Une thèse sur le fonds Carl Haller von Hallerstein, une collection de la Bnu

Portrait de Carl Haller von Hallerstein (1774-1817) paru dans The Temples of Jupiter Panhellenius at Ægina, and of Apollo Epicurius at Bassæ near Phigaleia in Arcadia de Robert Cockerell, en 1860, BH.347, coll. Bnu

Le 27 janvier 2020, Jérôme Schweitzer (Bnu) soutient une thèse intitulée Du Voyage à l’exploration : les premières années du voyage de Carl Haller von Hallerstein en Grèce 1810-1813 à l’ École nationale des chartes sous la direction de Christophe Gauthier, professeur d’Histoire du livre et des médias contemporains dans cette institution.

Carl Haller von Hallerstein (1774-1817), architecte et artiste allemand fait partie des premiers voyageurs européens à avoir participé à la redécouverte de l’Antiquité grecque au début du XIXe siècle. Après avoir quitté la Bavière en 1807 pour se rendre en Italie et parfaire sa formation, il se lie d’amitié avec d’autres artistes européens qui le convainquent de s’embarquer pour la Grèce. Arrivé à Athènes en 1810, il demeure dans le pays durant plus de sept ans. Les trois premières années de son séjour marquent un véritable tournant dans son parcours. Avec son groupe d’amis, Carl Haller von Hallerstein participe à la découverte des statues du temple d’Aphaïa à Égine et des frises du temple de Bassae en Arcadie. Même s’ils sont choqués par les excès de lord Elgin, Haller von Hallerstein et ses compagnons n’en décident pas moins de vendre les résultats de leurs fouilles. Ils participent alors à la concurrence à l’œuvre entre les grandes puissances au moment de l’éveil des nations. L’action de Carl Haller von Hallerstein et de ses proches, tels Robert Cockerell ou Olaf Brönstedt donnent une impulsion décisive à l’émergence des méthodes scientifiques de l’archéologie. Leur groupe rassemblé sous le nom des Xénéoin se distingue par des prises de relevés minutieuses, une attention portée aux sites explorés et une volonté de partager leurs conclusions. La Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg conserve la majeure partie des archives de Carl Haller von Hallerstein, elles témoignent de cette quête pour faire connaître les antiquités grecques quelques années avant les bouleversements à l’œuvre en Grèce.

Extrait du carnet n°8, relevés effectués sur le temple de Jupiter Panhellénique [sic] à Egine, Ms.2.723,2,1, fol. 31,
coll. Bnu

Cette collection est entrée dans les fonds de la Bnu en 1878, par l’intermédiaire d’Adolf Michaelis[1], professeur d’archéologie classique à l’université de Strasbourg. Elle n’a pas encore pu faire l’objet d’une étude d’ensemble dans le cadre d’un travail scientifique, mais plusieurs travaux dont cette thèse lui ont déjà été consacrés. Ce fonds se distingue par sa très grande richesse : dessins, plans, relevés, correspondance, journaux, carnets de notes et par les problématiques qu’il ouvre en matière d’histoire intellectuelle, d’histoire culturelle, du développement du philhellénisme ou de l’apparition des méthodes scientifiques de l’archéologie.

Composition du jury

  • Jean-Yves Marc, professeur à l’Université de Strasbourg
  • Christine Peltre, professeure émérite à l’Université de Strasbourg
  • Pascale Rabault-Feuerhahn, chercheure au CNRS
  • Nathan Schlanger, professeur à l’École nationale des chartes
  • Christophe Gauthier, professeur à l’École nationale des chartes

Soutenance

  • Lundi 27 janvier 2020 à 10h
  • École nationale des chartes
  • 65, rue de Richelieu, Paris 2e (salle Léopold-Delisle)
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles

Cette thèse a été préparée dans le cadre de l’Ecole doctorale 472 de l’Ecole pratique des hautes études et de l’Université Paris Sciences et lettres : thèses.fr

Le fonds Carl Haller von Hallertstein conservé à la Bnu est signalé dans Calames.



[1] Theodor Heinrich Adolf Michaelis (1835-1910), originaire de Kiel, il est le neveu d’Otto Jahn (1813-1869) philologue et musicologue, l’un des principaux instigateurs de l’institutionnalisation de l’étude des sciences de l’antiquité. Son approche des collections universitaires en particulier de l’importance des collections de moulages dans la pédagogie influence beaucoup Adolf Michaelis durant ses années de formation. Ce dernier étudie l’archéologie et la philologie classique à Leipzig, à Munich puis à Berlin. Après avoir obtenu une bourse d’études lui permettant de se rendre en Grèce, il devient professeur à l’université de Tübingen en 1865. En 1872, il est invité à participer à la fondation de l’université de Strasbourg. Il crée la chaire d’archéologie classique, il développe notamment une importante collection de moulages et une approche pédagogique fondée sur l’expérimentation. Il mène, entre autres, des recherches sur le Parthénon ou sur les collections de sculptures conservées au Royaume-Uni. Ses archives, sa bibliothèque et les moulages sont toujours conservés aux Archives départementales du Bas-Rhin, à la Bibliothèque nationale et universitaire et à l’Université de Strasbourg (cf. la description du fonds sur Calames).


Jérôme Schweitzer

Directeur du pôle Partage, diffusion et réseaux

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search