Conférence de Christophe Jaffrelot, L’Inde de Modi : national-populisme et démocratie ethnique.

Pour l’inauguration de son exposition Mahâbhârata : fragments et relectures, proposée dans le cadre du festival Arsmondo consacré à l’Inde et reportée en 2022 suite au confinement, la Bnu accueillait vendredi 6 mars une conférence de Christophe Jaffrelot destinée à éclairer le public sur la situation politique de l’Inde contemporaine. Spécialiste du sous-continent indien, Christophe Jaffrelot est directeur de recherche au CERI-Sciences Po/CNRS et enseigne à Sciences Po Paris notamment. Cette conférence était l’occasion de présenter et d’actualiser son dernier ouvrage L’Inde de Modi : national-populisme et démocratie ethnique, publié en 2019.

Dernier ouvrage de Christophe Jaffrelot, publié en 2019.

Christophe Jaffrelot a commencé par rappeler quelques caractéristiques spatiales et démographiques : peuplée aujourd’hui d’environ un milliard et trois cents millions d’habitants, l’Inde dispose d’une superficie comparable à celle de l’Union européenne. Organisée sous forme de république fédérale, elle compte également un nombre d’États voisin de celui de l’Union européenne (29 États actuellement).

Après l’indépendance et jusqu’à la fin des années 70, le parti du Congrès (Congrès national indien), parti de Gandhi et Nehru, a dominé la vie politique du pays. Dans la période suivante qui s’est prolongée jusqu’en 2014, il est devenu impossible de gouverner le pays sans faire de coalitions. Pour Christophe Jaffrelot, ce pluralisme a été à la fois très profitable à la démocratie et à l’économie qui a alors connu sa période la plus florissante. La « vague safran » de 2014 marque un tournant : le BJP (Bharatiya Janata Party – droite nationaliste hindoue) prend dès lors le pouvoir avec une majorité absolue à la chambre basse qui permet à Narendra Modi de devenir premier ministre.

Dans un exposé d’environ une heure, Christophe Jaffrelot a esquissé les origines du mouvement nationaliste hindou, précisé la place de Narendra Modi dans celui-ci et présenté les politiques mises en œuvre depuis 2014.

Créé en 1980, le BJP apparaît comme l’aile politique du Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS), un groupe nationaliste hindou para-militaire plus ancien, né en 1925 dans le contexte du développement des fascismes européens, une de ses sources d’inspiration. Idéologiquement, ces « chemises blanches » se présentent comme l’avant-garde du nationalisme hindou, les « fils du sol », défenseurs d’un sol sacré, d’une civilisation glorieuse liée à une religion ancienne inscrite dans ce territoire, défenseurs du peuple indien et d’une langue – l’hindi, dérivée du sanscrit. Pour M. Jaffrelot, il s’agit là d’un « nationalisme ethnique ».

Le RSS s’est d’abord développé en réaction au panislamisme, à la suite d’émeutes et de heurts avec les musulmans qui représentent, en 1925, près de 20% de la population. Interdit à plusieurs reprises, le RSS n’a connu qu’un seul véritable coup d’arrêt, en 1948, après l’assassinat de Gandhi par Nathuram Godse, un ancien membre de cette organisation. Nehru interdit alors le mouvement et près de 20 000 de ses membres sont emprisonnés. Le RSS est recrée ensuite, après s’être engagé à ne plus promouvoir d’actions violentes.

Né en 1950 au Gujarat, Narendra Modi grandit dans ce contexte. Territoire de l’ouest de l’Inde, frontalier du Pakistan, le Gujarat est d’ailleurs un des bastions du nationalisme hindou. Militant dévoué du RSS (le mouvement impose le célibat à tous ses cadres qui doivent lui être acquis corps et âmes), Modi en devient un cadre local puis est nommé en octobre 2001 à la tête du gouvernement du Gujarat. En février 2002, la mort d’une cinquantaine d’Hindous suite à l’incendie d’un train par des extrémistes musulmans va déclencher une vagues de violences intercommunautaires au Gujarat. Modi, et plus largement le gouvernement et l’administration du Gujarat, laissent ces violences se perpétuer dans les semaines suivantes, violences qui causent la mort de près de 2 000 personnes, principalement musulmanes. Utilisant le ressentiment anti-musulman, se présentant comme « l’empereur des cœurs hindous », Modi remporte ensuite haut-la-main les élections du Gujarat de décembre 2002. Confirmé par la suite, cet ancrage local va lui permettre de s’imposer dans les instances du BJP. D’homme de l’ombre, il est devenu une figure de premier plan très populaire. Candidat du BJP pour les élections générales de 2014, Modi remporte ces élections et est nommé Premier ministre en mai 2014.

Privé de leader, le BJP était resté jusqu’alors minoritaire au niveau national. Avec Modi, il change véritablement de dimension. Le succès de Modi s’explique en partie par sa communication politique et la maîtrise de son image. D’abord, il insiste sur sa proximité avec le peuple. De fait, sa famille provient d’une basse caste et il n’a pas fait d’études. Il apparaît ainsi crédible pour de nombreux électeurs qui se reconnaissent en lui. Cette proximité avec le peuple est soigneusement cultivée, par exemple dans sa rhétorique, les expressions « mes frères », « mes sœurs » revenant constamment dans ses discours ou l’invention d’une mode vestimentaire pour permettre à chacun de s’habiller comme lui. Par ailleurs, il est également présenté comme un héros par ses partisans. Pour Christophe Jaffrelot, une des clés de sa réussite réside dans cette capacité à se relier au plus grand nombre.

Cette stratégie s’appuie sur des moyens de communication considérables (l’utilisation d’hologrammes dès 2007 pour apparaître en des dizaines de lieux simultanément, l’appui de centaines de milliers de groupes WhatsApp pour toucher toutes les couches de l’électorat). Enfin, il a noué des liens privilégiés avec les milieux d’affaires. Modi a en effet réussi à convaincre de nombreux hommes affaires, certains très puissants comme Adani ou Ambani, qu’il serait leur meilleur défenseur. Cela lui a permis de disposer de ressources financières colossales (par exemple, pour sa dernière campagne électorale de 2019, élection la plus onéreuse depuis l’élection d’Obama). Christophe Jaffrelot observe toutefois que la mise en place d’un « capitalisme de connivence » entre hommes politiques et milieux d’affaires, s’avère néfaste à l’économie. L’absence de concurrence, le développement de passe-droits et de rentes ont eu des répercussions négatives sur le taux de croissance qui a considérablement diminué et le taux d’investissement qui demeure très bas. Les effets pervers de ce système sont frappants au niveau bancaire : les banques publiques (80% des banques indiennes), dont les directeurs sont nommés par le Premier ministre, ont ainsi accordé des prêts sans aucune garantie de remboursement, et certaines banques sont aujourd’hui en cessation de paiement. Néanmoins, malgré ce bilan économique mitigé, Modi a remporté les élections législatives d’avril-mai 2019.

La dimension sécuritaire de la politique de Modi a sans doute contribué à reléguer au second plan les difficultés de l’économie et les problèmes de l’emploi. L’attentat djihadiste du 14 février 2019 au Cachemire qui a causé la mort d’une quarantaine de soldats indiens a provoqué une véritable « hystérie nationaliste » et renforcé les effets du discours des nationalistes. En risposte à l’attentat, des frappes aériennes sur les camps supposés des djihadistes au Pakistan ont provoqué une nouvelle crise entre l’Inde et le Pakistan. C’est en effet la première fois depuis 1971 que l’armée indienne attaque au Pakistan.

La mise en place d’une « démocratie ethnique » à travers différentes politiques publiques a entraîné le développement d’une citoyenneté à plusieurs vitesses. Ainsi, les lois de certains États ont rendu l’abattage des bovins, considérés comme des animaux sacrés, plus complexe. Ces législations ont eu des effets directs sur les Musulmans qui sont les premiers vendeurs de viande. Le rôle des ONG, qui déploient des efforts considérables au niveau des soins et de l’éducation, a également été remis en cause et entraîné la disparition de nombreuses organisations (30 000 ONG en 2014 pour environ 10 000 aujourd’hui). Toujours au niveau de l’éducation, certains manuels d’histoires ont été réécrits : la figure de Nehru, trop laïque, a été effacée, tout comme le fait que Gandhi a été assassiné par un ancien membre du RSS. Les universités, perçues comme des lieux de contestation, ont elles aussi été ciblées (par exemple l’Université Nehru a enregistré une baisse substantielle de crédits).

Depuis le début du second mandat de Modi en 2019, cette politique s’est encore accentuée en prenant une forme plus juridique. À travers la réforme de la Constitution (son article 370) et de la législation indiennes, Modi et ses partisans se sont attaqués au statut de l’État du Jammu-et-Cachemire, seul État à majorité musulmane, qui bénéficiait jusqu’à présent d’une autonomie plus importante que les autres. L’amendement de la loi sur la citoyenneté (Citizenship amendment act), votée le 11 décembre 2019, obéit à la même logique anti-musulmane : elle est supposée faciliter l’accès à la citoyenneté indienne pour les minorités non-musulmanes d’Afghanistan, du Pakistan et du Bangladesh. La citoyenneté est dès lors conditionnée par l’identité religieuse.

Dans ce contexte, l’organisation d’un prochain recensement au cours duquel les résidents indiens devront prouver leur citoyenneté soulève des inquiétudes et a déjà entraîné des manifestations, ainsi que des émeutes à Delhi. Outre le fait qu’en Inde de nombreuses personnes n’ont pas de papiers, les Musulmans craignent d’être déportés dans des camps de détention en cours de construction. Comment réagiront les États de l’Union indienne qui ne sont pas gouvernés par le BJP ? Cinq États ont déjà annoncé qu’ils n’appliqueraient pas cette loi. Comment répondra la Cour suprême ? Les pressions internationales auront-elles des effets ? Au-delà de ces questions, Christophe Jaffrelot s’interroge plus largement sur l’avenir du BJP.  Dans la mesure où le populisme est toujours fortement personnalisé, qui sera le successeur de Modi, aujourd’hui âgé de 70 ans ?

 

 

Pour prolonger ce compte-rendu de conférence :

La Bnu conserve un certain nombres de titres de Christophe Jaffrelot ou d’ouvrages auxquels il a participé, parmi lesquels :

L’Inde de Modi : national-populisme et démocratie ethnique (Fayard : CERI, 2019), cote : 320.954 JAFF.

Populismes au pouvoir, codirigé avec Alain Dieckhoff et Élise Massicard (Sciences Po les presses), cote : 320.5 POPU.

L’Inde contemporaine de 1950 à nos jours (dir.) (Fayard : CERI, 2006), cote : 320.954 INDE.

Inde : la démocratie par la caste : histoire d’une mutation socio-politique (1885-2005) (Fayard, 2005), cote : 320.954 JAFF.

Les nationalistes hindous : idéologie, implantation et mobilisation des années 1920 aux années 1990 (Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1993), cote : DN.106.811.

 

 

Vous pouvez également écouter en podcast une série de quatre émissions intitulée « Des Indes à l’Inde : les avatars du nationalisme », initialement diffusée du 9 au 12 mars 2020 sur France Culture (Le cours de l’histoire par Xavier Mauduit). Christophe Jaffrelot participe à la seconde émission de cette série : « Aux origines du nationalisme hindou ».

 

 

Sur le site Vie publique, vous trouverez un extrait du n°95-96 (janv.-avr. 2019) de Questions internationales consacré au «réveil des religions » par Isabelle Saint-Mézard.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search