Nouvelles acquisitions patrimoniales 2022 et 2023 #2 – Les manuscrits

Cet article est le second volet de la présentation des acquisitions patrimoniales à la Bnu en 2022 et 2023, qui en comprendra trois. Après les imprimés précieux, voici les manuscrits achetés durant la même période, qu’il s’agisse de livres, de lettres ou de carnets.

Livres manuscrits

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la révolution de l’imprimerie en Occident n’a pas signé la fin du livre manuscrit. Celui-ci peut être de très belle qualité, qu’il s’agisse de l’écriture, du papier utilisé ou de la reliure, comme c’est le cas de ces trois volumes de Christophe Guillaume Koch (1737-1813), intitulés Abrégé historique des traités de paix des puissances de l’Europe divisé en trois parties par le Sr. de Koch Chevalier du St. Empire, professeur et bibliothécaire de Strasbourg, des académies de Stockholm, de Bruxelles, de Man[n]heim, de Besançon (MS.7.211,1-3). Il s’agit de la mise au propre des cours de diplomatie du professeur, qui présentent les traités de paix successifs ayant régi l’Europe occidentale ou du nord, depuis les Traités de Westphalie jusqu’en 1786. Christophe Guillaume Koch fut à la fois ou successivement directeur de l’école de diplomatique de Strasbourg, professeur à l’université de Strasbourg, bibliothécaire et homme politique. L’écriture, soignée, n’est pas de lui mais d’un scribe professionnel. Des décors dessinés à la plume, reproduits pour certains au pochoir ou à la plume, rythment agréablement le manuscrit. De semblables manuscrits sont disponibles à la Bnu, contenant les cours de Christophe Guillaume Koch sur l’histoire de la Russie, de l’Espagne ou de la France.

Abrégé historique des traités de paix des puissances de l’Europe… de Christophe Guillaume Koch, [Strasbourg], fin du 18e siècle. 1er volume, ouvert sur l’« Histoire des traités de Westphalie depuis l’origine des troubles de religion en Empire ». MS.7.211,1-3.

Autre livre-manuscrit inédit : le projet pour une histoire de la poste, préparé par l’illustrateur bien connu en Alsace Paul Kauffmann (1848-1940) pour les éditions Alsatia mais jamais publié. Cet ensemble complet comprend à la fois le texte manuscrit, le tapuscrit correspondant (annoté par l’auteur) et une cinquantaine de planches en couleurs ou en camaïeu retraçant, non sans humour parfois, la modernisation de La Poste et ses origines jusqu’à nos jours (MS.7.212), depuis les messagers persans en 483 avant notre ère jusqu’aux systèmes de messagerie des années 1930. Un premier projet, allant jusqu’au début du 20e siècle, avait été reproduit en 1910 sur des couvertures de cahiers d’écoliers par les éditions Geisler de Raon l’Étape dans les Vosges, puis l’auteur compléta son histoire de la poste avec une seconde partie, intitulée « sa modernisation », sans doute vers 1935. « Introduisons-nous donc quelque peu dans le mystérieux intérieur des Postes, ce qui nous permettra d’intéresser le public à l’une des plus remarquables inventions de la Civilisation. » Hélas, ce projet d’édition pour Alsatia n’a pas abouti.

 

La Poste et ses origines jusqu’à nos jours. Projet de livre de Paul Kaufmann, vers 1935. À gauche, sur la page de couverture verte, « le messager persan 483 av. J.C. ». MS.7.212.

Lettres et billets autographes

Les lettres manuscrites et billets autographes achetés en 2022 et 2023 donnent un reflet intéressant de la vie culturelle, intellectuelle et artistique à Strasbourg et en Alsace de la fin du 18e au milieu du 20e siècle. Envoyées de Strasbourg, Mulhouse, Croissy-sur-Seine mais aussi de Madère, d’Algérie ou du Gabon, brèves ou plus détaillées, elles nous renseignent modestement sur les préoccupations professionnelles ou personnelles d’une dizaine de figures intellectuelles ou artistiques ayant eu un lien avec la région, par leur origine ou par leur activité.

On rencontre ainsi des archivistes, théologiens et hommes de lettres tels que Philippe André Grandidier, Alfred Schweighaeuser (pas moins de 42 lettres adressées à sa librairie parisienne pour lui indiquer ses incessants desiderata en matière de bibliophilie !), Adolphe Stoeber, Édouard Reuss ou Edmond About. Ce dernier évoque brièvement sa maison de vacances en bordure de Saverne, connue encore aujourd’hui sous le nom de « Villa Edmond About ».

42 lettres d’Alfred Schweighaeuser adressées à la librairie Baur & Détaillé depuis Strasbourg, Madère ou Alger entre 1864 et 1874. MS.7.213.

Dans le domaine de l’art, on croise les musiciens Victor Nessler et Otto Klemperer – d’origine alsacienne pour le premier, chef d’orchestre à Strasbourg pendant trois ans pour le second –, l’architecte de la Neustadt Hermann Eggert qui a conçu notamment le Palais du Rhin et le plan d’urbanisme de l’université, ainsi que Fritz Beblo et Albert Schweitzer, déjà évoqués dans le premier volet de cette présentation. Mentionnons enfin une lettre de Charles de Foucauld, l’ermite né à Strasbourg, envoyée depuis le Sahara algérien, « En route, entre Beni Abbes & Insalah ».

Ces onze lettres, ensembles de lettres ou billets venus compléter le fonds de correspondances et d’autographes de la Bnu peuvent être consultés sous les cotes MS.6.084,69 à MS.6.084,76, MS.6.084,79 (Fritz Beblo), MS.7.197 (Albert Schweitzer) et MS.7.213 (Alfred Schweighaeuser).

Lettres de Victor Nessler, Adolphe Stoeber et Herrmann Eggert. MS.6.084,69, MS.6.084,71, MS.6.084,72. Lettres de Charles de Foucauld et de Philippe André Grandidier. MS.6.084,73 et MS.6.084,74.

Carnets, cahiers…

Un carnet de dessins très original a fait son entrée récemment, celui du scénographe Gérard Wackermann, né en 1944 (MS.7.186,9). Il comprend le projet de scénographie pour L’Œuf, nouvelle fantastique de Dino Buzatti, pour le TJP (Théâtre Jeune Public) à Strasbourg, en collaboration avec le metteur en scène André Pomarat. Selon les indications données oralement par l’auteur, il devrait dater de 1978 environ (la collaboration avec André Pomarat, créateur du TJP en 1974, date des années 1970). Hauts en couleur, les croquis dessinés à l’encre de Chine présentent les quatorze séquences selon le scénario d’André Pomarat. Ils sont accompagnés d’indications précises sur les mouvements, les traits psychologiques des personnages ou le matériel nécessaire, et parfois complétés par des annotations au crayon du metteur en scène. Le carnet suggère que la nouvelle est traitée comme une fable sociale sur la pauvreté, empreinte de burlesque mais propre à stimuler la réflexion notamment auprès d’un public familial. Mais pour des raisons financières, la pièce n’a finalement pas été montée.  

Cet achat vient compléter le fonds André Pomarat reçu en don par les enfants d’André Pomarat après son décès en 2020. Il nous a donné l’occasion d’échanger avec ces derniers, venus revoir et commenter le carnet, et avec Gérard Wackermann lui-même, à la fois ému de le redécouvrir près de cinquante ans plus tard et honoré qu’il soit désormais accessible au public.

Le carnet de croquis de Gérard Wackermann pour L’Œuf de Dino Buzatti (projet de scénographie), ouvert ici à la 11e séquence. Indications de l’auteur : « une force de la nature », « marionnette géante apportée par trois manipulateurs », « système de destruction des ailes ». Sur la droite, les annotations au crayon ajoutées par André Pomarat. MS.7.186,9.

Pour clore ce panorama, on évoquera le recueil de poèmes composé à la manière d’un livre d’amitié par une dénommée Cécile Schlumberger, à Barr et Mulhouse dans les années 1850, qui vient enrichir le fonds de livres d’amitié de la Bnu (MS.7.188), et les Cahiers d’instruction tenus par le gendarme à cheval Muckensturm (MS.7.189,1-3), précieux témoignage sur la vie quotidienne et l’instruction d’un gendarme à cheval dans les années 1920, rempli avec soin au fil de ses tournées dans les environs de Truchtersheim. On y lit par exemple, sur la même page qu’une leçon de géographie et une dictée, le procès-verbal à l‘encontre d’un marchand de bestiaux traversant le village de Quatzenheim avec deux ruminants, infraction à une loi locale concernant les communes infectées par une épidémie de fièvre aphteuse. Toute ressemblance avec une pandémie de notre siècle serait fortuite…

« Recueil de littérature française », album de poèmes à la manière d’un livre d’amitié de Cécile Schlumberger. Barr et Mulhouse, 1850-1959. MS.7.188

Cahier d’instruction du gendarme à cheval Muckensturm, ouvert sur le procès-verbal à l’encontre d’un marchand de bestiaux (10 novembre 1926), suivi d’une leçon de géographie et d’une dictée. MS.7.189,3.

Pour en savoir plus

Publications

Daniel Bornemann, « Le cours de diplomatie d’un grand Européen », La Revue de la Bnu, n° 28, automne 2023, p. 106.

Daniel Bornemann, « Lettres d’un archiviste à ses libraires », La Revue de la Bnu, n° 28, automne 2023, p. 106-107.

Daniel Bornemann, « Un livre qui ne parut jamais », La Revue de la Bnu, n° 28, automne 2023, p. 107-108.

Madeleine Zeller, « Un cahier de croquis du scénographe Gérard Wackermann », La Revue de la Bnu, n° 26, automne 2022, p. 108.

Catherine Soulé-Sandic, « Un fonds particulier : André Pomarat à la Bnu », La Revue de la BNU, n° 22, automne 2020, p. 119.

Présentation d’une sélection des achats 2022 et 2023



Citer ce billet
Madeleine Zeller (2024, 24 janvier). Nouvelles acquisitions patrimoniales 2022 et 2023 #2 – Les manuscrits. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vnvg

Madeleine Zeller

Chargée de missions scientifiques Patrimoine et Alsatiques

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search