Collecter le web local et au-delà : le dépôt légal de l’internet à la Bnu

Depuis 2013, la Bnu participe à la collecte des sites internet français dans le cadre d’un travail en coopération avec la Bibliothèque nationale de France (BnF). En effet, la Bnu est l’une des quelques vingt bibliothèques françaises de dépôt légal imprimeur. C’est à ce titre qu’elle dispose non seulement d’accès aux archives de l’internet français, mais qu’elle peut également participer à des collectes ou en suivre des nouvelles.

Qu’est que le dépôt légal de l’internet ?

Dès 1999, la BnF a considéré que sa mission de conservation patrimoniale devait s’appliquer à l’internet et aux publications numériques en ligne. Cela a nécessité la mise en place d’un circuit complet d’archivage des sites web,  ainsi que l’adaptation des principes scientifiques et patrimoniaux du dépôt légal au contexte de l’internet.

La BnF a testé la collecte automatique pour la première fois en 1999, dans le cadre du projet européen NEDLIB, puis a réalisé un « instantané » du domaine .fr en juin 2002. De 2002 à 2006, elle a poursuivi ses expérimentations, notamment lors des scrutins présidentiels de 2002 et régionaux de 2004. En 2006, la loi DADVSI a officiellement instauré le dépôt légal de l’internet et ainsi offert une véritable assise juridique à cette activité de collecte. Le décret d’application de 2011 en a précisé le champ d’application, le limitant au web français, et l’a inscrit au Code du patrimoine. Durant cette période, la BnF s’est dotée des outils de sélection, de planification et d’accès aux archives de l’internet.

Le dépôt légal des sites web diffère du dépôt légal traditionnel des publications imprimées ou sur support audiovisuel, par exemple. Il n’oblige à aucune démarche active de la part de l’éditeur, les collectes se faisant de manière automatique, à l’aide d’un robot. Compte tenu des masses de données en jeu, il ne prétend pas à l’exhaustivité, mais vise à assurer la meilleure représentativité possible de l’internet français.

Aujourd’hui, la BnF est dotée d’un circuit d’archivage des sites web complet, qui lui permet de collecter plus de 4 millions de sites et 2 milliards de pages web par an. Les collectes sont assurées par les équipes de la BnF mais aussi des bibliothèques de dépôt légal imprimeur (Bnu, Bibliothèques municipales de Nancy ou de Montpellier), ou d’équipes de recherche (IEP Paris…).

Qu’en est-il à la Bnu ?

La Bnu mène une collecte régulière sur les sites internet de la région : « les alsatiques du web ». Cette démarche complète le travail de suivi, de collecte, d’acquisition et de conservation des alsatiques imprimés (revues, ouvrages, brochures,etc.).

Elle assure une certaine pérennité à une sélection d’informations d’intérêt local mais dont la diffusion en ligne est souvent extrêmement fugace. En effet, la publication en ligne est souvent éphémère et évolutive, sa conservation au titre du dépôt légal permet d’en conserver une trace susceptible de servir de future source à d’éventuels projets de recherche dans des domaines aussi variés que : les sujets d’actualité, la vie politique, la culture, le sport, la religion, l’économie, la vie associative, etc.

En complément, la Bnu participe régulièrement aux « collectes projets » organisées en marge des élections ou d’événements marquants (par exemple l’attentat du 11 décembre 2018 à Strasbourg). En 2020, une collecte est organisée dans le cadre des élections municipales.

Capture d’écran du webdocumentaire « Rufus le cricetus » consacré à la défense du Grand Hamster d’Alsace. Site développé par une association bénévole qui n’est plus accessible en ligne depuis 2017.

Aujourd’hui, ce sont plus de 300 sites internet alsaciens qui sont conservés à un rythme régulier : versions électroniques des Dernières nouvelles d’Alsace ou de L’Alsace, blog pro- ou anti- Grand contournement Ouest, modification des régions administratives, journaux en ligne comme Rue89strasbourg, campagnes électorales, débats en ligne, les grands sujets de discussion qui marquant l’Alsace sont suivis et sauvegardés.

Toutes ces sources sont librement consultables pour les personnes inscrites à la Bnu depuis deux postes informatiques, l’un installé au niveau 3, l’autre dans l’Espace Patrimoine du niveau 5.

Quelles perspectives pour les chercheurs ?

Plusieurs projets de recherche exploitant les ressources des archives de l’internet ont déjà pu être menés avec la BnF.

Le projet Web90 s’est penché sur les premières années de l’internet : https://web90.hypotheses.org

Le projet Néonaute s’est intéressé à l’apparition des néologismes dans la langue française sur les sites de presse entre 2010 et 2017 : https://tal.lipn.univ-paris13.fr/neonaute/html/login.php?action=login

Les équipes de la Bnu sont disponibles afin d’orienter les chercheurs désireux d’exploiter les ressources offertes par le dépôt légal du web.

Consulter la page d’information de la BnF

Consulter le mode d’emploi du dépôt légal du web

Tutoriel « comment accéder aux Archives de l’internet à la Bnu ? »


Jérôme Schweitzer

Directeur du pôle Partage, diffusion et réseaux

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search