[exposition à venir] Mari en Syrie

Du 7 février au 26 mai 2024, la Bnu proposera l’exposition Mari en Syrie : renaissance d’une cité au 3e millénaire. Cette exposition est un événement exceptionnel présenté à l’occasion des 90 ans du chantier archéologique de Mari, chantier majeur à la fois pour notre connaissance du monde syrien et mésopotamien et pour les collections du musée du Louvre qui en sont aujourd’hui le principal reflet, l’exposition réunit de manière exceptionnelle près de 200 pièces issues des collections du musée du Louvre, des archives de la Mission archéologique française de Mari (MSH Mondes), du Vorderasiatisches Museum Berlin, du Musée royal de Mariemont et de la Bnu de Strasbourg.  

L’exposition porte en particulier sur une des phases les plus emblématiques de la puissance et du dynamisme de Mari en Syrie, la période dite des Šakkanakku, du nom de la dynastie (ou des dynasties) de gouverneurs / rois qui contrôlèrent ce royaume du Moyen Euphrate entre 2300 et 2000 av. J.-C. et procédèrent à la reconstruction de la cité (phase dite de Mari III) après une destruction massive intervenue dans des conditions mal connues sur le plan historique, mais clairement documentées par l’archéologie. Ce contexte de reconstruction d’une cité royale, avec ses temples, ses palais, son réseau de rues et de fortification, rend compte d’un art de bâtir monumental qui affirme un pouvoir fort, mais aussi de l’implantation de cette cité dans les réseaux d’échanges internationaux au sein du monde mésopotamien, réseaux à l’origine de sa richesse, de sa puissance et de son intérêt stratégique. Deux aspects sont particulièrement explorés dans l’exposition : la zone des temples, objet de toutes les attentions de la part des shakkanakku, au cœur de la cité circulaire qu’était Mari sur le tell Hariri ; le secteur du palais dit « grand palais royal », témoin de la magnificence du pouvoir « royal » et des pratiques de sa cour (divination, luxe, dévotions).  

Outre les trésors de la collection mariote du Louvre correspondant à cette fin du 3e millénaire avant Jésus-Christ, l’exposition présentera pour la première fois des relevés de fresques en couleurs, réalisés sur calques au moment des fouilles, avant que ces mêmes fresques ne disparaissent du fait de leur contact avec l’air. Autre première, des archives vidéo rendront vie aux grandes figures de ce chantier : André Parrot qui dirigea la mission de 1933 à 1979, ainsi que Georges Dossin, l’épigraphiste qui l’accompagna dans ce qui reste aujourd’hui l’une des plus longues aventures archéologiques du 20e siècle. L’exposition sera aussi l’occasion de raconter l’histoire très strasbourgeoise de ce chantier, car l’Université de Strasbourg y a joué un rôle majeur à partir des années 1970, sous la conduite du Professeur Jean Margueron (1935-2023), directeur de la mission à la suite d’André Parrot.  

L’exposition sera déployée dans la salle d’exposition de la Bnu (1er étage) du 7 février au 26 mai 2024, à la suite d’une première étape au Musée royal de Mariemont (Morlanwelz), en Belgique, à l’automne 2023. Elle sera accompagnée d’une programmation de conférences, projections, journées d’étude et ateliers pour permettre au grand public, aux publics scolaires et aux étudiants de mieux comprendre ce que cette cité nous apprend de l’histoire du Proche-Orient ancien, mais aussi pourquoi, près d’un siècle après sa découverte et malgré les conditions géopolitiques actuelles qui empêchent la poursuite des travaux, elle reste un chantier de référence dans l’histoire de l’archéologie et continue de fasciner des millions de visiteurs chaque année, au musée du Louvre ou  dans les autres musées ou expositions consacrées à Mari. 

Production 

Exposition organisée par le musée du Louvre (Paris), le Musée royal de Mariemont (Morlanwelz) et la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg. 

L’étape à Strasbourg est produite par la Bibliothèque nationale et universitaire. 

Fragment de statue d’un porteur
d’offrande (agneau ou chevreau)
Mari, esplanade du temple aux lions,
époque d’Akkad (vers 2300-2200)
Musée du Louvre, département des Antiquités orientales –
inv. AO 20189 (© Musée du Louvre / Raphaël Chipault et
Benjamin Soligny)

 

Commissariat général :  

  • Sophie CLUZAN, conservatrice générale, musée du Louvre ; Arnaud QUERTINMONT, musée royal de Mariemont ; Emmanuel MARINE, Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg   

Commissariat : 

  • Dominique BEYER, professeur émérite d’archéologie de l’Orient ancien à l’Université de Strasbourg ; Pascal BUTTERLIN, professeur d’archéologie du Proche-Orient à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne ; Laurent COLONNA D’ISTRIA, professeur d’assyrologie et d’archéologie de l’Asie antérieure à l’Université deLiège ; Jaroslaw MARNIACZYK, épigraphiste et documentaliste au département des Antiquités orientales du Musée du Louvre.

Partenaires et personnes engagées dans l’exposition 

  • Musée du Louvre : 
  • Clio KARAGEORGHIS, architecte conseil 
  • Nicolas LESUR, coordinateur d’exposition 
  • Université de Strasbourg :  
  • Dominique BEYER, professeur émérite, en charge du dossier des temples de Mari au sein de la mission archéologique de Mari en particulier 
  • Philippe QUENET, professeur 
  • Anne-Caroline RENDU-LOISEL, maîtresse de conférences 
  • Isabelle WEYGAND-KILLIAN, chercheur associé, UMR 7044, en charge du dossier des terres cuites de Mari et Terqa au sein de la mission archéologique de Mari 
  • Association des Amis de la Bnu 
  • Ville de Strasbourg dans le cadre de Capitale mondiale du Livre 2024-2025. 
  • Région Grand Est 

 

Protomé de lion en cuivre
Temple “aux lions” de Mari
Vers le 22e siècle avant J.-C.
Musée du Louvre, département des Antiquités orientales – inv.
AO 19520 (© Musée du Louvre / Raphaël Chipault)

PARCOURS (prévisionnel)

 

Première approche : le contexte 

  • La culture mésopotamienne et l’écriture cunéiforme 
  • Echanges, matériaux et richesses entre Syrie, Mésopotamie et territoires limitrophes 
  • L’origine de la ville de Mari jusqu’aux Shakkanakku : la Ville dite « I » et la ville « II » 

Aparté I : La découverte de Mari et les débuts de la mission ; André Parrot et Georges Dossin 

Mari à la fin du 3e millénaire 

  • La ville « III » 
  • Ce que l’on sait des Shakkanakku et la trace de leur histoire 

Aparté II : urbanisme et topographie de Mari, métropole de l’Euphrate 

La zone des temples 

  • Le porteur de chevreau 
  • Les fondations 
  • Le temple aux lions voué au Seigneur du Pays 

Aparté III : Les dieux et l’hépatoscopie 

Le secteur du Grand palais royal à l’époque des Shakkanakku 

  • Ancêtres, statues et sources de légitimité 
  • Le palais à la fin du IIIe et au début du IIe millénaire 
  • La chapelle 132 vouée à Ishtar 
  • Luxe et pratiques dans le palais royal 

Vers la fin de Mari 

  • La royauté amorrite, Zimri-Lim et la transformation du palais 
  • La fin de Mari 

Aparté IV : D’une destruction à l’autre 



Citer ce billet
Jérôme Schweitzer (2023, 12 décembre). [exposition à venir] Mari en Syrie. Lieu de recherche : le carnet de la Bnu. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4de

Jérôme Schweitzer

Directeur du pôle Partage, diffusion et réseaux

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search