La BNU possède pratiquement tous les manuels de russe édités en France, et achète régulièrement des manuels pour les allophones édités en Russie.

Enfin, de nombreux périodiques sont mis à disposition, aussi bien en consultation sur place, dans les salles, que pour le prêt à domicile. On peut citer notamment : Russkaya literatura, Novoe literaturnoe obozrenie, la Revue russe, la Revue des études slaves, Welt der Slaven, Zeitschrift für slavische Philologie, Slavica occitania. De plus, plusieurs dizaines de titres de périodiques dont les abonnements ont été arrêtés restent disponibles pour tous les lecteurs.

Si l’histoire de la Bnu a commencé par des dons, aujourd’hui même ses fonds continuent à s’enrichir grâce à des donateurs différents. Les collections russes se sont enrichies de la bibliothèque de Nicolas Weisbein (1911?-1994), ancien professeur de littérature à la Sorbonne. Plusieurs autres donateurs particuliers ont déposé leurs livres russes à la Bnu. Enfin, le développement des fonds en cette langue se poursuit aussi grâce aux subventions ponctuellement accordées par la fondation Monde russe (Russkii Mir), permettant à la Bnu d’enrichir ses collections par des acquisitions d’ouvrages édités en Russie exclusivement. Grâce ce partenariat, au moins 500 ouvrages d’éditions contemporaines ont été acquis depuis 2009 dans les domaines de l’art, de l’histoire, des sciences sociales, politiques et religieuses.

Nouvelles acquisitions

Listes des nouvelles acquisitions (livres russes et publications françaises et étrangères sur la Russie : histoire, art, sciences sociales, etc.) :

Bnu nouvelles acquisitions 2017

Bnu nouvelles acquisitions 2018

Bnu nouvelles acquisitions 2019

 

Manifestations culturelles et scientifiques

Exposition Pouchkine illustré, organisée par la BNU dans le cadre de l’Année de la Russie en France et en collaboration avec des musées russes : 2010.

Exposition Trésors russes dans des bibliothèques strasbourgeoises, en partenariat avec la Ville de Strasbourg : 2012.

Exposition d’affiches La Révolution russe, en collaboration avec le Consulat général de Russie à Strasbourg : 2017.

Table ronde Partenariat culturels entre la France et la Russie en présence de M. Sergueï Narychkine, Président de la Douma d’État de l’Assemblée fédérale de la Fédération de Russie, accompagné de plusieurs personnalités des institutions culturelles et musées russes : 2013.

Table ronde La Révolution russe du point de vue français et alsacien-lorrain : témoignages de soldats et de civils présents sur le front Est (1917-1919), organisée par la BNU, l’Université de Lorraine, l’Université de Strasbourg et le Consulat général de Russie à Strasbourg : 2017.

Journée d’études internationale Un intellectuel alsacien dans la Russie des Lumières : Louis Henri de Nicolaï, juriste et poète strasbourgeois, président de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, organisée par la BNU et l’Université de Strasbourg : 2017.

Colloque international L’Archipel du goulag : quand un livre changeait le monde, organisé par la BNU et l’Université de Strasbourg : 2018.

Lecture théâtrale Une Journée d’Ivan Denissovitch par la Compagnie Frontale (Paris) : 2018.

Projection du film documentaire L’Histoire secrète de l’Archipel du Goulag et rencontre avec le réalisateur Jean Crépu : 2018.

Table ronde Traduire Tsvetaieva dans le cadre du Colloque international, à l’Université de Strasbourg, Marina Tsvetaieva et l’Europe, organisée par la BNU et l’Université de Strasbourg : 2018

Journée d’étude Art et Europe médiane, organisée par la BNU, le CNRS et l’Université de Strasbourg : 2019.

Présentation du livre Histoire de Russie, avec sa partie politique, par Mr. Koch, Professeur à Strasbourg, publié par le professeur Rodolphe Baudin aux PUS : 2019.

Dictée totale russe : manifestation annuelle organisée par l’Association Tendance et la BNU.

 

Publications

Pouchkine illustré : [exposition, Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, 12 mai-19 septembre 2010] / catalogue réalisé sous la direction de Julien Collonges et Dmitry Kudryashov. – Strasbourg : BNU ; Paris : Somogy éditions d’art, 2010

Pouchkine, poète de l’altérité : actes du colloque international tenu à l’Université Marc Bloch, Strasbourg, printemps 2010 / textes réunis par Evelyne Enderlein et Tatiana Victoroff. – Strasbourg : Presses universitaires de Strasbourg, 2012 (Configurations littéraires)

Dmitry Kudryashov. « Le fonds slave de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg ”, in Revue russe, 2011 [En ligne (consulté le 05 mai 2020)] : https://www.persee.fr/doc/russe_1161-0557_2011_num_35_1_2433

Trésors russes des bibliothèques strasbourgeoises / catalogue réalisé par Rodolphe Baudin et Dmitry Kudryashov. – Strasbourg : Bibliothèque nationale et universitaire, 2012.

Dmitry Kudryashov. « Monument littéraire consacré aux mânes de l’auguste Catherine II, Impératrice de toutes les Russies ».

Dmitry Kudryashov. « Le Coran de Saint-Pétersbourg », in Trésors des bibliothèques et archives d’Alsace. – Strasbourg : La Nuée bleue, 2017

Histoire de Russie, avec sa partie politique, par Mr. Koch, Professeur à Strasbourg. Suivie de la Constitution de l’empire de Russie / Édité par Rodolphe Baudin, Wladimir Berelowitch. -Strasbourg : PUS, 2018

 


Dmitry Kudryashov

Responsable scientifique Europe médiane et orientale / Chargé de collections en langues et littératures d'Asie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search