Sur le décor des bibliothèques…

Deux publications importantes sur une thématique rarement envisagée en tant que telle, celle du décor dans la construction des bibliothèques, ont vu le jour ces dernières années, sous l’égide de plusieurs grandes institutions européennes (Bibliothèque nationale centrale de Rome, bibliothèque de l’Académie hongroise des sciences, LabEx Transfers notamment). Reprenant les actes de colloques internationaux qui se sont tenus à Eger en 2013 et à Budapest en 2017, un premier volume, paru en 2016, se consacrait au décor des bibliothèques du début du 17e siècle aux années 1850, sur un axe géographique faisant la part belle à l’Europe centrale (de l’Autriche à la Roumanie), sans oublier France et Italie. Le second volume, de même que le colloque qu’il prolonge, est pensé dans la continuité du précédent, comme l’indique du reste son sous-titre « années 1780-années 2000 ». Illustrant une période particulièrement féconde dans la réflexion sur la façon dont doit être pensée (et visualisée, au sens propre du terme) une bibliothèque moderne, il est de fait principalement centré sur le « long 19e siècle » (des conséquences de la Révolution française aux lendemains de la Première Guerre mondiale) et sur les rapports entretenus aujourd’hui autour de cet héritage, sur un axe géographique là encore très large (France, aire culturelle germanique, Hongrie, Italie, Espagne et… Brésil).
Dans ce cadre est présenté (par l’auteur de ces lignes) le cas emblématique de la Kaiserliche Universitäts- und Landesbibliothek zu Strassburg, ancêtre de l’actuelle BNU, vue sous l’angle de la décoration, extérieure surtout, qui a été pensée lors de la conception du bâtiment inauguré en 1895. Un axe connexe du colloque était constitué par une réflexion sur l’évolution du mobilier en bibliothèque, ce qui a permis de rappeler le rôle important joué à cet égard par les « rayonnages Lipman », inventés à Strasbourg, mis en service pour la première fois à la KULBS et qui ont fait école par la suite dans toute l’Europe.
La mise en contexte de l’actuelle BNU, au-delà de son ancrage local et régional, dans l’environnement socio-historique qui est de fait le sien à ses débuts (l’aire culturelle germanique au sens large, le positionnement – qui est aussi celui de l’Alsace – dans une certaine « Europe centrale ») et permet seul de véritablement comprendre l’ambition qui a présidé à son établissement et à la constitution de ses fonds, est au cœur de plusieurs actions qui ont été récemment entreprises autour de son histoire ou de ses collections : citons par exemple le colloque « L’Art nouveau aux confins d’empires : Strasbourg et Riga » qui constitue le dossier du n° 19 de La Revue de la BNU, la journée d’études « À la recherche de l’Orient : la transmission des textes et des savoirs arabo-islamiques en Alsace à l’époque moderne » (à paraître dans le numéro 22 de La Revue, à l’automne 2020), ou encore les actes (à paraître aussi en 2020) d’un colloque qui s’est tenu à Kiel (voir billet du 6 janvier), intitulé « Bibliotheksarchitektur um 1900 und ihre denkmalgerechte Reaktivierung » et où une présentation de la BNU dans son contexte allemand a aussi été faite, sous l’angle plus général de sa construction, de ses aspects architecturaux et de son destin comme monument historique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search