Une magnifique carte des îles britanniques du 17e siècle par Nicolas Sanson

Par Océane Coffin, étudiante en licence d’histoire, avec le concours d’Annick Bohn, chargée de collection Cartographie et Géographie

Le fonds cartographique de la Bnu contient un nombre important de cartes anciennes, parmi lesquelles cette magnifique carte des îles britanniques réalisée par Nicolas Sanson en 1665.

Nicolas Sanson (1600-1667) est un géographe français. Né à Abbeville en 1600, il est le fils d’un riche marchand qui, en plus de ses activités, cumule des offices comme échevin et maïeur. Pendant son enfance, il est envoyé en études au collège des Jésuites d’Abbeville. Encore étudiant, il produit sa première carte, une carte de l’ancienne Gaule qu’il établit à l’aide de commentaires de Jules César. Cependant, il ne la fait pas imprimer immédiatement craignant que le mérite ne soit attribué à son père, également géographe à ses heures perdues. Après ses études, il se consacre à une activité de marchand afin de subvenir aux besoins de sa famille nombreuse, il est le père de neuf enfants. Néanmoins, sa passion pour la géographie le détourne du commerce et le pousse à déclarer faillite. Il décide en 1627 de se rendre à Paris pour promouvoir ses talents de géographe. Peu de temps après son arrivée à Paris, sa carte de l’ancienne Gaule est imprimée. Il retient alors l’attention du Cardinal Richelieu qui le présente à Louis XIII à qui il donne quelques leçons de géographie. Il obtient, après ces leçons, le brevet de géographe ordinaire du roi. Sa position fait de lui le premier géographe de la couronne et lui permet la production de cartes françaises, à une époque où la majorité des cartes utilisées en France sont hollandaises.

Une fois sa position acquise, il s’associe à deux éditeurs, Melchior Tavernier (1594-1665), dès ses débuts, et Pierre Mariette (1603-1657), quelques années plus tard en 1648. La carte des îles britanniques présentée ici est imprimée par Pierre Mariette, fondateur de la maison d’impression du même nom qui après sa mort, sera reprise sur au minimum trois générations et deviendra l’une des plus grandes maisons d’impression de Paris. Il est également important de souligner la mention « privilège pour 20 ans », il s’agit du monopole d’impression accordé à l’imprimeur. Personne d’autre que lui ne pouvait imprimer ses cartes pendant un minimum de vingt ans, renouvelable. Ce privilège sur l’impression contribuait à la longévité des maisons d’éditions.

Venons en maintenant au contexte de création de cette carte. Il s’agit d’une carte des îles britanniques, le cartouche annonce les territoires d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande. Le carton situé en haut à droite de la carte fait apparaître les îles Farre ou Ferro, actuellement l’île Féroé qui fait partie du Danemark, et l’île Shetland. Afin de mieux comprendre la nécessité de produire une nouvelle carte de ces territoires déjà connus, il faut remonter quelques années en arrière. En l’an 1660, le roi Charles II Stuart récupère son trône signifiant à nouveau l’indépendance des territoires d’Ecosse et d’Irlande. Cette nouvelle indépendance, perdue dix ans auparavant, nécessite de concevoir une nouvelle carte. Il convient aussi de prendre en compte le rachat de Dunkerque par la France en 1662. Sa réalisation se fait à l’aide d’autres cartes établies par trois autres géographes, John Speed, Timothy Pont et Robert Gordon de Straloch. D’autres spécificités apparaissent sur cette carte, notamment les noms des mers et océans qui sont différents de ce que l’on connait actuellement. Tout d’abord, pour ce qui est de la Manche. Elle est indiquée sur la carte comme La Manche ou la mer Britannique. Cette double appellation peut trouver son origine dans un conflit de longue date toujours non résolu depuis sa création, sur l’appartenance du bras de mer entre la France et l’Angleterre. L’océan calédonien peut également être source de questionnement, il s’agit de l’ancien nom attribué à l’Ecosse à savoir la Calédonie. Il s’agit de la forme française du latin Calédonia qui désignait la partie de l’île de Bretagne au nord du mur d’Hadrien, puis du mur d’Antonin. Quant à la mer d’Allemagne, son nom lui est attribué car, les terres germaniques touchent ce pan de mer.

En conclusion, Nicolas Sanson a créé une quantité importante de cartes pour la couronne de France. A sa mort, en 1667, ce sont ses enfants Guillaume (mort en 1703) et Adrien (mort en 1708) qui reprennent la fonction de géographe ordinaire du roi. On attribue à Guillaume Sanson environ 700 cartes d’après les données de la BnF disponible sur Gallica. La famille Sanson a donc produit, sur deux générations, pas loin de 2 000 cartes pour le royaume de France contribuant grandement aux connaissances du monde pour l’époque moderne.

Les isles britannicques; ou sont le Royaume d’Angleterre divisé en ses quatre Roymes des Saxons, trois des Anglois, et Principté de Galles le royaume d’Escosse divisé en deçà, et delà le Tay; ou Royaumes des Pictes, et des Scots : le Royaume d’Irlande en ses quatre provinces, &c. exactement reveus, corrigees, augment, sur les cartes de J. Speed de T. Pont de Gordon a Straloch &c. Par le Sr Sanson d’Abbev geogr ordre de Sa M.
A Paris chez Pierre Mariette. Rue st. Jacques a l’Esperance. Avecq privilege pour vingt ans. 1665

1 carte ; 54 x 64 cm

Bnu – CARTE.912.41,113

 



Citer ce billet
Annick Bohn (2024, 11 mars). Une magnifique carte des îles britanniques du 17e siècle par Nicolas Sanson. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzyt

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search