FONDS JUDAICA ET HEBRAICA DE LA BNU – PREMIÈRE PARTIE

Informations réunies par Madeleine Zeller avec le concours de Daniel Bornemann, Pierre Metzger et Julien Pinard.

Premier livre entièrement en caractères hébraïques imprimé à Strasbourg. Petit format réunissant les Proverbes, l’Ecclésiaste et le Cantique des cantiques (livres de la Bible hébraïque), édité et imprimé par Elias Schade, Strasbourg, 1591 [R.102.517]

Les collections judaica et hebraica [1], consacrées au judaïsme et aux langues hébraïques, ont été développées dès la période allemande de la Bnu. Par leur qualité et leur diversité, elles reflètent dès son origine trois orientations majeures de l’établissement : la place de l’orientalisme – un des axes forts de la KULB [2] porté notamment par le bibliothécaire et spécialiste des langues sémitiques anciennes Julius Euting [3] –, sa mission à la fois universitaire et encyclopédique et enfin son ancrage régional.

On peut estimer ces collections à environ 8 000 à 9 000 documents [4], dont une grande majorité est antérieure à 1919. Outre les imprimés (dont une vingtaine d’incunables),  on y trouve aussi des fragments manuscrits sur papyrus, papier ou parchemin, des manuscrits illustrés, des objets rituels, des archives d’auteurs.

Acquises par achat ou par don [5], elles reflètent abondamment la production éditoriale en judaica ou hebraica dans sa diversité et son étendue géographique, à la fois en Alsace-Lorraine, en Allemagne, dans toute l’Europe et au Proche et Moyen-Orient, depuis les premiers siècles de notre ère [6]. Elles continuent à être alimentées au sein des différents domaines d’acquisition de la Bnu.

Cette note présentera successivement le fonds ancien imprimé (1re partie), le fonds courant (2e partie), certains aspects particuliers du fonds ainsi que les documents ou objets non imprimés (3e partie), et enfin la valorisation de ces fonds (4e partie). Elle sera publiée en trois étapes dont voici la première.

Première partie. Fonds ancien (imprimés)

Cette partie présente les imprimés acquis pendant la période 1871-1918, principalement selon le classement de l’ancien catalogue systématique. NB : Les exemples ci-dessous peuvent avoir été recotés en R au lieu de C ou E.

Cotes spécifiques

  1. Ouvrages en caractères hébraïques (hébreu, araméen ainsi que l’arabe écrit en caractères hébraïques), traductions et études en langues modernes sur ces sources (sections Cb IV Philologie hébraïque ; Cb V Araméen)

4 500 titres – hébreu ou autres langues originales 46%, allemand 26%, latin 19%, français 5%, anglais 3% [7]

La section Cb IV [8] est de loin la plus importante pour les judaica et hebraica (environ 4 500 titres hors périodiques, auxquels on peut ajouter une centaine de titres pour l’araméen). Elle réunit dans un même ensemble les ouvrages de philologie (grammaires, lexica) et les éditions de textes, religieux pour la plupart (Talmud, Midrash et autres textes fondateurs [9], en langues originales ou en traductions ; prières, rituels, Responsa, etc.), sinon littéraires ou philosophiques du 16e au 19e siècle.

Elle reflète l’histoire de l’impression hébraïque à Strasbourg, moins dynamique au 16e siècle qu’à Bâle ou dans certaines régions d’Allemagne [10] : on y trouve, en petit nombre, les premiers ouvrages comprenant des caractères hébraïques puis, dans les dernières années du 16e siècle, des ouvrages entièrement en hébreu, et enfin, vers la fin du 18e siècle, les premiers ouvrages imprimés par des juifs à Strasbourg. L’Allemagne et la Suisse y sont très bien représentés, mais aussi tous les grands centres d’impression de l’Europe entière et du Moyen-Orient grâce à la politique volontariste de l’établissement.

Exemple strasbourgeois pour la philologie : la grammaire hébraïque de Wolfgang Capiton (Institutionum hebraicarum libri duo), 2e édition, 1525 [R.100.029], ouvrage rédigé en latin par et pour des hébraïsants chrétiens (Capiton, prévôt du Chapitre Saint-Thomas, devient professeur d’hébreu en 1523) [11].

Exemple strasbourgeois pour les livres religieux et leurs éditions critiques : le Lehem Setarim (« Le pain des secrets », commentaire du quatrième traité du Talmud, sur l’idolâtrie), 1777 [R.102.922 et C.154.811], premier livre hébraïque publié par des juifs à Strasbourg, d’après l’édition de Venise de 1664 ; édition critique d’un Mahzor (recueil des prières pour les jours de fête) jusque-là inédit, dans une thèse soutenue à l’université de Strasbourg en 1906 [C.102.993].

Exemple hors de Strasbourg pour la littérature : la pièce philosophique Yessod Olam (« Le pilier du monde ») de Moïse Zacuto, premier drame biblique connu en hébreu, composé pour Pourim autour de 1639 et édité pour la première fois d’après trois manuscrits par A. Berliner à Berlin en 1874 [C.104.434].

Exemples hors de Strasbourg pour les livres religieux : l’édition princeps du Midrach Rabba, Oxford, 1512 [C.10.408], ainsi que des éditions parues dans toute l’Europe dont celles de Francfort-sur-l’Oder, 1732 [C.10.435] et de Vilnius, 1878 [C.50] ; parmi les rituels, on citera les Prières journalières à l’usage des juifs portugais ou espagnols, recueil entièrement en français, Paris, 1807 [C.102.995, 3 vol.] ; une haggadah (rituel de la Pâque) illustrée imprimée à Alger en 1889 en arabe [12] [C.103.027] ainsi qu’une version comparable mais bilingue arabe – français de 1890, reflet de la période coloniale [C.103.029].

Haggadah de Metz, 1767, ouverte sur le repas de la Pâque (C.10.430)

Exemples pour Metz : la Haggadah de Metz, 1767, premier livre en caractères hébraïques imprimé en France qui soit illustré, dans deux variantes dont une très peu connue [C.103.008 ; C.10.430 pour la variante rare] ; une haggadah de 1777 très peu diffusée en France, « avec explications pour hommes, femmes et enfants des villes et villages » [C.103.007] ; un Talmud de Babylone de la même année, avec les commentaires de Rachi et des tossafistes [C.102.898]. Ces trois ouvrages sont imprimés par Moïse May, première imprimerie en France consacrée aux livres hébraïques.

Les auteurs majeurs de la pensée juive comme Abraham ibn Ezra et Moïse Maïmonide sont très bien représentés, dans les langues originales – hébreu pour le premier, arabe en caractères hébraïques pour le second – ainsi qu’en traduction latine ou moderne : on peut mentionner notamment les traités d’algèbre ou les œuvres littéraires pour le premier, le Michneh Torah (commentaires de la Michnah, en latin Porta Mosis) ou le Guide des égarés, œuvre philosophique majeure, pour le second [13].

Exemples pour Maïmonide : l’édition rare du Michneh Torah imprimée à Constantinople en 1509 [C.10.757], ou l’édition bilingue avec traduction latine publiée par le célèbre orientaliste anglican Edward Pococke à Oxford en 1655 [C.107.972], puis celles d’Amsterdam, 1702 [C.112] et de Fürth, 1765 [C.121,1-2] ; Le livre des préceptes… publié pour la première fois dans l’original arabe… par Moïse Bloch, Paris, 1888 [C.104.368] ; pour le Guide des égarés, les éditions en latin de Johann Buxtorf, Bâle, 1629 [C.104.410], en anglais par Michael Friedländer, Londres, 1885 [C.104.411] ; des thèses soutenues dans toute l’Allemagne dans les années 1890 (éditions critiques de traités en arabe –  en général des manuscrits conservés dans les grandes bibliothèques allemandes – avec une traduction en hébreu ou en latin et un commentaire), dont plusieurs à l’université de Strasbourg [C.104.374, C.104.385, C.104.399].

Fiche dans le catalogue systématique de la Bnu pour le Michneh Torah (Maïmonide) dans l’édition de Constantinople en 1509

Moins d’un cinquième de la section Cb IV provient d’Allemagne ou de France [14], le reste a été publié dans les principaux centres d’impression que nous ne pouvons citer intégralement mais dont les exemples d’ouvrages donnent un aperçu, en Europe méridionale (Portugal, Italie), en Europe centrale et orientale (Autriche-Hongrie, Pologne, Lituanie, etc.), en Europe septentrionale (Amsterdam, Oxford, etc.), en Afrique du Nord, au Proche ou Moyen-Orient ou en Inde (Alger, Alexandrie, Bagdad, Bombay, etc.).

Les collections reflètent aussi la vitalité de l’édition en yiddish [15], dans l’ère culturelle germanique comme dans la diaspora de l’Europe orientale (yiddish occidental et yiddish oriental respectivement, ouvrages inclus dans la section Cb IV sans classement spécifique).

Fiche du catalogue systématique de la Bnu pour les Mille et une nuits, traduites « dans le yiddish le plus commun pour que chacun puisse les comprendre », Vilnius, 1885 (C.103.129)

Exemples pour le yiddish – ouvrages de philologie ou de littérature : Jüdische Sprichwörter und Redensarten = Yudishe shprikhṿerṭer un redensarṭen, proverbes en yiddish publiés par Ignaz Bernstein avec leur translittération en caractères latins, Varsovie, 1908 [C.10.500] ; littérature populaire, représentée par le conte Historia fon der Liebe des Printsen Oyse der Kinder Insel…, Metz, 1821 [C.103.120], les recueils de comptines ou encore les traductions des Mille et une Nuits comme celle parue à Vilnius en 1885 « dans le yiddish le plus commun pour que chacun puisse les comprendre » [C.103.129] ; littérature savante avec une édition translittérée du cycle du Roi Arthur, Arthurian legends or the Hebrew-German rhymed version of the legend of King Arthur, par Leo Landau, Leipzig, 1912 [CD.166.375,21].

Exemples pour le yiddish – ouvrages religieux : le Pirqé Avot [16], Metz, 1789 [C.102.830] ; Tseénah ve-Reénah (« Sortez et voyez »), Metz, 1768 [C.103.838, 5 vol.], adaptation en yiddish du Pentateuque, à laquelle se mêlent des contes, des homélies, des midrashim, des commentaires, des paraphrases des Rouleaux. Cet ouvrage de Jacob ben Isaac Achkenazi (fin 16e – début 17e siècle) largement diffusé jusqu’à la veille de la Seconde guerre mondiale, permet de rendre accessibles les textes et les prières aux femmes juives qui n’apprennent pas l’hébreu.

 

Section Cb V (araméen)

100 titres – allemand 39%, latin 40%

La section Cb V comprend des études philologiques sur l’araméen, langue utilisant les caractères hébraïques (dite « chaldäisch »), et des éditions du Targum (traduction ou paraphrase araméenne de la Bible hébraïque), même si ce dernier est classé également dans la section Eb en raison de sa proximité avec le texte biblique (voir plus loin).

Exemples : le dictionnaire de Sebastian Münster, Dictionarium Chaldaicum, non tam ad Chaldaicos interpretes quàm Rabbinorum intelligenda commentaria necessarium…, Bâle, 1517 [C.106.246] ; le Targum édité par John Selden, Londres, 1649 [C.106.270) ou la traduction latine du Targum du livre d’Esther par Francis Taylor, 1655 [C.106.271] ; Die Massorah zum Targum Onkelos [La Massorah du Targum Onkelos, publiée pour la première fois, d’après les manuscrits et les éditions rares] par Abraham Berliner, Leipzig, 1877 [C.106.189].

 

  1. Histoire et traditions du judaïsme (section Do XVIII – Histoire du judaïsme depuis le Moyen Âge)

600 titres – allemand 79%, français 12%

Jüdisches Leben im Wort und Bild de Sacher-Masoch, Mannheim, édition de 1895 [CD.12.549]

Exemples : les ouvrages d’Abraham Berliner sur la vie juive en Allemagne au Moyen Âge, « utilisant des sources imprimées et inédites » (Aus dem inneren Leben der deutschen Juden im Mittelalter…, zugleich ein Beitrag für deutsche Culturgeschichte), Berlin, 1871 [D.163.911, D.163.912 pour l’éd. de 1900] ou sur l’histoire des juifs de Rome (Geschichte der Juden in Rom, von der ältesten Zeit bis zur Gegenwart (2050 Jahre)), Francfort s. Main, 1892 [D.163.910] ; l’ouvrage populaire et abondamment illustré Jüdisches Leben im Wort und Bild de l’écrivain autrichien Leopold Sacher-Masoch, Mannheim, v. 1895 [CD.12.549].

 

  1. Théologie juive (section En)

200 titres – allemand 67%, français 12%

Exemples : les deux ouvrages majeurs de David Heymann Joel, rabbin originaire de Poznan qui fut le premier à proposer une approche académique de la kabbale, Leipzig, 1849 (Mīdrāš hāz-zōhār. Die Religionsphilosophie des Sohar und ihr Verhältniß zur allgemeinen jüdischen Theologie : zugleich eine kritische Beleuchtung der Franck’schen « Kabbala ») [C.105.376] et Breslau, 1881-1883 (Der Aberglaube und die Stellung des Judenthums zu demselben) [C.105.373].

 

  1. Alsatiques (section Mi VI – Judaïsme)

300 titres – allemand 47%, français 51%

Cette section couvre également la Moselle, qui fait alors partie du Reichsland Elsaß-Lothringen. Ces ouvrages concernent les rituels, les traditions ou l’actualité des communautés juives d’Alsace-Moselle. Les ouvrages en français sont légèrement plus nombreux que ceux en allemand, certains sont bilingues voire trilingues (hébreu avec allemand et/ou français). La plupart sont destinées au grand public mais le fonds comprend aussi certaines études spécialisées.

Le séder (repas cérémoniel le soir de la Pâque), lithographie d’Alphonse Lévy pour La vie juive de Léon Cahun, Paris, 1886 [M.34.327]

Exemples : étude par Julius Euting des inscriptions sur les tombes juives d’Alsace (Über die älteren hebräischen Steine im Elsass), Strasbourg, 1888 [M.101.337] ; ouvrages grand public illustrés par Alphonse Lévy, illustrateur né en Alsace avec laquelle il avait gardé un lien profond : La vie juive de David Cahun, Paris, 1886 [M.34.327] et Scènes familiales juives de Bernard Lazare, Paris, 1902 [M.39.300], tous deux comparables à Jüdisches Leben im Wort und Bild de Sacher-Masoch cité plus haut, auquel l’illustrateur a contribué également.

Exemple pour Metz : Minḥat Levona. L’encens du cœur ou prières du premier ordre, livre d’instruction religieuse pour la jeunesse publié par Simon Hallel, instituteur de l’école juive de Bergheim, « avec traduction interlinéaire, et accompagnée de courtes notes explicatives et de notes littéraires… », Metz, 1867 [M.107.900] [17].

Par ailleurs, certains ouvrages classés dans la section Cb IV présentent spécifiquement le rituel alsacien ou des événements touchant les communautés juives d’Alsace-Moselle.

Exemples : parmi les Sélihot (recueil de prières de repentir) imprimés en Allemagne du sud figure celui de Leib de Strasbourg « selon le rituel alsacien » (ke-minhag ‘Elzaz), imprimé à Karlsruhe en 1798 [C.103.033] ; La vengeance d’Israël pour venger les mânes de rabbi Israël-Cohen-Hézir contre Tsarfati le diffamateur qui l’a outragé dans le Courrier de la Moselle (n° 7 mai 1839). Guerre déclarée par Moïse-Israël Biding, professeur d’hébreu, Metz, 1840 [C.105.549].

 

  1. Droit judaïque (section Fm XII)

100 titres – allemand 72%, français 14%, latin 12%

Exemples : traités sur la loi juive de Johann David Michaelis, notamment sur les contrats de mariage (Abhandlung von den Ehegesetzen Mosis welche die Heyrathen in die nahe Freundschaft untersagen, Francfort, 1786) [F.151.461] ; ouvrages sur les droits des juifs de Francfort aux 17e – 19e siècles [D.164.119 ; D.164.326].

 

Cotes non spécifiques hors études bibliques

Les autres ouvrages concernant le judaïsme sont répartis dans les sections suivantes, au sein desquelles il est difficile de les isoler :

– ouvrages en guèze ou en amharique, langues d’Éthiopie [18] (section Cb IX – Éthiopien, amharique, tigrina, etc. ; 132 titres pour l’ensemble de ces langues, dont seuls le guèze et l’amharique relèvent, en partie, des judaica) ;

– histoire (section Do XXa – Histoire par pays – Asie mineure. Palestine. Sinaï. Croisades) et sciences auxiliaires de l’histoire (Dd – Chronologies) ;

– sciences religieuses (section Dq II – Religions sémitiques) ;

– philosophie (section Ba, cependant la plupart des ouvrages sont classés en Cb IV) ; art (section Bh) ; encyclopédies (section Al), etc.

Exemple pour le guèze ou l’amharique (Cb IX) : Prières des Falashas ou Juifs d’Abyssinie. Texte éthiopien publié pour la première fois et traduit en hébreu par J. Halévy, Paris, 1877 [C.108.721].

Exemple pour l’histoire (Do XXa) : Abraham Berliner, Beiträge zur Geographie und Ethnographie Babyloniens im Talmud und Midrasch, Berlin, 1884 [D.24.569].

 

Bible hébraïque et Targum

Les collections de la Bnu reflètent abondamment le développement des études bibliques, domaine lié aux judaica et hebraica, de la Renaissance au début du 20e siècle. À part les Targums, la grande majorité des ouvrages dans cette thématique relève de la tradition chrétienne [19], qui n’entre pas dans le champ de cette étude hormis pour les Bibles polyglottes.

– On trouvera les Biblia hebraica (Torah) partielles ou complètes parmi les éditions de la Bible en langues originales Eb I [20], et les commentaires en Ed II (commentaires dits « de l’Ancien Testament »). Le livre d’Esther, un des livres de la Torah les plus traduits et les plus commentés en raison de son importance dans la liturgie juive, apparaît fréquemment.

Le Livre d’Esther avec un commentaire en arabe (en caractères hébraïques) imprimé à Livourne en 1868 (E.102.223)

Exemples : le livre d’Esther avec un commentaire en arabe (en caractères hébraïques) imprimé à Livourne en 1868 [E.102.223] ; Igeret Esther. Nouvelle traduction française du Livre d’Esther avec notes explicatives d’après les meilleures sources, par Frédéric Lévi, Metz, 1860, avec une lithographie illustrative en page de titre [E.110.515].

– Les Targums, traductions araméennes (souvent paraphrastiques) de la Bible hébraïque, sont classés pour la plupart avec les traductions de la Bible Eb II [21].

Exemple strasbourgeois : le Targum Onkelos traduit en latin par le réformateur et hébraïsant Paul Fagius, imprimé par Georges Messerschmidt en 1546 [R.10.263 et R.10.264].

Exemple en Europe : le Hamichah hoummeché Torah (« Les cinq livres de la Torah » [22]), petit format imprimé à Sabionetta en 1557 [E.101.437] comprenant une version rare du Targum Onkelos dont A. Berliner publiera une édition critique en 1884 [E.10.213].

Exemples hors Europe : Targums du Cantique des cantiques bilingues araméen-arabe (arabe en caractères hébraïques [23]), par ex. Bagdad, 1871 [E.102.613] et Bombay, 1894 [E.102.619] ; Targums de tradition yéménite publiés par Franz Praetorius, 1899 [E.102.626] et 1900 [E.102.627].

– On peut citer également les Bibles polyglottes (section Eb II), éditions érudites mettant en regard les versions en hébreu, grec, latin, araméen (pour le Targum Onkelos), syriaque.

Exemple : la prestigieuse Biblia sacra hebraice, chaldaice, graece et latine d’Anvers, 1569-1573, ouvrage majeur dans l’histoire de l’imprimerie et de l’exégèse biblique [E.50, 5 volumes et 3 volumes d’apparatus].

Dessin kabbalistique ajouté par un lecteur dans le Michneh Torah (Maïmonide), édition de Constantinople de 1509 [C.10.757]

Les prochaines parutions présenteront le fonds courant, puis d’autres aspects du fonds ancien et enfin la valorisation.

 

 

NOTES

[1] Judaica : publications concernant le judaïsme (n’utilisant pas nécessairement la langue ou l’alphabet hébraïque). Cette étude n’inclut pas les périodiques dans sa version actuelle. Hebraica : publications utilisant la langue et/ou l’alphabet hébraïque (ne concernant pas nécessairement la religion juive de façon exclusive).

[2] Kaiserliche Universitäts-und Landesbibliothek, nom donné à la bibliothèque lors de sa création en 1871.

[3] Julius Euting (1839-1913), bibliothécaire puis directeur de la Bnu, était un spécialiste reconnu internationalement des langues sémitiques anciennes (punique, phénicien, moabitique, nabatéen, samaritain, guèze, etc.). Il enseignait l’hébreu et le phénicien à l’Université de Strasbourg (Kaiser-Wilhelm-Universität). Grâce à ses voyages au Moyen-Orient, il rassembla une collection d’écrits et d’inscriptions sous toutes leurs formes : originaux, estampages, copies, dont il édita un grand nombre dans le Corpus inscriptionum semiticarum. La Bnu est donc particulièrement riche dans ces langues, et conserve aussi ses études sur ces écritures. Euting considérait sa collection comme la plus importante au monde en ce qui concerne ces inscriptions (copies et originaux), parmi lesquelles figurent aussi des estampages de stèles juives.

[4] Il s’agit d’une évaluation quantitative forcément très approximative car les catalogues et autres outils bibliographiques de la Bnu ne permettent pas un comptage exhaustif : les ouvrages sont souvent classés dans des cotes non spécifiques ; l’indexation matière, quand elle existe, n’est pas uniforme ; le nombre de réponses dans les catalogues informatisés (Bnu ou Sudoc) est en deçà de la réalité comme le montre la comparaison avec les fichiers statistiques du Rapport Fabian ; les notices en caractères non latins ont été, selon le cas, exclues ou traitées seulement partiellement par la rétro-conversion ; les notices existantes peuvent être lacunaires voire fautives, ne comprennent pas forcément les transcriptions ni les translittérations d’usage et utilisent rarement les autorités (titre uniforme, lieu, auteurs).

[5] Comme pour les autres acquisitions de la Bnu à cette époque : dons, achats et legs de bibliothèques ou de librairies, parmi lesquelles des bibliothèques de professeurs.

[6] Comme beaucoup de ces documents ou objets n’ont pas encore fait l’objet d’une datation, il est difficile d’indiquer la date du document le plus ancien. Les coupes rituelles datent très probablement du 1er millénaire de notre ère. Les manuscrits datés les plus anciens de la Bnu remontent au 13e siècle (une grande partie date des 14e – 15e siècles, mais la production se poursuit longtemps après l’invention de l’imprimerie à caractères mobiles comme en témoignent les manuscrits des 17e – 18e siècles de la Bnu).

[7] Source : fichiers statistiques du Rapport Fabian, document présentant les fonds imprimés de la Bnu acquis pendant la période allemande (1871-1918), disponible en interne (se reporter à la bibliographie). Les chiffres pour les autres sections sont tirés des mêmes fichiers statistiques. Les manuscrits sont exclus de ces statistiques.

[8] Dans le catalogue systématique de l’époque allemande, la classe C, « Philologie », couvre toutes les langues, anciennes et modernes. Les langues dites « orientales » sont classées en Cb. Le classement par langue prime sur celui par sujet, notamment pour les langues anciennes.

[9] À l’exception des textes et commentaires bibliques, classés en Eb.

[10] Contrairement à d’autres villes de Suisse ou d’Allemagne fortement impliquées dans la Réforme et alors que l’humanisme favorisa l’étude de l’hébreu, contrairement aussi à la Pologne et l’Italie, où la demande est forte, Strasbourg ne fait pas partie des premiers centres d’impression hébraïque (les juifs sont chassés de Strasbourg en 1392, puis ceux qui résident dans les environs se procurent les ouvrages dans d’autres centres d’impression). Avant de disposer de caractères en plomb pour l’hébreu, les imprimeurs strasbourgeois utilisent d’abord des caractères xylographiques, puis font venir les caractères de Suisse (Bâle, Isny).

[11] Après une première édition à Bâle, il s’agit du premier livre à utiliser des caractères typographiques en plomb pour l’hébreu à Strasbourg (mais non en Alsace, Haguenau l’ayant précédée).

[12] Ces ouvrages en langue arabe – les rituels à l’usage des juifs arabophones comme les ouvrages érudits mentionnés plus loin – sont écrits en caractères hébraïques. Le fonds comprend de nombreuses haggadot publiées au tournant des 19e et 20e siècles au Maghreb et au Moyen-Orient (Alexandrie, Jérusalem, etc.). Les haggadot citées comprennent en outre, comme d’autres rituels, des indications en judéo-arabe, langue vernaculaire des Séfarades des régions arabophones (en caractères hébraïques également).

[13] Environ 90 titres dans la section Cb IV pour Maïmonide, éditions en arabe (en caractères hébraïques), hébreu, latin, accompagnées d’un commentaire en langues modernes ; quelques éditions et études classées en Cb VIII (philologie arabe), dont la thèse d’Israël Friedlaender, originaire de Pologne, à l’université de Strasbourg où il fut l’étudiant de Julius Euting, 1901 [C.107.974].

[14] Le Rapport Fabian, section 2.6.2.2, donne les deux répartitions suivantes : 15% pour l’Allemagne, 3% pour la France et 82% pour les autres pays ; un tiers pour l’Europe, « en l’occurrence l’Allemagne », 58% pour le reste du monde. À l’inverse, en moyenne l’ensemble du fonds 1871-1918 provient à 71% d’Allemagne, à 21% de France et à 28% seulement d’autres pays (Rapport Fabian, section 2.2.2).

[15] Les haggadot d’origine germanique ainsi que d’autres rituels comprennent, en complément de l’hébreu, des indications en yiddish, la langue vernaculaire la plus répandue des Ashkénazes, permettant aux fidèles de comprendre la liturgie (selon le même principe que pour les mentions en judéo-arabe insérées dans les rituels des Séfarades des régions arabophones). Dans les publications récentes, le yiddish peut être écrit en caractères latins.

[16] Traité important de la Michnah, dit « chapitre des pères », intégré à la liturgie du sabbat.

[17] On peut citer deux ouvrages d’éducation religieuse comparables même s’ils ne sont pas classés en alsatiques : le Catéchisme du culte judaïque, recueilli des auteurs faisant autorité chez les Israélites, rédigé en hébreu et traduit en français et en allemand par Lion-Mayer Lambert, Metz, 1818 [C.104.198] et Mashemia’ tefillah (« La tefillah à voix audible »). Le mot à mot du rituel ou la traduction littérale de tous les shemone ésré et de quelques autres passages du rituel, à l’usage des écoles élémentaires israélites, par l’instituteur israélite Isaac Wurmser, Mulhouse, 1859 [C.147.466].

[18] Le guèze est la forme ancienne et liturgique de l’amharique, qui en reprend l’alphabet. Le guèze et l’amharique sont utilisés également par les chrétiens, ce que montrent aussi les fonds de la Bnu.

[19] Ce mélange rend le chiffrage des judaica et hebraica difficile au sein des études bibliques, qui représentent plusieurs milliers de titres.

[20] La section Eb I comprend 1 161 titres, dont il faut exclure pour cette note ceux qui concernent le Nouveau Testament (écrit en grec).

[21] Environ 55 titres dans cette sous-section. On en trouve aussi en Cb V, section réservée à l’araméen (voir plus haut), en Cb VIII (philologie arabe), en Eb I lorsqu’ils sont insérés dans une Bible hébraïque ou en Ed II parmi les commentaires de la Bible hébraïque (« Ancien Testament »).

[22] Le Hoummach (« cinq ») ou Hamichah hoummeché Torah est le nom donné au Pentateuque imprimé dans une version reliée, destinée aux fidèles, pour le distinguer de la Torah, version en rouleaux de parchemin lu à la synagogue. Il comprend souvent, comme c’est le cas pour le volume de Sabionetta, le Targum Onkelos ainsi que les meguillot (« Rouleaux ») et la Haftarah (sélection de passages des « prophètes).

[23] On trouve aussi des Targums pour arabophones dans la section Cb VIII (philologie arabe), par ex. le Targum de la Genèse avec la traduction allemande par J. Schwarzstein, 1886, rare exemple dans ce fonds d’édition en langue mais aussi en caractères arabes [C.108.103].


Madeleine Zeller

Chargée de missions Patrimoine et Alsatiques

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search