La version numérique du dictionnaire historique alsacien (DHIA) est en ligne.

Logo Laboureur

Un projet numérique porté à la Bnu

Le dictionnaire historique des Institutions de l’Alsace (DHIA) est né en 2007 à l’initiative d’un groupe d’historiens de l’Alsace qui a réuni la Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologiques d’Alsace et l’Institut d’Histoire d’Alsace de l’Université de Strasbourg. Véritable entreprise collective, ce dictionnaire s’est décliné sous forme d’une revue papier dont chaque fascicule aborde une lettre par ordre alphabétique. 
En 2018, la volonté d’ouvrir à tous les premiers fascicules en version numérique a fait surface. Une réflexion a été menée entre François Igersheim, rédacteur en chef du projet et Jérôme Schweitzer, directeur du développement des collections et conservateur des alsatiques à la Bnu dans le but de trouver une solution qui permettrait au grand public d’accéder et de naviguer à travers les définitions. L’instance Wikipédia a été retenue pour offrir une lecture notice par notice avec la possibilité de faire des liens et des renvois entre les termes.

Que peut-on y découvrir ?

Le dictionnaire  traite des institutions historiques locales alsaciennes, du sud-ouest du Saint-Empire romain germanique ou françaises présentes en Alsace entre le Moyen Âge et 1815. En conformité avec les particularités de l’histoire locale, ses entrées sont libellées en alsacien, en allemand ou en français. On y apprend par exemple que le terme Bubbaxer (aussi sous buppabergeld) reprend un dû dont les bateleurs devaient s’acquitter lors des foires ou bien on retrace l’évolution du terme Aechterkreutz qui désignait ces croix indiquant aux bannis la limite du territoire. Il ne s’agit là que d’une petite partie, d’autres termes culturels et institutions historiques typiques sont à découvrir en suivant le lien : https://dhialsace.bnu.fr

Un travail collaboratif

Le rôle de la Bibliothèque nationale et universitaire a été d’accompagner les porteurs de projet dans la réalisation et la maintenance d’une infrastructure dédiée et flexible qu’est celle de Wikimédia. Ainsi, de nombreuses rencontres stratégiques et des ateliers opérationnels ont été menés pour accompagner la transformation numérique des premières lettres. 
Avant chaque intégration, les articles sont revus et révisés par le comité de rédaction de la revue imprimée. Dès qu’ils sont prêts à être insérés, une page est créée et elle se compose d’une notice détaillée et de renvoi vers d’autres termes appropriés. Ce travail est réalisé par une doctorante qui est également chargée de la mise en forme, l’indexation et les imports d’images. Elle a pu compter sur le service du DataLab de la Bnu pour se former et gagner en autonomie sur ce nouvel outil.

Et la suite ?

Une réflexion devra être menée pour parvenir à donner plus de visibilité à ce dictionnaire et sur son inscription dans le paysage numérique. Cela passerai notamment par l’ajout de lien entre les sources bibliographiques du dictionnaire et leur version numérique présente dans Numistral.
Retrouvez l’édition numérique des premières lettres sur : https://dhialsace.bnu.fr/
 

Informations complémentaires


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search