Les fonds slaves de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg

Un des fonds slaves les plus importants de France est conservé à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg ; nous présentons ici son histoire, ses collections patrimoniales et modernes, son développement actuel et les projets en cours.

Alfons Mucha, L’Epopée slave, 1911-1928

Historique

L’histoire des fonds slaves de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg est directement liée à celle de la bibliothèque. Suite au bombardement prussien en 1870, les deux bibliothèques strasbourgeoises périssent dans l’incendie. Très vite, l’administration allemande s’organise pour reconstruire une bibliothèque afin d’accueillir les nombreux dons reçus suite à l’appel lancé par Karl August Barack, futur administrateur. Entre 1871 et 1882, 1 632 donateurs, originaires de 32 pays différents, dont plusieurs pays de l’Europe de l’Est, ont envoyé des milliers d’ouvrages. Les fonds slaves sont nés à cette époque-là, grâce aux premiers dons allemands et étrangers. Pour la période allant jusqu’en 1918, on dénombre environ 1 400 titres au total. Plus de la moitié sont en langue allemande. Viennent ensuite les publications en langues slaves (toutes langues confondues) et celles en français. Le fonds comprend également un très grand nombre de titres dans d’autres langues, comme le latin pour les publications des académies des sciences.

La langue la plus représentée est le russe. Mais le fonds polonais, par exemple, est particulièrement riche par ses publications sur l’histoire du pays. Elles constituent un ensemble de 609 titres : 25 du 16e siècle (4%), 42 du 17e (7%), 93 du 18e (15%), 326 du 19e (54%) et 95 du début du 20e (16%), dont la moitié est en langue originale.

Pour le domaine de la linguistique slave, on dispose de chiffres assez précis. On dénombre 426 titres. Il s’agit, pour la plupart, d’éditions du 19e siècle (317 titres), les documents publiés de 1900 à 1918 arrivant en deuxième position (72 titres). Toutes les langues slaves sont traitées au sein de ce fonds. Les ouvrages de grammaire représentent au moins 300 titres. L’un des ouvrages les plus anciens est celui de Georg Caspar Kirchmayer, De origine, jure ac utilitate linguae Slavonicae (Wittenberg, typ. C. Schrodteri, 1697). Les travaux des codificateurs des langues slaves modernes sont représentés par plusieurs titres comme la Rossijskaja grammatika de Mixail Lomonosov (Saint-Pétersbourg, 1755), première grammaire russe ; les Primjeri srpsko-slavenskoga jezika de Vuk Karadzic (Vienne, 1857) ; ou encore la Geschichte der böhmischen Sprache und Litteratur de Josef Dobrovsky (Prague, 1792). Parmi les 110 titres des dictionnaires slaves, on peut citer, de Georgius Cnapius, Synonyma seu Dictionarium polono-latinum in gratiam et usum studiosae iuventutis Polonae (Lvov, Typis Collegii Soc.Iesu, 1691), la première édition du dictionnaire de Vuk Karadzic, Srpski rjecnik istolkovan njemackim i latinskim rijecima (Vienne, 1818) ou le Slovar’ Akademii Rossijskoj (Saint-Pétersbourg, 1805-1822).

Enfin, la Bnu possède des collections importantes de cartes et de numismatique anciennes des pays slaves, allant du 16e au 20e siècle.

 

Actualités

Une nouvelle ère pour les acquisitions slaves commence à la Bnu au début des années 1990. La bibliothèque s’est en effet engagée, depuis 1992, à faire de l’Europe centrale et orientale un axe prioritaire de sa politique documentaire. Ceci se traduit par un accroissement important des moyens consacrés à ce domaine dans le secteur des langues et littératures, avec un accent mis sur les langues autres que le russe, même si cette langue demeure majoritaire dans les achats.

Actuellement, ces fonds comportent plusieurs dizaines de milliers d’ouvrages et représentent un des plus grands fonds slaves des bibliothèques de France. Les langues slaves représentées dans ce fonds sont le russe, le biélorusse, l’ukrainien, le bulgare, le slovaque, le serbe, le croate, le polonais, le slovène, le tchèque, le bosniaque et le macédonien.

Deux types d’acquisitions sont à différencier. Le premier relève de la production savante en langue française, et plus largement en langues occidentales, sur le monde slave, dont le suivi et l’achat sont réguliers. Le second recouvre les publications en langue originale qui couvrent, quant à elles, surtout les domaines littéraires et linguistiques. Toutes les traductions en français de textes littéraires sont présentes dans les fonds : romans, nouvelles, poésie, essais, correspondances.

La politique documentaire de la Bnu dans les domaines slaves comprend : acquisition des textes des grands auteurs classiques ainsi que contemporains dans tous les genres ; sélection des études critiques majeures en français, en anglais et en langues originales ; ouvrages spécialisés en linguistique, dictionnaires et ouvrages de référence de niveau universitaire ; manuels de langues de tous les niveaux. En ce qui concerne la civilisation slave, la Bnu complète ses collections en arts, histoire, questions politiques et sociales. Le choix des acquisitions s’inscrit dans une logique de complémentarité avec les autres bibliothèques universitaires françaises et en partenariat avec des enseignants-chercheurs de l’Université de Strasbourg.

En ce qui concerne les périodiques, la Bnu conserve plusieurs dizaines de titres de revues scientifiques des pays slaves. Actuellement, la bibliothèque offre à ses lecteurs les abonnements suivants : Književnost, Literární noviny, Republika, Zeitschrift für slavische Philologie, Zeszyty literackie, Letopis Matice srpske, Zbornik Matice srpske za filologiju i lingvistiku, Zbornik Matice srpske za književnost i jezik, Zbornik Matice srpske za slavistiku, Revue des études slaves, Slavica occitania, Gare de l’Est.

 

Europe médiane, une collection d’excellence pour la recherche

Le développement du projet Europe médiane, labellisé Collex (« collections d’excellence pour la recherche »), repose non seulement sur les riches fonds de la Bnu et de l’Université de Strasbourg, mais aussi sur un ensemble de collaborations avec des institutions françaises et internationales.

L’espace envisagé de l’Europe médiane est déjà établi par les spécialistes en question, comme en témoigne le Groupement de Recherche « Connaissance de l’Europe médiane » de l’Université de la Sorbonne, qui « situe [cet espace] entre l’Allemagne à l’Ouest et la Russie à l’Est, de la Finlande au Nord à la Bulgarie au Sud, c’est-à-dire qu’il inclura l’Europe baltique, l’Europe centrale (au sens large), l’Europe orientale et l’Europe balkanique ». Cette aire culturelle inclut plusieurs disciplines : linguistique et littérature (classique et contemporaine), histoire (du Moyen-Âge à nos jours), arts, questions politiques, religieuses et sociologiques.

Les collections de la Bnu s’enrichissent également grâce à ses nombreuses coopérations par des échanges de livres avec les bibliothèques nationales de Lettonie, de Biélorussie, de Russie, d’Ukraine, avec la bibliothèque de l’Université Adam-Mickiewicz de Poznań en Pologne ou de Cluj en Roumanie.

En outre, pendant plusieurs années (1996-2005), la Bnu a mené une politique d’échanges internationaux avec les bibliothèques nationales de Bulgarie, de Roumanie et des trois pays baltes. Grâce à ces contacts, les fonds de la bibliothèque se sont enrichis d’ouvrages en langue originale sur l’art et l’histoire, la civilisation et la littérature de ces pays.

 

Liens utiles

 Numistral : la bibliothèque numérique patrimoniale du site universitaire alsacien

Département d’études slaves à l’Université de Strasbourg

BESEDA : Association des Bibliothécaires en Études Slaves et Documentalistes Associés

CollEx-Persée

Groupement de recherche « Connaissance de l’Europe médiane »

 

Manifestations culturelles et scientifiques

Journée d’étude Art et Europe médiane, organisée par la Bnu, le CNRS et l’Université de Strasbourg, 2019.

 

Publications

Dmitry Kudryashov « Le fonds slave de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg ”, in Revue russe, 2011. [En ligne], consulté le 5 mai 2020 : https://www.persee.fr/doc/russe_1161-0557_2011_num_35_1_2433

Dmitry Kudryashov et Catherine Soulé-Sandic« Conversation agréable du peuple slave d’Andrija Kačić Miošić : éveil d’une conscience nationale », in La Revue de la BNU, 16 | 2017, mis en ligne le 1er juillet 2019, consulté le 5 mai 2020URL : http://journals.openedition.org/rbnu/658 DOI : https://doi.org/10.4000/rbnu.658

 


Dmitry Kudryashov

Responsable scientifique Europe médiane et orientale / Chargé de collections en langues et littératures d'Asie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search