Le vilain dans la bande dessinée française entre 1918 et 1944 – un exemple d’exploitation de Gallica

par Florian Herry, stagiaire au sein du Pôle Partage, diffusion et réseaux de la Bnu – master 2 Histoire de l’Université de Strasbourg (mémoire dirigé par Alexandre Sumpf)

À l’occasion de son stage à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg. Nous avons proposé à Florian Herry de faire part de ses recherches et de la manière dont il a utilisé des ressources numérisées par les bibliothèques dans le cadre de ses recherches. Dans le cas présent, il se propose de partager avec nous son expérience de Gallica avec une problématique liée au personnage du “vilain” dans la bande dessinée française de 1918 à 1944.

Présentation du mémoire de recherche

En novembre 2017, le site de la revue L’Histoire publiait un entretien avec Christian Blais1, historien spécialiste de l’histoire politique et parlementaire du XVIIIe siècle en particulier sur le territoire québécois et du Canada actuel, où il rapporte l’existence d’un document. Il présente ce dernier, intitulé « A tous les Electeurs », comme la plus vieille « bande dessinée » francophone de l’histoire. L’historien nous explique qu’« A tous les Electeurs » comporte des dessins et de phylactères (bulles placées au-dessus du dessin contenant du texte) est l’une des affiches placardées en 1792 dans la ville du Québec, alors capitale du Bas-Canada crée en 1791. Il précise que le document est un placard, c’est-à-dire une affiche servant à véhiculer des informations ou décisions vers les populations : ici la tenue des premières élections (législatives) du Québec. Notre spécialiste le définit comme une bande dessinée car, mise à part une définition encore parfois débattue, les « éléments contenus dans les deux planches […] préfigurent la bande dessinée contemporaine » avec le « dessin au trait, le dialogue inscrit dans des phylactères, […] et, surtout, la succession d’images sous forme de cases articulées en séquence narrative dans l’espace d’une même planche ». Il souligne le caractère électoral de ce document qui est commandé par des candidats, de riches marchands, afin de plébisciter leur légitimité face à leur concurrent, un avocat. Surtout, cette « bande dessinée » peut nous servir de point d’attache pour notre sujet : on y voit, en effet, un « bon marchand » face à un « vil avocat » sans cœur, ni scrupules, âpre au gain. C’est une manipulation politique où le « marchand », titre de la première planche, est opposé à « l’avocat », titre de la seconde, où ce dernier est représenté comme un monstre sans compassion, voire cruel, face aux malheurs des familles à qui il n’hésite à réclamer son dû. Ainsi, notre premier « méchant », ou « vilain », est ici présent. Notre étude, cependant, se portait de l’autre côté de l’Atlantique : en France, depuis la fin de la Grande Guerre (1914-1918) jusqu’à l’année de la libération totale du pays de l’influence nazie en 1945. Une période marquée par la fin de la Grande Guerre, la révolution russe de 1917, la prise de pouvoir par le parti bolchevique et la figure de Staline (1878-1953) à partir de 1924, ainsi que par la venue au pouvoir des mouvances fascistes en Italie (1922) et en Allemagne (1933) ou encore la guerre civile espagnole débutée en 1936, enfin par la Seconde Guerre mondiale (1939-1945).  

L’origine de la bande dessinée est souvent discutée2, certains la remonte aux peintures rupestres, aux graveurs comme Gustave Doré, à la Tapisserie de Bayeux, à l’Allemand Wilhem Busch avec Max und Moritz3 ou date l’invention de la bande dessinée avec le Docteur Festus de 18274. Cependant, quelques noms ressortent et deux encore plus particulièrement : le Suisse Rodolphe Töpffer5 (1899-1946) ainsi que la bande dessinée américaine Yellow Kid publiée dans les années 1890 par Richard Felton Outcault dans le New York World. La plupart des spécialistes de la bande dessinée, en France notamment avec Thierry Groensteen, ou internationaux précisent que ces deux œuvres sont véritablement celles qui préfigurent la bande dessinée contemporaine. Thierry Groensteen précise encore que « Les albums de Töpffer […] sont des œuvres d’imagination. Chacun d’eux s’attache aux pas d’un (anti) héros purement fictif ». Également, il rappelle que ses œuvres sont véhiculées dans toute l’Europe et traduites dans plusieurs langues (allemand, anglais, néerlandais, danois) avant 1850. Dans son ouvrage M. Töppfer invente la bande dessinée, on y apprend que le suisse nomme ses œuvres « Littérature en estampes »6.  

Ainsi, c’est pour cette raison que la grande majorité de nos sources étudiées sont intégrées au sein de périodiques de presses tel Dimanche IllustréFillette, Junior, ou encore Mon Camarade : journal pour enfants. D’ailleurs, comme ce dernier titre semble le sous-entendre, les bandes dessinées de notre période (1918-1944) sont surtout lues et confectionnées pour la jeunesse et publiées dans des presses également destinés à ce public. Petite précision cependant : Groensteen nous apprend que la bande dessinée pour adulte existait bien auparavant mais a ensuite disparu, vers 1914-1918, avant de réapparaître sur le marché9. Du fait de cette situation, et bien que certains albums commencent aussi à éclore durant cette période comme ceux de Bibi FricotinLes pieds nickelés ou Bécassine, nous avons cherché le moyen de consulter des presses qui impriment régulièrement des planches de BD. L’un des outils qui permet de visualiser facilement des titres de presse est le site Gallica.

Avant de continuer, nous tenions à montrer l’intérêt de l’analyse de l’objet bande dessinée mais aussi justifier celle des personnages, méchants ou vilains, de celles-ci. Tout d’abord, dans l’optique de la « nouvelle histoire » expliquée par Jacques Le Goff, dans les années 1970, comme étant une « histoire problème » : c’est-à-dire qu’elle ne se contente pas de cataloguer les évènements mais cherche à les comprendre, les expliquer, percevoir ses origines et répercussions dans les sociétés d’alors. Pour lui, elle repose « sur une multiplicité de documents : écrits de toutes sortes, documents figurés, produits des fouilles archéologiques, documents oraux, etc. », pour laquelle « une photographie, un film, […] sont, […], des documents de premier ordre »10. De ce fait, nous pouvons comprendre que l’historien se doit de s’approprier tout document permettant de réaliser l’analyse des sociétés et populations antérieures. A sa citation, nous avons la conviction que nous pouvons rajouter la bande dessinée, sur laquelle il existe déjà des travaux en histoire comme celui de William Blanc intitulé Super-Héros une histoire politique, et qui constitue l’objet d’étude central de notre mémoire. Néanmoins pourquoi nous concentrer uniquement sur un personnage, ou un groupe de personnage dans certains cas, dans l’analyse des bandes dessinées ? Nous avons deux raisons spécifiques qui nous motivent dans cette démarche : tout d’abord, et pas des moindres, l’analyse d’un personnage ou d’un groupe de même type permet de comprendre  la manière de représenter la société des auteurs et illustrateurs d’époque en donnant des pistes ou des données sur la France entre 1918 et 1944 par leur biais  et des histoires des bandes dessinées : l’existence et la place des stéréotypes de l’époque ; la vision sur le monde et sur la société française ; le poids des évènements historiques, des discours politiques et des luttes sociétales, sur la population, sur la littérature et les bandes dessinées affiliées à des presses d’obédiences diverses ; l’évolution des scénarios et des personnages au fil du temps et les raisons de ces changements ; autrement dit l’impact de la société sur les bandes dessinées et inversement mais aussi l’analyse de cette société par la bande dessinée et de ses représentations, notamment du vilain. La seconde raison est liée à nos analyses des bandes dessinées : le méchant de la bande dessinée entre 1918 et 1944 est le personnage emblématique, le plus important, du scénario car il est le moteur et la raison d’exister de ces bandes dessinées y compris dans celles où il n’est pas le protagoniste principal. Dans cette optique, il permet de justifier une analyse des bandes dessinées sur plusieurs publications d’une même série sur une période de vingt-six ans, traversée par de profonds changements et des événements marquants. 

Concernant l’emploi du mot « vilain » ou « méchant », nous faisons ce choix, bien que le premier découle en partie de l’anglais Villain, plutôt que « anti-héros » ou « opposant » car nous trouvons que ces deux derniers termes ramènent à identifier ces personnages par rapport à un autre. Or, nous pensons que le vilain, ou le méchant, est apparu chronologiquement dans la bande dessinée française avant le héros, ce dernier étant compris dans le sens strict d’une personne cherchant à protéger ou faire justice jusqu’à parfois dévouer son existence même à cette cause. Enfin, nous avons rencontré la nécessité de choisir entre « vilain » et « méchant » pour notre titre et comme terme central dans notre écrit. Vilain nous semble plus adéquat à notre analyse que méchant : il faut effectivement préciser, et avouer, que le mot n’est pas à l’origine utilisé pour désigner quelque chose de nécessairement mauvais, car il est simplement usité pour nommer les serfs dans son acceptation anglaise Villain et des hommes semi-libres en langue française au Moyen Âge. Néanmoins ce mot a été touché par une évolution, pourrait-on dire négative, de sa compréhension allant jusqu’à désigner des éléments ou des caractères négatifs voire à baptiser désormais des personnes mauvaises ou cruelles. Ce choix est également motivé pour d’autres raisons, premièrement pour pouvoir englober des situations plus délicates, le vilain pouvant à la fois désigner une personne méchante mais aussi des individus rejetés à la marge de la société ; ensuite, pour une raison pratique car il permet plus facilement de capter le plus grand nombre et ainsi nous permettre de toucher un public plus large et même plus jeune, ce mot s’étant largement imposé pour identifier l’antagoniste négatif d’un héros ou de la société pour une bonne part de la population qui lisent des bandes dessinées ou visionnent des adaptations cinématographiques en lien avec elles et en particulier ceux mettant en scène des héros ou super-héros issus de l’univers des comics américains tel les films sur SupermanBatman, Captain America et Iron Man ou encore la série The Boys.

Intérêt et facilité d’accès : à quoi peut servir Gallica pour un mémoire et comment l’utiliser ?

Le portail Gallica est très intéressant car il propose un accès gratuit et à distance à un grand nombre de documents numérisés. Notamment, il permet de chercher des éléments par le biais d’un rangement bien agencé ou bien au travers d’une recherche sur le portail si nous connaissons toutefois le titre exact de notre recherche, à défaut il faudra fouiller de manière un peu plus prononcée parmi les résultats proposés. Dans notre cas, le portail et son fonctionnement n’a pas été très compliqué et nous avons assez facilement trouvé ce que nous voulions. Le portail propose le rangement suivant pour nous aider : outre l’entrée « Blog » qui aborde des sujets intéressants mais ne permet pas de trouver des documents en lien avec notre sujet ; une première entrée permet de chercher différents thèmes ou lieux par ordre alphabétique, intitulée « Toute nos sélections », elle ne propose cependant pas le thème bande dessinée, périodiques pour la jeunesse ou illustrés, nous aurions pu éventuellement passer par « Presse (dessins) » mais ce n’est pas non plus ce que nous cherchions ; l’entrée « Par aires géographiques » est intéressante et permet, par exemple, d’accéder à de la presse au niveau des départements de France mais pas encore à la presse qui véhiculait les bandes dessinées en France de 1918 à 1944 ; ce sont les deux dernières entrées qui permettent de trouver les sources qui nous concernent mais pas avec la même efficacité : l’entrée « Par types de documents » permet d’accéder à l’option « Presses et revues » qui contient « Presse par thématiques » et enfin « Presse enfantine » qui nous présente différentes presses qui peuvent publier des bandes dessinées mais ne le font pas toutes, il faut donc faire le tri si on décide d’utiliser cette méthode ; la dernière entrée « Par thématiques » est pour nous celle qui nous permet, dans notre cas, de trouver et consulter le plus facilement et rapidement nos sources : en passant par « Littératures » et « Bandes Dessinée », nous avons accès à quatre différentes propositions qui se complètent « Auteur », « Série », « Titre de presses » et « Thèmes », toutes avec leurs propres avantages en fonction de nos objectifs du moment : une démarche en partant des auteurs, si nous voulons nous concentrer sur un en particulier, une autre sur une série, c’est-à-dire une série d’histoire d’une même bande dessinée, une en partant des titres de presse qui proposent plusieurs bandes dessinées par numéro, et enfin une par les thèmes comme les adaptations littéraires, les aventures, les enfants terribles, jeunes héros, héroïnes, sciences fictions et fantastiques, super-héros, western, tout cela évidemment en prenant compte de nos bornes chronologiques et géographiques : des bandes dessinées uniquement françaises entre 1918 et 1944 et, de préférence, avec un ou plusieurs vilains présents dans l’une ou l’autre planche.

Durant nos recherches, nous avons trouvé plusieurs séries qui nous ont intéressés  : Zig et Puce d’Alain Saint-Ogan dans Dimanche illustré ; Le fils de Sherlock Holmes de William-Napoléon Grove dans Jeunesse Magazine ; Les Pieds Nickelés d’Aristide Perré puis Albert-Georges Badert dans L’Epatant ; Futuropolis de René Pellos dans Junior ; Les Aventures de Toto de Rob-Vel dans Le journal de Toto ; L’Homme d’acier et Les Aventures de Buffalo Bill tous deux de Brantonne dans L’Aventureux ; Patatras, chef pirate de Joseph Pinchon dans Benjamin : le premier grand hebdomadaire français pour la jeunesse ; Jim Mystère de Robert Dansler (surnommé Rob Dan), Le rayon de la mort de Georges Sadoul, Les Aventures de Pat’soum de Robert Fuzier, Les Aventures de Pipe Flute et Pomme de Marco Eilfa, Toto et Toutoune à travers le monde et Toto et toutoune en Espagne de Marco Eilfa puis Mendjisky sont tous les quatre dans Mon Camarade : journal pour enfants ; L’espiègle Lili de Jo Valle (texte) et Alexis Vallet (dessin) puis René Giffey et Les galéjades d’Olivette de Marseille de Paul d’Espagnat (I. Béric) dans Fillette ; Le professeur Nimbus dans Le Matin ; et La bande des voleurs de confiture d’un auteur anonyme dans Mon journal. Pour effectuer la recherche, nous avons décidé après lecture des planches des séries retenues, de ne retenir que les numéros où nous sommes réellement en contact avec un vilain : c’est-à-dire qu’à la fois dans l’analyse et l’écrit du mémoire seuls ces numéros sont cités. Par exemple, pour Zig et Puce, nous avons retenu les numéros suivants : 114 (3 mai 1925), 170 (30 mai 1926), 195 (21 novembre 1926), 252 (25 décembre 1927), 301 (2 décembre 1928), 365 (23 février 1930), 366 (2 mars 193), 368 (16 mars 1930), 371 (6 avril 1930), 380 (8 juin 1930), 390 (17 août 1930), 392 (31 août 1930), 404, (23 novembre 1930), 405 (30 novembre 1930), 406 (7 décembre 1930), 407 (14 décembre 1930), 409 (28 décembre 1930), 410 (4 janvier 1931), 411 (11 janvier 1931), 41 (18 janvier 1931), 413 (25 janvier 1931), 414 (1 février 1931), 415 (8 février 1931), 416 (15 février 1931), 417 (22 février 1931), 418 (1er mars 1931), 430 (24 mai 1931), 431 (31 mai 1931), 481 (15 mai 1932), 525 (19 mars 1933), numéro de noël (24 décembre 1933), numéro du 31 décembre 1933, 595 (22 juillet 1934), 600 (26 août 1934), 602 (9 septembre 1934), 603 (16 septembre 1934), 604 (23 septembre 1934), 605 (30 septembre 1934), et 606 (7 octobre 1934) avec la volonté d’avoir des publications qui s’étalent sur plusieurs années, ici quasiment une dizaine. Dans d’autres cas, nous avons retenus des numéros d’une seule année comme pour le fils de Sherlock Holmes ou Les Aventures de Toto, tous publiés en 1937 ou La bande des voleurs de confiture en 1921. Les planches retenues de Lili l’espiègle sont datées de 1917 à 1936. Tandis que Les galéjades d’Olivette de Marseille sont de 1939. Nous avons gardé quelques numéros de 1943 et 1944 avec Le Professeur Nimbus tandis que les bandes dessinées dans Mon Camarade : journal pour enfants sont condensées dans les années 1934-1939. Enfin, nous avons aussi deux planches uniques : Le Scalp de Raoul Thomen du numéro 1615 (16 septembre 1934) de la Jeunesse illustrée et Le serpent échappé de Maurice Radiguet du numéro 80 (1er janvier 1927) dans le journal Guignol.

Nous allons maintenant présenter la manière dont Gallica peut aussi aider, au-delà de la recherche, à analyser simplement les bandes dessinées grâce à ses fonctionnalités. Sur le site nous pouvons en effet consulter les revues par année de page en page, mais outre cette fonctionnalité pourrait-on dire logique, nous pouvons aussi facilement agrandir certains pans du document. Ce mode s’appelle tout simplement le « mode zoom » et peut réellement faciliter la vision et la lecture d’une planche de bande dessinée en plus de donner la possibilité d’effectuer des rotations utiles si la source est numérisée à l’envers ou si le texte est volontairement placé à l’horizontal sur l’objet d’origine par exemple. Pour utiliser ce mode, il suffit, soit de double cliquer sur l’écran ou bien de cliquer sur ZOOM en bas de l’écran à côté du numéro de page. C’est encore plus utile lorsque nous avons du mal à lire le document, nous avons alors la possibilité d’user de cette fonctionnalité somme toute très pratique et absolument pas compliquée à manœuvrer. Vous pouvez constater ci-dessous l’efficacité du zoom (B : fig 1 et fig 2) par rapport à la vision standard (A).

A) Sans la fonctionnalité ZOOM : nous pouvons notamment voir que l’ensemble du document ne peut pas être lu en même temps. 

B) Avec la fonctionnalité (que nous pouvons utiliser en plein écran, la bande dessinée peut être consulté dans son ensemble mais surtout nous pouvons agrandir les zones les moins lisibles : 

Fig 1:

Fig 2 :

Pour donner un dernier petit bilan sur l’utilisation du site Gallica, nous trouvons qu’il a été très utile et maniable dans le cadre de notre mémoire. La recherche, la récupération et l’analyse des revues et des planches de bandes dessinées à l’intérieur de celles-ci auraient été beaucoup plus fastidieuses sans cet outil. Il nous a permis de nous organiser de façon optimale : une lecture facile et consultable rapidement, sans avoir besoin de déplacements excessifs, ni d’emprunter ou de photocopier à outrance, surtout d’avoir accès en continu aux différentes sources grâce à la numérisation avec la possibilité de les télécharger au besoin.

Réflexion, théorie et conclusion du mémoire

Avant d’aller plus loin, nous voulions préciser que ce mémoire est une reprise : nous avions déjà débuter notre travail sur ce même sujet en 2021 lors de notre première année de master MEEF (Métiers de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation) en histoire-géographie. Nous avons décidé de le réactiver lorsque nous avons intégré la seconde année en Master de recherche HCE (Histoire et Civilisations de l’Europe) en 2023. Bien entendu, les deux ne se présentent pas exactement de la même manière : le premier avait une « partie scientifique » plus courte que ce qui est demandé en master recherche, accompagnée d’une « partie pédagogique » c’est-à-dire transformation de notre travail scientifique en contenu didactique à des fins d’enseignement dans le secondaire (collège et lycée), tandis que notre nouveau mémoire sera uniquement scientifique et permet d’élargir, d’aller plus loin, dans notre analyse du vilain. 

Notre nouvelle version du mémoire ne se contente plus des seules planches de bandes dessinées comme sources, nous avons aussi d’autres documents complémentaires : des annuaires de la presse française et étrangère permettant de consulter l’évolution du tirage des revues et de leurs prix, des documents personnels des auteurs sur leurs œuvres ou encore l’avis d’autres personnes sur les bandes dessinées. Par rapport à notre premier jet, nous avons aussi accentuer notre étude géospatiale dans la bande dessinée ainsi que de la portée symbolique des vilains, tout comme l’étude des personnages via les techniques d’analyse de l’étude des genres déjà présentée auparavant. Enfin, il faut noter que nous avions aussi déjà des bandes dessinées tirées d’une revue qui ne se trouve pas sur Gallica : Le Téméraire avec Vers les mondes inconnus d’Auguste Liquois et Le docteur Fulminate et le professeur Vorax d’Erik (René Jolly). Egalement, dans le cadre de la réactivation du mémoire, nous avons aussi rajouter quelques bandes dessinées : Bibi Fricotin de Louis Forton, Bécassine crée par Jacqueline Rivière et Pinchon, Les Aventures de la petite Shirley de René Giffey ou encore Fred Hardi en l’an 2039 de Pierre Duteurtre, pour n’en citer que quelques-unes.  

Je vais maintenant montrer un exemple d’analyse d’une planche et des informations disponibles sur le site Gallica sur le périodique qui le contient. La bande dessinée retenue, Pipe Flute et Pomme, du journal Mon Camarade : journal pour enfants, a été étudiée en utilisant une méthode tirée de l’étude des genres et notamment en prenant compte de l’inventivité des personnages et en le comparant à d’autres bandes dessinées et périodiques. D’autres part, elle se réalise par le biais d’une fiche dite Eurykleia, utilisée dans le cade de la bande de donnée Eurykleia, laquelle est reprise d’un travail que nous avions mené et proposé au sein d’un séminaire de Master. Nous n’allons pas ici entrer dans les détails, nous allons simplement vous montrer à quoi ressemble la fiche complétée sur le personnage de Pomme, tout en sachant que cette fiche a été confrontée et comparée à d’autres sur des personnages féminins des bandes dessinées Le ScalpLes galéjades d’Olivette de Marseille, ou encore de L’espiègle Lili dans le cadre du travail du séminaire.

Nom :  Les Aventures de Pipe Flute et Pomme : enfants de prolétaires                                          
X. Du travail antifasciste 
Personne / personnage :  Pomme  
Référence du document :  Illustré Mon Camarade : journal pour enfants numéro 10 (ISSN 2613-2273) 
Alphabet du document : Latin  
Langue du document :  Français  
Type de support : Publication imprimée 
Support : Périodique illustré 
Matière(s) :  Papier  
Technique :  Illustration technique  
Dimensions : In-4 puis in-folio  
Lieu de production / d’émission : Paris / France 
Date de production / d’émission :  Entre juin 1933 et 1939  
Description / Variant(e) de titre : Mon Camarade : l’illustré de la jeunesse. Périodicité menseuel (1933-1932) ; bi-mensuel (1935-1936) 
Lieu de conservation :  Bibliothèque nationale de France et conservation numérique sur le site Gallica 
Inventaire : Support disponible sur Gallica, consultable par année (1934-1939) depuis le 31/10/2011  
URL image : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb328178782/date 
Auteur : Marco Eilfa 
Œuvre et date de l’œuvre : Episode X de « Les Aventures de Pipe Flute et Pomme » : Du travail antifasciste (mai 1934) 
Extrait du passage ou de l’inscription + URL :

1. Devant l’école Pipe attend la sortie de Flute et Pomme pour retourner ensemble chez eux.  
2. Chemin faisant, ils rencontrent 2 fascistes qui vendent leurs journaux, l’un vend, l’autre le protège muni d’une matraque.  
3. Il ne faut pas les laisser vendre leur presse, Flute, Pipe et Pomme cherchent le moyen de les faire déguerpir.  
4. Ça y est, le plan est conçu. A L’action.  
5. Pipe manie habilement la fronde, il le démontre aux dépens du jeune fasciste 
6. … qui en colère, matraque haute se met poursuivre le petit nègre.  
7. Pipe sait maintenir son adversaire à distance. 
8.
Pendant ce temps, Pomme approche le second fasciste pour lui acheter un journal. Flute par derrière allume son briquet. 
9. Pomme a donné 20 sous, elle attend sa monnaie, flute travail bien. 
10. Esquivons-nous rapidement. 
11. Pour contempler de loin l’ahurissement des fascistes, devant leurs journaux en flammes. 
12. Victoire, allons raconter ça aux copains. 

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k164312r/f9.item 
Références de l’extrait dans le document : Page 1 du numéro 
Nature du genre discursif : Politique, politisé 
Auteur(s) et/ou commanditaire : Marco Eilfa (auteur) / Georges Sadoul (rédacteur du périodique) / Edité par la Fédération des enfants ouvriers et paysans 
Voix énonciative : Narration (troisième personne du singulier, utilisation des prénoms), deux utilisations de la première personne du pluriel donc une forme de voix donnée aux enfants (paragraphe, cadre, 10 et 12) 
Modalisation : Positive, élogieux envers les trois jeunes enfants qui interviennent pour leurs convictions 
Datation de l’événement rapporté : Pas d’indication claire dans le texte 
Surnom(s) ou cognomen :  Pomme 
Catégorie d’âge : Jeunes enfants 
Ascendance mentionnée : oui/non Pas dans le cadre des dessins de la BD (mais dans le titre oui : enfants de prolétaires)  
Autres personnes de l’entourage : Pipe et Flute 
Instances ou figures associées : Ecole 
Qualificatifs : Aucun si ce n’est son nom Pomme 
Action (verbe, avec le lieu si connu) : Cherchent à faire déguerpir les fascistes, Pomme achète le journal (pour faire diversion) dans la rue 
Commentaires : 

Le scénario et le personnage ne sont pas réels, cependant ils peuvent permette d’analyser les représentations que la société, ou certains auteurs de bandes dessinées, se font des jeunes filles en 1934. 

Le support de la bande dessinée est un hebdomadaire illustré pour enfants publié de 1934 à 1939. Les bandes dessinées de notre période sont quasiment toutes présentes sur ce type de support, l’album n’apparaissant que progressivement entre 1918 et 1944 en France et après un passage par ces revues pour la jeunesse. 

Ce périodique en particulier était destinée aux enfants des classes ouvrières dont les parents sont de conviction communiste. 
Mots-clefs : Plan, moyen, faire déguerpir, action, attend  
Pistes bibliographiques :

« La révolte des personnages féminins de la bande dessinée francophone » dans Le temps des médias. La cause des femmes, semestriel n°12, 2009/1, pages 152 à 162.

GROENSTEEN T. (novembre 2013), « femme (1) : représentation de la femme » dans neuvième art, La revue de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image. Consulté le 18 décembre 2023 à l’adresse : https://www.citebd.org/neuvieme-art/femme-1-representation-de-la-femme 

STUDER B. (2015), « Communisme et féminisme » dans Clio Femmes, Genre, Histoire. Consulté le 18 décembre 2023 à l’adresse : https://journals.openedition.org/clio/12393  
Créatrice/créateur de la notice : Bibliothèque nationale de France  
Langue de la notice : Français 
Date de création : 31/10/2011 
Statut de la notice : En ligne sur le site Gallica et le catalogue général de la BNF 

Néanmoins, afin de donner une indication sur le type de conclusion que nous avons porté dans notre devoir, je relate une petite partie de ce que j’ai notifié dans mon travail de séminaire :  

Notre document est tiré d’un illustré qui véhicule les idées communistes, et notamment une certaine égalité avec la femme. Les idées communistes défendaient également en 1934 le droit de vote des femmes. De ce fait, il est tout à faire normal de découvrir une femme ou une fille qui affiche son identité politique dans ce magazine, c’est une manière de mettre en avant le programme du parti tout en essayant de convaincre garçons et filles de son bien-fondé. Mais, cette approche n’est pas majoritaire dans les bandes dessinées et illustrés qui les contiennent. Ce discours plutôt favorable aux femmes n’est donc pas nécessairement dominant en France dans les bandes dessinées. C’est éventuellement une exception insérée au sein d’une pratique politique. Afin de vérifier cela, nous avons fait le choix de mentionner les autres bandes dessinées fichées. Notamment, celle sur l’alpiniste, datant également de 1934, montre ici plutôt une forme d’humour peu valorisant pour la femme, la comparant à un mouton et mettant sa coquetterie en avant. Cependant, il n’est guère plus positif avec le chimiste et l’indien, peut-être n’a-t-il pas un discours aussi négatif envers la femme mais plutôt pour les stéréotypes utilisés envers les différents personnages. C’est surtout un illustrateur humoristique proche des caricaturistes, qui usent de la moquerie afin d’éveiller les esprits. Olivette, elle, use de son ingéniosité pour se moquer de son interlocuteur. Il est également mis éventuellement en avant l’idée de la femme manipulatrice qui sait se jouer de ses pairs tandis que la seconde femme, riche, ne se rend absolument pas compte de la supercherie et va jusqu’à proposer une somme extravagante pour obtenir le chien (ayant réussi à faire croire que ce dernier parlait). Ce scénario de 1939 n’est peut-être pas très positif envers les femmes, sauf pour le cas d’Olivette qui est assez ingénieuse et montre sa maîtrise d’une capacité rare et compliquée à pratiquer la ventriloquie. Enfin, pour Lili, ce n’est pas exactement la même chose. Elle est désignée comme une fille extrêmement maline qui arrive à porter secours à son cousin. Ici, le discours est vraiment positif, la femme n’est pas reléguée d’une quelconque façon, ni critiquée, uniquement son intelligence est notifiée. Pourtant le journal Fillette n’est pas communiste et l’épisode date d’ailleurs de 1918. Il fait écho à la fois à une volonté de montrer aux petites filles des personnages patriotiques mais aussi de rappeler la mobilisation des femmes durant la première guerre mondiale, notamment dans les usines pour l’effort de guerre. Mais nous n’arrivons pas à nous empêcher d’y percevoir quand-même une agency ou une agentivité, concept théorisé par Judith Butler, c’est-à-dire sa capacité d’agir et d’influer sur le monde malgré le regard ou les règles et droits de la société11, montrant ainsi le rôle important que les femmes ont pu avoir pendant la guerre.

D’autres analyses ont encore été menées sur les différentes bandes dessinées : nous avons notamment abordé le point graphique, les sources littéraires de la bande dessinée française, les représentations et l’action des vilains, leur identité plurielle et les sources diverses de celle-ci, le regard de la société sur lui et la bande dessinée.  Nous nous sommes demandé si le vilain est réellement décrit comme un monstre dans la bande dessinée française et nous avons aussi étudié le regard porté sur l’autre à travers le vilain en France, enfin nous avons remarqué les différentes composantes de l’écriture de la bande dessinée et du vilain : l’omniprésence de l’humour dans la bande dessinée durant la période, la pénétration de la politique inspirant des scénarios jusqu’à devenir un véritable moteur de la bande dessinée française et l’éclosion de vilains politisés comme simples reflets de la société française et européenne, et aussi le déplacement vers une bande dessinée et des vilains plus violents confrontés à des héros bienveillants ou encore l’utilisation de la science-fiction dans des univers futuristes.

Dans notre mémoire, nous avons suivi un grand axe directeur : celui de la maturité de notre vilain. Notre sujet, le vilain dans la bande dessinée en France, a subi diverses mutations dans le temps durant une période marquée par le succès des illustrés pour la jeunesse au tournant des années 1920, puis la concurrence et la domination du marché par les comics américains dans les années 1930, et par l’Occupation nazie du 22 juin 1940 au 25 août 1944. En effet, nos vilains deviennent entre 1918 et 1944 de plus en plus « mature ». D’une personnalité infantile, humoristique, ils évoluent vers des domaines plus sérieux, devenant davantage politisés et s’ouvrant même à la violence comme nous l’avons déjà vu plus avant, tout en conservant aussi dans certaines séries plutôt le caractère comique. Ainsi, notre raisonnement s’intéresse sur la manière dont le vilain, dans la bande dessinée française, évolue entre 1918 et 1944, passant d’un personnage immature et drôle à quelqu’un de politisé et politisant, parfois violent et abordant des domaines sensibles. Pour y répondre, nous avions procéder en trois parties avec tout d’abord une approche scientifique autour de l’évolution et de la construction des vilains, puis une vision didactique et pédagogique de notre sujet et de la bande dessinée en général. Dans une première partie, nous avions étudier la construction du personnage du vilain au sein des bandes dessinées, et en particulier sur le point graphique ou encore l’identité et la représentation de ces personnages. Dans un second temps, nous avions vu l’évolution de cette maturation de nos vilains en différenciant les séries humoristiques, politisées et violentes, tout en rattachant ces changements aux contextes de leurs publications.

Notre plan était le suivant : Les deux premières parties sont les mêmes sur les deux mémoires tandis que nous avons fait le choix de présenter la troisième partie des deux écrits.  

I) La construction et la personnalité du vilain dans les bandes dessinées française : 

a) La représentation du vilain et son évolution 

b) Qui est le vilain ? Un personnage porteur de débats dans la société qui se démarque par sa pluralité

c) Le vilain a-t-il précédé le héros ? 

II) Les vilains dans la bande dessinée française : une évolution marquée par la maturité 

a) La composante humoristique du vilain et sa pérennité dans le temps 

b) Le vilain : un protagoniste à la fois politisé et reflet des sociétés de son époque 

c) La maturité du vilain : un méchant de plus en plus violent et placé dans un univers futuriste, parfois avec un antagoniste principal proche du héros 

III) Partie pédagogique : réflexion sur la transcription didactique du sujet, préparation des séquences globales concernées et mise en place des séances

a) Quelques éléments autour de l’enseignement en histoire géographie 

b) L’enseignement et la bande dessinée en France 

c) L’utilisation de nos sources dans l’enseignement secondaire 
Suite de la partie scientifique :

III) Regard sur la société et population française par le prisme des vilains: que nous apprennent ils sur le quotidien des Français et leur vision sur la France et le monde ? 

a) Vilaines et vilains : quels discours sur la place des femmes ? 

b) L’évolution des prix et du tirage des revues pour la jeunesse ou des albums de bandes dessinées : des révélateurs des évènements marquants frappant la population 

c) La symbolique du vilain et de son environnement dans la bande dessinée française 

Notre première partie traitait le personnage du vilain centrant le regard sur sa construction et sa personnalité mais surtout sur sa représentation au sein des bandes dessinées françaises. Effectivement, nous avons travaillé dans une première phase l’évolution graphique des planches de la bande dessinée et de certains vilains, où nous avons notamment mis en avant la technique de « ligne claire »12 qui tend à s’imposer et remplacer les traits proches du croquis plus caractéristique des bandes dessinées de Töpffer : c’est en particulier la bande dessinée belge Tintin, et sa popularité en France, qui utilise et popularise par l’intermédiaire d’Hergé le plus cette méthode de dessin. D’autre part, nous avons détaillé les sources d’inspiration que les auteurs de bandes dessinées ont pu utiliser pour créer l’univers de ces héros comme la littérature française, ou simplement l’histoire de certains pays, et émis les raisons de ces représentations graphiques comme le divertissement. Enfin nous avons rapidement évoqué l’existence de la concurrence au sein du monde de la presse. Dans la deuxième sous-partie de notre développement nous avons davantage vu l’identité très plurielle du vilain (enfants, Indiens, animaux, mutants, scientifiques, animaux sauvages ou personnifiés), et notamment l’importance des enfants dans les bandes dessinées, avant de nous concentrer sur les sources de ces identités et plus particulièrement de l’histoire contemporaine proche ou de thèmes spécifiques comme celui du Western américain, des guerres Indiennes, de l’histoire coloniale, la politique française et la lutte sociale, le grand banditisme et la figure d’Al Capone (décédé le 25 janvier 1947), la première et la seconde guerre mondiale, l’industrie et l’économie, l’effort de guerre ou la course au réarmement,  les actes et discours des dictateurs et des régimes totalitaires ou fascistes. Pour terminer le regard de la société sur ces vilains se traduit par des critiques assez virulentes des milieux catholiques spécifiquement. Dans une dernière étape de notre première partie, nous avons posé davantage notre optique dans l’autre direction avec la vision de la bande dessinée sur la société en discutant d’abord sur l’apparition du vilain, qui aurait devancé le héros : ce qui nous permettrait de prouver l’importance du vilain dans la représentation de la société au sein de la bande dessinée. Nous avons aussi regardé comment ces vilains sont finalement une retranscription de l’altérité, de leurs sociétés mêmes ou étrangères, par leur intermédiaire avec éventuellement une vision, ou plusieurs parfois contraires, sur différents pans de la société : sur les chômeurs français ou ceux qui ne travaillent pas, sur les personnes de confession juive, sur les sociétés indigènes (tribus indiennes, peuples d’Afrique). 

Dans la deuxième partie, nous avons affirmé que l’univers du vilain évolue. Il devient au fil du temps plus mature. Nous avons précisé que la bande dessinée était en premier lieu centrée autour du genre humoristique et des voyages et cette composante perdure encore après les années 1930, mais d’une façon un peu différente car le vilain accapare totalement l’humour à son avantage. L’humour est aussi moins présent à la fin de notre époque étudiée qu’au début. Dans un deuxième temps, nous avons mis en avant le fait que le vilain se politise et que son existence, ainsi que le monde qui l’entoure, est motivée par la politique qui devient un moteur important de la création des bandes dessinées à partir des années 1930. Cette adaptation politique dans la bande dessinée s’accompagne, et s’explique, par les évènements et les personnalités dont le vilain est un reflet : des personnages d’obédience communiste, la lutte des classes, l’anticolonialisme, les figures de Staline (1878-1953), Hitler (1889-1945), Mussolini (1883-1945) ou encore Franco (1892-1975), la recherche scientifique à but militaire, des personnages aux habits ou aux traits rappelant les stéréotypes sur le peuple Juif. Enfin, nous avons pu constater que le vilain semble finaliser son processus de maturité entre 1935 et 1937. Ceci est visible avec la forte augmentation de la violence au sein des bandes dessinées, utilisée par les méchants comme par ses ennemis. Ça l’est également avec l’apparition de plus en plus pesante du héros, qui le combat et le désigne comme son opposant, le transformant en véritable anti-héros : c’est le cas notamment dans la bande dessinée L’homme d’acier, dont le personnage principal est justement le héros, prenant petit à petit le pas sur le vilain en tant protagoniste central de l’œuvre même si le vilain en est toujours le moteur. Le vilain français se métamorphose finalement sous une forme qui se rapproche de celui des comics américains, surtout que ces derniers ne sont désormais plus acceptés en Europe, notamment dans les pays dominés par les régimes fascistes ou sous leurs influences directes, comme c’est le cas en France à la fin de notre période d’étude. La mise en place des différents personnages des bandes dessinées dans des lieux futuristes ou avec de la science-fiction en abondance est un facteur qui montre bien ce rapport avec les comics. Même les bandes dessinées plutôt friandes de paysages plus moins réels avec un accent mis sur les voyages en tout genre autour du monde, comme chez Zig et Puce, laissent désormais la place à des excursions dans l’espace et même dans le temps.

Concernant notre troisième et dernière partie scientifique, nous allons être un peu plus sporadique que pour les autres car au moment où nous écrivons, elle n’est pas encore totalement rédigée. Nous avons particulièrement pris soin de relever dans notre première sous-partie différents éléments dans les bandes dessinées avant de les analyser à l’aide des outils de l’étude des genres : notamment nous avons cherché à percevoir quelles sont les places laissées aux femmes par les revues et leurs scénaristes et dessinateurs. Véhiculent-ils des stéréotypes ? Ces derniers, s’ils sont présents, sont-ils l’apanage de la majorité d’entre eux ou d’une minorité ? Quels différents discours sont menés dans les différentes bandes dessinées de l’époque et pourquoi, dans quel but et pour quelles raisons ? Les femmes sont-elles les seules personnages concernées par des stéréotypes ? Pouvons-nous percevoir une catégorisation différente que le clivage, trop simple et trop peu précis, de l’habituelle dualité homme(s)/femme(s) ? Ces différents questionnements sont la ligne directrice de notre première sous-partie. Dans un second temps, nous avons abordé ce qui peut être pour nous des révélateurs de grands évènements dans la vie des Françaises et Français : les tirages et l’évolution des prix pour chaque revue contenant des bandes dessinées. Ces dernières laissent voir, par exemple, la mécanique de l’emballement des prix à la suite de la crise de 1929, mais aussi la spécificité française dans ce domaine. Enfin, le dernier pan de notre mémoire s’intéresse à nouveau plus en détail aux dessins et à l’espace présenté à nos vilains mais aussi aux symboliques de ces derniers. Ainsi, nous mettons en avant l’idée derrière ce qui est représenté : par exemple le personnage de Pat’soum n’est pas simplement un ouvrier qui se venge de son patron, il est la personnalisation de toutes les revendications, les défauts et les attributs des ouvriers français, c’est à la fois le porte-parole et la création des ouvriers, autrement dit c’est une transfiguration d’un certains discours en créature vivante. Outre cette dimension des vilains, nous avons aussi celui spatial : pourquoi ici ? Que cela signifie-t-il pour le héros ? Quelles sont les raisons et visions qui poussent les dessinateurs à représenter ces environnements ? En quoi parlent-ils aux Français dans leurs quotidiens, leurs connaissances ou dans leurs imaginaires ?

En conclusion de notre mémoire, nous pensons que le vilain dans la bande dessinée française entre 1918 et 1944 subit une large évolution et acquiert une véritable maturité.  Que ce soit par ses évolutions graphiques et ses sources d’inspirations ou encore ses actions. Surtout, nous avons étudié son identité, délaissant sa base enfantine pour grandir et devenir plus adulte même si les bandes dessinées qui les présentent sont mal vues par les milieux catholiques et parfois par les éducateurs. Cependant, par l’intermédiaire de ces vilains, les bandes dessinées parviennent à exprimer un jugement, un point de vue, sur la société : que ce soit la société française ou des sociétés étrangères voire plus éloignées. Notre deuxième partie complète la première car elle permet de rendre compte de l’aspect plus sensible des sujets présentés par les vilains, surtout à partir des années 1930 voire quelques années auparavant avec des revues communistes précurseuses. En effet, ils deviennent des personnages politisés et utilisés pour véhiculer des sujets ou des idées. Ils sont utiles pour rendre compte de la vie des ouvriers mais encore plus pour dénoncer les opposants d’une ligne politique comme les curés ou les patrons, dans le cas du communisme et de Mon Camarade, ou pour Le Téméraire des « races » inférieures et en particulier des Juifs et des communistes bolchéviques. Néanmoins, les bandes dessinées sont toujours liées au genre humoristique, qui est l’essence de leur existence, même s’il a tendance à perdre de son importance à partir de la fin des années 1920. Il reste d’ailleurs majoritaire dans le thème du voyage. 

Cette utilisation de la politique, mais aussi de la violence qui croît dès 1935, démontre que les vilains sont réellement inspirés de la société contemporaine :  sous les traits de dictateurs ou de gangsters, ils sont étroitement liés à des évènements telle que la guerre civile espagnole. La violence des vilains dans les bandes dessinées découle directement de cette violence sociétale et politique : même lorsque le thème utilisé est totalement étranger voire décalé par rapport à ces évènements, de véritables moments brutaux sont occasionnellement présents à l’instar des corps de soldats durant les batailles entre colons américains et Indiens ou celui d’individus assassinés qui nécessitent des enquêtes poussées afin de découvrir le ou les coupables des crimes. Cela nous amène à valider notre idée sur l’importance primordiale et centrale des évènements contemporains ou historiques dans la bande dessinée. Ce qui nous fait repenser aussi aux sources que nous avions abordées en première partie qui sont, pour certaines, utilisées pour matérialiser la violence, comme celles du Western. Enfin, des accidents et brutalités parfois marquants surgissent comme dans Futuropolis ou encore des accidents de voitures dans L’Homme d’acier, moins grandiloquents mais peut-être plus saisissants pour les lecteurs. Parallèlement à cette violence, qui semble se généraliser quand même dans la plupart des séries françaises, la science-fiction se répand doucement. Même si ce n’est pas encore les bandes dessinées les plus lues, un certain nombre de scénarios commence à être entièrement placés dans un univers futuriste ou confrontés à des éléments fictionnels à partir des années 1935-1937. Certaines bandes dessinées qui n’avait jamais utilisé ce type de scénarios commencent à l’introduire un peu comme, nous l’avions déjà mentionné avec Zig et Puce avant la fin de la série en 1934. Cependant, la vraie première bande dessinée de science-fiction française entièrement ancrée dans cet univers est Futuropolis en 1937 qui est le point de départ de l’évolution de ce genre. Tous ces points distinguent cette nouvelle posture du vilain : il a mûri. Après avoir été un agent des partis politiques, il commence à user de la violence pour se défendre, ou faire le mal, mais surtout il sait se placer dans un univers futuriste où il est généralement le mieux doté au niveau technologique, même s’il perd la plupart du temps à la fin des scénarios. Il ne faut quand même pas non plus être trop optimiste en ce qui concerne la science-fiction, il est vrai que nous pensons que son utilisation est bénéfique au vilain dans son évolution, mais ce thème reste critiqué parfois à cette époque et n’est pas le plus répandu non plus.

Néanmoins, pour nous, l’évolution qui a permis au vilain d’obtenir réellement une maturité est l’apparition du héros. Ce dernier est incorporé progressivement dans les bandes dessinées françaises à partir des années 1930 mais davantage encore en 1936-1937. Quasiment toutes les bandes retenues à partir de 1936, même celles qui n’en avait pas auparavant, ont désormais un héros qui combat son ou ses opposants afin de faire régner la paix, la justice ou pour défendre les individus faibles et opprimés des monstres qui cherchent à leur faire du mal ou à les dominer. Ce personnage permet au héros de montrer son ingéniosité, au contraire des bandes dessinées à vocation humoristiques qui se moquent plutôt d’eux, ou encore son courage et sa détermination tout en insistant évidemment sur les défauts qui font du vilain l’anti-héros des séries : l’individualisme, la jalousie, la soif de pouvoir ou de richesse. A partir de là, le vilain fait le basculement vers le côté du mal qu’il ne quittera que par intermittence. Il n’est désormais plus le personnage neutre et global des bandes dessinées d’avant 1930, avec le genre du comique ou d’aventures. Il devient mauvais et cherche à éliminer des personnes pour de l’argent, du plaisir ou du pouvoir. Il vise la domination sur le monde en utilisant son génie à mauvais escient et en semant sciemment et sans remords des victimes sur sa route. Il cherche à faire passer un message à ceux qu’il considère comme ses ennemis afin qu’ils quittent son territoire mais en passant uniquement par la violence et sans entamer de discussions. Enfin, il connaît le héros et n’est jamais vraiment étonné de le trouver sur sa route et lorsqu’il l’a sous la main, il souhaite se débarrasser de lui le plus vite possible ou alors s’en servir pour ses propres plans. La bande dessinée n’est plus désormais celle qui porte un regard sur la société, seuls les vilains restent des reflets d’un pan de celle-ci mais pas de sa totalité puisque la population n’est pas aussi violente que les vilains ne le deviennent. Ils sont peut-être même désormais davantage la représentation unique de la marge plutôt qu’un reflet d’une partie de la population. Nous pensons donc pouvoir valider l’hypothèse selon laquelle le vilain est apparu dans la bande dessinée avant le héros car ce dernier prend désormais une telle place prédominante au sein des scénarios alors que le vilain est souvent seul protagoniste d’importance réelle dans nos sources d’avant 1930. 

Nous pouvons dire que les années 1918-1944 couvrent une période importante dans l’évolution du vilain. Les différentes évolutions et influences que connaissent les bandes dessinées pour imaginer leurs vilains donnent à ces derniers une assurance et permettent de le faire mûrir dans les histoires, les scénarios et le graphisme. Plus encore, cette époque semble un moment de passation de pouvoir entre le vilains et le héros qui va prendre son envol. Les héros puis les super-héros vont commencer à prendre largement le devant de la scène dans les bandes dessinées mais aussi au cinéma. Le héros deviendra le grand moteur des scénarios et les opposants, s’ils restent importants la plupart du temps, ne deviennent que des individus qui s’attaquent à lui et non plus ceux qui l’attire par leurs méfaits et ambitions. 

Pour aller plus loin à propos de la bande dessinée, nous pourrions dire qu’elle aussi est devenue plus adulte : d’abord largement mise de côté et longtemps critiquée, comme ses vilains, par les milieux catholiques et les instructeurs et pédagogues, la bande dessinée est désormais acceptée et validée par la communauté scientifique comme nous le montre son utilisation croissante et son intégration progressive dans le secondaire, toutes matières confondues, notamment avec l’apparition en 1996 de « la rubrique bande dessinée dans les documents d’accompagnement des programmes pour le collège » et en 2008 avec « l’officialisation d’un nouvel enseignement, celui de l’histoire des arts » parmi « les arts visuels » avec « Alix, de Jacques Martin, pour accompagner l’étude de la période gallo-romaine, ainsi que Vasco, de Giles Chaillet, pour celle du Moyen-Âge ». En histoire, l’utilisation moderne de la bande dessinée peut être double : elle permet de véhiculer le savoir scientifique au plus grand monde avec sa complexité, permettant une lecture amusante et instructive, tout en évitant un schéma simplifié partageant un roman idéalisé et souvent anachronique. Autrement dit, en histoire, certains historiens ont publié des bandes dessinées historiques qui ne trahissent pas le travail et le sérieux de l’étude historique tout en l’alliant aux techniques de dessin et de loisir de la bande dessinée, sans oublier parfois d’user du comique. Nous pouvons rencontrer soit des bandes dessinées présentant les données, les résultats de la recherche d’historiens, ou bien des bandes dessinées qui se placent directement à l’époque concernée. C’est le cas notamment de Microcosmes L’histoire de France à taille humaine ou encore « Charlemagne un roi conquérant » dans « L’histoire en BD », premier hors-série de la revue Histoire et Civilisations, ces deux exemples montrant avec exactitude l’adéquation entre des données scientifiques, ou de la méthodologie historique, et l’utilisation de la bande dessinée moderne. Ainsi la bande dessinée devient un outil pour la discipline à la fois pour sa compréhension, mais aussi pour son approche et sa méthode, avec des publications à destination de tous types de lecteurs : par exemple, Microcosme L’histoire de France à taille humaine est abordable à partir de 14 ans. La bande dessinée est passée d’une lecture négative sur ses personnages et ses scénarios de la part des enseignants d’antan à une utilisation de la part de spécialistes de différents horizons : c’est aussi une forme de maturité acquise, certes pour l’objet en lui-même et non l’un de ses personnages cette fois-ci, mais que nous ne pouvions laisser de côté tant elle semble intéressante à bien des égards. 

  1. BLAIS (Christian), « A tous les électeurs, une bd de 1792 », Site de L’Histoire, 2017
  2. MITAINE (Benoît), ROCHE (David), SCHMITT-PITIOT (Isabelle), Bande dessinée et adaptation, Clermont-Ferrand : Presses Universitaires Blaise Pascal, 2002, p.17
  3. Huitième Rencontre Patrimoniales de Périgueux Bordeaux IV, Patrimoine et bande dessinée, Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, 2013, p.10
  4. MOLITERNI (Claude), MELLOT (Philippe), DENNI (Michel), Les aventures de la BD, Paris : Gallimard, 1996, p.14
  5. BARON-CARVAIS (Annie), La Bande Dessinée, Paris : Presses Universitaire de France, 1985, p.11-12
  6. GROENSTEEN (Thierry), La bande dessinée son histoire et ses maîtres, Paris : Skira Flammarion, 2009, p.15-16
  7. Huitième Rencontre Patrimoniales de Périgueux Bordeaux IV, Patrimoine et bande dessinée, Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, 2013, p. 10
  8. MOLITERNI (Claude), MELLOT (Philippe), DENNI (Michel), Les aventures de la BD, Paris : Gallimard, 1996, p.15
  9. GROENSTEEN (Thierry), La bande dessinée son histoire et ses maîtres, Paris : Skira Flammarion, 2009, p.27
  10. BOURDE (Guy), MARTIN (Hervé), Les écoles historiques, Lonrai : éditions du Seuil, 1997, p.264
  11. JEZEGOU, (Annie). « Agentivité », Anne Jorro éd., Dictionnaire des concepts de la professionnalisation. De Boeck Supérieur, 2022, pp. 41-44.
  12. GROENSTEEN (Thierry), « Ligne claire », dans le dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée, revue neuvième art, novembre 2013. 


Citer ce billet
Jérôme Schweitzer (2024, 18 avril). Le vilain dans la bande dessinée française entre 1918 et 1944 – un exemple d’exploitation de Gallica. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8qm

Jérôme Schweitzer

Directeur du pôle Partage, diffusion et réseaux

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search