FONDS JUDAICA ET HEBRAICA DE LA BNU – DEUXIEME PARTIE

Informations réunies par Madeleine Zeller avec le concours des chargés de collection de la Bnu.

Après une première partie consacrée au fonds ancien imprimé, cette partie présente les acquisitions courantes de la Bnu pour les hebraica et judaica. Elle sera suivie de la présentation d’aspects particuliers comme les documents non imprimés et la valorisation.

 

Deuxième partie. Le fonds courant

Le judaïsme est présent dans les collections courantes de la Bnu, plus particulièrement en sciences religieuses mais aussi dans les autres disciplines.

Note MZ Judaica et hebraica-2e partie

Sciences religieuses

Le judaïsme est le domaine le plus couvert après le christianisme et les études bibliques. Une majorité des acquisitions provient d’éditeurs scientifiques (Brill, De Gruyter, presses universitaires américaines, etc.), auxquelles s’ajoutent des éditions en français reconnues (Verdier, Biblieurope).

Le pôle Sciences religieuses acquiert 50 à 60 ouvrages par an portant spécifiquement sur le judaïsme, auxquels il faut ajouter les ouvrages classés dans d’autres thématiques : judaïsme antique apparenté à la littérature vétéro-testamentaire, dialogue entre judaïsme et autres religions.

18 collections acquises par souscription et plusieurs autres collections suivies, réparties entre corpus de sources et études, garantissent une couverture régulière et de haut niveau.

Exemples d’éditions de sources : Le Talmud dans l’édition de Steinsaltz, en traduction française (Biblieurope et Institut israélien des publications talmudiques de Jérusalem) ; Mikra’ot Gedolot “Haketer”, nouvelle édition de la Bible rabbinique (Bar-Ilan University Press en Israël) ; The Zohar, Pritzker edition, édition critique de référence en anglais, (Stanford University Press).

Exemples d’ouvrages de référence : Discoveries in the Judaean desert (Clarendon Press) ; Talmudic Encyclopedia [en hébreu] (Talmudic Encyclopedia Institute).

Concernant les périodiques, le pôle sciences religieuses compte 25 titres dont 18 sur abonnement payant et 7 reçus gratuitement, académiques pour la plupart ou représentatifs de la culture juive contemporaine.

Exemples : Journal of semitic studies (Oxford university Press) ; The Jewish quarterly review (University of Pennsylvania Press) ; Journal of jewish studies (Oxford Centre for Postgraduate Hebrew Studies) ; Pardes. Anthropologie, histoire, philosophie, littérature (.J-C. Lattès, Éditions du Cerf).

Un enseignement sur l’histoire du judaïsme est délivré à la Faculté de théologie protestante de l’Université de Strasbourg.

Alsatiques

Ce pôle couvre surtout la culture juive populaire, de façon exhaustive pour les parutions courantes (environ dix titres par an).

Freddy Raphaël et Robert Weyl, spécialistes les plus reconnus de la culture juive populaire alsacienne, sont bien représentés, ainsi que le philosophe André Neher, les écrivains et poètes Claude Vigée, Nathan Katz et Maxime Alexandre, ou encore la chanson yiddish en Alsace.

Exemple (enregistrement sonore) : Sellemouls in Grüsse. Une communauté juive de la campagne alsacienne au début du XXe siècle, en yiddish alsacien, par Marcel Sulzer [MC.324 / MC.325].

Périodiques (sélection) : Bulletin de nos communautés ; Le Juif. La Tribune juive ; Unir (revue de la communauté israélite de Strasbourg) ; Almanach KKL (almanach du Fonds national juif de Strasbourg) ; Cahiers du CREDYO (Centre de recherches d’études et de documentation du yidich occidental) ; Colloque de la Société d’histoire des israélites d’Alsace et de Lorraine.

 

Yiddish (hors alsatiques)

Pour la littérature yiddish, la Bnu propose principalement des traductions (par exemple les romans de Mendele Mokher Sefarim ou d’Isaac Bashevis Singer) et de la littérature secondaire (études en allemand et en anglais sur la littérature et l’histoire culturelle,) ainsi que des éditions bilingues yiddish-allemand et yiddish-français (dont la collection Bibliothèque Medem, dans laquelle la version yiddish est en caractères hébraïques).

Elle développe peu les acquisitions pour le yiddish en langue originale parce que l’Université de Strasbourg ne délivre pas d’enseignement du yiddish (ce dernier s’effectue à l’université de Mulhouse, par le CREYDO cité plus haut) et parce que la demande est faible.

Exemple (enregistrement sonore) : The Poetry of Abraham Sutzkever.The Vilno poet. Reading in Yiddish, 2007 [8-003-653].

 

Hébreu moderne

En l’absence de demande pour la langue originale, la Bnu propose uniquement des traductions françaises et des études [1].

 

Histoire

182 notices pour l’histoire universelle du judaïsme, 222 pour l’Holocauste (selon la cotation dewey récente). Les ouvrages portant sur la Palestine ou Israël sont répartis entre histoire antique et histoire contemporaine, les autres études sont classées au pays.

Périodiques (libre-accès) : Archives juives. Revue d’histoire des Juifs de France, éditée par les PUF ; Revue d’histoire de la Shoah, éditée par le Mémoriel de la Shoah.

 

Droit hébraïque et sociologie

Ce secteur fait l’objet de demandes régulières d’acquisitions, notamment sur la halakah (jurisprudence juive).

Exemples récents : An Introduction to Jewish Law, François-Xavier Licari, Université de Lorraine, Cambridge University Press, 2019 ; Combats de femmes : une perspective juive. Féminismes, religions, laïcités, solidarités. Recueil de textes et conférences, Nelly Las, L’Harmattan, 2018.

 

Philosophie

88 titres sont disponibles en libre accès. Les auteurs majeurs de la philosophie juive comme Martin Buber, Franz Rosenzweig ou Moïse Maïmonide font l’objet d’un traitement en corpus d’auteurs, en langues originales (pour les deux premiers) et en français.

 

Ressources électroniques

20 à 30 périodiques sont accessibles en ligne dans des bouquets de périodiques, payants ou gratuits, avec ou sans barrière mobile.

 

Remarques sur les périodiques et les collections suivies

Certains titres ont du mal à trouver leur place au sein des pôles thématiques de la Bnu en raison de leur pluridisciplinarité (civilisation juive dans son ensemble) ou parce qu’ils ont été financés longtemps sur des crédits de sciences religieuses alors qu’ils concernent en réalité d’autres disciplines (philosophie, langues et littératures, histoire).

 

NOTES

[1] L’Institut des études hébraïques et juives de l’Université de Strasbourg dispose d’une bibliothèque dont l’intégration dans la bibliothèque des langues de l’Université de Strasbourg est en cours. Pour les littératures en hébreu et en yiddish comme pour les autres domaines des études hébraïques et juives, les acquisitions s’effectuent sur la base de la demande expresse des enseignants.

 


Madeleine Zeller

Chargée de missions Patrimoine et Alsatiques

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search