La Bnu dépose un projet auprès de l’Equipex+ Biblissima+

Biblissima+ est une infrastructure numérique multipolaire de recherche fondamentale et de service consacrée à l’histoire de la transmission des textes anciens, de l’Antiquité à la Renaissance en Orient comme en Occident. Elle est organisée autour de 7 domaines d’expertise ou « clusters » regroupant des chercheurs, des conservateurs, des ingénieurs et qui forment autant de pôles de compétences à l’échelle nationale autour de l’étude des textes anciens et de leur transmission à travers l’Histoire. Biblissima+ ÉquipEx+ a été sélectionné en 2020 dans le cadre des Investissements d’avenir. Il prend le relais de l’ÉquipEx Biblissima (Bibliotheca bibliothecarum novissima : observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance, 2012-2021). 

Par le biais d’appel à projets, l’infrastructure permet à des structures ne faisant pas partie de ses équipes fondatrices de bénéficier de ses moyens d’action pour des opérations de recherche, de documentation, de numérisation et de valorisation portant sur des collections historiques de manuscrits, d’imprimés anciens ou d’autres objets portant du texte, ou pour développer de nouveaux outils et de nouveaux usages de son portail. Son 3ème AAP a été publié le 15 septembre 2023. La Bibliothèque nationale et universitaire s’en est emparé pour proposer un projet par lettre d’intention, reconnu éligible en novembre 2023. C’est ensuite une course contre la montre qui lui a permis de déposer une candidature le 31 janvier 2024, date de clôture de l’appel. 

Le projet « RITTER+ », souhaite renouveler la recherche scientifique sur l’édition alsacienne des XVe et XVIe siècles, grâce à la création de nouvelles données structurées selon les principes FAIR à partir du Répertoire bibliographique des livres imprimés en Alsace aux XVe et XVIe siècles, de François Ritter (1876-1969), édité entre 1937 et 1960 et déjà numérisé par la Bnu.  

Un des autres exemplaires de ce répertoire comporte des mentions manuscrites de conservateurs successifs, qui les ont consignées au fil de découvertes ou de nouveaux achats, mentions qui seront insérées dans l’édition numérique.  Cette initiative permettra de nouveaux croisements et accès aux données scientifiques en fédérant l’ensemble des acteurs intéressés à la tradition imprimée et aux circulations d’ouvrages et matériaux typographiques.  De plus, grâce à cette expérimentation et à l’entraînement de nouveaux modèles de transcription et de structuration automatique de données sur un corpus maîtrisable car circonscrit à l’Alsace, l’opération sera reproductible sur d’autres publications rédigées selon les mêmes standards.  

L’objectif est de créer une édition numérique en XML-TEI de ce répertoire, enrichie et annotée, consultable et interrogeable via un site web. Les données seront également versées dans le portail Biblissima+ et enrichiront les référentiels du site. Elles seront accompagnées grâce au protocole IIIF des exemplaires numérisés qui existent dans telle ou telle bibliothèque numérique européenne (Gallica, Numistral, Münchener Digitalisierungszentrum (MDZ)…).  

ISTC

Une première phase consistera donc à produire une structuration en XML-TEI à partir des fichiers OCR au format XML-ALTO ; une seconde consistera à extraire les noms de personnes ainsi que leur rôle, prioritairement à d’autres éléments qui seront traitées dans un second temps (noms géographiques ou titres d’œuvres standardisés) ; une troisième consistera à créer les référencements croisés avec les autres ressources en ligne spécialisées. La dernière sera un contrôle qualité et l’insertion des enrichissements manuels avant livraison et mise en ligne des données.  

Le projet est accompagné par des chercheurs qui organiseront la réflexion sur les exploitations envisagées. 

Les résultats de cette candidature ne seront connus qu’au printemps 2024, mais d’ores et déjà, cette expérience a été très fructueuse pour les équipes en place croisant les approches collections et humanités numériques. Emmenée par le responsable du fonds patrimonial, Daniel Bornemann, fin connaisseur du corpus proposé, et par Rosanne Wingert, responsable du service Bibliothèques et données numériques, la réponse a pu être enrichie des échanges et apports avec les enseignants chercheurs experts dans ce champ disciplinaire. 

A commencer par l’équipe des Bibliothèques virtuelles humanistes, du Centre d’études supérieures de la Renaissance, membre fondateur de Biblissima, dont les interrogations et l’expérience ont permis d’affiner le projet, Chiara Lastraioli,  Toshinori Uetani, Sandrine Breuil et Anne-Laure Allain. Par ailleurs, l’association de Christine Bénévent (École nationale des chartes), Laurence Buchholzer (Univ. Strasbourg, Arche), Elsa Kammerer (Univ. Paris 8 – Vincennes – Saint-Denis, FabLitt) et Fanny Kieffer (Univ. Strasbourg, Arche), contribue à enrichir le volet scientifique envisagé par une proposition de séminaires accompagnant le développement du projet afin de faire surgir et d’affiner les questionnements et les exploitations possibles d’un tel outil. 

Enfin, saluons notre partenaire, Guillaume Porte, coordinateur de la plate-forme ESTRADES (Services de transcription, d’Analyse et de Diffusion l’Edition Structurée) adossée à la MISHA, qui apportera son expertise en édition TEI, en publication web de corpus et qui travaille également déjà avec l‘équipe des BVH autour du projet des Bibliotheques françoises

Une des pièces du dossier et non des moindres, concernait la rédaction d’un plan de gestion de données, document désormais incontournable pour tout projet inscrit dans le cadre de la science ouverte et des données FAIR, permettant de décrire la manière dont seront créées et gérées les données depuis leur collecte jusqu’à leur archivage. Ce PGD a été piloté par Elisa Michelet, lab manager au Lab de la Bnu. 

Nous espérons ainsi pouvoir chroniquer dans l’avenir le développement d’un tel projet, sous le titre Humanisme et imprimerie en Alsace aux XVe et XVIe siècles – Du répertoire imprimé à la donnée : des perspectives renouvelées pour la recherche en histoire des textes. 

Si l’essai est transformé, nul doute que d’autres corpus pourraient être candidats, tant la richesse et la diversité des fonds de la Bnu sont étendues. A qui le tour ? Les manuscrits arabes ? Les papyrii ?  Les partitions de musique ? 

Catherine Désos-Warnier avec Daniel Bornemann, Elise Girold, Elisa Michelet et Rosanne Wingert. 



Citer ce billet
Catherine Désos-Warnier (2024, 5 février). La Bnu dépose un projet auprès de l’Equipex+ Biblissima+. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vr88

Catherine Désos-Warnier

Catherine Désos-Warnier est docteur en histoire moderne et conservateur en chef des bibliothèques. De mai 2018 à décembre 2023, elle a été chargée de mission pour le GIS CollEx-Persée, infrastructure de recherche en information scientifique, inscrite à la feuille de route nationale du MESR et pilotée par la Bibliothèque nationale et universitaire. Depuis janvier 2024, elle occupe une mission nouvellement créée d'Appui à la recherche.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search