Table-ronde: 1989-2019, la fracture est-ouest est-elle dépassée ?

La Bnu accueillait mardi 26 novembre cette table-ronde organisée par les Jeunes Européens – Strasbourg.

Christophe Grudler, eurodéputé français du groupe Renew, Magdaléna Hadjiisky, politiste et professeure à Sciences Po Strasbourg, Ondřej Kovařík, eurodéputé tchèque du groupe Renew, ont apporté leurs éclairages sur la question de la persistance d’une fracture européenne est-ouest, trente ans après la chute du mur de Berlin. La discussion a couvert de nombreux thèmes : l’économie, la politique et la diplomatie, les valeurs et les questions identitaires.

Les échanges ont permis de questionner le concept d’« Europe de l’est », utilisé régulièrement dans les médias. Pour Magdaléna Hadjiisky, cette expression renvoie à l’épisode historique de la guerre froide et à la séparation du continent en deux blocs. Son utilisation suggère également une homogénéité qu’il faut relativiser : l’Europe centrale et orientale, l’Europe balkanique recouvrent des pays qui ont certes des histoires communes mais également de nombreuses disparités. En France, le très faible traitement médiatique de l’actualité politique de ces pays, à l’image des récentes manifestations en République tchèque et en Bulgarie, contribue à maintenir une forme de méconnaissance de leur histoire.

 

  1. ECONOMIE

Les écarts économiques entre les pays à l’est et à l’ouest de l’Europe restent significatifs. Christophe Grudler souligne que les écarts de PIB entre pays témoignent de ces disparités. A titre d’exemple, l’économie estonienne représente aujourd’hui environ 1% de l’économie allemande. Néanmoins, les réformes structurelles entreprises dans les années 90, l’apport des fonds structurels et le développement des investissements étrangers ont à la fois permis l’entrée dans le marché commun et un développement économique. Pour Ondřej Kovařík, ces économies sont toujours « en mode rattrapage » par rapport à l’ouest et également dans une forme de dépendance vis-à-vis de l’ouest. Ainsi, près de 80% des exportations tchèques sont à destination du marché commun mais ce chiffre peut aussi être lu comme le signe d’une intégration réussie. Par ailleurs, la situation demeure très contrastée entre les pays d’Europe centrale et orientale. La Roumanie et la Bulgarie présentent des structures industrielles vétustes et peinent à accueillir autant d’investissements étrangers que dans les pays d’Europe centrale. Il faut signaler ici les effets néfastes de la guerre en ex-Yougoslavie, à la fois pour les pays des Balkans et les pays voisins, qui permettent de comprendre ces différences. Ainsi, les écarts de salaires moyens restent frappants : 500€ pour la Bulgarie, 1300€ pour la République tchèque (pour une moyenne de 2000€ dans l’ensemble de l’Union européenne).

Magdaléna Hadjiisky introduit la question sociale dans le débat qui permet de comprendre les succès de partis comme le Fidesz en Hongrie et Droit et justice en Pologne. Après la chute des régimes communistes, les partis sociaux-démocrates au gouvernement ont défendu une position libérale, européiste et ont déserté les questions sociales malgré la récession. A travers un discours à la fois national et social, le Fidesz et Droit en justice ont profité de l’abandon de la question sociale pour élargir leur audience politique. Une partie de la population a ainsi profité des politiques mises en place par ces partis, à travers l’augmentation du salaire minimum ou le développement d’allocations. Toutefois, Christophe Grudler met en garde contre l’utilisation du social par les nationalistes en évoquant l’Allemagne des années 30. Selon lui, il faut veiller à ce que ces gouvernements ne remettent pas en cause l’état de droit et la liberté de la presse.

 

  1. DIPLOMATIE

Au niveau diplomatique, les différences de perspectives sont souvent liées à l’histoire. Ondřej Kovařík rappelle qu’il existe toujours à l’est une forme de défiance, et même de peur, vis-à-vis de la Russie. Le positionnement géographique et l’histoire récente rendent les pays d’Europe centrale et orientale méfiants sur toute forme de coopération avec la Russie. L’Union européenne dispose cependant d’une véritable capacité d’action et protège des pays, comme les Etats baltes, des réactions de la Russie. Les sanctions communes, adoptées depuis 2014 suite à la situation en Ukraine, témoignent de cette capacité d’action.

Sur l’élargissement de l’Union européenne, des divergences sont apparues récemment avec la question de l’ouverture des négociations à l’entrée de la Macédoine du nord et de l’Albanie. La France et les Pays-Bas insistent en effet sur la nécessité d’améliorer la gouvernance de l’Union avant tout nouvel élargissement. Pour Christophe Grudler, c’est surtout une question de méthode. Des fonds structurels pourraient être alloués aux pays candidats afin de développer leur activité économique et faciliter l’entrée dans l’Union européenne. Cela permettrait d’éviter les flux migratoires et de vider les nouveaux membres d’une partie de leur main d’œuvre. Néanmoins, Ondřej Kovařík  ajoute qu’il est discutable de refuser l’ouverture des négociations à des pays qui s’y préparent et font des efforts depuis de nombreuses années. Par ailleurs, cet espace fait l’objet d’une concurrence stratégique avec d’autres pays et l’Union européenne ne doit pas le déserter. Une conférence sur le futur de l’Europe sera organisée l’année prochaine et permettra de clarifier ces questions.

La crise migratoire de 2015, initiée par la Hongrie et le groupe de Visegrád, interroge sur la possibilité d’une politique commune des migrations. La convention Schengen et le règlement Dublin suffisent-ils ? Dans tous les cas, Magdaléna Hadjiisky estime que cette crispation autour des questions migratoires s’est transformée en enjeu de société : pour ou contre une société multiculturelle ? Ce débat s’est aussi largement développé dans les sociétés ouest-européennes mais les pays d’Europe centrale et orientale connaissent là-aussi des spécificités dont il faut tenir compte. D’abord, ces pays ont connu très peu d’immigration de la fin de la seconde guerre mondiale aux années 90. Ils n’ont pas ou peu d’expérience de l’altérité au quotidien. Ensuite, la peur d’une disparition agite certains de ces pays, qu’ils soient petits par la taille, avec une langue qui n’est pas parlée hors de leurs frontières (le hongrois par exemple), avec une population en nette diminution (Bulgarie, Croatie) ou une expérience historique de la disparition (Pologne).

 

  1. IDENTITÉS ET VALEURS

Outre le débat sur le multiculturalisme, un questionnement sur les valeurs partagées par les membres de l’Union européenne, ou sur leur interprétation, a récemment émergé. L’accès au Fonds de cohésion doit-il être conditionné au respect de certaines valeurs fondamentales ?

Pour Magdaléna Hadjiisky, il faut cesser de réfléchir en termes de « modèle de démocratie libérale ». Elle estime que l’histoire de l’après 1989 ne se résume pas, en Europe centrale et orientale, à l’application du modèle de l’ouest à l’est, ou à l’importation de ce modèle. D’abord, il faut rappeler que les dissidents, de 1968 aux années 90, ont développé leurs propres réflexions sur l’état de droit, les droits de l’homme, le pluralisme, le débat contradictoire. S’ils se nourrissaient de références occidentales, ils ont aussi développé leur propre expérience. Un courant constitutionnaliste très riche a permis de concrétiser ces réflexions sur les contrepouvoirs, la justice et la défense de la Constitution. Ondřej Kovařík  ajoute qu’après la chute des régimes communistes, les revendications les plus importantes étaient liées à la démocratie et à une justice indépendante. L’Union européenne ne saurait se limiter à un marché, les valeurs ont leur importance et c’est Věra Jourová, vice-présidente pour les valeurs et la transparence dans la commission von der Leyen qui sera chargée de les défendre. Plusieurs mécanismes pourraient être utilisés pour cela, par exemple la possibilité de suspendre les fonds ou le vote au sein du Conseil européen. Christophe Grudler estime qu’il ne faut pas transiger sur les libertés fondamentales, la liberté de la presse, l’indépendance de la justice, les droits de l’opposition. Aujourd’hui, la situation de la Hongrie est celle qui pose le plus de problèmes, avec celle de la Pologne dans une moindre mesure.

 

Après ces échanges très riches, les intervenants ont répondu aux questions du public sur le patrimoine architectural en Europe centrale et orientale, le Brexit, l’élargissement de l’Union européenne ou la concurrence avec la Chine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.