Sociologie des manuscrits ?

Dans la Zeitschrift für Rechtsgeschichte (ZRG, appelée aussi : « Savigny Journal ») Kanonistische Abteilung, vient de paraître (numéro 105, 2019, p. 180-225) un article de Martin Bertram, intitulé :

« Die Handschriften des Liber Clementinarum des Johannes de Imola (1404) »

L’auteur se propose d’examiner les quelques 32 manuscrits conservés de cette œuvre du XVe s. et d’en comparer le contenu afin de les situer les uns par rapport aux autres. Il se trouve que l’un d’eux est conservé à la Bnu, et qu’il n’a pas échappé à cette enquête. Même si celui-ci (MS.0.038) n’occupe logiquement qu’une place réduite dans cette étude, il paraît important de mettre en valeur cette démarche de longue haleine, qui vient chercher jusque dans notre collection un témoin important, lequel vient compléter un tableau d’ensemble riche en enseignements. Ce sera l’occasion de quelques réflexions sur une possible « sociologie des manuscrits », qui ne tiendra plus seulement compte des individus les plus brillants et célèbres, mais aussi du codex x ou y quelque peu relégué dans le bas du classement mais qui a pourtant aussi un potentiel significatif d’information.

L’auteur commence par déplorer le peu d’attention accordée aux manuscrits de droit canonique postérieurs au 13e s. Après cette époque, le droit canon est souvent considéré comme relevant d’une période où l’Eglise n’était plus qu’une puissance de domination, en position de repli par rapport aux prises de conscience  et d’indépendance des nations (empire et royaumes) et des esprits, en décalage par rapport aux grands débats historiques. Du coup, le catalogage de ces pièces (parfois considérées comme encombrantes) a souvent été négligé et presque toujours insuffisant pour la recherche. De sorte que des œuvres de grands canonistes postérieurs au XIIIe s. comme c’est le cas de Johannes de Imola (c. 1375-1436) sont restées dans l’ombre. Pourtant son Liber Clementinarum, de 1404 est un jalon de la plus grande importance dans l’histoire du droit canonique. Depuis peu, il a eu l’honneur d’être réétudié (par Andrea Padovani, en 2017) et les codices conservés jusqu’à nos jours, qui représentent une partie de la réception de l’œuvre redeviennent les témoins réels qu’il faut interroger un à un. Le but de l’auteur est donc de passer en revue les 32 manuscrits conservés dans les plus grandes bibliothèques d’Europe et de livrer ses observations.

Ce n’est pas ici le lieu de rentrer dans les détails de cette étude, même pas sur ceux qui concernent directement le manuscrit de la Bnu (décrit surtout p. 214-215 et p. 221-222 en ce qui concerne son copiste). Ce que la lecture de cet article amène à penser est que, au sein d’un corpus étudié, au sein d’un groupe de manuscrits, même une unité quelconque en apparence contient une part importante de l’information globale sur la réception de l’œuvre. Le manuscrit de la Bnu est, par malchance, incomplet de sa fin : une certaine part de l’information est donc absente ; son colophon manque ainsi qu’une partie du texte. Pourtant dans le corpus considéré, il joue pleinement son rôle de pourvoyeur d’information, autant que ses plus illustres cousins de la Vaticane, de Munich ou d’Oxford.

Où veut-on en venir ? Simplement à ceci : il existe des sociétés de manuscrits où des individus séparés forment un groupe constitué de différences et de ressemblances, qui se tiennent par quelques points communs. Pris isolément, les uns ont un potentiel énorme, d’autres ont moins de choses à faire valoir. Mais chacun d’eux est une pièce de l’histoire, une pièce archéologique qui contient une certaine somme d’indices. La confrontation des éléments de preuves apportés par les uns et par les autres forme un faisceau de notions, d’informations, bien plus riche que ce qu’apporte l’étude d’un seul témoin. Notre manuscrit MS.0.038, par exemple, apporte le nom et l’identité d’un copiste, Johannes Snavel, de Zwolle, qui étudia à Erfurt, à Cologne et à Padoue et qui y devint docteur en droit canon. Ce personnage est connu de l’historiographie hollandaise. L’érudition padouane a gardé souvenir de son passage sur les rives du Bacchiglione, alors que les copistes d’autres manuscrits ne laissent généralement qu’un prénom, et parfois rien encore moins d’informations sur leur identité et sur leur parcours.

Ce manuscrit fait aussi partie d’autres cercles, d’autres sociétés de manuscrits que celle des copies d’œuvres de J. de Imola : il est membre de l’association des anciens manuscrits de l’abbaye de Frenswegen (congrégation de Windesheim, près Nordhorn, Allemagne) aujourd’hui pour la plupart conservés à la Bnu. Il a de ce fait depuis 1994 les honneurs d’une description détaillée dans le catalogue rétrospectif de cette ancienne collection (dressé par Irene Stahl en 1994). Il cumule les attentions de la classe érudite puisqu’il fait également partie du cercle très sélect des « manuscrits datés » et a été retenu et décrit en tant que tel dans la grande entreprise de Charles Samaran et d’André Marichal (dans le volume V : Est de la France). L’appartenance à ces divers cercles, le dialogue qui en naît et renaît au gré des études, forme la vie sociale de ce genre de codex. Si pour un manuscrit médiéval une vraie vie individuelle, celle d’un manuscrit édité en tant que lui-même, est plutôt exceptionnelle, l’accumulation d’informations due à l’appartenance à des ensembles scrutés en détails finit par apporter une signifiance multiple à chaque individu. Ainsi par éclairages successifs s’accumulent les facettes diverses de toute réalisation humaine complexe et la collectivité en acquiert plus de sens.

La collection de la Bnu n’est pas très riche en « exemplaires A », ces sortes de « mâles alpha » des manuscrits, qui polarisent forcément l’attention des codicologues et historiens des textes. Elle est par contre riche en manuscrits que l’on peut classer dans une espèce de second rang, moins prestigieux. Mais qu’est-ce qu’un « second rang » lorsqu’il s’agit de témoins médiévaux ? Chaque unité compte, chaque individu apporte un complément d’information. Cet article nous le prouve encore une fois. Il nous évite d’être tentés par le doute, par le scepticisme sur l’intérêt des pièces présentes dans notre collection.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.